CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Olaf Fønss
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Brigitte Helm



Date et Lieu de naissance : 17 mars 1908 (Berlin, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 11 juin 1996 (Ascona, Suisse)
Nom Réel : Brigitte Eva Gisela Schittenhelm

ACTRICE
Image
1926 Metropolis – de Fritz Lang avec Alfred Abel, Rudolf Klein-Rogge, Fritz Rasp & Heinrich George
Image
1932 L’Atlantide – de Georg Wilhelm Pabst avec Pierre Blanchar, Jean Angelo & Vladimir Sokoloff
Image
1933 Adieu les beaux jours – de Johannes Meyer & André Beucler avec Jean Gabin & Henri Bosc
Image
1934 Vers l’abîme – de Hans Steinhoff avec Raymond Rouleau, Françoise Rosay & Roger Duchesne

Brigitte Helm, de son vrai nom Brigitte Eva Gisela Schittenhelm, voit le jour à Berlin, capitale de l’Empire Allemand, le 17 mars 1908.

Selon certaines sources, elle aurait fait ses débuts à l’écran dans un film au début des années vingt mais cette information semble invérifiable. Quoi qu’il en soit, c’est lorsqu’elle est choisie par Fritz Lang pour tenir le double rôle de la pure Maria et du robot maléfique créé à son image dans «Metropolis» (1926) que sa véritable carrière commence. Brigitte Helm devient instantanément une star. Elle se hisse au sommet de la hiérarchie des étoiles du cinéma allemand et sa renommée franchit les frontières.

Brigitte Helm tient la plupart de ses rôles les plus mémorables à l’époque du muet. On se rappelle particulièrement d’elle en jeune aveugle dans «L’amour de Jeanne Ney» (1927) de Georg Wilhelm Pabst, en créature sensuelle et perverse née de l’insémination d’une prostituée par la semence d’un criminel pendu dans «La Mandragore» (1928) de Henrik Gaalen, en femme mariée tentée par l’infidélité dans «Crise» (1928) une nouvelle fois sous la direction de Pabst, en séduisante baronne Sandorf dans «L’argent» (1928), réalisé en France par Marcel L’Herbier, ou encore en touchante héroïne du mélodrame «Le mensonge de Nina Petrovna» (1929) de Hans Schwarz.

Brigitte Helm passe sans problème le cap du parlant dans «La ville qui chante» (1930) de Carmine Gallone. Par la suite, elle est, entre autres, la vedette de «Cœur d’espionne» (1931) de Gustav Ucicky, «L’Atlantide» (1932) de Georg Wilhelm Pabst, dans lequel elle incarne une fascinante reine Antinéa, «Voyage de noces» (1932) de Joe May, «Adieu les beaux jours» (1933) de Johannes Meyer, «L’or» (1934) de Karl Hartl, «Le secret des Woronzeff» (1934) de Arthur Robison, «Vers l’abîme» (1934) de Hans Steinhoff et «Un mari idéal» (1935) de Herbert Selpin. L’actrice, qui parle bien notre langue, est en outre l’interprète des versions françaises de plusieurs de ses films. Elle y côtoie des acteurs comme Albert Préjean, Jean Gabin, Pierre Blanchar, etc.

Cette artiste polyglotte part aussi tourner en Angleterre «Le Danube Bleu» (1932), produit et réalisé par Herbert Wilcox.

En 1935, Brigitte Helm choisit de ne pas renouveler son contrat avec la U.F.A. et, la même année, épouse en secondes noces, l’industriel Hugo Kuenheim. Elle prend alors la résolution de privilégier sa vie privée aux dépens de sa carrière. Mais il semble également que sa décision de se retirer ne soit pas tout à fait étrangère aux articles de presse négatifs dont elle fait, à l’époque, l’objet suite à sa responsabilité dans deux graves accidents de la circulation.

Brigitte Helm ne reparaîtra plus jamais à l’écran et vivra désormais une heureuse vie de famille auprès de son époux, à qui elle donnera quatre enfants. Elle meurt le 11 juin 1996 à Ascona, en Suisse mais son image continuera longtemps à hanter la mémoire des cinéphiles.

© Marlène PILAETE

copyright
1926Metropolis – de Fritz Lang avec Heinrich George
1927Au bout du monde ( am rande der welt ) de Karl Grune avec William Dieterle
L’amour de Jeanne Ney ( die liebe der Jeanne Ney ) de Georg Wilhelm Pabst avec Eugen Jensen
1928Crise ( abwege / begierde / crisis / desire ) de Georg Wilhelm Pabst avec Gustav Diessl
La Mandragore ( alraune / mandrake ) de Henrik Gaalen avec Paul Wegener
Scandale à Baden-Baden ( skandal in Baden-Baden ) de Erich Waschneck avec Henry Stuart
L’argent – de Marcel L’Herbier avec Jules Berry
Le yacht des sept péchés ( Yoshiwara / die jacht der sieben sünden ) de Jacob Fleck & Luise Fleck avec Kurt Gerron
1929Le mensonge de Nina Petrowna ( die wunderbare lüge der Nina Petrowna) de Hanns Schwarz avec Francis Lederer
Manolesco roi des voleurs / Manolesco prince des sleepings ( Manolescu / Manolescu – Der könig der hochstapler ) de Victor Tourjansky avec Ivan Mosjoukine
DO Rund um die liebe – de Oskar Kalbus avec Georg Alexander
    Seulement apparition
1930La ville qui chante ( die singende stadt ) de Carmine Gallone avec Jan Kiepura
Mandragore ( alraune ) de Richard Oswald avec Albert Bassermann
1931Cœur d’espionne / Mission spéciale, deuxième bureau russe ( im geheimdienst ) de Gustav Ucicky avec Willy Fritsch
Gloria – de Hans Behrendt avec Gustav Fröhlich
Gloria – de Hans Behrendt & Yvan Noé avec Jean Gabin
    Version française de « Gloria»
Le Danube bleu ( the blue Danube ) de Herbert Wilcox avec Joseph Schildkraut
1932Voyage de noces / Jacqueline et l’amour – de Erich Schmidt, Germain Fried & Joe May avec Albert Préjean
Hochzeitsreise zu dritt / Wenn ich einmal eine dummheit mache – de Erich Schmidt & Joe May avec Oskar Karlweiss
    Version autrichienne de « Voyage de noces»
Gilgi découvre la vie / Gilgi, jeune fille moderne ( eine von uns / Gilgi eine von uns ) de Johannes Meyer avec Gustav Diessl
La comtesse de Monte Cristo ( die gräfin von Monte-Christo ) de Karl Hartl avec Ernst Dumcke
L’Atlantide ( die herrin von Atlantis ) de Georg Wilhelm Pabst avec Gustav Diessl
L’Atlantide – de Georg Wilhelm Pabst avec Pierre Blanchar
    Version française de « die herrin von Atlantis»
The mistress of Atlantis / The lost Atlantis – de Georg Wilhelm Pabst avec Florelle
    Version anglaise de « die herrin von Atlantis»
1933Inge et ses millions ( Inge und die millionen ) de Erich Engel avec Paul Westermeier
Le coureur de Marathon ( der läufer von Marathon ) de Ewald André Dupont avec Hans Brausewetter
L’étoile de Valencia – de Serge de Poligny avec Jean Gabin
Adieu les beaux jours – de Johannes Meyer & André Beucler avec Jean Gabin
Les beaux jours d’Aranjuez ( die schönen tage von Aranjuez ) de Johannes Meyer avec Gustaf Gründgens
    Version allemande de « Adieu les beaux jours»
Cœur de femme ( spione am werk ) de Gerhard Lamprecht avec André Mattoni
1934Vers l’abîme – de Hans Steinhoff avec Raymond Rouleau
Vers l’abîme ( die insel ) de Hans Steinhoff avec Willy Fritsch
    Version allemande de « Vers l’abîme»
Le secret des Woronzeff – de Arthur Robison & André Beucler avec Jean Murat
Le secret des Woronzeff ( fürst Woronzeff ) de Arthur Robison avec Albrecht Schoenhals
    Version allemande de « Le secret des Woronzeff »
L’or ( gold ) de Karl Hartl avec Hans Albers
L’or – de Serge de Poligny & Karl Hartl avec Pierre Blanchar
    Version française de « Gold »
1935Un mari idéal ( ein idealer gatte ) de Herbert Selpin avec Georg Alexander
1950 DO Herrliche zeiten : 50 jahre : heir betrachtet – de Günter Neumann, Fritz Aeckerle & Hans Vietzke
1958Das gab’s nur einmal – de Géza von Bolváry avec Walter Ambrock
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1968 )
Fiche créée le 7 août 2005 | Modifiée le 8 juin 2015 | Cette fiche a été vue 9896 fois
PREVIOUSRuth Hellberg || Brigitte Helm || Margaux HemingwayNEXT