CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Walter Steinbeck
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Annie Vernay



Date et Lieu de naissance : 21 novembre 1921 (Genève-Plainpalais, Suisse)
Date et Lieu de décès : 15 août 1941 (Buenos Aires, Argentine)
Nom Réel : Annie Martine Jacqueline Vermeersch

ACTRICE

Fille d’un industriel et d’une femme aux ambitions artistiques contrariées, Annie Vermeersch voit le jour le 21 novembre 1921, à Genève-Plainpalais, en Suisse. Après le décès de son mari Gaston Vermeersch, Madame Germaine Vermeersch prend en main le devenir de sa fille et décide de la mener vers une carrière cinématographique. Des photos sont envoyées au «Jugement d’Hélène», un concours photogénique parisien. La jeune Annie en sort gagnante et franchit ainsi la première marche de la notoriété.

À seize ans, de passage à Juan-les-Pins, la très jolie jeune fille remarquée par un agent artistique, est recommandée à Victor Tourjansky qui cherche une jeune actrice pour sa nouvelle production. Elle tourne un bout d’essai et décroche le rôle de la petite Lisl dans «Le mensonge de Nina Petrovna» (1937), aux côtés de Fernand Gravey et de la grande vedette italienne Isa Miranda. À cette occasion, elle apparaît au générique sous le nom de Annie Vernay. La même année, Fédor Ozep décide de donner à Annie Vernay le rôle de la princesse Élisabeth Tarakanova dans son film «Tarakanova»: une histoire d’amour tragique et romancée où le Comte Orloff alias Pierre Richard-Willm, favori de l’Impératrice Catherine II de Russie jouée Suzy Prim, est chargé de séduire la jeune princesse Elisabeth Tarakanova, prétendante au trône, pour la ramener en Russie et la faire disparaître. Ce film aux décors et costumes fastueux est réalisé à Venise puis à Rome. C’est l’un des grands succès des années 1937-1938. À peine le tournage terminé, Annie rentre en France et reprend ses études.

Annie Vernay est désormais l’une des jeunes espoirs les plus en vue de l’écran français. En 1938, elle s’installe avec sa mère, devenue son «manager», dans un appartement parisien, laissant le reste de la famille à Sclos-de-Conte, en pays niçois. Elle tourne sous la direction de deux des plus grands cinéastes de l’époque: Max Ophüls pour l’adaptation de l’œuvre de Goethe, «Werther» interprété par Pierre Richard-Willm, amoureux romantique de la belle Charlotte; et Raymond Bernard, metteur en scène des «Otages». Ce dernier film se déroule pendant la première guerre mondiale dans un petit village français. Il est presque prémonitoire quand il narre l’arrestation de notables à la suite du meurtre d’un officier allemand. On retrouve dans la distribution Pierre Larquey, Fernand Charpin et Saturnin Fabre. Annie Vernay enchaîne trois productions en tête d’affiche: «Chantons quand même» (1939) de Pierre Caron, «Dédé la musique» (1939) de André Berthomieu et «Le collier de chanvre» (1940) de Léon Mathot. Mais le contexte de guerre empêche une véritable exploitation commerciale de ces films. Comme de nombreux acteurs de l’époque, Annie décide alors de partir pour les États-Unis via l’Argentine. D’après ses proches, elle aurait reçu une offre pour jouer l’héroïne d’un film intitulé «Rick’s café» qui sortira en 1942, sous le nom de «Casablanca» avec Ingrid Bergman dans le rôle féminin principal.

Mais à peine débarquée à Buenos Aires, la jeune fille est victime d’une terrible fièvre typhoïde dont elle décède le 15 août 1941. Elle n’avait pas vingt ans. Ses restes reposent dans la capitale argentine, au cimetière de «La Chacarita». Heureusement grâce au septième art, Annie Vernay avec le charme de sa rayonnante jeunesse, reste à jamais dans nos cœurs de cinéphiles.

© Caroline HANOTTE & Philippe PELLETIER

Remerciements à Christian GRENIER – ww.encinematheque.net & Yvan FOUCART

copyright
1937Le mensonge de Nina Petrovna – de Victor Tourjansky avec Fernand Gravey
Tarakanova ( la principessa Tarakanova ) de Fédor Ozep & Mario Soldati avec Pierre Richard-Willm
1938Werther / Le roman de Werther – de Max Ophüls avec Jean Galland
Les otages – de Raymond Bernard avec Fernand Charpin
1939Chantons quand même – de Pierre Caron avec Paul Cambo
Dédé la musique / Dédé de Montmartre – de André Berthomieu avec Raymond Aimos
1940Le collier de chanvre – de Léon Mathot avec Paul Azaïs
Fiche créée le 30 octobre 2005 | Modifiée le 13 octobre 2007 | Cette fiche a été vue 7942 fois
PREVIOUSErnö Verebes || Annie Vernay || Henri VerneuilNEXT