CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jeanne Crain
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Camilla Horn



Date et Lieu de naissance : 25 avril 1906 (Francfort, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 14 août 1996 (Gilching, Allemagne)
Nom Réel : Camilla Martha Horn

ACTRICE
Image
1928 L’eternel amour (eternal love) de Ernst Lubitsch avec John Barrymore, Hobart Bosworth & Victor Varconi
Image
1933 La comtesse Wilma (Rákóczi induló) de Gustav Fröhlich & Steve Sekely avec Gustav Fröhlich & Ellen Frank
Image
1936 Le croiseur Sebastopol (weiße sklaven) de Karl Anton avec Theodor Loos, Werner Hinz & Fritz Kampers
Image
1986 Schloß Königswald – de Peter Schamoni avec Marianne Hoppe, Carola Höhn & Marika Rökk

Fille d’un fonctionnaire allemand, Camilla Martha Horn voit le jour le 25 avril 1903, à Francfort-sur-le-Main en Hesse, land de l’Empire Allemand. Après des études de couture, la jeune fille pratique son métier à Erfurth pour payer des cours de danse. Très vite, elle envisage une carrière de danseuse et se produit dès le début des années vingt, dans les cabarets de plusieurs villes allemandes.

En 1921, Camilla Horn fait une figuration auprès de Heinrich George dans «Kean», adaptation de la pièce d’Alexandre Dumas père par Rudolf Biebrach. Trois ans plus tard, remarquée par Friedrich Wilhelm Murnau elle apparaît aux côtés de Emil Jannings dans «Tartuffe», en fait, elle est seulement la doublure des jambes de Lil Dagover. Après quelques essais, convaincu par son talent et sa photogénie, le cinéaste lui offre le premier rôle féminin dans «Faust», où elle retrouve Jannings mais aussi l’acteur suédois Gösta Ekman. À la sortie du film, elle devient immédiatement une actrice sur qui il faut compter et l’Amérique s’intéresse à cette jeune comédienne prometteuse.

Propulsée vedette de la UFA en quelques films, Camilla Horn, accepte l’offre hollywoodienne, en 1928, et part pour s’installer en Californie. La United Artists lui signe un contrat pour deux films avec John Barrymore: «La tempête» de Sam Taylor et «L’eternel amour», réalisé par son compatriote Ernst Lubitsch. L’année suivante, auréolée de sa gloire américaine, Camilla rentre dans son pays natal et reprend sa place parmi les plus grandes stars allemandes des années trente. Elle participe à plusieurs grosses productions européennes, parmi lesquelles: «Le chant des nations» (1930) avec Jack Trevor, «Les cinq gentlemen maudits» (1931) de Julien Duvivier, «La dernière valse» (1934) de Georg Jacoby, «Le croiseur Sebastopol» (1936) de Karl Anton et «Les gens du voyages» (1938) de Jacques Feyder.

Durant la période du Troisième Reich, Camilla Horn refuse de suivre la ligne officielle des autorités nazies. Son statut de star internationale et son immense popularité la protègent, malgré l’insistance du sinistre Ministre Joseph Goebbels. Celui-ci n’exigera pas qu’elle joue dans des productions de propagande, de peur de la voir s’expatrier comme tant d’autres artistes. Après la Seconde Guerre Mondiale, Camilla Horn est quelque peut boudée par les nouvelles générations de réalisateurs. Elle réapparaît pourtant en 1952 dans «Königin der arena» avec Hans Söhnker et l’année suivante dans «Vati macht dummheiten» avec Otto Gebühr. Déçue par le manque d’imagination des jeunes scénaristes, l’actrice s’éloigne discrètement des plateaux de cinéma. Il faut attendre la fin des années soixante pour la revoir aux côtés de Laurence Harvey dans «Rebus».

En 1974, le cinéma germanique l’honore d’un prix pour l’ensemble de sa carrière. En 1986, elle est couronnée meilleure actrice, avec Marianne Hoppe et Marika Rökk, par le cinéma bavarois pour leur interprétation dans «Schloß Königswald» de Peter Schamoni. Deux ans plus tard, elle se retire définitivement du monde du spectacle, dans sa propriété de Herrsching, près de Munich. Camilla Horn meurt le 14 août 1996 à Gilching, en Allemagne, où elle vécut les dernière années de sa vie. Sa dépouille sera inhumée dans le petit village bavarois de Herrsching.

© Philippe PELLETIER

copyright
1921Kean – de Rudolf Biebrach avec Heinrich George
1925Tartufe ( herr Tartüff / Tartüff ) de Friedrich Whilhelm Murnau avec Emil Jannings
1926Faust ( Faust, eine deutsche volkssage ) de Friedrich Wilhelm Murnau avec Gösta Ekman
Madame ne veut pas d’enfant ( madame wünscht keine kinder ) de Alexander Korda avec Harry Liedtke
1927La cigale et la fourmi ( jugendrausch ) de Georg Agasaroff avec Karl Platen
L’honorable Mme Besson ( die frauengasse von Algier ) de Wolfgang Hoffmann-Harnisch avec Hans Adalbert Schlettow
Le joyeux vignoble ( der fröhliche weinberg ) de Jakob Fleck & Luise Fleck avec Paul Morgan
1928La tempête ( tempest ) de Sam Taylor avec John Barrymore
L’eternel amour / L’abîme ( eternal love ) de Ernst Lubitsch avec John Barrymore
1929La loge royale ( die königsloge / the royal box ) de Bryan Foy avec Alexander Moissi
Die drei um Edith – de Erich Waschneck avec Gustav Diessl
Mon cœur vous appartient… ( mein herz gehört dir… / Madonna im fegefeuer ) de Max Reichmann avec Werner Fuetterer
La folle aventure ( hans in allen gassen ) de Carl Froelich avec Hans Albers
DO Rund um die liebe – de Oskar Kalbus avec Georg Alexander
    Seulement apparition
1930Vedettes ( die große sehnsucht ) de Steve Sekely avec Conrad Veidt
Les pirates de la grande ville ( fundvogel ) de Wolfgang Hoffmann-Harnisch avec Paul Wegener
Moral um Mitternacht – de Marc Sorkin avec Vladimir Sokoloff
Dimanche de la vie ( sonntag des lebens ) de Leo Mittler avec Willy Clever
Le chant des nations ( das lied der nationen ) de Rudolf Meinert avec Erna Morena
1931L’inconstante ( ich geh’ aus und du bleibst da ) de Hans Behrendt avec Hans Brausewetter
Leichtsinninge jugend – de Leo Mittler avec Walter Rilla
Nuit sans ennui ( die nacht ohne pause ) de Franz Wenzler & Andrew Marton avec Paul Richter
Les cinq gentlemen maudits ( die fünf verfluchten gentlemen ) de Julien Duvivier avec Anton Walbrook
    Version allemande
1932The return of raffles – de Mansfield Markham avec Claud Allister
L’esbroufeur / Vous serez ma femme / Pour avoir Adrienne ( der frechdachs ) de Carl Boese & Heinz Hille avec Willy Fritsch
Qui a raison ? / Morale et amour ( moral und liebe / die heilige dirne ) de Georg Jacoby avec Oskar Homolka
1933La ronde aux millions / Une fois dans la vie ( rund um eine million ) de Max Neufeld avec Gustav Fröhlich
La comtesse Wilma / Le hussard de l’amour / La marche de Rokoczy ( Rákóczi induló / Rakoczy-Marsch ) de Gustav Fröhlich & Steve Sekely avec Anton Pointner
Matinee idol – de George King avec Miles Manders
The love nest – de Thomas Bentley avec Gene Gerrard
Le sosie ( der doppelgänger ) de E.W. Emo avec Georg Alexander
Si j’étais le roy ( wenn ich könig wär / sehnsucht nach dem glück ) de J.A. Hübler-Kahla avec Franz Weber
Une grande chance ( die große chance / einmal möchte‘ ich noch so jung sein... ) de Victor Janson avec Hans Stock
1934La dernière valse ( der letzte walzer ) de Georg Jacoby avec Iván Petrovich
The luck of a sailor / Contraband – de Robert Milton avec David Manners
Une valse pour toi ( ein walzer für dich / ich heisse Benjamin ) de Georg Zoch avec Heinz Rühmann
Cœurs en péril ( ich sehne mich nach dir ) de Johannes Riemann avec Theo Lingen
Le cavalier rouge ( die rote reiter ) de Rolf Randolf avec Veit Harlan
1936Le croiseur Sebastopol / Le cuirassé Sebastopol ( weiße sklaven ) de Karl Anton avec Alexander Engel
Son dernier modèle ( sein letztes modell ) de Rudolf van der Noss avec Rudolf Carl
1937Gauner im frack – de Johannes Riemann avec Paul Klinger
1938En mission secrète ( in geheimer mission ) de Jürgen von Alten avec Gustav Fröhlich
Les gens du voyage ( fahrendes volk ) de Jacques Feyder avec Hans Albers
    Version allemande
L’orchidée rouge ( rote orchideen ) de Nunzio Malasomma avec Hans Nielsen
1939Zentrale Rio – de Erich Engels avec Paul Hoffmann
Retour à la vie ( roman eines arztes ) de Jürgen von Alten avec Theodor Loos
Veille de mariage ( Polerabend ) de Carl Boese avec Rudi Godden
1940Cœur meurtri / Le cœur errant / Cœur sans maison ( herz ohne heimat ) de Otto Linnekogel avec Egon von Jordan
Le dernier round ( die letzte runde ) de Werner Klinger avec Attila Hörbiger
La chaste aimée / La chaste bien-aimée (die keusche geliebte ) de Victor Tourjansky avec Wilhelm Bendow
1941Le musicien errant ( Friedmann Bach ) de Traugott Müller avec Ernst Dernburg
Tragédie d’un amour ( vertigine / tragödie einer liebe ) de Guido Brignone avec Beniamino Gigli
Paura d’amare – de Gaetano Amata avec Carlo Minello
1942L’ange du crépuscule ( angelo del crepuscolo ) de Gianni Pons avec Cesco Baseggio
1943Seine beste rolle – de Vladimír Slavínský avec Albert Johannes
1944Intimitäten – de Paul Martin avec Harald Paulsen
1949Gesucht wird Majora – de Hermann Pfeiffer avec Heinz Erhardt
1952La reine du chapiteau / La reine du cirque ( Königin der arena ) de Rolf Meyer avec Paul Kemp
1953Vati macht dummheiten – de Johannes Häussler avec Herbert Hübner
1957 DO Das gab’s nur einmal – de Géza von Bolváry avec Walter Ambrock
    Seulement apparition
1968Rebus ( el crimen también juega / heißes spiel für harte männer / laberinto ) de Nino Zanchin avec Laurence Harvey
1970Wer weint denn schon im freudenhaus ? – de Rudolf Lubowski avec Thomas Reiner
1986Schloß Königswald – de Peter Schamoni avec Marianne Hoppe
    Prix de la meilleure actrice aux prix du cinéma bavarois, Allemagne
1987Der unsichtbare – de Ulf Miehe avec Klaus Wennemann
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1974 )
Fiche créée le 31 août 2005 | Modifiée le 20 juin 2016 | Cette fiche a été vue 7060 fois
PREVIOUSThomas Hörbiger || Camilla Horn || Lena HorneNEXT