CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de José Baviera
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Alberto Spadolini



Date et Lieu de naissance : 19 décembre 1907 (Ancône, Italie)
Date et Lieu de décès : 17 décembre 1972 (Paris, France)
Nom Réel : Alberto Spadolini

ACTEUR

Alberto Spadolini naît à Ancône le 19 décembre 1907. Après avoir étudié la peinture et la scénographie au «Teatro degli Indipendenti» de Anton Giulio Bragaglia à Rome, le jeune artiste part chercher fortune en France. Grâce à quelques amis, il est engagé comme décorateur dans l’atelier de Paul Colin. Au bout de quelques mois il danse aux Stade du Fort Carré (Antibes), il obtient un contrat avec Josephine Baker, il travaille au prestigieux «Casino de Paris», on le réclame aux «Bœuf sur le toit», aux «Folies-Bergères», il joue le rôle de danseur dans le film de Marcel L’Herbier «L’Épervier» (1933) avec Charles Boyer et Jean Marais alors débutant. Il danse avec Mistinguett, Leila Bederkhan, Catherine Hessling. En 1936 Spadolini fait les premiers essais pour la naissante télévision française qui lui valurent les compliments du Ministre Georges Mandel.

En quelques années, surnommé le Danseur Nu, Alberto Spadolini devient une figure célèbre de la scène parisienne du music-hall scandalisant les esprits bien-pensants en se présentant avec une coquille pour tout effet. Ses interviews paraissent dans les journaux du monde entier, Enrique Juvet lui dédie la musique du «Bolero-Spado»... et, entre temps, il continue de peindre, de créer des décors, d’écrire des vers! Certains documents étayent l’hypothèse selon laquelle, entre 1932 et 1935, Spadolini et Josephine Baker furent liés par une profonde amitié, puis vécurent une histoire d’amour secrète et passionnée.

Alberto Spadolini exprime son inspiration artistique dans le cinéma aussi aux côtés de Tino Rossi dans «Marinella» (1936), de Mila Parély dans «Le monsieur de cinq heures» (1938), deux films réalisés par Pierre Caron; de Jean Gabin dans «Le jour se lève» (1939) de Marcel Carné; de Jean Marais dans «Le pavillon brûle» (1941) de Jacques de Baroncelli; et dans les courts-métrages «Rivage de Paris» (1950), «Nous les gitans» (1951) et «Souvenir d’Espagne» (1952) avec Django Reinhardt et Carmen Amaya. Adaptateur de dialogues, il est engagé par Alexander Korda (London Film) pour les versions françaises de quelques films parmi lesquels: «Les Contes d’Hoffmann» (1951) de Emeric Pressburger et Michael Powell et «Le banni des îles» (1951) de Carol Reed.

Parallèlement à sa carrière de danseur, Alberto Spadolini confirme son extraordinaire talent de scénographe en rénovant splendidement des boites de nuits comme «L’Amiral» de Paris (avec l’ami italien prince Ruspoli), celle du Grand-Hôtel de Rimini et les intérieurs de résidences nobles comme la Villa dei Conti Vitali, la Villa Papetti à Fermo et le château de Brignac sur la Loire. Il restaure des tableaux du XVIIème siècle chez Jules Boucher et illustre des livres «Recital» (1952) et «Le cœur … et ma raison» (1957) de André-Marie Klenovski. Spadolini n’était pas seulement danseur, chorégraphe, acteur, chanteur, et occasionnellement écrivain. Il nourrissait également une passion jamais démentie pour la peinture. Peintre apprécié de Jean Cocteau, Max Jacob ... il expose dans les principales galeries de France, de Luxembourg, de Belgique, de Suède, de Danemark et en Italie. Artiste autodidacte et éclectique, il fût tour à tour élève, maître, collaborateur, protagoniste, inspirateur, amant, ami…Un demi-siècle durant, il demeure sous les feux de la rampe dans les théâtres, les cabarets, les galeries d’art et les bistrots. Alberto Spadolini meurt le 17 décembre 1972, à Paris, ville qu’il aimait tant.

© Professeur Marco TRAVAGLINI, son neveu.

copyright
1933L’épervier / Les amoureux – de Marcel L’Herbier avec Natalie Paley
1935Marinella – de Pierre Caron avec Tino Rossi
1938Le monsieur de cinq heures – de Pierre Caron avec Meg Lemonnier
Quai des brumes – de Marcel Carné avec Michèle Morgan
    Seulement apparition
1939Le jour se lève – de Marcel Carné avec Jean Gabin
1941Le pavillon brûle – de Jacques de Baroncelli avec Jean Marais
1946 CM La danse à travers les âges – de ?
1950 CM Rivage de Paris – de Yvette Marguerie
1951Les contes d’Hoffmann ( the tales of Hoffmann ) de Emeric Pressburger & Michael Powell avec Ludmilla Tchérina
    Seulement adaptation des dialogues de la version française
Le banni des îles ( outcast of the islands ) de Carol Reed avec Trevor Howard
    Seulement adaptation des dialogues de la version française
CM Nous les gitans – de Yvette Marguerie avec Carmen Amaya
1952 CM Souvenir d’Espagne – de Yvette Marguerie avec Django Reinhardt
Fiche créée le 2 juillet 2009 | Modifiée le 2 juillet 2009 | Cette fiche a été vue 4687 fois
PREVIOUSFay Spain || Alberto Spadolini || Aaron SpellingNEXT