CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de José Baviera
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

André Cayatte



Date et Lieu de naissance : 3 février 1909 (Carcassonne, France)
Date et Lieu de décès : 6 février 1989 (Paris, France)
Nom Réel : André Jean Cayatte

REALISATEUR
Image
1950 Justice est faite – de André Cayatte avec Valentine Tessier, Antoine Balpêtré & Claude Nollier
Image
1954 Le dossier noir – de André Cayatte avec Bernard Blier, Danièle Delorme, Jean-Marc Bory & Lea Padovani
Image
1962 Le glaive et la balance – de André Cayatte avec Anthony Perkins & Jean-Claude Brialy
Image
1974 Verdict – de André Cayatte avec Jean Gabin, Sophia Loren, Michel Albertini & Gisèle Casadesus

Un regard intense au fond des orbites trahit le tempérament ardent d’un homme de conviction. Cinéaste français André Cayatte est surtout connu par ses films plaidoyers pour une justice plus humaine. Son crédo? Le cinéma, par la force des images, est aussi un puissant vecteur pour éveiller les consciences. Né le 3 février 1909 à Carcassonne, André Cayatte entreprend des études de lettres et de droit pour se diriger vers le métier d’avocat. Mais il s’intéresse tout autant au journalisme et à l’écriture. Il publie plusieurs romans et collabore à la rédaction de scénarios par lesquels il pénètre le monde du cinéma avec notamment «Entrée des artistes» (1938) de Marc Allégret, avec Louis Jouvet, ou «Remorques» (1940) de Jean Grémillon, avec Jean Gabin. Il débute et se fait connaître avec l’adaptation de deux classiques français, «La fausse maîtresse» (1942), d’après Honoré de Balzac, jouée par Danielle Darrieux, puis «Au bonheur des dames» (1943), adapté de l’œuvre d’Emile Zola, avec Michel Simon. Il poursuit dans cette veine, avec une parenthèse pour des films plus populaires, avant de gagner en notoriété avec «Les amants de Vérone» (1948), version libre du «Roméo et Juliette» de Shakespeare dont il écrit le scénario en collaboration avec Jacques Prévert.

Le film dévoile un talent plus personnel et marque un tournant dans la carrière de André Cayatte qu’il convertit dès lors en croisade. Car le cinéaste a une obsession: faire abolir «l’imbécile peine de mort». Un drame familial n’y est pas pour rien, son cousin jeune aumônier de prison étant décédé brutalement après avoir dû assister à l’exécution d’un condamné à mort. Avec «Justice est faite» (1950), qui aborde la question de l’euthanasie, André Cayatte enfourche son cheval de bataille à l’assaut du poids des préjugés et du déterminisme social dans le verdict de jurés d’assises. «Nous sommes tous des assassins» (1952) se penche sur l’arbitraire de la peine de mort. «Dossier noir» (1954) évoque les contraintes qui pèsent sur un juge d’instruction. «Le glaive et la balance» (1962), sur la présomption d’innocence, tout comme «Verdict» (1974), avec Jean Gabin et Sophia Loren, ou encore «L’amour en question» (1978) réitèreront cette diatribe contre la justice, ses rouages, ses œillères. Trop systématique, quelque peu moralisateur, cet acharnement finit par attirer sur le cinéaste l’exaspération de la critique qui lui reproche d’être inféodé à l’avocat qu’il a été.

Mais jusqu’à ses dernières réalisations, au cinéma puis à la télévision, André Cayatte n’aura de cesse de s’emparer des problèmes de société. Les faits divers sont une manne dans laquelle il puise la plupart de ses sujets coups de poing. «Le miroir à deux faces» (1958), qui met Michèle Morgan face à Bourvil, traite des dangers de la chirurgie esthétique. «Les risques du métier» (1967) plonge Jacques Brel dans les affres d’une accusation calomnieuse de pédophilie. «Mourir d’aimer» (1970) est le tragique destin d’une enseignante, amoureuse de l’un de ses jeunes élèves, interprétée par l’émouvante Annie Girardot que le cinéaste retrouve, auprès de Michel Bouquet, dans «Il n’y a pas de fumée sans feu» (1972).

Témoin des mœurs de son époque plus que cinéaste de génie, André Cayatte laisse un style et une œuvre dense et courageuse, portée par de grands comédiens. Il décède d’une crise cardiaque, le 6 février 1989, après avoir vécu assez longtemps pour voir l’abolition de la peine de mort en France.

© Isabelle MICHEL

copyright
1937L’affaire Lafarge – de Pierre Chenal avec Marcelle Chantal
    Seulement scénario – Non crédité
1938Entrée des artistes – de Marc Allégret avec Louis Jouvet
    Seulement scénario
1939Tempête / Révolte sur Paris / Tempête sur Paris – de Bernard Deschamps avec Arletty
    Seulement dialogues & scénario
1940Remorques – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan
    Seulement adaptation & scénario
Caprices – de Léo Joannon avec Danielle Darrieux
    Seulement dialogues
1941Annette et la dame blonde – de Jean Dréville avec Louise Carletti
    Seulement assistant réalisateur
Montmartre sur Seine – de Georges Lacombe avec Jean-Louis Barrault
    Seulement scénario
Le club des soupirants – de Maurice Gleize avec Fernandel
    Seulement adaptation & dialogues
1942Le camion blanc – de Léo Joannon avec Jules Berry
    Seulement dialogues
La fausse maîtresse – de André Cayatte avec Lise Delamare
    + scénario
1943Au bonheur des dames – de André Cayatte avec Albert Préjean
    + adaptation & scénario
Pierre et Jean – de André Cayatte avec Jacques Dumesnil
    + scénario
1944Le dernier sou / La merveille blanche – de André Cayatte avec René Génin
    + scénario
Farandole – de André Zwobada avec Bernard Blier
    Seulement adaptation
1945Sérénade aux nuages – de André Cayatte avec Tino Rossi
    + scénario
Le couple idéal – de Bernard-Roland & Raymond Rouleau avec Hélène Perdrière
    Seulement scénario
Roger la honte – de André Cayatte avec Louis Salou
    + adaptation, dialogues & scénario
1946La revanche de Roger la honte – de André Cayatte avec Maria Casarès
    + adaptation, dialogues & scénario
Le chanteur inconnu – de André Cayatte avec Maria Mauban
1947Le dessous des cartes – de André Cayatte avec Madeleine Sologne
    + scénario
Manù il contrabbandiere – de Lucio De Caro avec Serge Reggiani
    Version italienne de « Le dessous des carte » – Seulement supervision
1948Les amants de Vérone – de André Cayatte avec Martine Carol
    + scénario
1949Retour à la vie – de Henri-Georges Clouzot, André Cayatte, Jean Dréville & Georges Lampin avec Bernard Blier
    Segment « Le retour de Tante Emma »
1950Justice est faite – de André Cayatte avec Valentine Tessier
    + scénario
    Lion d’Or au festival du cinéma de Venise, Italie

    Ours d’Or catégorie crime ou aventure au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne
1951Le banquet des fraudeurs – de Henri Stork avec André Valmy
    Seulement conseiller technique
1952Nous sommes tous des assassins – de André Cayatte avec Raymond Pellegrin
    + scénario
    Prix spécial du jury au festival du cinéma de Cannes, France
1953Avant le déluge – de André Cayatte avec Isa Miranda
    + scénario
    Prix international au festival du cinéma de Cannes, France

    Mention spéciale au festival du cinéma de Cannes, France
1954Le dossier noir – de André Cayatte avec Bernard Blier
    + scénario
1956Œil pour œil – de André Cayatte avec Curd Jürgens
    + adaptation
1958Le miroir à deux faces – de André Cayatte avec Michèle Morgan
    + adaptation & scénario
1960Le passage du Rhin – de André Cayatte avec Charles Aznavour
    + adaptation, dialogues & scénario
    Lion d’Or au festival du cinéma de Venise, Italie
1962Le glaive et la balance – de André Cayatte avec Anthony Perkins
    + scénario
Kriss romani – de Jean Schmidt avec Lila Kedrova
    Seulement supervision
1963La vie conjugale : Françoise / Françoise ou la vie conjugale – de André Cayatte avec Marie-José Nat
    + adaptation & scénario
La vie conjugale : Jean-Marc / Jean-Marc ou la vie conjugale – de André Cayatte avec Jacques Charrier
    + adaptation & scénario
1965Piège pour Cendrillon – de André Cayatte avec Dany Carrel
    + scénario
1967Les risques du métier – de André Cayatte avec Jacques Brel
    + scénario
1969Les chemins de Katmandou – de André Cayatte avec Elsa Martinelli
    + adaptation & scénario
1970Mourir d’aimer – de André Cayatte avec Annie Girardot
    + scénario
1972Il n’y a pas de fumée sans feu – de André Cayatte avec Michel Bouquet
    + scénario
    Ours d’Argent prix spécial du jury au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne

    Prix UNICRIT au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne

    Prix OCIC au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne

    Prix Otto Dibelius – Prix Interfilm au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne
1974Verdict / Le testament – de André Cayatte avec Sophia Loren
    + scénario
1976Á chacun son enfer – de André Cayatte avec Fernand Ledoux
    + scénario
1978La raison d’état – de André Cayatte avec Monica Vitti
    + scénario
L’amour en question – de André Cayatte avec Bibi Andersson
    + scénario
1980 TV Les avocats du diable – de André Cayatte avec Laurent Malet
    + scénario
TV La faute – de André Cayatte avec Michel Duchaussoy
    + scénario
1982 TV Des yeux pour pleurer – de André Cayatte avec Maurice Biraud
    + scénario
1983 TV Le retour à Cherchell – de André Cayatte avec Catherine Rouvel
1986 TV Le grand secret – de Jacques Trébouta avec Claude Rich
    Seulement scénario – Série
Fiche créée le 14 décembre 2009 | Modifiée le 10 septembre 2015 | Cette fiche a été vue 4594 fois
PREVIOUSJean-Roger Caussimon || André Cayatte || John CazaleNEXT