CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Per Aabel
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Anthony Steffen



Date et Lieu de naissance : 21 juillet 1929 (Rome, Italie)
Date et Lieu de décès : 4 juin 2004 (Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Brésil)
Nom Réel : Antonio Luiz De Teffè

ACTEUR

Issu de l’aristocratie brésilienne et fils du coureur automobile et ambassadeur Manoel De Teffè, le futur Anthony Steffen naît le 21 juillet 1929, à Rome en Italie, sous le véritable nom de Antonio Luiz De Teffè. À la fin de la seconde guerre mondiale, le jeune garçon met un terme à ses études et rejoint les partisans italiens. Après le conflit, il décide de travailler pour l’industrie cinématographique renaissante. En 1948, il décroche un petit boulot de coursier pour Vittorio De Sica sur le tournage du film «Le voleur de bicyclettes», puis il pratique plusieurs métiers aux studios romains de Cinecittà.

Durant la première moitié des années cinquante, sous le nom de Antonio De Teffè, il devient assistant, entre autres, de Mauro Bolognini sur «Une fille formidable» (1953) avec Sophia Loren. Puis en 1955, il oriente sa carrière vers la comédie. Doté d’un physique de jeune premier, il trouve rapidement des engagements dans plusieurs productions typiquement italiennes. On l’aperçoit notamment en jeune étudiant amoureux de son professeur dans «Les dix-huit ans » (1955) de Mario Mattoli; puis, il est le fils de Gino Cervi et de Micheline Presle dans «Le château des amants maudits» (1956) de Riccardo Freda; le beau Demetrius dans «L’esclave de l’Orient» (1958), un péplum de Mario Bonnard et enfin le Capitaine de la garde des hébreux dans «Sodome et Gomorrhe» (1961), une fresque biblique de Robert Aldrich, où il côtoie les stars internationales telles que Stewart Granger, Anouk Aimée et Pier Angeli.

C’est avec l’arrivée de la mode du western spaghetti que Antonio De Teffè va connaître une grande notoriété. En 1964, sous le nom américanisé de Anthony Steffen, il tourne «Perché uccidi ancora», son premier western, une coproduction italo-espagnole dirigée par José Antonio de la Loma. Il enchaîne alors des dizaines de films où il incarne des héros de l’Ouest au regard sombre dans des productions assez médiocres, mais qui ont l’avantage de distraire des millions d’amateurs du genre. Parmi ses plus grands succès, nous pouvons citer: «Gringo joue le rouge» (1966) de Alberto Cardone, «Bravo Django» (1966) de León Klimovsky, «Un train pour Durango» (1967) de Mario Caiano, «La horde des salopards» (1969) de Sergio Garrone, «Garringo» (1969) de Rafael Romero Marchent, «Shango» (1969) de Edoardo Mulargia, «Viva Sabata» (1970) de Tulio Demicheli et «Viva Django» 1972) de Edoardo Mulargia.

Au milieu des années soixante-dix, le genre du western spaghetti s’essouffle, et malgré une belle popularité, la carrière de Anthony Steffen décline rapidement. En effet, ne recevant aucune proposition dite sérieuse pour des films plus traditionnels, il accepte alors des rôles dans des productions d’horreur ou érotiques de série Z. Ayant accumulé une belle fortune tout au long de sa carrière, il s’éloigne des plateaux de cinéma et entreprend une vie de jet-setteur international qui le mène aux quatre coins du monde. En 1978, il tourne au Brésil «L’invasion des piranhas» de Antonio Margheriti. Il redécouvre ainsi le pays des ses aïeux, et décide de s’y installer définitivement.

En 2002, Anthony Steffen apprend qu’il est atteint d’un cancer. Après une longue bataille, il meurt le 4 juin 2004, à Rio de Janeiro. Cette disparition coïncide, ironiquement, avec la redécouverte par un nouveau public de ses films en DVD, ce qui le fait entrer dans la légende des stars du western spaghetti.

© Philippe PELLETIER

copyright
1953Le corsaire des Caraïbes / Le capitaine fantastique ( capitan Fantasma ) de Primo Zeglio avec Maxwell Reed
    Seulement caméraman & assistant de production
Une fille formidable ( ci troviamo in galleria ) de Mauro Bolognini avec Sophia Loren
    Seulement second assistant réalisateur
1954Un siècle d’amour ( cento anni d’amore ) de Lionello De Felice avec Aldo Fabrizi
    Seulement second assistant réalisateur
1955Gli sbandati – de Francesco Maselli avec Isa Miranda
Les dix-huit ans ( le diciottenni ) de Mario Mattoli avec Virna Lisi
1956Città di notte – de Leopoldo Trieste avec Rina Morelli
Le château des amants maudits ( Beatrice Cenci ) de Riccardo Freda avec Micheline Presle
1957La trovatella di Pompei – de Giacommo Gentilomo avec Tina Lattanzi
1958L’esclave de l’Orient / Aphrodite, déesse de l’amour ( Afrodite, dea dell’amore ) de Mario Bonnard avec Isabelle Corey
1959Ragazzi del juke-box – de Lucio Fulci avec Elke Sommer
Le cavalier à l’armure d’or / Les cavaliers du diable ( i cavalieri del diavolo ) de Siro Marcellini avec Gianna Maria Canale
1960Cavalcata selvaggia – de Piero Pierotti avec Wandisa Guida
Le tank du huit septembre ( il carro armato dell’8 settembre ) de Gianni Puccini avec Elsa Martinelli
1961Solitudine – de Renato Polselli avec Franca Dominici
Sodome et Gomorrhe ( Sodoma e Gomorra / Sodom and Gomorrah / the last days of Sodom and Gomorrah ) de Robert Aldrich & Sergio Leone avec Anouk Aimée
1962La vengeance du chevalier noir ( la cieca di Sorrento / vendetta del cavaliere nero / revenge of the black knight / vendetta at Sorrento ) de Nick Nostro avec Diana Martín
Ultimatum alla vita – de Renato Polselli avec Franca Bettoia
1963Avventura al motel – de Renato Polselli avec Eva Bartok
Les invincibles frères Maciste ( gli invincibili fratelli Maciste ) de Roberto Mauri avec Claudie Lange
1964Perché uccidi ancora / ¿ Por qué seguir matando ? – de José Antonio de la Loma avec Ida Galli
I figli del leopardo – de Sergio Corbucci avec Evi Marandi
Le dernier des Mohicans / La vallée des ombres rouges ( der letzte Mohikaner ) de Harald Reinl avec Karin Dor
1965Les amants latins ( gli amanti latini ) de Mario Costa avec Annie Gorassini
Un cercueil pour le sheriff ( una bara per lo sceriffo / una tumba para el sheriff ) de Mario Caiano avec Fulvia Franco
Gringo joue le rouge ( sette dollari sul rosso / seven dollars on the red / seven dollars to kill / siete dólares al rojo ) de Alberto Cardone avec Elisa Montés
1966Les colts de la violence ( mille dollari sul nero / blood at sundown / one thousand dollars on the black / Sartana / Sartana : Sangue e la penna ) de Alberto Cardone avec Erika Blanc
Un angelo per Satana – de Camillo Mastrocinque avec Barbara Steele
Bravo Django ( pochi dollari per Django / alambradas de violencia / Drango : A bullet for you / few dollars for Django / some dollars for Django ) de León Klimovsky avec Gloria Osuna
1967Un train pour Durango ( un treno per Durango / train for Durango / un tren para Durango ) de Mario Caiano avec Mark Damon
Killer Kid – de Leopoldo Savona avec Luisa Baratto
La vengeance de Ringo ( los cuatro salvajes / Ringo, il volto della vendetta / Ringo, face of revenge ) de Mario Caiano avec Frank Wolff
Gentleman killer ( gentleman Jo... uccidi / gentleman Jo ) de Giorgio Stegani avec Silvia Solar
Deux pistolets pour un lâche ( il pistolero segnato da Dio / due pistole e un vigliacco / two guns and a coward / gunman sent by god / two pistols and a coward ) de Giorgio Ferroni avec Richard Wyler
Un étranger à Paso Bravo ( los pistoleros de Paso Bravo / uno straniero a Paso Bravo / a stranger in Paso Bravo ) de Salvatore Rosso avec Giulia Rubini
1968Son nom crie vengeance ( il suo nome gridava vendetta / man who cried for revenge / a name that cried revenge ) de Mario Caiano avec William Berger
Les pistoleros du Nevada / Les pistoleros rouges du Nevada ( i morti non si contano / ¿ Quién grita venganza ? / cry for revenge ) de Rafael Romero Marchent avec Maria Martini
DO Western, italian style – de Patrick Morin avec Enzo G. Castellari
    Seulement apparition
1969Une longue file de croix / La corde au cou ( una lunga fila di croci / hanging for Django / no room to die / noose for Django ) de Sergio Garrone avec Nicoletta Machiavelli
La horde des salopards / Django contre la horde des salopards (Django il bastardo / Django the bastard / stranger’s gundown ) de Sergio Garrone avec Luciano Rossi
    + scénario & production
Garringo ( Garringo: I morti non si contano / dead are countless ) de Rafael Romero Marchent avec Peter Lee Lawrence
1970Shango ( Shango, la pistola infallibile ) de Edoardo Mulargia avec Barbara Nelli
    + scénario
Arizona ( Arizona si scatenò... e li fece fuori tutti / Arizona Colt returns / Arizona lets fly and kill everybody / Arizona vuelve / if you gotta shoot someone... Bang ! Bang ! ) de Sergio Martino avec Rosalba Neri
Viva Sabata ( arriva Sabata! / reza por tu alma...y muere / dollars to die for / Sabata the killer ) de Tulio Demicheli avec Rossana Rovere
1971Abattez Django le premier ( uccidi Django... uccidi per primo !!! / kill Django... kill first / Tequila ) de Sergio Garrone avec Diana Lorys
L’appel de la chair / Holocauste pour une vierge ( la notte che Evelyn uscì dalla tomba / the night Evelyn came out of the grave / the night she arose from the tomb / the night that Evelyn left the tomb ) de Emilio Miraglia avec Marina Malfatti
Apocalypse Joe ( un uomo chiamato Apocalisse Joe / a man called Apocalypse Joe / a man called Joe Clifford / Apocalipsis Joe ) de Leopoldo Savona avec Eduardo Fajardo
Les sept châles de soie jaune ( sette scialli di seta gialla ) de Sergio Pastore avec Sylva Koscina
1972Viva Django ( W Django ! / a man called Django ) de Edoardo Mulargia avec Stelio Candelli
Il n’y a plus de saints au Texas ( la caza del oro / lo credevano uno stinco di santo / they believed he was no Saint / too much gold for one gringo ) de Juan Bosch avec Tania Alvarado
Au tropiques du cancer / Caresses brûlantes ( al tropico del cancro ) de Gian Paolo Lomi & Edoardo Mulargia avec Anita Strindberg
1973Lady Dynamite ( la padrina ) de Giuseppe Vari avec Maurice Poli
Tequila ! ( uno, dos, tres... dispara otra vez / Fuzzy the hero ) de Tulio Demicheli avec Roberto Camardiel
Gli assassini sono nostri ospiti / The killers are our guests – de Voncenzo Rigo avec Margaret Lee
Los mil ojos del asesino / Quel ficcanaso dell’ispettore Lawrence / On the edge / The killer with a thousand eyes – de Juan Bosch avec María Kosti
    + scénario
Malicieuse à seize ans ( sedici anni / 16 anni ) de Tiziano Longo avec Giorgio Ardisson
1974Siete chacales – de José Luis Madrid avec Pilar Vela
Malocchio ( eroticofollia / evil eye / mal de ojo / más allá del exorcismo ) de Mario Siciliano avec Richard Conte
Shoshena – de Tulio Demicheli avec Ágata Lys
La jeune fille assassinée / Charlotte – de Roger Vadim avec Sirpa Lane
Dallas ( il mio nome è Scopone e faccio sempre cappotto / ten killers came from Afar ) de Juan Bosch avec Fernando Sancho
1975La encadenada / A diary of a murderess / Diary of an erotic mistress / Diary of an erotic murderess / Perversione – de Manuel Mur Oti avec Marisa Mell
1976L’autre côté de la violence ( Roma l’altra faccia della violenza ) de Marino Girolami avec Marcel Bozzuffi
1977Zoo zéro – de Alan Fleischer avec Klaus Kinski
1978Play Motel – de Mario Gariazzo avec Ray Lovelock
L’invasion des piranhas ( killer fish / deadly treasure of the piranha / killer fish agguato sul fondo / the naked sun / treasure of the piranha ) de Antonio Margheriti avec Karen Black
1979Les évadées du camp d’amour ( femmine infernali / el infierno de las mujeres / escape / escape from hell / hellfire on ice, part 2: Escape from hell ) de Edoardo Mulargia avec Ajita Wilson
Hôtel du paradis ( Orinoco prigioniere del sesso / Hotel Paradiso / Orinoco, paraíso del sexo / Orinoco: Prison of sex / prison sex / I’m coming your way ) de Edoardo Mulargia avec Christina Lai
1981Mulheres Liberadas – de Adnor Pitanga avec Rossana Ghessa
1982Momentos de prazer e agonia – de Adnor Pitanga avec Helena Andrea
1985Savage Island – de Nicholas Beardsley avec Linda Blair
1988Malù e l’amante – de Pasquale Fanetti avec Barbara Blasko
Fiche créée le 14 octobre 2005 | Modifiée le 7 février 2016 | Cette fiche a été vue 8360 fois
PREVIOUSVernon Steele || Anthony Steffen || Rod SteigerNEXT