CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gloria Swanson
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Aldo Fabrizi



Date et Lieu de naissance : 1er novembre 1905 (Rome, Italie)
Date et Lieu de décès : 2 avril 1990 (Rome, Italie)
Nom Réel : Aldo Fabbrizi

ACTEUR
Image
1947 Vivre en paix (vivere in pace) de Luigi Zampa avec Mirella Monti, Ave Ninchi & John Kitzmiller
Image
1951 Gendarmes et voleurs (guardie e ladri) de Mario Monicelli & Steno avec Totò & Rossana Podesta
Image
1961 Les mille et une nuits (le meraviglie di Aladino) de Henry Levin & Mario Bava avec Donald O’Connor
Image
1974 Nous nous sommes tant aimé (c’eravamo tanto amati) de Ettore Scola avec Stefania Sandrelli

Aldo Fabrizi est né à Rome le 1er novembre 1905. Sa figure haute en couleur est inséparable du cinéma italien d’après guerre. De cet homme jovial et corpulent, qui aime croquer des silhouettes de Romains naïfs et débrouillards, de cet acteur immensément populaire en Italie et très aimé de ses compatriotes, on retient d’abord quelques rôles marquants. Et avant tout celui de Don Pietro, dans «Rome ville ouverte» (1945) de Roberto Rossellini, ce prêtre résistant, arrêté par la Gestapo puis fusillé devant les enfants de sa paroisse. Celui aussi de ce fermier, dans «Vivre en paix» (1947) de Luigi Zampa, qui, pendant la guerre, héberge des soldats américains, et qui finit sous les balles allemandes. On lui confie d’autres emplois dramatiques, comme celui de cet ancien brigadier de police dans «Tombolo, paradis noir» (1947) de Giorgio Ferroni, qui a perdu sa femme dans un bombardement ou encore celui du tyran de Viterbe dans l’admirable film de Roberto Rossellini, «Les onze fioretti de François d’Assise» (1949).

Pourtant, le nom de Aldo Fabrizi reste associé avant tout à la comédie à l’italienne, un genre qui participe du génie propre de la péninsule, équilibre miraculeux entre le rire et les larmes. C’est ainsi que dans «Avanti c’e posto» (1942) de Mario Bonnard, il interprète un receveur d’autobus qui tombe amoureux d’une femme de chambre, et le voilà concierge dans «Mon fils professeur» (1946), où il se saigne aux quatre veines pour offrir de bonnes études à son fils. Il revêt aussi la défroque d’un riche confiseur dans «Sa Majesté M. Dupont» (1950) de Alessandro Blasetti, où il connaît des mésaventures avec la robe de communion de sa fille et il emprunte l’identité d’un cheminot partagé entre sa femme - Vera Nandi - et sa maîtresse - Sophie Desmarets - dans «Rome Paris Rome» (1951) de Luigi Zampa. L’âge venant, il incarne le père sympathique mais inconséquent d’une jeune lycéenne nommée Marina Vlady dans «L’âge de l’amour» (1953) de Lionello De Felice, qui, dans «Un siècle d’amour» (1953) propose à Aldo Fabrizi, la même année, le rôle d’un prêtre qui, durant le Risorgimento, doit abriter, malgré sa sympathie pour les soldats du pape, deux garibaldiens. Et comment oublier l’arriviste fruste et grossier, boursouflé et presque monstrueux, de «Nous nous sommes tant aimés» (1974) de Ettore Scola?

Fleuron de la comédie italienne, il rencontre à plusieurs reprises, et c’est normal, celui qui l’incarne et la symbolise pour jamais, le grand Totò. Les voilà donc ensemble dans «Fripouillard et compagnie» (1959) de Steno, où contrôleur fiscal, il épluche les comptes du commerçant Totò, dans «Totò, Fabrizi et les jeunes d’aujourd’hui» (1960) de Mario Mattoli ou dans «Totò contre les quatre (1963) de Steno. Mais Aldo Fabrizi a d’autres cordes à son arc: c’est un scénariste réputé, qui a participé, parfois avec la grande scénariste Suso Cecchi d’Amico, à l’écriture de nombre de ses films, mais aussi, et surtout, un réalisateur (et un producteur), très méconnu en France. On lui doit notamment une trilogie qui, sur le mode de la comédie italienne, conte les mésaventures d’une famille romaine ordinaire: «La famiglia Passagai» (1951),avec Peppino De Filippo et Ave Ninchi, «La famiglia Passagai la fortuna» (1952) et «Papa diventa mamma» (1952), avec Giovanna Ralli.

Amateur de bonne chère, ce que trahissait sa silhouette rebondie, Aldo Fabrizi écrivit, à la fin de sa vie, plusieurs livres de cuisine. Il décède le 2 avril 1990 à Rome.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1940Madeleine, zéro de conduite ( Maddalena, zero in condotta ) de Vittorio De Sica avec Vera Bergman
    Seulement doublage voix de Giuseppe Vari
1942Avanti c’è posto – de Mario Bonnard avec Andrea Checchi
    + sujet & scénario
1943Campo de’ fiori – de Mario Bonnard avec Anna Magnani
    + adaptation & scénario
Le diamant mystérieux / Dernier fiacre ( l’ultima carrozella ) de Mario Mattoli avec Anna Magnani
    + sujet & scénario
1944Circo equestre za-bum – de Mario Mattoli avec Alida Valli
    Segments « Dalla finestra » & « Il postino »
1945Rome ville ouverte ( Roma, città aperta ) de Roberto Rossellini avec Anna Magnani
1946Mon fils professeur ( mio figlio professore ) de Renato Castellani avec Mario Soldati
    + scénario
1947Vivre en paix ( vivere in pace ) de Luigi Zampa avec Mirella Monti
    + scénario
    Prix du meilleur scénario au festival international du cinéma de Locarno, Suisse

    Diplôme du Mérite du meilleur acteur étranger aux prix Jussi du cinéma finlandais, Finlande ( 1954 )

Le crime de Giovanni Episcopo ( il delitto di Giovanni Episcopo ) de Alberto Lattuada avec Yvonne Sanson
    + scénario
    Prix de la Biennale Spécial du mérite artistique au festival du cinéma de Venise, Italie

Tombolo paradis noir ( Tombolo, paradisio nero ) de Giorgio Ferroni avec Nada Fiorelli
Noël au camp 119 ( Natale al campo 119 ) de Pietro Francisci avec Massimo Girotti
    + scénario
1948Emigrantes – de Aldo Fabrizi avec Adolfo Celi
    + scénario
1949Benvenuto, reverendo ! – de Aldo Fabrizi avec Massimo Girotti
    + scénario & production
Saint Antoine de Padoue ( Antonio di Padova ) de Piero Francisci avec Silvana Pampanini
Onze fioretti de François d’Assise ( Francesco giullare di dio ) de Roberto Rossellini avec Arabella Lemaitre
1950Dans les coulisses ( vita da cani ) de Steno & Mario Monicelli avec Gina Lollobrigida
    + scénario
Sa majesté monsieur Dupont ( prima comunione ) de Alessandro Blasetti avec Gaby Morlay
    Ruban d’Argent du meilleur acteur par le syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie

Trois pas au Nord ( three steps north / tre passi a nord ) de W. Lee Wilder avec Lea Padovani
Fiorenzo, il terzo uomo – de Stefano Canzio avec Renato Rascel
Paris est toujours Paris ( Parigi è sempre Parigi ) de Luciano Emmer avec Marcello Mastroianni
1951Rome Paris Rome ( signori, in carrozza ! ) de Luigi Zampa avec Noël Roquevert
Cameriera bella presenza offresi… – de Giorgio Pastina avec Isa Miranda
Gendarmes et voleurs ( guardie e ladri ) de Mario Monicelli & Steno avec Rossana Podesta
    + dialogues & scénario
    Diplôme du Mérite du meilleur acteur étranger aux prix Jussi du cinéma finlandais, Finlande ( 1954 )

La famiglia Passaguai – de Aldo Fabrizi avec Giovanna Ralli
    Seulement scénario, réalisation & production
La famiglia Passaguai fa fortuna – de Aldo Fabrizi avec Erminio Macario
    + scénario
L’heureuse époque ( altri tempi ) de Alessandro Blasetti avec Elisa Cegani
1952Cinque poveri in automobile – de Mario Mattoli avec Eduardo De Filippo
    + scénario
La maison du silence ( la conciencia acusa / la voce del silenzio ) de Georg Wilhelm Pabst avec Jean Marais
Papà diventa mamma – de Aldo Fabrizi avec Luigi Pavese
    + scénario & production
Une de celles là ( una di quelle / Totò, Peppino e… una di quelle ) de Aldo Fabrizi avec Totò
    + dialogues, scénario & production
1953Siamo tutti inquilini – de Mario Mattoli avec Anna-Maria Ferrero
C’est la vie ( questa è la vita ) de Luigi Zampa, Mario Soldati, Giorgio Pastina & Aldo Fabrizi avec Lucia Bosè
    + scénario – Segment « Marsina stretta » de Aldo Fabrizi
Un siècle d’amour ( cento anni d’amore ) de Lionello De Felice avec Carlo Ninchi
    Segment « Garibaldina »
L’âge de l’amour ( l’età dell’amore ) de Lionello De Felice avec Marina Vlady
Le spectacle le plus comique du monde ( il più comico spettacolo del mondo ) de Mario Mattoli avec May Britt
    Seulement apparition
The story of William Tell – de Jack Cardiff avec Errol Flynn
    Inachevé
Café chantant – de Camillo Mastrocinque avec Elena Giusti
Affaires de fou ( cose da pazzi / närrische geschichten ) de Georg Wilhelm Pabst avec Carla Del Poggio
1954Le voleur ( hanno rubato un tram ) de Mario Bonnard & Aldo Fabrizi avec Lucia Banti
    + scénario
I pappagalli – de Bruno Paolinelli avec Alberto Sordi
    + scénario
Carrousel des variétés ( carosello del varietà ) de Aldo Quinti & Aldo Bonaldi avec Josephine Baker
1955Donatella – de Mario Monicelli avec Elsa Martinelli
Io piaccio / La via del successo con le donne – de Giorgio Bianchi avec Tina Pica
I due compari – de Ruggero Maccari avec Giulia Rubini
    + sujet & scénario
Les amours de Capri ( un po’ di cielo ) de Giorgio Moser avec Gabriele Ferzetti
Accadde al penitenziario – de Giorgio Bianchi avec Walter Chiari
1956Guardia, guardia scelta, brigadiere e maresciallo – de Mauro Bolognini avec Gino Cervi
Mi permette, babbo ? – de Mario Bonnard avec Marisa De Leza
1957Premier mai / Le père et l’enfant – de Luis Saslavsky avec Yves Noël
Le destin d’un enfant / Rendez-vous de Gabriel ( el maestro / il maestro ) de Edouardo Manzanos Brochero & Aldo Fabrizi avec Mary Lamar
    + scénario
1958I prepotenti – de Mario Amendola avec Wandisa Guida
    + scénario
1959Les croulants terribles ( prepotenti più di prima ) de Mario Mattoli avec Nino Taranto
    + sujet & scénario
Un de la réserve ( un militare e mezzo ) de Steno avec Virna Lisi
    + scénario
Fripouillard et compagnie ( i tartassati ) de Steno avec Louis De Funès
    + scénario
Ferdinand roi de Naples ( Ferdinando 1, re di Napoli ) de Gianni Franciolini avec Renato Rascel
1960L’ange pourpre ( the angel wore red ) de Nunnally Johnson avec Joseph Cotten
Totò, Fabrizi et les jeunes d’aujourd’hui ( Totò Fabrizi e i giovani d’oggi ) de Mario Mattoli avec Totò
Fra’ Manisco cerca guai – de Walter Tamburella avec Maurizio Arena
1961Gerarchi si muore – de Giorgio Simonelli avec Hélène Chanel
Les mille et une nuits ( le meraviglie di Aladino ) de Henry Levin & Mario Bava avec Donald O’Connor
Les tueurs du R.S.R.2 ( das feuerschiff ) de Ladislao Vajda avec James Robertson Justice
1962I quattro monaci – de Carlo Ludovico Bragaglia avec Erminio Macario
Gli italiani e le donne – de Marino Girolami avec Walter Chiari
Twist, lolitas et jeunes provinciaux ( twist, lobite e Vitteloni ) de Marino Girolami avec Peppino Di Capri
Le jour le plus court ( il giorno più corto / il giorno più corto commedia umoristica) de Sergio Corbucci avec Antonella Lualdi
1963I quattro tassisti – de Giorgio Bianchi avec Gianrico Tedeschi
    Segment « L’uomo in blue »
Totò contre les quatre ( Totò contro i quattro ) de Steno avec Danny Paris
Le quatrième mousquetaire ( i quattro moschettieri ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Erminio Macario
1965À l’italienne ( made in Italy ) de Nanni Loy avec Milena Vukotic
    Segment « Il lavoro »
1966Sette monaci d’oro – de Moraldo Rossi avec Marc Lawrence
La belle et le serpent ( three bites of the apple ) de Alvin Ganzer avec Sylva Koscina
1971Le vengeur de la mafia / Comment entrer dans la mafia ? ( cose di cosa nostra ) de Steno avec Jean-Claude Brialy
    + scénario
1972Une Tosca pas comme les autres ( la Tosca ) de Luigi Magni avec Monica Vitti
1974Nous nous sommes tant aimé ( c’eravamo tanto amati ) de Ettore Scola avec Stefania Sandrelli
    Ruban d’Argent du meilleur second rôle masculin par le syndicat des journalistes de cinéma, Italie
1975I baroni – de Gian Paolo Lomi avec Andréa Ferréol
Le gynécologue de ces dames ( il ginecologo della mutua ) de Joe D’Amato avec Massimo Serato
1976Nerone – de Mario Castellacci & Pier Francesco Pintigore avec Maria Grazia Buccella
1986Giovanni, l’insouciant ( Giovanni senza pensieri ) de Marco Colli avec Sergio Castellitto
Fiche créée le 25 juin 2009 | Modifiée le 8 juin 2016 | Cette fiche a été vue 4436 fois
PREVIOUSChristine Fabréga || Aldo Fabrizi || Franco FabriziNEXT