CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Sophie Daumier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Amparo Rivelles



Date et Lieu de naissance : 11 février 1925 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 7 novembre 2013 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : María Amparo Rivelles y Ladrón de Guevara

ACTRICE
Image
1946 Fuenteovejuna – de Antonio Román avec Fernando Rey, Manuel Luna, Rafael Calvo & Tony Leblanc
Image
1952 Le bourreau de Venise (il piombi di Venezia) de Gian Paolo Callegari avec Armando Francioli & Franca Marzi
Image
1970 La veuve blanche (la viuda blanca) de Carlos Lozano Dana avec Julio Alemán & Julián Pastor
Image
1986 Hay que deshacer la casa – de José Luis García Sánchez avec Amparo Soler Leal & José Luis López Vázquez

María Amparo Rivelles y Ladrón de Guevara, dite Amparo Rivelles naît à Madrid, le 11 février 1925, des très célèbres comédiens Rafael Rivelles, et María Fernanda Ladrón de Guevara, qui furent aussi de ces premiers Espagnols à tourner dans les studios hollywoodiens. La jeune Amparo, pas vraiment attirée par le métier, va néanmoins monter sur les planches dès l’adolescence, au sein de la compagnie théâtrale de sa mère qui a refait sa vie avec un autre homme de théâtre Pedro Larrañaga, père de son demi-frère (le futur grand acteur Carlos Larrañaga) qui encore tout enfant joue avec elle dans «Almas de Dios» (1941) de Ignacio F. Iquino.

L’année suivante, Amparo Rivelles signe en exclusivité un contrat avec la compagnie Cifesa, et stupéfiante de maturité et de présence pour ses tout justes dix-huit ans, elle donne la réplique à la grande vedette du moment, Alfredo Mayo (que la presse présente alors comme son fiancé à la ville), se faisant pauvrette de l’Espagne des années vingt dans «Malvaloca»; jeune noble coquette à l’époque des guerres carlistes dans «Un caballero famoso»; et très dynamique et moderne Cubaine dans «Deliciosamente tontos», une comédie de Juan de Orduña, avec toute une bande de farfelus joués par Alberto Romea, Miguel Pozanco, Antonio Riquelme, Francisco Martínez Soria, et Fernando Freyre de Andrade en inénarrable valet de chambre du héros. Elle poursuit sa carrière fulgurante en donnant la réplique aux plus célèbres jeunes premiers espagnols, portugais ou italiens de ces années-là comme Rafael Durán, Armando Calvo, Jorge Mistral, Antonio Vilar, Virgilio Teixeira, Adriano Rimoldi. Elle joue de tout y compris de grandes figures historiques comme l’épouse de Napoléon III dans «Eugenia de Montijo» (1944) de José López Rubio, ou une opposante de Charles Quint dans «La Leona de Castilla» (1950) de Juan de Orduña. Elle remonte aussi sur les planches pour notamment l’adaptation espagnole de la pièce de Jean-Paul Sartre, «Huis clos» donnée à Madrid en 1947, l’année où elle est au cinéma l’une des héroïne de «Fuenteovejuna», adaptée de l’œuvre de Lope de Vega, par Antonio Román, avec le grand Manuel Luna dans le rôle principal.

Dans les années cinquante, malgré quelques rôles dans des coproductions internationales, avec l’Italie ou le Mexique, dont «Le bourreau de Venise» (1953) de Gian Paolo Callegari, Amparo Rivelles se fait moins présente sur les grands écrans et alors qu’elle vient de donner naissance à une petite fille, Maria Fernanda, dont elle n’a jamais dit qui était le père, et qui fut à l’origine des plus folles suppositions lancées par les journaux péninsulaires, elle décide d’aller travailler outre-Atlantique, à Cuba, puis au Mexique où elle va vivre plus d’une vingtaine d’années et y poursuivre une brillante carrière théâtrale, cinématographique et de télévision.

Amparo Rivelles revient dans son pays natal à la fin des années 1970 pour se consacrer surtout au théâtre, même si elle reçoit un prix Goya pour son rôle dans «Hay que deshacer la casa» (1986) de José Luis García Sánchez. On la voit aussi dans des feuilletons télévisés de forte audience. Amparo Rivelles fait ses adieux à la scène en 2006 dans un théâtre de Santander où elle a débuté près de 70 ans auparavant. Elle va s’éteindre, à la suite d’une longue maladie des os, le 7 novembre 2013, dans un hôpital madrilène.

© Caroline HANOTTE

copyright
1940Mary Juana – de Armando Vidal avec Gabriel Llopart
1941Alma de Dios – de Ignacio F. Inquino avec Luis Prendes
Los ladrones somos gente honrada – de Ignacio F. Iquino avec Arturo Morillo
1942Malvaloca – de Luis Marquina avec Alfredo Mayo
Un caballero famoso – de José Buchs avec Antonio Casas
Deliciosamente tontos – de Juan de Orduña avec Alfredo Mayo
1943Eloísa está debajo de un almendro – de Rafael Gil avec Rafael Durán
1944El clavo – de Rafael Gil avec Rafael Durán
Eugenia de Montijo – de José López Rubio avec Mariano Asquerino
1945Espronceda / Espronceda Alonso – de Fernando Alonso Casares avec Armando Calvo
1946Augustia – de José Antonio Nieves Conde avec Rafel Bardem
Fuenteovejuna – de Antonio Román avec Fernando Rey
    Prix CEC de la meilleure actrice par le cercle des écrivains de cinéma, Espagne
1947La foi ( la fé ) de Rafael Gil avec Ricardo Calvo
    Prix CEC de la meilleure actrice par le cercle des écrivains de cinéma, Espagne

María de los Reyes – de Antonio Guzmán Merino avec Raúl Cancio
Si te hubieses casado conmigo – de Victor Tourjansky avec Adriano Rimoldi
1948La calle sin sol – de Rafael Gil avec Antonio Vilar
Sabela de Cambados – de Ramón Torrado avec Margarita Alexandre
1949La duchesse de Benameji / La reine de la Sierra Morena ( la duquesa de Benamejí ) de Luis Lucia avec Francisco Bernal
1950La leona de Castilla – de Juan de Orduña avec Virgilio Teixeira
De mujer a mujer – de Luis Lucía avec Fernando Fernández de Córdoba
1951Alba de América – de Juan de Orduña avec José Suárez
1952Le bourreau de Venise / Le prisonnier de Venise ( il piombi di Venezia) de Gian Paolo Callegari avec Armando Francioli
1953Tres citas con el destino / Maleficio – de Florián Rey, León Klimovsky & Fernando de Fuentes avec Jorge Mistral
1955El indiano – de Fernando Soler avec José Calvo
La perverse / Suprême sacrifice / Passion criminelle / À cœur ouvert ( la herida luminosa ) de Tulio Demicheli avec Arturo de Córdova
Monsieur Arkadin : Dossier secret / Dossier secret ( Mr. Arkadin / confidential report ) de Orson Welles avec Michael Redgrave
1957El batallón de las sombras – de Manuel Mur Oti avec José Suárez
Guet-apens à Tanger ( agguato a Tangeri / un hombre en la red ) de Riccardo Freda avec Edmund Purdom
1958Les enfants du divorce ( los hijos del divorcio ) de Mauricio de la Serna avec Enrique Rambal
1959L’amour que je t’ai donné ( el amor que yo te di ) de Tulio Demicheli avec Arturo de Córdova
1960Un ángel tuvo la culpa – de Luis Lucia avec Gérard Tichy
El esqueleto de la señora Morales – de Rogelio A. González avec Arturo de Córdova
1964Histoire d’une canaille ( historia de un canalla ) de Julio Bracho avec Fernando Soler
Los novios de mis hijas – de Alfredo B. Crevenna avec Rodolfo de Anda
1965Le fugitif ( el fugitivo ) de Emilio Gómez Muriel avec Luis Aguilar
1968Quand les enfants s’en vont ( cuando los hijos se van ) de Julián Soler avec Rafael del Río
La fête des mères ( el día de las madres ) de Alfredo B. Crevenna avec Sara García
1969La maison des jeunes filles ( la casa de las muchachas ) de Fernando Cortés avec Enrique Rambal
Los problemas de mamá – de Alfredo B. Crevenna avec Joaquín Cordero
Remolino de pasiones – de Alejandro Galindo avec Carlos Piñar
1970La veuve blanche ( la viuda blanca ) de Carlos Lozano Dana avec Julio Alemán
Ave sin nido / Anita de Montemar – de Manuel Zecena Diéguez avec Raúl Ramírez
El juicio de los hijos – de Alfredo B. Crevenna avec Guillermo Murray
1971Una vez, un hombre... – de Guillermo Murray avec Pedro Armendáriz Jr.
El medio pelo – de Carlos Velo avec Manuel López Ochoa
¿ Quién mató al abuelo ? – de Carlos Enrique Taboada avec Víctor Junco
1972Indio – de Rodolfo de Anda avec Emilio Fernández
Il y a des anges sans ailes ( hay ángeles sin alas ) de Raúl de Anda hijo avec Eduardo de la Peña
1973La belle-mère ( la madrastra ) de Roberto Gavaldón avec John Moulder-Brown
1974Présage ( presagio ) de Luis Alcoriza avec David Reynoso
1976La plage vide ( la playa vacía ) de Roberto Gavaldón avec Jorge Rivero
1977La coquito – de Pedro Masó avec Fernando Allende
    Prix ACE de la meilleure actrice de cinéma aux Prix ACE de New York, USA
1981La maison de Bernarda Alba ( la casa de Bernarda Alba ) de Gustavo Alatriste avec Rosenda Monteros
1983Les soldats de plomb ( soldados de plomo ) de José Sacristán avec Fernando Fernán Gómez
1986Hay que deshacer la casa – de José Luis García Sánchez avec Amparo Soler Leal
    Goya de la meilleure actrice, Espagne
1988Le marquis d’Esquilache ( Esquilache ) de Joaquín Molina & Josefina Molina avec José Luis López Vázquez
1991Le jour de ma naissance ( el día que nací yo ) de Pedro Olea avec Joaquim de Almeida
1994Mar de luna – de Manolo Matji avec Juan Luis Galiardo
1996 DO Sombras y luces : cien años de cine español – de Antonio Giménez Rico avec Maribel Verdú
    Seulement apparition
1999 CM El olor de las manzanas – de Juan Cruz avec Rebeca López
AUTRES PRIX :
      
    Fotogramas de Plata Spécial aux prix Fotogramas de Plata de Madrid, Espagne ( 1994 )

    Prix pour l’ensemble de sa carrière par le cercle des écrivains de cinéma, Espagne ( 2007 )
Fiche créée le 8 novembre 2013 | Modifiée le 16 février 2015 | Cette fiche a été vue 2735 fois
PREVIOUSEmmanuelle Riva || Amparo Rivelles || Rafael RivellesNEXT