CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Harpo Marx
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Bernard Woringer



Date et Lieu de naissance : 4 octobre 1931 (Strasbourg, France)
Date et Lieu de décès : 22 mai 2014 (Puteaux, France)
Nom Réel : Bernard Jean Pierre Woringer

ACTEUR
Image
1961 Les trois mousquetaires – de Bernard Borderie avec Gérard Barray, Georges Descrières & Jacques Toja
Image
1964 Angélique, marquise des anges – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier, Robert Hossein & Jean Rochefort
Image
1969 La folle de Chaillot (the madwoman of Chaillot) de Bryan Forbes avec Katharine Hepburn & Paul Henreid
Image
1988 Mon cher sujet – de Anne-Marie Miéville avec Anny Romand, Gaële Le Roi & Hélène Roussel

Né le 4 octobre 1931 à Strasbourg, Bernard Woringer intègre le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique dont il suit les cours durant quatre ans. La promotion 1956 est composée d’une trentaine d’élèves dont Michel Aumont, Michel Beaune, Jean-Paul Belmondo, Françoise Brion ou Catherine Samie. Elève du Conservatoire, il joue «Horace» de Corneille ou «Port Royal» de Montherlant à la Comédie-Française en 1954. Lors du concours du Conservatoire, avec Michel Beaune et Dominique Rozan, il porte Jean-Paul Belmondo en triomphe sur la scène qui adresse un bras d’honneur au jury qui vient de bouder sa prestation. À la sortie du Conservatoire, il participe à «Macbeth» (1956) de Shakespeare avec Alain Cuny dans le rôle-titre et la troupe du TNP de Jean Vilar au Festival d’Avignon ou «Romanoff et Juliette» (1957) de et avec Peter Ustinov et la Compagnie Grenier-Hussenot au Théâtre Marigny. Il fait sa première apparition au cinéma dans la comédie «Chéri fais moi peur» (1957) de Jacques Pinoteau avec Darry Cowl.

En 1958, Bernard Woringer devient pensionnaire de la «Maison de Molière» durant deux saisons. Sur la scène du «Français», il est dirigé par Jean Meyer dans «Le bourgeois gentilhomme» (1958) de Molière avec Louis Seigner dans le rôle de Monsieur Jourdain ou par Jacques Eyser dans «La dame de Monsoreau» (1959) de Dumas avec Michel Le Royer. En 1960, il quitte la Comédie-Française et joue des pièces de boulevard «Un dimanche à New-York» (1962) avec Marie-José Nat et Jean-Claude Brialy, «Une fois par semaine» (1965) avec Fernand Gravey ou «L’amour propre» (1968) avec Claude Gensac et Philippe Nicaud. À la télévision, il est le Baron de Sigognac dans une adaptation de Théophile Gautier «Le Capitaine Fracasse» (1960) réalisée par François Chatel pour l’émission «Le Théâtre de la jeunesse». Au cinéma, il se fait remarquer en Porthos dans le film «Les trois Mousquetaires» (1961) de Bernard Borderie avec Gérard Barray et Mylène Demongeot. Il retrouve Bernard Borderie pour «Angélique, marquise des anges» (1964) avec Michèle Mercier où il compose l’ami de Joffrey de Peyrac incarné par Robert Hossein. Mais enfermé dans les films de cape et d’épée, il n’est que peu sollicité. Il apparaît dans des films étrangers tournés en France: une production de Disney «Monkeys, go home» (1967) avec Maurice Chevalier ou une adaptation de «La folle de Chaillot» (1969) avec Katharine Hepburn.

Au début des années soixante-dix, Bernard Woringer délaisse ses activités de comédien pour se consacrer à la postsynchronisation. Il double successivement James Caan, Donald Sutherland, William Holden ou Sean Connery. Pour la télévision, il devient la voix française de Pierce Brosnan dans «Remington Steele». Il reprend ses activités de comédien avec le feuilleton «Anne jour après jour» (1976) avec Sophie Barjac, puis dans des épisodes de séries à succès «Les Cordier» avec Pierre Mondy ou «Julie Lescaut» avec Véronique Genest. Il apparaît dans des productions étrangères «Enigma» (1981) de Jeannot Szwarc avec Martin Sheen, le cinéma français ne lui offrant que peu de propositions à l’exception de seconds rôles dans «Le gagnant» (1979) de Christian Gion ou «Mon cher sujet» (1988) de Anne-Marie Miéville. À la fin de sa carrière, il renoue avec le théâtre en jouant «Un château au Portugal» (1991) de Julien Vartet ou «Le tout pour le tout» (1995) de Françoise Dorin. Bernard Woringer décède le 22 mai 2014 à Puteaux. Il a fait don de son corps à la science.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1958Chéri, fais-moi peur ! – de Jacques Pinoteau avec Sophie Daumier
1960Les amours de Paris – de Jacques Poitrenaud avec Nicole Courcel
1961Les trois mousquetaires – de Bernard Borderie avec Gérard Barray
    Film en 2 parties
    1 : Les ferrets de la reine
    2 : La vengeance de Milady
1963Pourquoi Paris ? – de Denys de La Patellière avec Danielle Darrieux
1964Angélique, marquise des anges / Angélique – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
1966Singes, go home ! ( monkeys, go home ) de Andrew V. McLaglen avec Maurice Chevalier
1969La folle de Chaillot ( the madwoman of Chaillot ) de Bryan Forbes avec Katharine Hepburn
Le clan des siciliens – de Henri Verneuil avec Jean Gabin
1978 CM Les seize ans de Jérémie Millet – de Dominique Maillet avec Dominique Laffin
1979Le gagnant – de Christian Gion avec Stéphane Audran
1982Enigma – de Jeannot Szwarc avec Martin Sheen
1988Mon cher sujet – de Anne-Marie Miéville avec Anny Romand
2012 CM Police, ouvrez ! – de Elliott Covrigaru avec Raphaël Mezrahi
Fiche créée le 20 juin 2014 | Modifiée le 6 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 1624 fois
PREVIOUSHank Worden || Bernard Woringer || Jean WormsNEXT