CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Michel Roux
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Anne-Marie Blanc



Date et Lieu de naissance : 2 septembre 1919 (Vevey, Suisse)
Date et Lieu de décès : 5 février 2009 (Zurich, Suisse)
Nom Réel : Anne-Marie Blanc

ACTRICE
Image
1940 Les lettres d’amour (die mißbrauchten liebesbriefe) de Leopold Lindtberg avec Paul Hubschmid & Heinrich Gretler
Image
1951 Le mystère du Palace-Hotel (Palace Hôtel) de Emil Berna & Leonard Steckel avec Käthe Gold
Image
1953 La vie commence à dix-sept ans (mit 17 beginnt das leben) de Paul Martin avec Paul Hartmann
Image
1954 La chanson du printemps (frühlingslied) de Hans Albin avec Oliver Grimm, Elsbeth Sigmund & René Deltgen

C’est à Vevey, dans le canton de Vaud, que Anne-Marie Blanc voit le jour le 2 septembre 1919. Peu après sa naissance, la famille Blanc s’installe à Berne où son père Louis, conservateur du registre foncier est affecté. Après ses études secondaires, elle suit des cours d’art dramatique dispensés par Ernst Ginsberg et Ellen Widman. En 1938, la jeune fille intègre la troupe du «Schauspielhaus» de Zurich.

L’année suivante, la chance lui sourit lorsque Leopold Lindtberg, le cinéaste suisse le plus célèbre de l’époque, la remarque et lui offre l’un des rôles principaux dans «Le brigadier Studer» auprès de Heinrich Gretler dans le rôle-titre. Au début des années quarante, Anne-Marie Blanc devient la muse de Lindtberg et tourne en tête d’affiche dans «Les lettres d’amour» (1940) avec Paul Hubschmid, «Landammann Stauffacher» (1941) avec Cäsar Allemanni et «Marie-Louise» (1942) avec Josiane Hegg. Mais c’est le cinéaste Franz Schnyder qui va lui apporter la gloire et la notoriété avec «Gilberte de Courgenay» (1941), l’histoire de Gilberte Montavon (1896-1957), serveuse dans l’auberge de ses parents et passionaria des soldats alémanique pendant la Grande Guerre, qui immortalisa la chanson de Hanns In der Gand, «La petite Gilberte de Courgenay» en 1917 , entrée depuis dans le folklore suisse.

Après la Seconde Guerre Mondiale, Anne-Marie Blanc tourne en France «On ne meurt pas comme ça» (1946) de Jean Boyer avec Erich von Stroheim et Denise Vernac, et en Angleterre «L’orphelin» (1946) de Harold French avec Madeleine Carroll, Ian Hunter et Michael Rennie. Désormais vedette internationale, l’actrice refuse les proposions hollywoodiennes pour se consacrer principalement à la scène dans son pays, mais également en Autriche et en Allemagne. En 1952, elle quitte le «Schauspielhaus» de Zurich et se lance dans une carrière théâtrale indépendante où ses choix, parfois risqués, primerons sur des sujets au succès évident. Elle est alors l’interprète de William Shakespeare, George Bernard Shaw et de bons nombres d’auteurs suisses et contemporains. À quatre-vingt-cinq ans, après plus de deux-cents pièces à son actif, elle revient au théâtre de Zurich et offre une dernière et magnifique prestation à son public dans «Savannah Bay» de Marguerite Duras.

Pour le cinéma, après avoir jouée dans une dizaine de productions allemandes dans les années cinquante, Anne-Marie Blanc se fait plus présente sur les écrans à partir de 1977 et sa participation au film de Daniel Schmid «Violenta» où elle a Lucia Bosé, Lou Castel, Maria Schneider et Gérard Depardieu pour partenaires. On l’aperçoit auprès de, entre autres, Serge Avedikian dans «L’allégement» (1983), Bruno Ganz dans «Le pendule» (1986) et Rüdiger Vogler dans «Anna Göldin, la dernière sorcière» (1990). Elle travaille aussi beaucoup pour la télévision et tourne son dernier film en 2002.

Veuve du producteur Heinrich Fueter (1911-1979), et mère de trois fils, Anne-Marie Blanc reçoit en 1986, l’«Anneau Hans Reinhart», illustre distinction théâtrale helvète. En 2001, Anne Cunéo réalise «La Petite Gilberte: Anne-Marie Blanc comédienne», un émouvant documentaire sur sa prestigieuse carrière. La Grande Dame de la scène et première star du cinéma suisse, meurt le jeudi 5 févier 2009, dans la maison de retraite zurichoise où elle résidait depuis quelques années.

© Philippe PELLETIER

copyright
1939Le brigadier Studer ( wachtmeister Studer ) de Leopold Lindtberg avec Heinrich Gretler
1940Les lettres d’amour / Lettres d’amour perdues / Les lettres d’amour mal employées ( die mißbrauchten liebesbriefe ) de Leopold Lindtberg avec Paul Hubschmid
1941Gilberte de Courgenay – de Franz Schnyder avec Erwin Kohlund
Landammann Stauffacher – de Leopold Lindtberg avec Cäsar Allemanni
Jeunes filles d’aujourd’hui ( Matura-Reise ) de Sigfrit Steiner avec Daniel Fillion
1942Marie-Louise – de Leopold Lindtberg avec Pauline Carton
1946On ne meurt pas comme ça – de Jean Boyer avec Erich von Stroheim
L’orphelin ( White Cradle Inn / high fury ) de Harold French avec Michael Rennie
1948Das kuckucksei / Kinder der liebe – de Walter Firner avec Curd Jürgens
1951Le mystère du Palace-Hotel ( Palace Hôtel ) de Emil Berna & Leonard Steckel avec Käthe Gold
L’âme des pionniers ( gefangene seele / verbotene leidenschaft ) de Hans Wolff avec Attila Hörbiger
1952Barbara ( ich warte auf dich ) de Volker von Collande avec Joachim Brennecke
1953La vie commence à dix-sept ans ( mit 17 beginnt das leben ) de Paul Martin avec Paul Hartmann
1954Hoheit lassen bitten – de Paul Verhoeven avec Hans Söhnker
Docteur de femmes / Docteur pour femmes ( roman eines frauenarztes ) de Falk Harnack avec Rudolf Prack
La chanson du printemps ( frühlingslied / Heidi und ihre feunde ) de Hans Albin avec René Deltgen
1958S.O.S. pilote des glaciers ( SOS Gletscherpilot ) de Victor Vicas avec Robert Freitag
1959 CM Le pilote m’a dit (auskunft im cockpit) de Nicolas Gessner avec Anne-Marie Blanc
1961Via Mala – de Paul May avec Paul Henckels
1965Au royaume des lions d’argent ( im reich des silbemen löwen / el ataque de los kurdos ) de Franz Josef Gottlieb avec Lex Barker
1966La blonde de Pékin – de Nicolas Gessner avec Edward G. Robinson
1975Riedland – de Wilfried Bolliger avec Robert Freitag
1977Violenta – de Daniel Schmid avec Lou Castel
1980Nestbruch – de Beat Kuert avec Michael Maassen
1983L’allégement – de Marcel Schüpbach avec Serge Avedikian
1985Concert pour Alice ( konzert für Alice ) de Thomas Koerfer avec Johannes Silberschneider
1986Le pendule ( der pendler ) de Bernhard Giger avec Bruno Ganz
1987Les souvenirs meurent toujours deux fois ( klassäzämekunft / klassentreffen / class reunion ) de Walter Deuber & Peter Stierlin avec Hannes Schmidhauser
1988Zimmer 36 – de Markus Fischer avec Peter Cieslinski
1990Anna Göldin, la dernière sorcière ( Anna Göldin, letzte hexe ) de Gertrud Pinkus avec Rüdiger Vogler
1998Le volcan ( der vulkan ) de Ottokar Runze avec Boris Terral
1999 CM Timing – de Chris Niemeyer avec Pablo Aguilar
2001 DO La Petite Gilberte : Anne-Marie Blanc comédienne – de Anne Cuneo
2002Cyrill trifft – de Stefan Jäger avec Cyrill Gehriger
Fiche créée le 6 février 2009 | Modifiée le 24 juin 2017 | Cette fiche a été vue 8430 fois
PREVIOUSPierre Blaise || Anne-Marie Blanc || Bernard BlancanNEXT