CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jean Servais
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Anicée Alvina



Date et Lieu de naissance : 28 janvier 1953 (Boulogne-Billancourt, France)
Date et Lieu de décès : 11 novembre 2006 (Paris, France)
Nom Réel : Anicée Schahmaneche

ACTRICE
Image
1972 Le rempart des béguines – de Guy Casaril avec Nicole Courcel, Venantino Venantini & Jean Martin
Image
1974 Isabelle devant le désir – de Jean-Pierre Berckmans avec Jean Rochefort, Mathieu Carrière & Annie Cordy
Image
1977 Un second souffle – de Gérard Blain avec Robert Stack, Sophie Desmarets & Mareike Carrière
Image
1995 Jusqu’au bout de la nuit – de Gérard Blain avec Gérard Blain, Paul Blain, Gamil Ratib & Frédéric Marboeuf

De son vrai nom Anicée Schahmaneche, Anicée Alvina est née le 28 janvier 1953 à Boulogne-Billancourt d’une mère française et d’un père iranien. Elle abandonne rapidement ses études pour suivre les cours du Conservatoire d’Art Dramatique de Saint-Germain-en- Laye. En 1969, elle obtient un petit rôle dans «Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais … elle cause !» de Michel Audiard avec Annie Girardot. En 1972, Anicée Alvina se fait remarquer dans «Le rempart des Béguines» de Guy Casaril d’après Françoise Mallet-Joris où elle vit une histoire d’amour avec Nicole Courcel, maîtresse de son père. Marquée par cette prestation, elle intègre l’univers intellectuel teinté d’érotisme de Alain Robbe-Grillet dans «Glissements progressifs du plaisir» (1973) avec Olga Georges-Picot et «Le jeu avec le feu» (1974) avec Jean-Louis Trintignant et Philippe Noiret. Elle obtient le rôle principal de «Isabelle devant le désir» de Jean-Pierre Berckmans avec Jean Rochefort. En Italie, elle est la partenaire de Vittorio Gassman et Catherine Deneuve dans «Âmes perdues» (1975) de Dino Risi. Puis, elle devient l’égérie du cinéma d’auteur dans «L’affiche rouge» (1976) de Frank Cassenti, l’histoire des résistants du groupe Manouchian ou «La barricade du Pont du Jour» (1977) de René Richon qui se déroule durant la Commune de Paris.

Finalement, Anicée Alvina s’oriente vers un cinéma plus populaire sans connaître le succès escompté. En 1977, elle interprète la maîtresse de Robert Stack qui délaisse sa femme composée par Sophie Desmarets dans «Un second souffle» de Gérard Blain. La même année, elle complète la distribution de «One, Two, Two: 122, rue de Provence» de Christian Gion avec Nicole Calfan et Francis Huster qui relate le quotidien d’une maison close parisienne. Sa reconnaissance professionnelle va s’acquérir par le biais d’un feuilleton en 6 épisodes «Les 400 cents coups de Virginie» (1979) de Bernard Queysanne dont elle partage l’affiche avec Yves-Marie Maurin. À une époque où la notoriété acquise à la télévision n’autorise pas à être sollicitée par la cinéma, elle se trouve curieusement ignorée par la profession. Elle se reconvertit un moment dans la chanson en remplaçant la chanteuse du groupe «Ici Paris», elle interprète les titres de l’album «Allo le monde … Ici Paris» et enregistre un 45t intitulé «Maman je n’veux plus aller à l’école» dont le succès ne dépasse pas le milieu du rock français branché. En 1983, Bernard Queysanne lui donne le rôle-titre du téléfilm «Diane Lanster» avec Jacques Spiesser mais ce retour s’avère sans lendemain. Lasse, elle cesse toutes ses activités professionnelles et donne naissance à quatre enfants Shirzane, Azadée, Rostam et Yassamine. D’ailleurs, une de ses filles Azadée deviendra la chanteuse de «Ici Paris» lorsque le groupe se reconstituera après le décès de Anicée Alvina.

À la fin de sa vie, Anicée Alvina renoue avec son métier de comédienne par amitié pour Gérard Blain dans des films qui restent confidentiels. Dans «Jusqu’au bout de la nuit» (1995), elle joue une mère de famille à la dérive qui oblige un repris de justice à commettre des malversations. Sa composition dans «Ainsi soit-il» (1999) avec Paul Blain, fils du réalisateur, relève de l’anecdotique. En 2002, son rôle dans «La vérité sur Charlie» de Jonathan Demme est coupé au montage. En 2003, elle fait une dernière apparition dans un épisode de la série «Les enquêtes d’Eloïse Rome» dont Christine Citti est l’héroïne. Rongée par un cancer des poumons, Anicée Alvina décède prématurément le 10 novembre 2006, à l’âge de cinquante-trois ans, à Paris. Elle sera inhumée dans le cimetière de Boncourt en Eure et Loir.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1969Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause ! – de Michel Audiard avec Annie Girardot
1970Deux enfants qui s’aiment ( friends ) de Lewis Gilbert avec Sean Bury
DO Tout à la plume, rien au pinceau – de Patrice Leconte avec Marcel Gotlib
    Seulement apparition
1971Les grands sentiments font les bons gueuletons – de Michel Berny avec Michel Bouquet
1972Le rempart des béguines – de Guy Casaril avec Venantino Venantini
1973Glissements progressifs du plaisir – de Alain Robbe-Grillet avec Michael Lonsdale
Paul et Michèle ( Paul and Michelle ) de Lewis Gilbert avec Keir Dullea
CM Générique – de Frank Verpillat
1974Une femme fatale – de Jacques Doniol-Valcroze avec Heinz Bennent
Isabelle devant le désir – de Jean-Pierre Berckmans avec Jean Rochefort
Le jeu avec le feu – de Alain Robbe-Grillet avec Jean-Louis Trintignant
1975L’arriviste – de Samy Pavel avec Julian Negulesco
CM Pauvre Sonia / Histoires abominables : Pauvre Sonia – de Dominique Maillet avec Gérard Boucaron
1976Le trouble fesse / Le gaffeur – de Raoul Foulon avec Michel Galabru
L’affiche rouge – de Frank Cassenti avec Pierre Clémenti
Ames perdues ( anima persa ) de Dino Risi avec Vittorio Gassman
1977La barricade du Point du Jour – de René Richon avec Philippe Noiret
One two two, 122 rue de Provence – de Christian Gion avec Francis Huster
Un second souffle – de Gérard Blain avec Robert Stack
L’honorable société – de Arielle Weinberger avec Daniel Gélin
1978El terrorista – de Víctor Alcázar avec Karim Bey
1980Rêve après rêve ( yume, yume no ato / 夢、夢のあと) de Kenzo Takada avec Léo Campion
1995Jusqu’au bout de la nuit – de Gérard Blain avec Paul Blain
1999Ainsi soit-il – de Gérard Blain avec Michel Subor
2002La vérité sur Charlie ( the truth about Charlie ) de Jonathan Demme avec Mark Wahlberg
    Scènes coupées au montage
2004 CM L’hétaïre de Pierre Antonetti avec Balthazar Clémenti
2005 CM Charell – de Mikhaël Hers avec Marc Barbé
Fiche créée le 24 octobre 2012 | Modifiée le 5 novembre 2012 | Cette fiche a été vue 4485 fois
PREVIOUSCarlos Álvarez-Nóvoa || Anicée Alvina || Luis César AmadoriNEXT