CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gaston Orbal
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Barbara (I)



Date et Lieu de naissance : 9 juin 1930 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 24 novembre 1997 (Neuilly-sur-Seine, France)
Nom Réel : Monique Andrée Serf

ACTRICE
Image
1969 La fiancée du pirate – de Nelly Kaplan avec Bernadette Lafont, Georges Géret & Julien Guiomar
Image
1971 Aussi loin que l’amour – de Frédéric Rossif avec Michel Duchaussoy, Francine Racette, Suzanne Flon & Rufus
Image
1971 Franz – de Jacques Brel avec Jacques Brel, Danièle Evenou, Louis Navarre & Fernand Fabre
Image
1973 L’oiseau rare – de Jean-Claude Brialy avec Micheline Presle, Pierre Bertin & Jacqueline Maillan

Barbara naît Monique Andrée Serf le 9 juin 1930 à Paris. D’origine juive, elle est la deuxième de quatre enfants. Son père, comptable, vient d’Alsace, sa mère, secrétaire, est d’ascendances moldaves. Pendant la seconde guerre mondiale la famille, pour échapper aux rafles, se cache notamment à Roanne (Loire) et à Saint-Marcellin (Isère).

De retour en région parisienne (Le Vésinet), la future Barbara reçoit ses premiers cours de piano d’une voisine puis elle est admise à l’École Supérieure de Musique de Paris (1947). L’année suivante, elle monte sur scène comme choriste dans l’opérette «Violettes impériales». Au début des années cinquante, elle part pour Bruxelles mais faute de contrats, elle s’installe avec des amis dont Claude Sluys, un étudiant en droit qui devient son époux, dans un local où elle interprète Edith Piaf, Juliette Gréco, Jacques Brel, Marcel Mouloudji et le répertoire parfois coquin du début du vingtième siècle, en captivant un public d’intellectuels bohèmes francophones. Mais l’entreprise tout comme son mariage ne durent guère et Barbara regagne Paris sans le sou. Elle renoue un temps avec la scène («Madame» de Rémo Forlani) et silhouette vêtue de sombre, elle se produit en deuxième partie de spectacle au cabaret de l’Écluse (1954), tantôt seule tantôt accompagnée de Liliane Benelli. Elle compose bientôt ses propres chansons.

En 1963, Barbara est invitée de l’émission télévisée «Discorama» de Denise Glaser et enregistre son premier disque, «Barbara chante Barbara», avec des titres comme «À mourir pour mourir», «Nantes», «Au bois de Saint-Amand». Puis elle fait une tournée en Allemagne où l’accueil est si chaleureux qu’elle compose une chanson désormais emblématique. Elle l’enregistre à Hambourg et en allemand trois ans plus tard: «Gewiß, dort gibt es keine Seine … doch gäb’s viel, was zu sagen bliebe von Göttingen, von Göttingen». Mais en 1969 elle fait ses adieux à la scène à l’Olympia car elle ne supporte plus le rythme des tournées. En 1971, elle est aux côtés de Jacques Brel qui réalise et interprète «Franz», un succès d’estime. Elle retrouve le cinéma en 1973 pour «L’oiseau rare» de Jean-Claude Brialy. La même année, elle emménage à soixante kilomètres de Paris (Précy-sur-Marne) où elle prépare avec un jeune musicien, François Wertheimer, un album surprenant aux accents résolument rock. En 1976, elle participe à son dernier film «Je suis né à Venise» du chorégraphe Maurice Béjart. Elle fait encore des tournées internationales (Italie, Israël, Canada, Japon, etc.) et accompagne au piano le danseur Mikhail Baryshnikov au Metropolitan Opera de New-York (1982). Elle perd malheureusement sa voix lors d’un récital géant en région parisienne (Pantin). Elle monte néanmoins, avec Gérard Depardieu, la comédie musicale «Lily Passion» (1986).

Barbara s’investit aussi dans la lutte contre le sida, la cause des enfants malades et devient même visiteuse de prison. Très fatiguée, elle enregistre un dernier disque en 1996 et commence à écrire de douloureuses mémoires à la parution posthume. Celle qui avoue avoir passé plus de nuits à chanter que dans les bras d’un homme, est hospitalisée d’urgence pour un malaise respiratoire fatal. Elle décède dans sa soixante-huitième année le 24 novembre 1997 à Neuilly-sur-Seine. Mais Barbara, «la Dame en Noire» ne cessera jamais de nous envoûter.

© Caroline HANOTTE

copyright
1962 CM La dame à la longue vue – de Serge Korber avec Roger Riffard
    Seulement musique et chansons
1969La fiancée du pirate – de Nelly Kaplan avec Bernadette Lafont
    Seulement chansons
1971Aussi loin que l’amour – de Frédéric Rossif avec Rufus
    Seulement apparition
Franz – de Jacques Brel avec Jacques Brel
1973L’oiseau rare – de Jean-Claude Brialy avec Micheline Presle
1976Je suis né à Venise – de Maurice Béjart avec Jorge Donn
Fiche créée le 3 décembre 2007 | Modifiée le 12 mai 2015 | Cette fiche a été vue 5056 fois
PREVIOUSJacques Baratier || Barbara (I) || Paola BarbaraNEXT