CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Klaus Kinski
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Bruno Carette



Date et Lieu de naissance : 26 novembre 1956 (Saint-Eugène, Algérie Française)
Date et Lieu de décès : 8 décembre 1989 (Paris, France)
Nom Réel : Bruno Frédéric Carette

ACTEUR
Image
1988 Sans peur et sans reproche – de Gérard Jugnot avec Victoria Abril, Gérard Jugnot & Rémi Martin
Image
1988 Sans peur et sans reproche – de Gérard Jugnot avec Victoria Abril, Gérard Jugnot & Rémi Martin
Image
1989 Milou en mai – de Louis Malle avec Michel Piccoli, Miou-Miou, Paulette Dubost & Michel Duchaussoy
Image
1989 Milou en mai – de Louis Malle avec Michel Piccoli, Miou-Miou, Paulette Dubost & Michel Duchaussoy

Bruno Frédéric Carette vient au monde le 26 novembre 1956, à Saint-Eugène, près d’Alger. Dans les années soixante, il quitte l’Algérie avec sa famille pour gagner la France, en même temps que toute une génération de pieds-noirs. Il exerce divers petits métiers pour vivre, parmi lesquels animateur au «Club MED» et démarcheur en assurances. Il intègre même le «Big Bazar» de Michel Fugain. Dans les années quatre-vingt, il fait la connaissance de Chantal Lauby, speakerine à «Radio France Côte d’Azur». Ensemble, ils animent, sur «FR3 Marseille», les émissions «Azur Rock», «Un petit clip vaut mieux qu’une grande claque», ainsi qu’une émission comique à sketches, «Bzzz !». L’originalité de leur ton leur permet d’être vite remarqués par Alain de Greef et Albert Mathieu, les directeurs des programmes de la chaîne «Canal +». Bruno Carette et Chantal Lauby vont ensuite faire deux rencontres capitales: Alain Chabat et Dominique Farrugia. Le quatuor devient alors un groupe d’humoristes, les «Nuls».

En 1987, Bruno Carette et ses trois complices débutent à «Canal +», avec la série parodique «Objectif : Nul», narrant la vie à bord d’un vaisseau spatial, le Libérator. Bruno Carette y interprète Zeitoun, le cuisinier pied-noir. Déjà, le talentueux quatuor y impose son humour absurde, proche de la bande dessinée, où les références télévisuelles et cinématographiques pullulent. Inspirée de «Star Trek», la série rencontre un grand succès et remporte le Sept d\'Or 1987 pour la meilleure émission humoristique. Durant la saison 1987-1988, ils animent, lors de l\'émission «Nulle Part Ailleurs», le «JTN» (le Journal Télévisé Nul). Il s’agit d’une parodie des journaux télévisés français, où les «Nuls» tournaient en dérision l’actualité avec des pastiches, des détournements ou des fausses publicités. Les «Nuls» y confirment leur sens de la parodie, assez proche de l’esprit des Monty Python, et deviennent les piliers de l’humour à «Canal +». Leurs qualités d’écriture, mais aussi d’interprétation, en font le groupe comique français le plus populaire de la fin des années quatre-vingt, avec les «Inconnus».

En 1988, Bruno Carette tourne dans son premier film, «Sans peur et sans reproche», comédie médiévale proche du café-théâtre de par son humour et sa distribution: Gérard Jugnot, Martin Lamotte et Michel Blanc, entre autres. L’humoriste poursuit sa carrière au sein des «Nuls» et fait preuve de réels talents de comédien. Doté d’une certaine aisance, d’un beau timbre de voix et d’un grand potentiel, Bruno Carette, de surcroît très bon acteur, interprète une galerie de personnages délirants, notamment le pétomane des tubes du Top 50, Misou-Mizou. Avec ses trois acolytes, il participe, dès 1988, à «TVN 595», chaîne fictive de télévision, puis à «La nuit la plus nulle», en 1989. Enfin, ils animent, dès août 1989, «ABCD Nuls». Cette même année, Bruno Carette décroche son premier, et unique, grand rôle au cinéma, dans «Milou en mai» de Louis Malle, où il incarne un routier obsédé et anticommuniste. Il révèle alors une nouvelle facette de son talent. Sa prestation est accueillie très favorablement par la critique.

Hélas, il n’assistera pas à la sortie du film. Après des vacances en Egypte, durant lesquelles il est contaminé par un virus tropical, Bruno Carette tombe malade. Après deux mois de maladie, l’acteur décède des suites d’une leuco-encéphalite foudroyante, le 8 décembre 1989 à Paris, juste au moment où le cinéma le découvre et où sa carrière semble prendre un nouvel envol. Il avait trente-trois ans.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1987 CM Cinématon – de Gérard Courant
1988Sans peur et sans reproche – de Gérard Jugnot avec Victoria Abril
1989Milou en mai – de Louis Malle avec Michel Piccoli
Fiche créée le 30 juin 2009 | Modifiée le 4 juillet 2009 | Cette fiche a été vue 7580 fois
PREVIOUSChristine Carère || Bruno Carette || Julien CaretteNEXT