CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Vico Torriani
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Boby Lapointe



Date et Lieu de naissance : 16 avril 1922 (Pézenas, France)
Date et Lieu de décès : 30 juin 1972 (Pézenas, France)
Nom Réel : Robert Jean François Joseph Pascal Lapointe

ACTEUR

Né le 16 avril 1922 à Pézenas, Robert Lapointe, dit «Boby», fait une brillante scolarité qui le conduit jusqu’au baccalauréat où il démontre sa passion pour les mathématiques. Mais il doit abandonner ses études pour intégrer le Service du Travail Obligatoire (STO) à Linz en Autriche. En 1944, il s’évade et erre clandestinement sur le territoire français. À la Libération, il s’installe à Paris avec sa famille où il ouvre un commerce de layettes avant de devenir installateur d’antennes de télévision.

Par l’intermédiaire du musicien Etienne Lorin, une chanson de Boby Lapointe «Aragon et Castille» est interprétée par Bourvil dans «Poisson d’avril» (1954) de Gilles Grangier. À cette époque, Boby Lapointe fait ses débuts dans des cabarets où il rencontre Georges Brassens avec lequel il se lie d’amitié et effectue des tournées. Remarqué par François Truffaut, il joue un chanteur de bar dans «Tirez sur le pianiste» (1960) avec Charles Aznavour. Pour les cinéphiles, cette scène demeure d’anthologie car les paroles de Boby Lapointe sont sous-titrées. Il devient une des têtes d’affiche du cabaret «Les Trois Baudets» et se produit en première partie de Charles Aznavour à l’Alhambra ou de Johnny Hallyday à l’Olympia. Malgré le titre «Ta Katie t’a quitté», il est ignoré du grand public à l’époque du yéyé. Il devient magasinier dans sa maison de disques et chante sous le pseudonyme de Jack Sélaire. Il ouvre un café-concert «Le cadran bleu» qui fait faillite et l’oblige à accepter différents emplois pour éponger ses dettes. Aidé par Lucien Morisse, directeur des programmes d’Europe n°1, il signe un contrat avec une nouvelle maison de disques, enregistre plusieurs 45 tours dont «Le saucisson de cheval» (1966) et se produit sur la scène de Bobino avec Maurice Fanon en 1968. À cette époque, féru de mathématiques, il est l’inventeur d’un système de numération appelé «Bibi», d’usage courant en informatique.

À la fin de sa vie, Boby Lapointe entame une carrière cinématographique. En 1969, il obtient des rôles dans «Qu’est-ce qui fait courir les crocodiles» une comédie de Jacques Poitrenaud avec Michel Serrault, Francis Blanche et Jean Poiret et «L’ardoise» un film policier de Claude Bernard-Aubert dont Salvatore Adamo tient le rôle principal. Il se fait véritablement remarquer par Claude Sautet qui le sollicite à deux reprises: aux côtés de Michel Piccoli et Romy Schneider, il compose un conducteur de bétaillère dans «Les choses de la vie» (1969) et un demeuré brutal dans «Max et les ferrailleurs» (1970). Il interprète ensuite un cafetier dans «Les assassins de l’ordre» de Marcel Carné avec Jacques Brel et un aubergiste dans «Rendez-vous à Bray» de André Delvaux avec Anna Karina (Prix Louis-Delluc 1971). Il fait partie de la distribution de «La veuve Couderc» de Pierre Granier-Deferre, adaptation de Georges Simenon, avec Simone Signoret et Alain Delon. Il apparaît en bandit mexicain dans un western spaghetti «Chapagua» (1971) de Don Reynolds. Côté chanson, avec le soutien de Joe Dassin, il enregistre son unique album «Comprend qui peut» (1970) et fait la première partie de Pierre Perret à Bobino en 1971.

Atteint d’un cancer, Boby Lapointe retourne à Pézenas où il décède le 29 juin 1972. Après sa mort, la réédition de ses titres est couronnée de succès. La reconnaissance cet artiste méconnu de son vivant permet de souligner la qualité de ses textes composés de calembours et de contrepèteries. Son fils Jacky, régisseur de cinéma, a créé un festival de chansons intitulé le Printival Boby Lapointe à Pézenas.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1954Poisson d’avril – de Gilles Grangier avec Jacqueline Noëlle
    Seulement musique & chansons
1960Tirez sur le pianiste – de François Truffaut avec Charles Aznavour
    + chansons
1969L’ardoise – de Claude Bernard-Aubert avec Michel Constantin
Les choses de la vie – de Claude Sautet avec Romy Schneider
Mais qu’est ce qui fait courir les crocodiles ? – de Jacques Poitrenaud avec Michel Serrault
1970Max et les ferrailleurs – de Claude Sautet avec Michel Piccoli
Les assassins de l’ordre – de Marcel Carné avec Jacques Brel
Chapaqua ( l’oro dei bravados / gold of the bravados / gold of the heroes ) de Giancarlo Romitelli avec Rik Battaglia
1971Rendez-vous à Bray – de André Delvaux avec Anna Karina
La veuve Couderc – de Pierre Granier-Deferre avec Simone Signoret
Fiche créée le 4 mai 2012 | Modifiée le 13 mai 2012 | Cette fiche a été vue 3457 fois
PREVIOUSAndrzej Lapicki || Boby Lapointe || Léon LariveNEXT