CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Tony Russel
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Betty Balfour



Date et Lieu de naissance : 27 mars 1903 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 4 novembre 1977 (Weybridge, Royaume-Uni)
Nom Réel : Betty Balfour

ACTRICE
Image
1925 Monte Carlo (prodigals of Monte Carlo) de Louis Mercanton avec Carlyle Blackwell Sr. & Jean Aymé
Image
1927 Croquette – de Louis Mercanton avec Walter Byron, Nicolas Koline, Rachel Devirys & Jean Mercanton
Image
1928 Palace de luxe (champagner) de Géza von Bolváry avec Jack Trevor & Marcel Vibert
Image
1935 La bouquetière de Piccadilly (Squibs) de Henry Edwards avec Stanley Holloway & Gordon Harker

Bien que le nom de Betty Balfour soit méconnu du public moderne, elle reste une des vedettes britanniques les plus respectées et les plus populaires des années 1920. Elle est née le 27 mars 1903. Elle a fait ses débuts sur scène à dix ans au «Court Theatre» et travaille régulièrement dans des productions de Charles B. Cochran. Distribuée dans une pièce jouée à l’Alhambra, sa beauté juvénile et son espièglerie sont remarqués par le réalisateur-producteur George Pearson.

Après avoir remplacé Gertrude Lawrence sur scène dans la pièce «The midnight Follies», Betty Balfour qui a à peine seize ans, signe un contrat avec George Pearson pour faire du cinéma. En 1920, la jolie jeune fille fait ses premiers pas devant les caméras de son nouveau protecteur, dans deux comédies dramatiques «Le pantin meurtri» avec Hugh E. Wright et «Son vieux papa» avec Tom Coventry. C’est son rôle de Squibs, la charmante petite fleuriste dans «La petite marchande de fleurs de Piccadilly», toujours mis en scène par Pearson, un film qui va faire d’elle une vedette de premier plan. Trois autres aventures de la fleuriste vont être réalisés dans les deux années suivantes: «Squibs gagne la coupe de Calcutta», «Squibs membre du parlement» et «La lune de miel de Squibs», tous des succès. La presse compare l’actrice à Mary Pickford et la surnomme «Reine de la bonne humeur».

Betty Balfour est devenue si populaire au milieu des années vingt, que sa célébrité, en Grande-Bretagne au moins, n’a pas de concurrence, seul Ivor Novello arrive parfois à l’égaler. En conséquence, les producteurs font en sorte que son image d’adorable jeune femme au cœur d’or soit exploitée dans des comédies du même genre, parmi lesquelles: «Roses de Piccadilly» (1923) de George Pearson, «Petite chérie» (1925) de George A. Cooper ou «Mimi Pinson» (1925) de Graham Cutts. Sa collaboration avec Pearson prend fin quand elle lui refuse sa main. Peu après elle fait la connaissance du chanteur Jimmy Campbell. Ils se marieront en 1931, auront un enfant et divorcerons dix ans plus tard.

Bien qu’Hollywood lui fasse des propositions, qu’elle refuse systématiquement, c’est en Europe que Betty Balfour poursuit sa carrière dans la seconde moitié de la décennie. Elle tourne en Allemagne pour Ragnar Hyltén-Cavallius dans «La dame de l’archiduc» (1926) avec Willy Fritsch et «La fille du régiment» (1929) de Hans Behrendt avec Kurt Gerron. Elle travaille avec les français Louis Mercanton, pour trois productions franco-britannique, et avec Marcel l’Herbier pour «Le diable au cœur» (1926) auprès de Jaque Catelain, Roger Karl et André Nox. En 1928, elle est l’interprète d’un des premiers films de Alfred Hitchcock «Champagne», la version allemande étant dirigée par Géza von Bolváry.

Dans les années 1930, il est clair que Betty Balfour a perdu la faveur du public britannique. Les propositions de bons rôles se raréfient et sa carrière sombre inexorablement vers l’oubli. En 1945, après une interruption de neuf ans, l’actrice apparaît dans «29 Acacia Avenue» (1945) de Henry Cass. Après plusieurs retours plus ou moins réussis au théâtre, elle tente de mettre fin à ses jours, en 1952, point final à sa carrière. Jamais plus Betty Balfour ne reviendra à la scène ou à l’écran. Elle meurt à 74 ans, oubliée de tous, le 4 novembre 1977 à Weybridge dans le Surrey.

© Pascal DONALD

copyright
1920Le pantin meurtri ( nothing else matters ) de George Pearson avec Hugh E. Wright
Son vieux papa ( Mary-Find-the-Gold ) de George Pearson avec Tom Coventry
1921La petite marchande de fleurs de Piccadilly ( Squibs ) de George Pearson avec Fred Groves
La gosse de Whitechapel ( mord Em’ly / me and my girl ) de George Pearson avec Rex Davis
1922Wee MacGregor’s sweetheart – de George Pearson avec Donald Macardle
Squibs gagne la coupe de Calcutta ( Squibs wins the Calcutta sweep ) de George Pearson avec Sam Lewis
1923Roses de Piccadilly ( love, life and laughter ) de George Pearson avec Harry Jonas
Squibs, membre du Parlement ( Squibs M. P. ) de George Pearson avec Frank Stanmore
La lune de miel de Squibs ( Squibs’ honeymoon ) de George Pearson avec Fred Groves
    + scénario
1924Réveille – de George Pearson avec Ralph Forbes
Pearl of love – de Leon Danmun avec Charles Lane
1925Les bohémiens de la mer ( Satan’s sister ) de George Pearson avec Guy Phillips
    + production
Petite chérie ( somebody’s Darling ) de George A. Cooper avec Rex O’Malley
Miss Pinson / Les ennemis amoureux ( the sea Urchin / the cabaret kid ) de Graham Cutts avec George Hackathorne
Mon cœur aux enchères ( blinkeyes ) de George Pearson avec Tom Douglas
Monte Carlo ( prodigals of Monte Carlo ) de Louis Mercanton avec Carlyle Blackwell Sr.
1926La dame de l’archiduc / Les sept filles de Madame Gyurkovics ( die sieben töchter der frau Gyurkovics / Flickorna Gyurkovics ) de Ragnar Hyltén-Cavallius avec Willy Fritsch
La petite bonne du palace ( Cinder ) de Louis Mercanton avec André Roanne
Le diable au cœur – de Marcel L’Herbier avec Jaque Catelain
1927Croquette / Croquette, une histoire de cirque – de Louis Mercanton avec Nicolas Koline
A little bit of fluff / Skirts – de Wheeler Dryden & Jess Robbins avec Syd Chaplin
1928Champagne / À l’américaine ( Champagne ) de Alfred Hitchcock avec Jean Bradin
Palace de luxe ( champagner / bright eyes ) de Géza von Bolváry avec Jack Trevor
    Version allemande de « Champagne »
Paradis ( paradise ) de Denison Clift avec Winter Hall
1929The vagabond queen – de Géza von Bolváry avec Charles Dormer
La fille du régiment ( die regimentstochter / daughter of the regiment ) de Hans Behrendt avec Kurt Gerron
Raise the roof – de Walter Summers avec Maurice Evans
    + chansons
1930The nipper / The brat – de Louis Mercanton avec John Stuart
    + production
1934Toujours vingt ans ( evergreen ) de Victor Saville avec Jessie Matthews
    + chansons
My old dutch – de Sinclair Hill avec Felix Aylmer
1935Brown on resolution / Born for glory / Forever England – de Walter Forde avec John Mills
La bouquetière de Piccadilly ( Squibs ) de Henry Edwards avec Stanley Holloway
    + chansons
1936Eliza comes to stay – de Henry Edwards avec Seymour Hicks
194529 Acacia Avenue ( the facts of love ) de Henry Cass avec Henry Kendall
Fiche créée le 6 novembre 2013 | Modifiée le 10 juin 2015 | Cette fiche a été vue 1899 fois
PREVIOUSRichard Balducci || Betty Balfour || Michael BallhausNEXT