CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jacques Dutronc
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Alice Sapritch



Date et Lieu de naissance : 29 juillet 1916 (Ortaköy, Empire Ottoman)
Date et Lieu de décès : 24 mars 1990 (Paris, France)
Nom Réel : Alice Sapric

ACTRICE
Image
1971 La folie des grandeurs – de Gérard Oury avec Louis de Funès, Yves Montand & Alberto de Mendoza
Image
1973 L’affaire Crazy Capo – de Patrick Jamain avec Maurice Ronet, Jean-Pierre Marielle & Jean Servais
Image
1983 Un bon petit diable – de Jean-Claude Brialy avec Philippe Clay, Bernadette Lafont & Michel Creton
Image
1983 Adam et Ève – de Jean Luret avec Michel Galabru, Jean-Marie Proslier, Jackie Sardou & Popeck

Alice Sapritch naît le 29 juillet 1916 à Ortaköy, petite ville cosmopolite, à proximité de la capitale de l’Empire Ottoman qui va bientôt faire place à la Turquie de Kemal Atatürk. Elle appartient à une famille de la bourgeoisie arménienne stambouliote qui, comme celle d’origine grecque ou juive, est souvent francophone. Son père, malheureusement possédé par la passion du jeu, va se ruiner. Alice arrive avec ses parents en Belgique en 1929. Puis elle gagne Paris où elle exerce plusieurs petits métiers pour payer ses cours chez de René Simon et au Conservatoire, dans la classe de Béatrix Dussane. Mais elle n’a ni la personnalité ni le physique d’une ingénue et, malgré son âge, l’un de ses premiers rôles est celui de la Reine Gertrude, mère d’Hamlet dans la pièce de William Shakespeare. Elle mène la vie bohème de Saint-Germain-des-Près et traverse tant bien que mal les années de guerre. Elle épouse en 1950 Guillaume Hanoteau, avocat résistant, devenu auteur dramatique, journaliste et scénariste de films. La même année, elle fait son premier film et joue une pharmacienne, dans un comique-troupier de Maurice Labro «Le tampon du capiston», avec Rellys, Jean Tissier et Pauline Carton. Elle interprète encore quelques petits rôles sous la direction de cinéastes comme l’Argentin Luis Saslavsky lors de sa période européen, Robert Hossein, Claude Autant-Lara, Jean Cocteau, François Truffaut.

Mais c’est à partir des années soixante et alors qu’elle approche de la cinquantaine, que le grand public découvre Alice Sapritch dans des interprétations de premier plan tirées de la littérature et adaptées pour la télévision comme: Catherine de Médicis dans «La Reine Margot» (1961) de Alexandre Dumas; «La cousine Bette» (1964) de Balzac; Mademoiselle de Percy dans «Le chevalier des Touches» (1966) de Jules Barbey d’Aurévilly; mais aussi l’abominable marâtre Folcoche dans «Vipère au poing» (1971) de Hervé Bazin. Plus tard la télévision lui donnera encore le très beau rôle de «Marie Besnard» (1986), d’après la véritable histoire d’une supposée empoisonneuse en série finalement acquittée faute de preuves.

Au début des années soixante-dix, Alice Sapritch, se voit remplacer dans le cœur de son mari par une jeune et pétillante comédienne, Amarande. Après un divorce qui la meurtrit profondément, celle qui a joué au théâtre des grands auteurs comme Ionesco, Beckett ou Pirandello, poursuit une carrière cinématographique où elle n’hésite pas à apparaître dans des comédies parfois même des pantalonnades. Pour Gérard Oury, elle se fait l’étonnante duègne de la reine d’Espagne dans «La folie des grandeurs» (1971) et Eva Braun dans «Le führer en folie» (1973) avec Henri Tisot. Elle adhère aussi à l’univers de Raymond Devos dans son unique film «La raison du plus fou» (1973) mais participe cependant à des films plus graves comme «Les guichets du Louvre» (1973) de Michel Mitrani. Enfin, Philippe Bouvard et les auditeurs de RTL ne résistent pas à son humour lors des émissions radiophoniques des «Grosses têtes».

L’activité de Alice Sapritch se ralentit dans les années quatre-vingts avec seulement trois rôles cinématographiques dont celui de la Mère McMiche dans le «Bon petit diable» (1983) de la Comtesse de Ségur, adapté par Jean-Claude Brialy. Elle tourne un dernier téléfilm en 1989. Cette fascinante et talentueuse comédienne, particulièrement appréciée des Français pour sa personnalité hors normes, décède dans son appartement parisien, des suites d’un malaise respiratoire, le 24 mars 1990.

© Caroline HANOTTE

copyright
1950Le tampon du capiston – de Maurice Labro avec Rellys
1952Le crime du Bouif – de André Cerf avec Champi
1957Premier mai / Le père et l’enfant – de Luis Saslavsky avec Yves Montand
1958Le joueur – de Claude Autant-Lara avec Gérard Philipe
1959Les tripes au soleil – de Claude Bernard-Aubert avec Roger Blin
Les scélérats – de Robert Hossein avec Michèle Morgan
1960Le testament d’Orphée / Le testament d’Orphée, ou ne me demandez pas pourquoi ! – de Jean Cocteau avec Jean Marais
Tirez sur le pianiste – de François Truffaut avec Charles Aznavour
La fille aux yeux d’or – de Jean-Gabriel Albicocco avec Marie Laforêt
La menace – de Gérard Oury avec Paolo Stoppa
Candide / Candide ou l’optimisme au XXème siècle – de Norbert Carbonnaux avec Pierre Brasseur
1961Le tracassin / Les plaisirs de la ville – de Alex Joffé avec Bourvil
1964Les deux orpheline ( le due orfanelle ) de Riccardo Freda avec Simone Valère
1965Qui êtes-vous, Polly Maggoo ? – de William Klein avec Sami Frey
1966Le démoniaque – de René Gainville avec Jess Hahn
1967La fille d’en face – de Jean-Daniel Simon avec Bernard Verley
1970Sur un arbre perché – de Serge Korber avec Louis de Funès
L’île aux coquelicots – de Salvatore Adamo avec Pierre Vaneck
1971La folie des grandeurs / Les sombres héros – de Gérard Oury avec Yves Montand
1972Elle court, elle court la banlieue – de Gérard Pirès avec Marthe Keller
Les joyeux lurons – de Michel Gérard avec Michel Galabru
1973La raison du plus fou – de François Reichenbach & Raymond Devos avec Raymond Devos
Le concierge – de Jean Girault avec Bernard Le Coq
L’affaire Crazy Capo – de Patrick Jamain avec Jean Servais
L’événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la lune – de Jacques Demy avec Marcello Mastroianni
Colinot / L’histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise – de Nina Companeez avec Brigitte Bardot
Les guichets du Louvre – de Michel Mitrani avec Michel Auclair
Le führer en folie – de Philippe Clair avec Henri Tisot
Les vacanciers – de Michel Gérard avec Paul Préboist
1974Le plumard en folie / Les farfelous – de Jacques Lemoine avec Jean Lefebvre
Gross Paris – de Gilles Grangier avec Roger Pierre
1975L’intrépide – de Jean Girault avec Louis Velle
L’arriviste – de Samy Pavel avec Jacques Monod
DA Les douze travaux d’Astérix – de René Goscinny, Albert Uderzo & Pierre Watrin
    Seulement voix
1976Drôles de zèbres – de Guy Lux avec Sim
Le trouble fesse / Le gaffeur – de Raoul Foulon avec Jean Gaven
1978L’horoscope / Fais gaffe à la marche ! – de Jean Girault avec Jacques Marin
1979Les sœurs Brontë – de André Téchiné avec Isabelle Adjani
1983Un bon petit diable – de Jean-Claude Brialy avec Philippe Clay
Adam et Ève – de Jean Luret avec Jean-Marie Proslier
1985Bonjour les vacances 2 ! ( European vacation / National Lampoon’s european vacation ) de Amy Heckerling avec Chavy Chase
Fiche créée le 30 mars 2007 | Modifiée le 12 février 2013 | Cette fiche a été vue 8668 fois
PREVIOUSMary Santpere || Alice Sapritch || Martine SarceyNEXT