CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Joaquín Cordero
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Antonio Badú



Date et Lieu de naissance : 13 août 1914 (Real del Monte, Hidalgo, Mexique)
Date et Lieu de décès : 29 juin 1993 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Nom Réel : Antonio Namnum Nahes

ACTEUR
Image
1950 La vagabonde (vagabunda) de Miguel Morayta avec Leticia Palma & Luis Beristain
Image
1953 ¡Ay, pena, penita, pena! / Penita, pena – de Miguel Morayta avec Lola Flores & Luis Aguilar
Image
1958 Le grand spectacle (el gran espectáculo / sueños de oro) de Miguel Zacarías avec Lola Flores & Sonia Furió
Image
1959 Les colonels (las coronelas) de Rafael Baledón avec Martha Roth, Rodolfo Landa & Andrés Soler

D’origine libanaise, Antonio Badú est né Antonio Namnum Nahes, le 13 août 1914 à Real del Monte, ville mexicaine de l’état d’Hidalgo. Il doit son nom de scène au surnom, Badou, que lui donne ses parents, Antonio Namnum et Virginia Nahes, quand il est enfant. Après ses études, il travaille comme vendeur et boulanger. Doté d’une belle voix, il anime les bals de fin de semaine et les fêtes familiales de sa région avant d’aller tenter sa chance à Mexico.

Antonio Badú s’installe dans le quartier populaire de la Miséricorde où il se lie d’amitié avec Mauricio Garcés, future vedette, et Jacobo Zabludovsky, futur journaliste. Peu après son arrivée, il rencontre le chanteur Ramon Armengod et le compositeur Gabriel Ruiz Galindo, ce qui lui donne l’occasion de se produire dans la très populaire émission «La hora azul» de la station de radio XEW où le speaker le présente comme l’Emir de la Chanson. Il acquiert rapidement une grande notoriété avec des chansons comme «Hipócrita», «Azul», «Sortilegio» et «Viviré para ti». Antonio est déjà chanteur célèbre, quand un autre ami, l’acteur Victor Manuel Mendoza, le recommande au réalisateur Luis Amendolla. Il fait ainsi ses débuts au cinéma, en 1938, dans «Padre Mercader».

Dès lors, Antonio Badú va mener de front sa carrière de chanteur à succès dans des spectacles et à la radio et celle d’acteur dans une soixantaine de rôles au cinéma en vingt ans. Dans ses premiers films, il sert surtout de faire-valoir, notamment à Jorge Negrete et Gloria Marín dans «¡Ay Jalisco... no te rajes!» (1941) une comédie musicale de Joselito Rodríguez. En 1942, il interprète son premier grand rôle face à Maria Luisa Zea dans «La fête des fleurs» un film d’aventures de José Benavides hijo. Parfait prototype du beau latino, le cheveux noir, le regard sombre et la fine moustache, il est associé aux plus grandes vedettes féminines sud-américaines, d’abord Maria Félix dans «Femme sans cœur» (1943) de Fernando de Fuentes, puis vont se succéder, entre autres: María Elena Marqués dans «Amours mexicaines» (1945) qui lui vaut une nomination à l’Ariel du meilleur second rôle; sa future épouse, Esther Fernández, dans «Cantaclaro» avec une nomination à l’Ariel du meilleur acteur, suivi de «Ramona» (1945), «La mujer que quiere a dos» (1946) et «Solo Veracruz es bello»; Rosita Quintana dans «Ahí vienen los Mendoza» (1947) qu’il produit également; Emilia Guiú dans «Enrédate y verás» (1948); Martha Roth dans «Ma préférée» (1950); Antoñita Colomé dans «Tercio de quites» (1951); Linda Cristal dans «El lunar de la familia» (1953 ou Lola Flores dans «¡Ay, pena, penita, pena!» (1953).

Dès le début des années soixante, sa carrière décline inexorablement, le bel Hidalgo de ses débuts, celui que l’on aimait appeler l’Emir de la Chanson n’a plus la faveur de son public, il décide de s’éloigner des plateaux de tournage. C’est son vieil ami Mauricio Garcés qui le convainc de sortir de sa retraite pour travailler avec lui sur «Bromas, S.A.» en 1967. Au cours des deux années suivantes, ils tournent ensemble trois autres films. En 1977, il chante dans trois épisodes de la série musicale «Variedades de media noche». Il apparaît encore dans des émissions de variétés jusqu’en 1985, année de sa retraite définitive. Un grave emphysème le cloue à son domicile de Colonia Roma à Mexico. Il en profite pour rédiger ses mémoires «Sortilegio de vivir», publiées deux mois avant son décès survenu le 29 juin 1993.

© Pascal DONALD

copyright
1938Padre Mercader – de Luis Amendolla avec Lupita Palomera
Du sang dans les montagnes ( sangre en las montañas ) de Jaime Contreras avec Margarita Cortés
1939Le faucon ( el gavilán ) de Ramón Pereda avec Blanca Rosa Otero
Pour une femme ( por una mujer ) de Roberto E. Guzmán avec Natalia Ortiz
1940Mala yerba – de Gabriel Soria avec Lupita Gallardo
1941¡ Ay jalisco, no te rajes ! – de Joselito Rodríguez avec Gloria Marín
1942Virgen de medianoche / El imperio del Hampa – de Alejandro Galindo avec Victoria Argota
La fête des fleurs ( la feria de las flores ) de José Benavides Hijo avec María Luisa Zea
1943¡ Arriba las mujeres ! – de Carlos Orellana avec Consuelo Guerrero de Luna
Le mystérieux Monsieur Marquina ( el misterioso señor Marquina / ladrón de etiqueta ) de Chano Urueta avec Julieta Dosal
La femme sans cœur ( la mujer sin alma ) de Fernando de Fuentes avec Maria Félix
1944Adiós, Mariquita linda – de Alfonso Patiño Gómez avec Tito Guízar
Une chanson dans la nuit ( una canción en la noche ) de René Cardona avec Alicia Carrión
1945Amours mexicaines ( me he de comer esa tuna / El día que me quieras ) de Miguel Zacarías avec María Elena Marqués
Cantaclaro – de Julio Bracho avec Esther Fernández
¡ Ay qué rechula es Puebla ! – de René Cardona avec Sara García
Pour un amour ( por un amor ) de José Díaz Morales avec Norma Ancira
1946Ramona – de Víctor Urruchúa avec Esther Fernández
Ne pas se marier avec ma femme ( no te cases con mi mujer ) de Fernando Cortés avec Mapy Cortés
Etrange obsession ( extraña obsesión ) de José Díaz Morales avec Malú Gatica
La mujer que quiere a dos – de Víctor Urruchúa avec Esther Fernández
Felipe fue desgraciado – de René Cardona avec Rita Macedo
1947Carita del cielo – de José Díaz Morales avec Ninón Sevilla
Ahí vienen los Mendoza – de Ramón Peón avec Rosita Quintana
    + production
1948Enrédate y verás – de Carlos Orellana avec Emilia Guiú
Las mañanitas – de Juan Bustillo Oro avec Lupe Inclán
Solo Veracruz es bello – de Juan Bustillo Oro avec Esther Fernández
1949Hipócrita..! – de Miguel Morayta avec Carmen Molina
Quatre vies ( quatro vidas ) de José Giaccardi avec Adriana Saravia
L’amour est récompensé par l’amour ( amor con amor se paga ) de Ernesto Cortázar avec Marga López
Mariachis – de Adolfo Fernández Bustamante avec Beatriz Aguirre
1950Ma préférée ( mi preferida ) de Chano Urueta avec Martha Roth
La vagabonde ( vagabunda ) de Miguel Morayta avec Leticia Palma
La douleur chante aussi ( también de dolor se canta ) de René Cardona avec Pedro Infante
Une gringa au Mexique ( una gringuita en México ) de Julián Soler avec Fanny Schiller
1951El gavilán pollero – de Rogelio A. González avec Lilia Prado
Corazón de fiera – de Ernesto Cortázar avec Rita Macedo
Tercio de quites – de Emilio Gómez Muriel avec Antoñita Colomé
Paco l’élégant ( Paco, el elegante ) de Adolfo Fernández Bustamante avec Emilia Guiú
1952Sangre en el barrio / Crucero 33 – de Adolfo Fernández Bustamante avec Mimí Derba
Les enfants de Maria Morales ( los hijos de María Morales ) de Fernando de Fuentes avec Emma Roldán
Poker d’as ( póker de ases ) de René Cardona avec Rebeca Iturbide
1953El lunar de la familia – de Fernando Méndez avec Linda Cristal
Genio y figura – de Fernando Méndez avec Esther Fernández
¡ Ay, pena, penita, pena ! / Penita, pena – de Miguel Morayta avec Lola Flores
1954Caïn et Abel ( Cain y Abel ) de René Cardona avec Hortensia Santoveña
    + production
As negro – de Fernando Méndez avec Carolina Barret
Le village sans dieu ( el pueblo sin dios ) de René Cardona avec Leonor Llausás
    + production
1955Los margaritos – de René Cardona avec María Gentil Arcos
    + production
DO El charro inmortal – de Rafael E. Portas avec Jorge Negrete
    Seulement apparition
1956Je te déteste et je t’aime ( te odio y te quiero ) de Juan Orol avec Alicia Rodríguez
1957Les coureurs de jupons ( los mujeriegos ) de Jaime Salvador avec Lucy Gallardo
Tres desgraciados con suerte – de Jaime Salvador avec Amparo Arozamena
Ay... Calypso no te rajes ! – de Jaime Salvador avec Rosa Elena Durgel
1958La vie d’Augustin Lara ( la vida de Agustín Lara ) de Alejandro Galindo avec Sara Montes
    Seulement production
Le grand spectacle ( el gran espectáculo / sueños de oro ) de Miguel Zacarías avec Carmen Flores
Mexico ne dort jamais ( México nunca duerme ) de Alejandro Galindo avec Prudencia Grifell
Los santos reyes – de Rafael Baledón avec Sara García
1959Les colonels ( las coronelas ) de Rafael Baledón avec Martha Roth
El renegado blanco – de Fernando Méndez avec Rafael Baledón
1960Los resbalosos – de Miguel M. Delgado avec Anabelle Gutiérrez
Trois Roméo et une Juliette ( tres Romeos y una Julieta ) de Chano Urueta avec Elvira Qintana
1961El Bronco Reynosa – de Miguel M. Delgado avec Silvia Fournier
1967Bromas, S.A. – de Alberto Mariscal avec Gloria Marín
DO Las posadas – de Héctor González de la Barrera avec Alicia Bonet
    Seulement apparition
1968Le jour du mariage ( el día de la boda ) de René Cardona Jr. avec Elsa Aguirre
Le mariage c’est l’enfer ( el matrimonio es como el demonio ) de René Cardona Jr. avec Maura Monti
1969Las fieras – de René Cardona Jr. avec Lucy Gallardo
Fiche créée le 6 mai 2011 | Modifiée le 21 décembre 2012 | Cette fiche a été vue 3689 fois
PREVIOUSAndré Badin || Antonio Badú || Maroun BagdadiNEXT