CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Mira Stupica
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Alberto de Mendoza



Date et Lieu de naissance : 21 janvier 1923 (Buenos Aires, Argentine)
Date et Lieu de décès : 12 décembre 2011 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Alberto Manuel Rodríguez Gallego González de Mendoza

ACTEUR

Fils d’émigrés espagnols, Alberto de Mendoza est né Alberto Manuel Rodríguez Gallego González de Mendoza le 21 janvier 1923 dans le quartier huppé de Belgrano de la capitale Argentine. À l’âge de quatre ans, après la mort de ses parents, l’orphelin est envoyé en Espagne pour être pris en charge par sa grand-mère. Pendant les onze années suivantes, il vit à Madrid jusqu’à la disparition de la vieille femme. Il a seize ans et revient alors avec sa sœur à Buenos Aires. Dès son arrivée, il travaille dans les cabarets et théâtres comme danseur, notamment au sein des ballets de Mercedes Quintana et de la troupe Columbus.

Dès la fin des années trente, Alberto de Mendoza fait ses débuts au cinéma pour des apparitions dansantes. Il est beau, grand et élégant. Son charme opère rapidement et son nom grandit sur les affiches. En 1945, il décroche son premier vrai rôle dans «La femme fantôme» réalisée par Luis Saslavsky, avec Delia Garcés dans le rôle-titre. À cette époque, il se marie avec Mabel Taboas, mère de ses trois enfants, qui le laissera veuf six ans plus tard. Grand amateur de femmes dans la vie, il séduit à l’écran les plus belles actrice du cinéma latino-américain et donne successivement la réplique, entre-autres, à: Tilda Thamar dans «Adán y la serpiente» (1946), Mirtha Legrand dans «SOS grand’mère» (1947), Dolores del Rio dans «Histoire d’une mauvaise femme» (1948) ou Tita Merello dans «Filomena Marturano» (1950).

Lors de la campagne présidentielle argentine de 1951, Alberto de Mendoza est l’un des rares artistes qui refuse de signer son soutient à Juan Perón, Après la réélection du Président et de sa célèbre épouse Eva Perón, l’acteur se voit interdit de tournage. Il en profite alors pour faire son retour sur scène dans la pièce de Tennessee Williams «Un tramway nommé Désir» (1952) auprès de Mecha Ortiz. De retour en grâce, il tourne pour Luis César Amadori, Ernesto Arancibia et Mario Soffici. En 1955, il travaille au Mexique avec Julián Soler pour «¡Que seas feliz!» aux côtés de Rosita Quintana, puis dans deux films dont Silvia Pinal est la vedette. En 1958, c’est la consécration dans son pays natal quand il remporte le Condor d’Argent du meilleur acteur pour son rôle dans «Le chef» de Fernando Ayala.

Dans les années soixante, Alberto de Mendoza s’oriente vers la télévision où il multiple les personnages dans bon nombre de telenovelas et téléfilms. Le début de cette décennie est marqué par son retour en Espagne. Son nom est alors associé à des réalisations de José María Forqué, Rafael Gil, Ladislao Vajda et Mario Camus. Alberto de Mendoza internationalise sa carrière en travaillant en France pour Claude Sautet dans «L’arme à gauche» (1964) et Jacques Deray dans «L’homme de Marrakech» (1965), mais aussi en Allemagne, en Italie et en Angleterre. Le public français se souvient particulièrement de lui pour son apparition dans «La folie des grandeurs» (1971) de Gérard Oury, où il campe un majestueux roi d’Espagne face à Louis de Funès, Yves Montand et Alice Sapritch.

Souvent comparé à l’Italien Vittorio Gassman ou à l’Américain Gregory Peck, Alberto de Mendoza excellait dans des rôles de charmeurs conquérants souvent frivoles et peu scrupuleux. Le beau latino qui fit chavirer tant de cœurs féminins meurt le 12 décembre 2011 des suites d’une insuffisance respiratoire à la clinique madrilène de La Luz.

© Pascal DONALD

copyright
1930Alma de Gaucho – de Henry Otto avec Mona Rico
1939La mort du sergent Laprida ( murió el sargento Laprida ) de Tito Davison avec Maria Esther Duckse
…Y mañana serán hombres – de Carlos F. Borcosque avec Malisa Zini
1942El viejo Hucha – de Lucas Demare avec Haydeé Larroca
Un nouveau départ ( un nuevo amanecer ) de Carlos F. Borcosque avec Silvia Legrand
1943Se rematan ilusiones – de Mario C. Lugones avec Virginia Luque
1944Su mejor alumno – de Lucas Demare avec Norma Castillo
La femme fantôme ( la dama duende ) de Luis Saslavsky avec Delia Garcés
1946Adán y la serpiente – de Carlos Hugo Christensen avec Tilda Thamar
Inspiración – de Jorge Jantus avec Silvana Roth
1947S.O.S. grand’mère ( el retrato ) de Carlos Schlieper avec Mirtha Legrand
1948La novia de la marina – de Benito Perojo avec Susana Campos
Histoire d’une mauvaise femme ( historia de una mala mujer ) de Luis Saslavsky avec Dolores del Rio
Don Juan Tenorio – de Luis César Amadori avec Tita Merello
1949Un hombre solo no vale nada – de Mario C. Lugones avec Amelia Vargas
Miguitas en la cama – de Mario C. Lugones avec Patricia Morand
La cuna vacía – de Carlos Rinaldi avec Jacinta Diana
1950Cuando besa mi marido – de Carlos Schlieper avec Susana Campos
Filomena Marturano – de Luis Mottura avec Tita Merello
Madre Alegría – de Ricardo Núñez avec Amalia Sánchez Ariño
La drogue qui tue / Haschich la drogue qui tue ( Marihuana ) de León Klimovsky avec Fanny Navarro
1951Suburbio – de León Klimovsky avec Margarita Corona
Ça s’est passé dans mon quartier ( pasó en mi barrio / toda una mujer / todo el barrio lo sabía ) de Mario Soffici avec Mirtha Torres
1952Ellos nos hicieron así – de Mario Soffici avec Olga Zubarry
1953La rue du péché ( la calle del pecado ) de Ernesto Arancibia avec Mercedes Escribano
La mujer desnuda – de Ernesto Aranciaba avec María del Río
1954Descente aux enfers ( caídos en el infierno ) de Luis César Amadori avec Laura Hidalgo
Barrio Gris – de Mario Soffici avec Fernanda Mistral
1955La nuit de Vénus ( la noche de Venus ) de Virgilio Muguerza avec Ivana Kislinger
¡ Que seas feliz ! – de Julián Soler avec Rosita Quintana
1956La adúltera – de Tulio Demicheli avec Silvia Pinal
La dulce enemiga – de Tito Davison avec Silvia Pinal
La bestia humana / Los asesinos también mueren – de Daniel Tinayre avec Massimo Girotti
1957La femme marquée ( la mujer marcada ) de Miguel Morayta avec Ana Luisa Peluffo
1958Socios para la aventura – de Miguel Morayta avec Ana Luisa Peluffo
Le chef ( el jefe ) de Fernando Ayala avec Graciela Borges
    Condor d’Argent du meilleur acteur par l’association des critiques du cinéma argentin, Argentine
1959Yo quiero vivir contigo / La gran aventura – de Carlos Rinaldi avec Nelly Meden
1960El asalto – de Kurt Land avec Thelma del Río
1961Buscando a Mónica / El secreto de Mónica – de José María Forqué avec Carmen Sevilla
Tú y yo somos tres – de Rafael Gil avec Katia Loritz
1962A hierro muere – de Manuel Mur Oti avec Olga Zubarry
L’espionne de Madrid ( la reina de Chantecler ) de Rafael Gil avec Sara Montiel
1963Le triomphe d’El Cordobés ( chantaje a un torero ) de Rafael Gil avec María Andersen
Scaramouche / Le masque de Scaramouche ( la máscara de Scaramouche / le avventure di Scaramouche / the adventures of Scaramouche ) de Antonio Isasi-Isasmendi avec Gérard Barray
Une jeune fille presque convenable ( una chica casi formal / ein f ast anständiges mädchen ) de Ladislao Vajda avec Liselotte Pulver
Un tiro por la espalda – de Antonio Román avec Perla Cristal
1964Secuestro en la ciudad – de Luis María Delgado avec Julieta Serrano
L’arme à gauche – de Claude Sautet avec Lino Ventura
1965L’homme de Marrakech – de Jacques Deray avec Claudine Auger
Moi d’abord ( primero yo ) de Fernando Ayala avec Cristina Berys
1966Las locas del conventillo / María y la otra – de Fernando Ayala avec Analía Gadé
Los guardiamarinas – de Pedro Lazaga avec Julia Gutiérrez Caba
1967Grazie, amore mio ( volver a vivir ) de Mario Camus avec Lea Massari
The desperate ones / Más allá de las montañas / Beyond the mountains – de Alexander Ramati avec Irene Papas
1968Las secretarias – de Pedro Lazaga avec Mary Carrillo
Salvare la faccia / Psychout for murder – de Rossano Brazzi avec Adrienne Larussa
Pas de pitié pour les héros ( l’urlo dei giganti / attack force Normandy / a bullet for Rommel / the fall of the giants / hell’s brigade / hell’s brigade : The final assault / hora cero: Operación Rommel ) de León Klimovsky avec Jack Palance
1969Rebus ( el crimen también juega / heißes spiel für harte männer / laberinto ) de Nino Zanchin avec Ann-Margret
Perversion story ( una sull’altre / una historia perversa / una historia sull’altra / one on top of the other ) de Lucio Fulci avec Marisa Mell
Le dernier des salauds / Les pistoleros de l’Ave Maria ( il pistolero dell’Ave Maria / tierra de gigantes ) de Ferdinando Baldi avec Luciana Paluzzi
Les quatre desperados ( los desperados / quei disperati che puzzano di sudore e di morte / a bullet for Sandoval / desperate men / those desperate men who smell of dirt and death / vengeance is mine ) de Julio Buchs avec Ernest Borgnine
De profesión, sus labores – de Javier Aguirre avec Laly Soldevila
Quand Santana empoigne le colt ( manos torpes ) de Rafael Romero Marchent avec Peter Lee Lawrence
1970L’étrange vice de madame Wardh ( lo strano vizio della signora Wardh / blade of the ripper / the next victim ! / next ! / la perversa señora Ward / the strange vice of Mrs. Wardh / lo strano vizio della signora Wardh ) de Sergio Martino avec Edwige Fenech
Carole / Le venin de la peur / Les salopes vont en enfer ( una lucertola con la pelle di donna / schizoid / a lizard in a woman’s skin / una lagartija con piel de mujer ) de Lucio Fulci avec Florinda Bolkan
1971Les pirates de l’île verte ( los corsarios / i pirati dell’isola verde ) de Ferdinando Baldi avec Annabella Incontrera
Plus venimeux que le cobra ( l’uomo più velenoso del cobra / cobras humanas / human cobras / the man more venomous than the cobra / target : Murder ) de Bitto Albertini avec Erika Blanc
La queue du scorpion ( la coda dello scorpione / case of the scorpion’s tail / la cola del escorpión / scorpion’s tail ) de Sergio Martino avec Anita Strindberg
La folie des grandeurs / Les sombres héros – de Gérard Oury avec Louis de Funès
Las colocadas – de Pedro Masó avec Teresa Gimpera
1972Terreur dans le Shanghai Express ( horror express / pánico en el Transiberiano ) de Eugenio Martin avec Peter Cushing
1973Le crime de la Via Condotti / Meurtres à Rome / Un flic obstiné ( la chica de Via Condotti / la ragazza di Via Condotti / special killers ) de Germán Lorente avec Frederick Stafford
Per amore Ofelia – de Flavio Mogherini avec Françoise Fabian
La chasse sanglante ( open season / los cazadores / the recon game ) de Peter Collinson avec William Holden
Cet emmerdeur de Charly (what changed Charley Farthing ? / the bananas boat ) de Sidney Hayers avec Hayley Mills
1974Zorrita Martínez – de Vicente Escrivá avec José Luis López Vázquez
Dix petits nègres ( and then there were none / ein unberkannter rechnet ab / ten little indians / diez negritos / zehn kleine negerlein / …e poi non ne rimasse nessumo ) de Peter Collinson avec Elke Sommer
1975Una abuelita de antes de la guerra – de Vicente Escrivá avec Helga Liné
La joven casada – de Mario Camus avec Ornella Muti
Strip-tease ( striptease / insanity ) de Germán Lorente avec Terence Stamp
1976Fulanita y sus menganos – de Pedro Lazaga avec Antonio Vilar
Último deseo – de León Klimovsky avec Antonio Mayans
El erotismo y la informática – de Fernando Merino avec Ágata Lys
El hombre que supo amar – de Miguel Picazo avec Timothy Dalton
1977La violación – de Germán Lorente avec Manuel Alexandre
Cazar un gato negro – de Rafael Romero Marchent avec Sue Vanner
Hold-up ( hold-up, instantánea de una corrupción / hold-up, istantanea di una rapina ) de Germán Lorente avec Marcel Bozzuffi
1978Venus de fuego – de Germán Lorente avec Simón Andreu
Avisa a Curro Jiménez – de Rafael Romero Marchent avec Alfredo Mayo
Sentados al borde de la manana empanadas con los pies colgando – de Antonio J. Betancor avec Miguel Bosé
Sept filles dangereuses ( siete chicas peligrosas / sette ragazze di classe ) de Pedro Lazaga avec Janet Agren
1979La amante ingenua – de José Ulloa avec Tony Isbert
Violence à Manaos ( Manaos / rebelión en la selva ) de Alberto Vázquez Figueroa avec Agostina Belli
1980El infierno tan temido – de Raúl de la Torre avec Graciela Borges
    Condor d’Argent du meilleur acteur par l’association des critiques du cinéma argentin, Argentine
1981El hombre del subsuelo – de Nicolás Sarquís avec Regina Duarte
1983Noches sin lunas ni soles – de José A. Martínez Suárez avec Luisina Brando
1984Los tigres de la memoria – de Carlos Galettini avec Olga Zubarry
1994Y peque Carlos, peque – de Juan Carlos Desanzo avec Luisina Brando
1995Lola Mora – de Javier Torre avec Leonor Benedetto
1999Bossa Nova et vice versa ( Bossa Nova ) de Bruno Barreto avec Amy Irving
2000Lua de outubro / Luna de octubre – de Henrique de Freitas Lima avec Cristiane Freitas
2003Cleopatra – de Eduardo Mignogna avec Norma Aleandro
2004Tapas – de José Corbacho & Juan Cruz avec Ángel de Andrés López
2010La mala verdad – de Miguel Angel Rocca avec Analía Couceyro
Fiche créée le 14 décembre 2011 | Modifiée le 26 septembre 2016 | Cette fiche a été vue 4602 fois
PREVIOUSAlberto De Martino || Alberto de Mendoza || Marguerite de MorlayeNEXT