CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Carmen Montejo
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

André Baugé



Date et Lieu de naissance : 4 janvier 1893 (Toulouse, France)
Date et Lieu de décès : 25 mai 1966 (Clichy-la-Garenne, France)
Nom Réel : André Gaston Baugé

ACTEUR
Image
1930 Petit officier… adieu ! – de Géza von Bolváry avec Liane Haid, Willi Forst & Hedwig Bleibtreu
Image
1931 Pour un sou d’amour – de Jean Grémillon avec Josseline Gaël, Charles Dechamps & Raymond Cordy
Image
1932 L’ange gardien – de Jean Choux avec Pola Illéry, Paul Azaïs, Christiane Delyne, Robert Goupil & Jean Wall
Image
1935 Le roman d’un jeune homme pauvre – de Abel Gance avec Pierre Fresnay & Marie Bell

André Baugé voit le jour le 4 janvier 1893, à Toulouse (Haute-Garonne). Sa mère, Anne Tariol-Baugé, est chanteuse lyrique, son père est sculpteur. André souhaite devenir artiste-peintre puis il s’oriente vers le chant. Mobilisé en 1914, il est très grièvement blessé au poumon, en 1917, et doit être réformé. Il peut néanmoins poursuivre une carrière de chanteur. Engagé à l’Opéra-comique de Paris, il y devient bientôt premier baryton. À partir de 1925, il se tourne résolument vers l’opérette et se produit notamment au Trianon Lyrique dont il sera un temps directeur. Avant Tino Rossi, Luis Mariano ou Georges Guétary, il touche un immense public en chantant à la TSF et en enregistrant ses premiers disques. Il grave même des airs populaires comme «Auprès de ma blonde» ou «L’angélus de la mer» repris par Damia.

En 1921, André Baugé découvre le cinéma avec le réalisateur Théo Bergerat qui le dirige dans «La fleur des Indes» avec Huguette Duflos. Fort de cette expérience, il s’intéresse aux premiers essais des films sonores et tourne en 1929, dans les studios de la Paramount à Joinville-Le-Pont, «La route est belle» de Robert Florey. Le jeune réalisateur filme un Paris très carte postale avec un André Baugé, sympathique chanteur des rues. Il fait bientôt la connaissance d’une riche Américaine et devient une grande vedette. Il chante à tous moments, à la grande joie des spectateurs, en alternant musiques populaires et airs d’opéra. C’est un énorme succès. L’année suivante André Baugé retrouve les studios français mais aussi allemands. Il apparaît notamment dans le très viennois «Petit officier…adieu!» de Géza von Bolváry avec Laine Haid, et «Un petit café» de l’Allemand Ludwig Berger, avec Maurice Chevalier et Françoise Rosay. En 1931, notre chanteur comédien rencontre le cinéaste musicien Jean Grémillon. Il en découle une charmante comédie «Pour un sou d’amour» où André Baugé joue un milliardaire qui veut être aimé pour lui-même. Se faisant passer pour un simple secrétaire, il séduit et épouse Françoise, la toute jeune Josseline Gaël, nièce d’un vieil avare. Puis André redevient chanteur d’opéra pour «Le barbier de Séville» (1933), avec Josette Day, sur des musiques de Mozart et de Rossini. En 1935, il tourne son dernier long métrage «Le roman d’un homme pauvre» de Abel Gance, d’après Octave Feuillet, avec son épouse de l’époque, Suzanne Laydeker. Pierre Fresnay en noble désargenté et Marie Bell en riche bourgeoise forment le couple vedette de ce mélodrame. André Baugé poursuit ensuite une très riche carrière de chanteur.

Pendant l’occupation, il reprendre notamment avec sa mère, au théâtre Mogador, l’opérette «Véronique» de Albert Vanloo et Georges Duval, sur une musique de André Messager. Après la guerre, il se consacre à l’enseignement et devient professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il refait par la suite quelques tournées avec ses grands succès et aura même le plaisir de se produire avec sa fille Annick Baugé, qu’il a eue avec Lucienne Dugard, voix française de «Blanche Neige».

André Baugé, sans doute l’un des premiers chanteurs du cinéma français devenu sonore, décède des suites d’une congestion pulmonaire, à Clichy-la-Garenne, en région parisienne, le 25 mai 1966. Il avait soixante-treize ans.

© Caroline HANOTTE

copyright
1921La fleur des Indes – de Théo Bergerat avec Huguette Duflos
1929La route est belle – de Robert Florey avec Mady Berry
1930Le petit café – de Ludwig Berger avec Maurice Chevalier
Un caprice de la Pompadour – de Willi Wolff & Joe Hamman avec Marcelle Denya
Petit officier… adieu ! – de Géza von Bolváry avec Laine Haid
Rondes des heures / La ronde des heures – de Alexandre Ryder avec Léon Bélières
1931Pour un sou d’amour – de Jean Grémillon avec Josseline Gaël
1932L’ange gardien – de Jean Choux avec Pola Illéry
1933Le barbier de Séville – de Jean Kemm & Hubert Bourlon avec Josette Day
CM La forge – de Jean de Size avec Emile Marcelin
1935La route heureuse – de Georges Lacombe avec Edwige Feuillère
La fille de Madame Angot – de Jean Bernard-Desrone avec Arletty
Le roman d’un jeune homme pauvre – de Abel Gance avec Marie Bell
Fiche créée le 16 mars 2007 | Modifiée le 29 mars 2007 | Cette fiche a été vue 5212 fois
PREVIOUSHenri Baudin || André Baugé || Jacques BaumerNEXT