CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Marian Marsh
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

André Falcon



Date et Lieu de naissance : 28 novembre 1924 (Lyon, France)
Date et Lieu de décès : 22 juillet 2009 (Paris, France)
Nom Réel : André Falcon

ACTEUR

André Falcon naît le 28 novembre 1924 à Lyon. Elève au Conservatoire d’Art Dramatique de Paris, il en ressort en 1946, après avoir obtenu un premier prix de comédie classique. Aussitôt engagé à la Comédie-Française, il en devient, par la suite, le plus jeune sociétaire, à seulement vingt-cinq ans. Brillant jeune premier de la scène, André Falcon interprète, dès le milieu des années quarante, les grands classiques: «Lorenzaccio» de Musset, «Bérénice», «Athalie» et «Phèdre» de Racine, «Cinna» et «Le Cid» de Corneille, «Un conte d’hiver» et «Roméo et Juliette» de Shakespeare, «Antigone» de Sophocle, «Tartuffe» de Molière, «Hernani» de Victor Hugo... De même, on le voit dans des pièces plus contemporaines comme «Le soulier de satin» et «L’annonce faite à Marie» de Paul Claudel, ou «La reine morte» de Henry de Montherlant. Il travaille avec des metteurs en scène prestigieux tels Maurice Escande, Jean-Louis Barrault, Julien Bertheau ou Jean Yonnel. Un début de carrière sans fausse note, qui fera de lui l’un des acteurs les plus estimés et les plus respectés de la scène française.

On l’aura compris, André Falcon reste avant tout un immense acteur de théâtre, dédiant sa vie toute entière aux planches, où il s’illustre avec brio. C’est en 1954 qu’il effectue ses premiers pas au cinéma, dans un film franco-italien, «Le Vicomte de Bragelonne», où il tient le rôle Louis XIV. Une éclipse d’une dizaine d’années par la suite, l’acteur étant accaparé par le théâtre, puis un retour sur les écrans en 1964, dans «Les deux orphelines» de Riccardo Freda. En 1966, il quitte la Comédie-Française avec le statut de «sociétaire honoraire», non sans avoir fait honneur à la Maison de Molière grâce à ses mémorables interprétations: il fut, entre autres, un remarquable Ruy Blas dans la pièce de Victor Hugo mise en scène de Raymond Rouleau. Jusqu’à présent, le cinéma ne s’est intéressé à lui que d’une manière intermittente. C’est François Truffaut qui le révèle dans «Baisers volés» (1968). S’ensuivent de nombreux seconds rôles de notables, d’hommes politiques, de bourgeois, de patrons. Sous-préfet dans «Sans mobile apparent» (1971), on se souvient de l’ambassadeur suisse pris en otage dans «L’aventure, c’est l’aventure» (1972) de Claude Lelouch, avec notamment Lino Ventura et Jacques Brel. Lelouch le fait également tourner dans «La bonne année» (1973). Commissaire de police dans «Les seins de glace» (1974), on le retrouve dans des rôles de ministres, députés, diplomates, flics, médecins ou avocats pour Claude Chabrol, Costa-Gavras, Gérard Oury, Henri Verneuil, Jacques Deray ou Edouard Molinaro, qui apprécient sa distinction et son talent sûr. Il est de la distribution de bons polars: «Borsalino & Co.» (1974), «Le gang» (1977), «Pile ou face» (1980), «Trois hommes à abattre» (1980) ou «Mille milliards de dollars» (1981).

Parallèlement au cinéma, André Falcon est un visage connu à la télévision. Il apparaît aux génériques des «Brigades du Tigre», des «Rois maudits», de «Jules Fontaine, magistrat», des «Enquêtes du commissaire Maigret» et des «Cinq dernières minutes». De même, il figure dans de nombreux téléfilms dès les années quatre-vingt, comme dans «Le général a disparu» (1983) où il est Georges Pompidou, mais aussi «L’affaire Seznec» (1993) et «L’affaire Dreyfus» (1995) de Yves Boisset. Au cinéma, il apparaît dans un rôle de colonel dans «Capitaine Conan» (1995). André Falcon n’abandonna jamais le théâtre. On a pu le voir dans «Mariage» de George Bernard Shaw et «Crime et châtiment» d’après Dostoïevski. Ce grand comédien succombe le 22 juillet 2009 à Paris, des suites d’une longue maladie.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1953Jules César ( Julius Caesar / William Shakespeare’s Julius Caesar ) de Joseph L. Mankiewicz avec Marlon Brando
    Seulement voix française de Marlon Brando
1954Le vicomte de Bragelonne ( il visconte di Bragelonne ) de Fernando Cerchio avec Dawn Addams
1962Le masque de fer – de Henri Decoin avec Claudine Auger
    Seulement voix
1964Les deux orphelines ( le due orfanelle ) de Riccardo Freda avec Simone Valère
1965Paris brûle-t-il ? – de René Clément avec Leslie Caron
1967Le grand dadais – de Pierre Granier-Deferre avec Jacques Perrin
1968Baisers volés – de François Truffaut avec Delphine Seyrig
1969Tout peut arriver – de Philippe Labro avec Jean-Claude Bouillon
L’aveu – de Costa-Gavras avec Yves Montand
1970L’homme de désir – de Dominique Delouche avec Emmanuelle Riva
Un peu de soleil dans l’eau froide – de Jacques Deray avec Claudine Auger
1971Sans mobile apparent – de Philippe Labro avec Carla Gravina
Une journée bien remplie – de Jean-Louis Trintignant avec Jacques Dufilho
1972Le serpent ( the serpent / night flight from Moscow ) de Henri Verneuil avec Henry Fonda
L’aventure c’est l’aventure – de Claude Lelouch avec Jacques Brel
Le silencieux – de Claude Pinoteau avec Lino Ventura
Il n’y a pas de fumée sans feu – de André Cayatte avec Annie Girardot
Ras le bol – de Michel Huisman avec Jean-Pierre Castaldi
L’événement le plus important depuis que l\\\\\\\'homme a marché sur la lune – de Jacques Demy avec Catherine Deneuve
1973État de siège – de Costa-Gavras avec Renato Salvatori
Les aventures de Rabbi Jacob – de Gérard Oury avec Louis de Funès
La balançoire à minouches / Un tueur, un flic, ainsi soit-il... – de Jean-Louis van Belle avec Jean Servais
La bonne année – de Claude Lelouch avec Françoise Fabian
Nada – de Claude Chabrol avec Viviane Romance
1974Borsalino & Co. – de Jacques Deray avec Alain Delon
Toute une vie – de Claude Lelouch avec Marthe Keller
Les seins de glace – de Georges Lautner avec Mireille Darc
Seul le vent connaît la réponse ( die antwort kennt nur der wind ) de Alfred Vohrer avec Maurice Ronet
1975Le bon et les méchants – de Claude Lelouch avec Marlène Jobert
Maître Pygmalion / Pygmalion ou comment devenir une bonne vendeuse – de Hélène Durand & Jacques Nahum avec Claude Jade
Le faux-cul – de Roger Hanin avec Bernard Blier
Docteur Françoise Gailland – de Jean-Louis Bertucelli avec Annie Girardot
1976Le gang – de Jacques Deray avec Laura Betti
La marge – de Walerian Borowczyk avec Sylvia Kristel
Madame Claude – de Just Jaeckin avec Klaus Kinski
Mado – de Claude Sautet avec Romy Schneider
Un neveu silencieux – de Robert Enrico avec Lucienne Hamon
Le convoi de la peur ( sorcerer / wages of fear ) de William Friedkin avec Roy Scheider
1977Ne pleure pas – de Jacques Ertaud avec Charles Vanel
L’homme pressé – de Edouard Molinaro avec Alain Delon
1978Les yeux bandés ( los ojos vendados ) de Carlos Saura avec Geraldine Chaplin
L’ange gardien – de Jacques Fournier avec Margaret Trudeau
Les sœurs Brontë – de André Téchiné avec Isabelle Adjani
    Seulement voix
1980Pile ou face – de Robert Enrico avec Philippe Noiret
Trois hommes à abattre – de Jacques Deray avec Dalila Di Lazzaro
Vivre vite ( deprisa, deprisa ) de Carlos Saura avec Berta Socuéllamos
1981Mille milliards de dollars – de Henri Verneuil avec Patrick Dewaere
1984 CM Gare de la douleur – de Henri Jouf avec Jean Lescot
1986Vingt-sept heures ( veintisiete horas / 27 horas ) de Montxo Armendáriz avec Antonio Banderas
1994Historias del Kronen – de Montxo Armendáriz avec Jordi Mollà
1995Capitaine Conan – de Bertrand Tavernier avec Philippe Torreton
1997Familia – de Fernando León de Aranoa avec Amparo Muñoz
2004Le genre humain, 1ère partie : Les parisiens – de Claude Lelouch avec Mathilde Seigner
Le courage d’aimer – de Claude Lelouch avec Maïwenn Le Besco
Fiche créée le 22 juillet 2009 | Modifiée le 30 avril 2015 | Cette fiche a été vue 4189 fois
PREVIOUSMariam Fakhr Eddine || André Falcon || Renée FalconettiNEXT