CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Suzy Solidor
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Armand Guerra



Date et Lieu de naissance : 4 janvier 1886 (Llíria , Espagne)
Date et Lieu de décès : 10 mars 1939 (Paris, France)
Nom Réel : José Maria Estíbalis Calvo

REALISATEUR

Armand Guerra naît José Maria Estíbalis Calvo le 4 janvier 1886, à Llíria dans la province de Valence, au sud-est de l’Espagne. Sa mère très pieuse le met pensionnaire au petit séminaire de Valence dont il ne conservera pas un bon souvenir. Il commence à gagner sa vie comme typographe dans la capitale du Levant où son frère Vicente, de cinq ans son cadet, vient bientôt le rejoindre. Il participe aux grèves de 1907 et fait de la prison. Il part ensuite à Cuba puis gagne Paris où il entre en contact avec les groupes anarchistes. Devenu journaliste, il écrit dans des publications spécifiques en Suisse, en Italie et en Égypte où il fomente même une grève. Il rentre ensuite en France en passant par l’empire Ottoman, Braila (Roumanie) et les ports grecs.

Il tourne un premier court métrage «Un cri dans la jungle» (1912) pour la firme l’Éclair. Il est ensuite embauché par la fédération communiste anarchiste révolutionnaire et réalise, sous le pseudonyme de Armand Guerra, des films militants dont «Les misères de l’aiguille» (1913) avec Musidora. Pendant la première guerre mondiale, toujours sujet du roi d’Espagne Alphonse XIII, il n’est pas mobilisé mais il reçoit un ordre d’expulsion pour ses écrits pacifistes. Il s’installe à Lausanne puis retrouve Madrid où il crée un compagnie cinématographique bientôt mise en faillite faute de moyens financiers suffisants (1918). Guerra semble ensuite avoir séjourné en URSS avant de devenir, en 1923, salarié des studios allemands de Babelsberg en pleine créativité cinématographique sous la république de Weimar. Il y est traducteur mais aussi acteur et metteur en scène. Il réalise notamment «Luis Candelas» (1936), l’histoire d’un bandit madrilène dont la légende populaire en a fait un justicier qui vole les riches pour donner aux pauvres sous le règne du roi réactionnaire Ferdinand VII. Le film concurrence celui de José Buchs sorti deux mois plus tôt. Le sujet connaîtra une nouvelle version en 1936 puis en 1947 avec Alfredo Mayo. En 1930, Guerra tourne la comédie musicale «L’amour chante» aidé par Florián Rey, avec en vedettes Imperio Argentina et Florelle. L’arrivée d’Hitler au pouvoir oblige le cinéaste à regagner l’Espagne où il essaie de nouveau de créer avec son frère des studios de cinéma.

À l’été 1936, Armand Guerra tourne un film sur le monde du cirque, «Chair de fauves», dans lequel il interprète un garçon de piste amoureux de l’actrice Marlène Grey compagne d’un dompteur. Pendant la guerre civile, il soutient la république en réalisant des reportages de guerre et «Estampas guerreras» (1937). Mais anarchiste, il est incarcéré en 1938 par les services de renseignement républicains d’obédience communiste. Il réussit, malade et sans papier, à gagner en février 1939, Saint-Mandé en région parisienne où se sont réfugiées sa femme Isabel Anglada Sovelino, sa belle-mère et son unique enfant, Vicenta, née en 1934. Il meurt à Paris, en pleine rue, d’une attaque cérébrale le 10 mars 1939.

Il est difficile d’apprécier le talent de Armand Guerra. Tous ses films, à l’exception de «Chair de fauves» retrouvé dans un marché aux puces espagnol dans les années 1990, ont été détruits ou sont encore entreposés dans des archives non inventoriées à Berlin, Paris, Madrid ou Barcelone. Sa fille Vicenta poursuit inlassablement sa quête. Quant à nous, il nous semblait important de rendre hommage à cet étonnant cinéaste espagnol au destin tragique.

© Caroline HANOTTE

copyright
1912 CM Un cri dans la jungle – de Armand Guerra
1913 CM Les misères de l’aiguille – de Raphaël Clamour & Armand Guerra avec Musidora
CM Le vieux docker – de Armand Guerra
1914 CM La commune – de Armand Guerra
1925Le songe d’une nuit d’été ( ein sommernachtstraum ) de Hans Neumann avec Hans Albers
    Seulement interprétation
1926Luis Candelas o El bandido de Madrid – de Armand Guerra avec Marina Torres
1927Batalla de damas / Der kampf um den mann – de Arman Guerra & Hans Werckmeister avec María Corda
    + adaptation & scénario
1928Die geschenkte loge / Ehrlichkeit ist aller Laster Anfang / La logia ofrecida – de Armand Guerra avec Erika Dann
    + sujet & scénario
1930L’amour chante ( el amor solfeando / el profesor de mi mujer / el profesor de mi señora ) de Armand Guerra avec Florelle
1934El alegría que pasa – de Sabino Antonio Micón avec Jesús Castro Blanco
    Seulement interprétation
1936Chair de fauves ( carne de fieras ) de Armand Guerra & Ferrán Alberich avec Antonio Montoya
    + interprétation, sujet & scénario
1937 CM Estampas guerreras. Número 1 / Gestas proletarias. Número 1 – de Armand Guerra avec Deli Giménez
    + sujet & scénario
CM Estampas guerreras. Número 2 / Gestas proletarias. Número 2 – de Armand Guerra avec Deli Giménez
    + sujet & scénario
Fiche créée le 1 février 2007 | Modifiée le 2 février 2007 | Cette fiche a été vue 4997 fois
PREVIOUSAlekseï Guerman || Armand Guerra || Tonino GuerraNEXT