CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jorge Dória
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

André Lefaur



Date et Lieu de naissance : 2 juillet 1879 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 4 décembre 1952 (Paris, France)
Nom Réel : Alphonse André Lefaurichon

ACTEUR

Acteur français né à Paris le 2 juillet 1879, André Lefaurichon plus connu sous le nom de André Lefaur fait partie de ces merveilleux excentriques du théâtre et du cinéma français à la longue et talentueuse carrière. Des 1907, il débute au théâtre se spécialisant dans le boulevard et le vaudeville; pendant plus de trente ans, il va jouer les pièces des plus grands auteurs du genre comme ses illustres collègues Victor Boucher ou Jules Berry. Pierre Wolff («L’amour défendu», «Le chemin de Damas») Henry Bernstein («Le détour»),Tristan Bernard («Le sexe fort»), Louis Verneuil (« Pile ou face») ainsi que des ouvrages de belle facture de Jacques Deval, Flers et Caillavet, François Croisset ou Sacha Guitry.

Dès 1912, André Lefaur joue des adaptations muettes de comédies de boulevard. Il fait une brève incursion dans le drame avec «La dixième symphonie» (1918) de Abel Gance avant de revenir aux comédies légères et vaudevilles, genres dans lesquels il excelle. Dans les années vingt, André Lefaur impose un jeu sûr et maitrisé composant des personnages de vieux beaux libidineux, fantasques, de bourgeois bougons et parfois gâteux avec verve et ironie. Son apparente nonchalance est au service d’une construction rigoureuse de personnages qu’il enrichit et réussit à rendre attachants, ridicules ou affreux par des détails vestimentaires ou physiques. André Lefaur adore les postiches! L’avènement du parlant enrichit davantage sa présence sur les écrans révélant une voix aux subtiles inflexions au timbre et au phrasé caractéristique d’une personnalité complexe aux multiples facettes. En 1931, il est le partenaire de la jeune débutante Danielle Darrieux dans «Le bal» de Wilhem Thièle, en 1932, il devient le général Petypon dans «La dame de chez Maxim’s» de Alexander Korda. Dans «Topaze» de Louis Gasnier, il interprète un savoureux directeur d’école. Dans «Tovaritch» (1935) de Jacques Deval, il montre un grand savoir-faire comique en grand-duc de Russie en exil ravalé au rang de maitre d’hôtel. Dans «Rigolboche» (1936) de Christian Jaque, il partage la vedette avec Jules Berry et Mistinguett dont c’est le seul rôle parlant. Boulimique de travail enchainant, les années constituent sans aucun doute le meilleur de sa carrière grâce à la variété et à la qualité de certains de ses films. Ainsi, en 1935, il joue dans «Faisons un rêve» de Sacha Guitry qu’il va retrouver quatre ans plus tard dans «Ils étaient neuf célibataires».

Dans «L’habit vert» (1937) de Roger Richebé, André Lefaur campe un savoureux personnage de duc grand électeur de l’académie française. «Fauteuil 47» (1937) de Fernand Rivers lui permet de partager la vedette avec Raimu en professeur de gymnastique imperturbable qui l’oblige à faire du sport. Dans «Adrienne Lecouvreur» (1938) de Marcel L’Herbier, il campe à nouveau un nouveau duc cette fois ci cocu et libidineux. Ajoutons à ces quelques films «Eusèbe député» (1938) de André Berthomieu amusante satire politique, «Le veau gras» (1939) dans le rôle d’un politicien cupide côtés de Elvire Popesco et deux films du brillant Yves Mirande «Derrière la façade» (1939) co réalisé avec Georges LacombeAndré Lefaur incarne un kleptomane et «Paris New York» (1939). Malgré de graves problème de santé (paralysie progressive, gêne respiratoire), il va encore apparaitre dans quatre autres films au début des années quarante. Sa dernière apparition à l’écran dans «Les petites du quai aux fleurs» (1944) dans le rôle d’un libraire bienveillant. Les dernières années e l’acteur sont pénibles, confronté à la maladie et à l’impossibilité d’exercer son métier. Il meurt le 4 décembre 1952 à paris.

© Daniel CHOCRON

copyright
1911 CM La vénus d’Arles – de Georges Denola avec Jeanne Brindeau
1912 CM L’homme qui assassina – de André Andriani avec Georges Wague
1917 CM Madame Cicéron, avocate – de Félix Léonnec avec Catherine Fonteney
CM La coupe d’amertume – de Maurice Fleury avec Andrée Pascal
CM Loin du foyer – de Pierre Bressol avec Andrée Divonne
CM Ainsi va la vie – de Pierre Bressol avec Marcelle Géniat
1918La dixième symphonie – de Abel Gance avec Emmy Lynn
1920Une fleur dans les ronces / Eliane – de Camille de Morlhon avec Rolla Norman
1922Monsieur Lebidois, propriétaire – de Pierre Colombier avec Pierrette Caillol
1923Le mariage de Rosine – de Pierre Colombier avec Ady Cresso
1925Chouchou, poids plume – de Gaston Ravel avec Vanda Gréville
1931Son altesse l’amour – de Robert Péguy & Eric Schmidt avec Annabella
Le bal – de Wilhelm Thiele avec Danielle Darrieux
1932Topaze – de Louis J. Gasnier avec Louis Jouvet
Sa meilleure cliente – de Pierre Colombier avec André Alerme
La fleur d’oranger – de Henry Roussel avec René Lefèvre
La dame de chez Maxim’s – de Alexander Korda avec Florelle
1933La femme idéale – de André Berthomieu avec Marie Glory
1934L’école des cocottes – de Pierre Colombier avec Renée Saint-Cyr
L’aristo – de André Berthomieu avec Josette Day
1935Tovaritch – de Jacques Deval, Germain Fried, Jean Tarride & Victor Trivas avec Marguerite Deval
Dora Nelson – de René Guissart avec Elvire Popesco
Faisons un rêve – de Sacha Guitry avec Jacqueline Delubac
Samson – de Maurice Tourneur avec Harry Baur
1936Le roi – de Pierre Colombier avec Raimu
Rigolboche / Reine de Paris – de Christian-Jaque avec Mistinguett
La peau d’un autre – de René Pujol avec Blanchette Brunoy
La maison d’en face – de Christian-Jaque avec Elvire Popesco
Avec le sourire – de Maurice Tourneur avec Maurice Chevalier
Les dégourdis de la onzième – de Christian-Jaque avec Pauline Carton
1937Quatre heures du matin – de Fernand Rivers avec Marguerite Moreno
L’habit vert – de Roger Richebé avec Victor Boucher
Le fauteuil quarante-sept – de Fernand Rivers avec Henri Garat
La présidente – de Fernand Rivers avec Henri Garat
Le club des aristocrates – de Pierre Colombier avec Viviane Romance
La glu – de Jean Choux avec Marie Bell
1938Un fichu métier – de Pierre-Jean Ducis avec Pauline Carton
Terre de feu ( terra di fuoco ) de Marcel L’Herbier & Giorgio Ferroni avec Tito Shipa
Le monsieur de cinq heures – de Pierre Caron avec Meg Lemonnier
Mon oncle et mon curé – de Pierre Caron avec Alice Tissot
Eusèbe député – de André Berthomieu avec Jules Berry
Adrienne Lecouvreur – de Marcel L’Herbier avec Yvonne Printemps
L’ange que j’ai vendu – de Michel Bernheim avec Raymond Cordy
1939Le veau gras – de Serge de Poligny avec François Périer
Derrière la façade / 32 Rue de Montmartre – de Georges Lacombe & Yves Mirande avec Erich von Stroheim
Entente cordiale – de Marcel L’Herbier avec Arlette Marchal
Ils étaient neuf célibataires – de Sacha Guitry avec Sacha Guitry
Le bois sacré – de Léon Mathot & Robert Bibal avec Gaby Morlay
Le chemin de l’honneur – de Jean-Paul Paulin avec Marcelle Géniat
1940Paris-New York – de Yves Mirande avec Simone Berriau
Miquette / Miquette et sa mère – de Jean Boyer avec Lilian Harvey
Parade en sept nuits – de Marc Allégret avec Jean-Louis Barrault
1941Soyez les bienvenus – de Jacques de Baroncelli avec Gabrielle Dorziat
1942Le baron fantôme – de Serge de Poligny avec Odette Joyeux
1944Les petites du quai aux fleurs – de Marc Allégret avec Danièle Delorme
Fiche créée le 8 mai 2009 | Modifiée le 27 août 2016 | Cette fiche a été vue 4102 fois
PREVIOUSTamara Lees || André Lefaur || Jean LefebvreNEXT