CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Alice Cocéa
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Aimé Simon-Girard



Date et Lieu de naissance : 20 mars 1889 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 15 juillet 1950 (Paris, France)
Nom Réel : Aimé Max Simon

ACTEUR
Image
1921 Les trois mousquetaires – de Henri Diamant-Berger avec Henri Rollan, Charles Martinelli & Henri Baudin
Image
1922 Le fils du flibustier – de Louis Feuillade avec Sandra Milovanoff, Georges Biscot & Fernand Herrmann
Image
1925 Fanfan-la-Tulipe – de René Leprince avec Simone Vaudry, Claude France & Pierre de Guingand
Image
1947 Mandrin – de René Jayet avec José Noguéro, Armand Bernard, Mona Goya & Antonin Berval

C’est à Paris, le 20 mars 1889, que nait Aimé Max Simon. Issu d’une famille d’artistes, son père Simon-Max et sa mère Juliette Simon-Girard sont comédiens et chanteurs, c’est avec le soutient ses parents qu’il fait de sa première passion, l’opérette, son métier. Devenu Aimé Simon-Girard, il devient comique-troupier, puis chanteur vedette d’opérettes en se produisant sur les scènes de la capitale.

Artiste accompli, c’est naturellement que sa carrière s’oriente vers le cinématographe à la veille de la Première Guerre mondiale. En 1913, Aimé Simon-Girard est aux côtés de Gabriel de Gavrone dans «La maison du baigneur», un court-métrage réalisé par Adrien Caillard, un des pionniers du cinéma français. L’année suivante, il fait une rencontre qui va bouleverse son parcours professionnel. En effet, Henri Diamant-Berger, l’engage pour sa production, «Loin des yeux, près du cœur», avec en vedette Yvonne Serguyl. Alors que la première Guerre mondiale est au plus fort des combats, Aimé s’éloigne des plateaux pour se consacrer à la scène. En 1921, il retrouve Diamant-Berger, devenu son ami, alors que celui-ci met en scène «Les trois mousquetaires», une des premières adaptations du roman de Alexandre Dumas père. Durant le tournage épique de ce sérial en douze épisodes, Aimé Simon-Girard dans le rôle de d’Artagnan, donne la réplique à Henri Rollan, Jeanne Desclos et Charles Dullin, entre autres. Louis Feuillade, un autre vétéran du Septième Art et habitué des cinéromans, fait appel à son talent pour les douze volets du «Fils du flibustier», avec Georges Biscot, Sandra Milovanoff et Gaby Morlay débutante.

En 1923, Aimé Simon-Girard se lance dans la réalisation d’un court métrage intitulé «La belle Henriette», avec Germaine Webb. Coutumier des rôles en costumes, l’acteur fait partie de la distribution du «Vert galant» (1924) de René Leprince, une adaptation de la vie du roi Henri IV. Il retrouve René Leprince lorsque ce dernier lui offre les rôles principaux de «Mylord l’arsouille» et «Fanfan la tulipe», deux sérials tournés en 1925. Aimé Simon-Girard possède une tessiture de voix hors du commun. Il le prouve notamment dans «Le diable à Paris» une opérette, avec Dramen et Raimu, créée au Théâtre Marigny en 1927. Le passage au cinéma parlant n’affecte guère le parcours de l’artiste. Il écrit les dialogues et le scénario des «Quatre vagabonds» (1931) de Lupu Pick, réalisateur d’origine roumaine. En 1932, Henri Diamant-Berger décide de tourner une nouvelle version sonore en deux époques, des «Trois mousquetaires». Aimé Simon-Girard reprend le rôle du Gascon, tandis que Blanche Montel y fait une Constance de Bonacieux pleine de charme, Harry Baur joue Tréville, Edith Meyra Milady de Winter et Andrée Lafayette la reine Anne d’Autriche. Las des rôles historiques, Simon-Girard s’éloigne peu à peu des plateaux de tournage pour se consacrer à la scène où il excelle. Il revient néanmoins vers le cinéma, plus par amitié que par besoin, apparaissant comme journaliste dans «Arsène Lupin détective » (1937) avec Jules Berry en gentleman cambrioleur, ou encore la même année, en monarque François 1er pour le film éponyme de Christian-Jaques avec Fernandel en vedette.

1947 marque la dernière apparition du comédien sur les écrans pour «Mandrin», réalisé par René Gayet et auprès de José Noguéro dans le rôle-titre. Aimé Simon-Girard s’éteint le lendemain de la Fête Nationale, le 15 juillet 1950 à Paris.

© Christophe LAWNICZAK & Philippe PELLETIER

copyright
1913 CM La maison du baigneur – de Adrien Caillard avec Gabriel de Gavrone
1914 CM Loin des yeux, près du cœur – de Henri Diamant-Berger avec Yvonne Sergyl
1921Les trois mousquetaires – de Henri Diamant-Berger avec Henri Rollan
    Sérial en 14 épisodes
    1 : L’auberge de Meung
    2 : Les mousquetaires de M. de Tréville
    3 : La lingère du Louvre
    4 : Pour l’honneur de la Rein
    5 : Les ferrets de diamant, 1ère partie
    6 : Les ferrets de diamant, 2ème partie
    7 : Le bal des échevins
    8 : Le pavillon d’Estrées
    9 : Les conquêtes de d’Artagnan
    10 : L’auberge du Colombier Rouge
    11 : Le conseil des mousquetaires
    12 : Milady prisonnière
    13 : Le couvent de Béthune
    14 : La vengeance des mousquetaires
1922Le fils du flibustier – de Louis Feuillade avec Sandra Milovanoff
    Sérial en 12 épisodes
    1 : La flibuste
    2 : Le pavillon noir
    3 : Le vaisseau maudit
    4 : Maman
    5 : La noce d’Anaïs
    6 : La mission d’un fils
    7 : Le justicier
    8 : La drogue blanche
    9 : Le passé
    10 : Le revenant de Saint-Fons
    11 : Le maître-chanteur
    12 : Le testament
1923La belle Henriette – de Aimé Simon-Girard avec Germaine Webb
1924Un drame au Carlton Club – de Giuseppe Guarino avec Arlette Marchal
Le Vert Galant – de René Leprince avec Claude Mérelle
    Film en 8 parties
    1 : Le roi sans royaume
    2 : Le miroir magique
    3 : Les gants empoisonnés
    4 : L’inquisiteur et le sorcier
    5 : Le message d’amour
    6 : L’envoûtement
    7 : Au secours de l’ennemi
    8 : Le triomphe du Béarnais
Mylord l’arsouille – de René Leprince avec María Dalbaicín
    Sérial en 8 épisodes
    1 : Le Don Juan de la Courtille
    2 : Le cabaret de l’Epée de Bois
    3 : La fleur du faubourg
    4 : La machine infernale
    5 : Premiers remords
    6 : L’étrange découverte
    7 : Les larmes du pêcheur
    8 : Rédemption
1925Fanfan-la-Tulipe – de René Leprince avec Simone Vaudry
    Sérial en 8 épisodes
    1 : Pour l’amour d’une belle
    2 : La lettre cachée
    3 : Une maladie diplomatique
    4 : Titre inconnu
    5 : Fanfan la Rose
    6 : L’enlèvement de Perette
    7 : Le départ du maréchal
    8 : Fontenoy
1926La grande amie – de Max de Rieux avec Eliane de Creus
1927Les transatlantiques – de Pierre Colombier avec Danièle Parola
1930 CM Le coffret à musique – de Jean-Louis Bouquet & Alex Nalpas
1931Les quatre vagabonds – de Lupu Pick avec Simone Bourday
    + scénario
1932Les trois mousquetaires – de Henri Diamant-Berger avec Andrée Lafayette
    Film en 2 époques
    1 : Les ferrets de la Reine
    2 : Milady
1933Champignol malgré lui – de Fred Ellis avec Janine Guise
La fusée / Grandeur et décadence – de Jacques Nathanson avec Marcelle Géniat
    Seulement sujet original & scénario
1934Les hommes de la côte – de André Pellenc avec Robert Pizani
1937Les perles de la couronne – de Sacha Guitry & Christian-Jaque avec Germaine Aussey
Arsène Lupin détective – de Henri Diamant-Berger avec Jules Berry
La fessée – de Pierre Caron avec Claude Dauphin
François 1er / François Premier / Les amours de la belle ferronnière – de Christian-Jaque avec Fernandel
1938Alexis gentleman chauffeur / Le grand raid / Taxi 38 – de Max de Vaucorbeil avec Suzy Prim
1944Le cavalier noir – de Gilles Grangier avec Georges Guétary
1947Mandrin – de René Jayet avec José Noguéro
    Film en 2 parties
    1 : Le libérateur
    2 : La tragédie du siècle
Fiche créée le 17 novembre 2008 | Modifiée le 3 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 4390 fois
PREVIOUSSimone Simon || Aimé Simon-Girard || Frank SinatraNEXT