CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ray Harryhausen
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Alec Guinness



Date et Lieu de naissance : 2 avril 1914 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 5 août 2000 (Midhurst, Royaume-Uni)
Nom Réel : Alec Guinness de Cuffe

ACTEUR

Alec Guinness de Cuffe naît le 2 avril 1914 dans la capitale britannique. Après une scolarité pour le moins discrète, il entre dans la vie active en travaillant en tant que rédacteur dans une agence publicitaire. En parallèle, il suit des cours d’art dramatique sous la houlette de Fay Compton. Pris par le démon du théâtre, Alec apparaît comme figurant dans nombres de pièces de théâtre montées à travers le pays. Mais bientôt, il est remarqué par deux de ses compatriotes qui lui donnent enfin sa chance: John Gielgud et Laurence Olivier. Ne voulant décevoir ces mentors, il s’acharne à devenir le comédien qu’ils attendent. Laurence Olivier l’engage pour le rôle-titre lorsqu’il monte une version moderne d’«Hamlet» avec sa troupe, l’«Old Vic Theatre» à la fin des années trente. En 1934, il apparaît néanmoins dans une production cinématographique britannique, mais sans se faire remarquer.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Alec Guinness s’enrôle dans la Royal Navy. Il n’interrompt pas pour autant son parcours artistique, profitant de ses permissions pour parfaire son métier de comédien. C’est à la sortie du conflit qu’Alec fait ses vrais débuts devant la caméra, sous la direction d’un jeune cinéaste, David Lean, qui lui offre un rôle, bien que secondaire, très important dans le déroulement du film, celui de Herbert Pocket dans «Les grandes espérances» (1946), tiré de l’œuvre de Charles Dickens avec John Mills. Ce rôle, il le connaît sur le bout des doigts, car le jeune comédien l’avait tenu sur scène dans une version théâtrale dont il avait signé lui-même la mise en scène deux ans plus tôt. En 1948, toujours sous la direction de David Lean, Alec Guinness incarne Fagin, dans une des nombreuses adaptations d’«Oliver Twist». En 1950, il accède enfin au statut de vedette en interprétant pas moins de huit personnages différents (dont celui d’une femme) lorsque la célèbre firme «Ealing», réputée pour ses comédies loufoques, mais néanmoins grinçantes, met en chantier «Noblesse oblige», réalisé par Robert Hamer. Il devient l’un des fers de lance de la firme, bientôt rejoint par un certain Peter Sellers, en 1955. Fidèle à son ami David Lean, il fait partie de la distribution du «Pont de la rivière Kwaï (1957), où son interprétation lui vaut l’Oscar du meilleur acteur, ainsi que le Golden Globe, de «Lawrence d’Arabie» (1962), avec Anthony Quinn, Omar Sharif et le débutant Peter O’Toole, et du «Docteur Jivago» (1965).

Fort d’une impressionnante filmographie, Alec Guinness n’hésite pas à endosser l’uniforme d’Adolf Hitler dans «Les dix derniers jours d’Hitler» (1972) réalisé par Ennio de Concini. À la fin des années quatre-vingts, une nouvelle génération de cinéphiles redécouvrent l’immense acteur, lorsqu’il accepte d’apparaître dans une production de science-fiction américaine, «La guerre des étoiles» (1976) réalisée par George Lucas. Dans son autobiographie, Alec Guinness écrit qu’il détestait ce rôle et que les répliques n’étaient pas à la hauteur de son personnage. Quelle ironie! C’est grâce au rôle d’Obi-Wan Kenobi que ce grand comédien trouve un second souffle à sa carrière et un nouveau public.

Après soixante ans d’une carrière bien remplie, Alec Guinness se retire des feux des projecteurs, laissant la voie libre à son fils Matthew Guinness, qui a décidé, lui aussi, de suivre les traces de son père. Anobli par la Reine Elizabeth II, Sir Guinness s’éteint le 5 août 2000 dans sa propriété de Midhurst dans le Sussex, vaincu par un cancer du foie.

© Christophe LAWNICZAK

copyright
1934Prima Donna ( evensong ) de Victor Saville avec Arthur Sinclair
    Seulement figuration
1946Les grandes espérances ( great expectations ) de David Lean avec John Mills
1947Oliver Twist – de David Lean avec Robert Newton
1949Noblesse oblige ( kind, hearts and coronets ) de Robert Hamer avec Valerie Hobson
    Prix NBR du meilleur acteur par la National Board of Review, USA

De la coupe aux lèvres / Vous en aurez pour votre argent ( a run for your money ) de Charles Frend avec Clive Morton
1950Vacances sur ordonnance ( last holiday ) de Henry Cass avec Beatrice Campbell
Le moineau de la Tamise ( the mudlark ) de Jean Negulesco avec Irene Dunne
1951De l’or en barre ( the Lavender Hill mob ) de Charles Crichton avec Stanley Holloway
    Ruban d’Argent du meilleur acteur étranger par le syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie

L’homme au complet blanc ( the man in the white suit ) de Alexander Mackendrick avec Cecil Parker
1952Trois dames et un as ( the card / the promoter ) de Ronald Neame avec Petula Clark
CM The Square Mile – de ?
    Seulement narration
1953Tonnerre sur Malte ( the Malta story ) de Brian Desmond Hurst avec Muriel Pavlow
Capitaine Paradis / Le paradis du capitaine ( the captain’s Paradise / the captain’s progress / paradise ) de Anthony Kimmins avec Yvonne De Carlo
Détective du bon dieu ( father Brown / the detective ) de Robert Hamer avec Bernard Lee
1954Deux anglais à Paris / A Paris tous les deux ( to Paris with love ) de Robert Hamer avec Odile Versois
L’emprisonné / Le prisonnier ( the prisoner ) de Peter Glenville avec Jack Hawkins
    Saint Jordi du meilleur acteur étranger aux prix Sant Jordi de Barcelone, Espagne

DO The Statford adventure – de Morhen Parker avec Michael Bates
1955Tueur de dames ( the ladykillers / the lady killers ) de Alexander Mackendrick avec Herbert Lom
DO Rowlandson’s England – de John Hawksworth
    Seulement voix
1956Le cygne ( the swan ) de Charles Vidor avec Grace Kelly
1957Il était un petit navire ( all at sea / Barnacle Bill ) de Charles Frend avec Donald Pleasence
Le pont de la rivière Kwai ( the bridge on the River Kwai ) de David Lean avec William Holden
    + chansons
    Oscar du meilleur acteur, USA

    BAFTA du meilleur acteur anglais aux British Academy Awards, Grande-Bretagne

    Golden Globe du meilleur acteur de cinéma catégorie drame, USA

    Laurel d’Or de la meilleure interprétation masculine dramatique, USA

    Prix NBR du meilleur acteur par la National Board of Review, USA

    Prix NYFCC du meilleur acteur par l’association des critiques de cinéma de New York, USA

    Saint Jordi du meilleur acteur étranger aux prix Sant Jordi de Barcelone, Espagne
1958De la bouche du cheval / Le génial monsieur G. ( the horse’s mouth ) de Ronald Neame avec Kay Walsh
    + scénario
    Coupe Volpi du meilleur acteur au festival du cinéma de Venise, Italie

    Laurel d’Or de la meilleure interprétation masculine de comédie, USA

    Saint Jordi du meilleur acteur étranger aux prix Sant Jordi de Barcelone, Espagne
1959Le bouc émissaire ( the scapegoat ) de Robert Hamer avec Bette Davis
Notre agent à la Havane ( our man in Havana ) de Carol Reed avec Maureen O’Hara
1960 Les fanfares de la gloire ( tunes of glory ) de Ronald Neame avec Susannah York
1961Le gentleman en kimono ( a majority of one ) de Mervyn LeRoy avec Rosalind Russell
1962Les mutinés du Téméraire / Les révoltés du Téméraire ( H.M.S. Defiant / damn the Defiant ! ) de Lewis Gilbert avec Dirk Bogarde
Lawrence d’Arabie ( Lawrence of Arabia ) de David Lean avec Peter O’Toole
1963La chute de l’empire romain ( the fall of the roman empire ) de Anthony Mann avec Sophia Loren
1964Situation désespérée…mais pas sérieuse ( situation hopeless… but not serious ) de Gottfried Reinhardt avec Robert Redford
1965Le secret du rapport Quiller ( the Quiller memorandum ) de Michael Anderson avec Senta Berger
Docteur Jivago ( doctor Zhivago ) de David Lean avec Omar Sharif
CM Pasternak – de ? avec Geraldine Chaplin
    Seulement apparition
1966Paradiso Hôtel du libre échange ( Hotel Paradiso ) de Peter Glenville avec Gina Lollobrigida
1967Les comédiens ( the comedians ) de Peter Glenville avec Elizabeth Taylor
    Prix KCFCC du meilleur second rôle masculin par le cercle des critiques de cinéma de Kansas City, USA

DO The comedians in Africa – de ? avec Richard Burton
    Seulement apparition
1969Cromwell – de Ken Hughes avec Robert Morley
1970Scrooge / Mr. Scrooge – de Ronald Neame avec Albert Finney
    + chansons
1972François et le chemin du soleil ( fratello sole, sorella luna / brother sun, sister moon ) de Franco Zeffirelli avec Michael York
Les dix derniers jours d’Hitler ( gli ultimi 10 giorni di Hitler / Hitler: The last ten days ) de Ennio de Concini avec Simon Ward
1976Un cadavre au dessert ( murder by death ) de Robert Moore avec Maggie Smith
La guerre des étoiles ( star wars / star wars : Episode IV : A new hope ) de George Lucas avec Harrison Ford
    Saturn du meilleur second rôle masculin par l’Académie des films d’horreur, fantastique & de science fiction, USA

    Prix du meilleur acteur aux Evening Standard British Film Awards, Grande-Bretagne
1977 DO To see such fun – de Jon Scoffield avec Dirk Bogarde
1980La guerre des abîmes / Renflouez le Titanic ( raise the Titanic ) de Jerry Jameson avec Richard Jordan
L’empire contre-attaque ( the empire strikes back / star wars : Episode V – The empire strikes back ) de Irvin Kerschner avec Carrie Fisher
1981Le petit Lord Fontleroy ( little Lord Fontleroy ) de Jack Gold avec Ricky Schroeder
1982Le retour du Jedi ( return of the Jedi / star wars: Episode VI – Return of the Jedi ) de Richard Marquand avec Mark Hamill
1983Lovesick – de Marshall Brickman avec John Huston
1984La route des Indes ( a passage to India ) de David Lean avec Judy Davis
1986Little Dorrit ( little Dorrit’s story / nobody’s fault ) de Christine Edzard avec Derek Jacobi
    Prix LAFCA du meilleur second rôle masculin par le cercle des critiques de cinéma de Los Angeles, USA
1988Une poignée de cendres ( a handful of dust ) de Charles Sturridge avec Anjelica Huston
1991Kafka – de Steven Soderbergh avec Jeremy Irons
1992Un certain jour de juin ( a foreign field / we shall meet again ) de Charles Sturridge avec Jeanne Moreau
1995Témoin muet ( mute witness ) de Anthony Walker avec Marina Sudina
AUTRES PRIX :
      
    Oscar d’Honneur aux Academy Awards, USA ( 1980 )

    Gala Tribute par le Film Society of Lincoln Center, USA ( 1987 )

    Ours d’Or d’Honneur au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne (1988)

    Prix de l’Amitié de l’Académie aux British Academy Awards, Grande-Bretagne ( 1989 )

    Prix pour l’ensemble de sa carrière au Prix du cinéma britannique Evening Standard, Grande-Bretagne ( 1990 )

    Prix pour l’ensemble de sa carrière par le cercle des critiques de cinéma de Londres, Grande-Bretagne ( 1990 )

    Prix pour l’ensemble de sa carrière par les prix du cinéma européen, Europe ( 1996 )
Fiche créée le 3 février 2009 | Modifiée le 9 juin 2016 | Cette fiche a été vue 6408 fois
PREVIOUSJohn Guillermin || Alec Guinness || Julien GuiomarNEXT