CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Eva May
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Carlos Arévalo



Date et Lieu de naissance : 19 août 1906 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 7 septembre 1989 (Espagne)
Nom Réel : Carlos Arévalo Calvet

REALISATEUR
Image
1941 ¡ Harka ! – de Carlos Arévalo avec Alfredo Mayo, Luis Peña, Luchy Soto & Raúl Cancio
Image
1945 Su última noche – de Carlos Arévalo avec Alfredo Mayo, Paola Barbara & José María Lado
Image
1957 Hospital general – de Carlos Arévalo avec Silvia Morgan, Ferdinand Anton, Julia Martínez & Gérard Tichy
Image
1959 Mission in Morocco – de Anthony Squire & Carlos Arévalo avec Lex Barker & Fernando Rey

Carlos Arévalo naît à Madrid en 1906, l’année du mariage du roi d’Espagne Alphonse XIII avec Victoria Eugénie de Battenberg. Il va plus tard être admis à l’Académie de Beaux-Arts de San Fernando, fréquentée avant lui par d’illustres Espagnols comme Goya ou Picasso. Il y apprend la sculpture. Lorsque la guerre civile espagnole éclate le 18 juillet 1936, il se range du côté de ceux qui soutiennent le soulèvement militaire contre le gouvernement du «Frente Popular» qu’ils accusent de ne pas garantir la démocratie et d’instaurer par la force une dictature prolétarienne.

À la fin de la guerre Carlos Arévalo est chargé de faire un documentaire d’une dizaine de minutes sur le défilé des troupes victorieuses devant le général Franco à Madrid, au printemps 1939: «Ya viene el cortejo…» sur une musique de Juan Quintero, le commentaire, tiré d’un poème de Rubén Darío (1867-1916), est dit par Juan de Orduña. En 1941, Arévalo réalise de nouveau, une œuvre de commande, à la gloire des troupes marocaines qui ont bien aidé le «Caudillo» dans sa «reconquête» de l’Espagne. Le film «¡Harka!» met en scène, avant la guerre civile, des officiers espagnols qui encadrent en Afrique du Nord des troupes dites indigènes. On y voit les jeunes premiers de l’époque Luis Peña et Alfredo Mayo qui au mieux perdent leur petite amie jouée par Luchy Soto et au pire perdent la vie. L’œuvre reste encore celle d’un débutant dans le métier: plans maladroits, scènes successives sans véritablement liens entre elles. On y trouve cependant aujourd’hui, un intérêt historique en découvrant le Tétouan des années trente et cette partie du Maroc alors sous domination espagnole. L’année suivant Carlos Arévalo réalise «Rojo y negro» (Rouge et noir): Conchita Montenegro est Luisa la Phalangiste qui soutient le parti de José Antonio Primo de Rivera. En aidant ses compagnons emprisonnés arbitrairement, elle fait la connaissance de Ismael Merlo, Miguel, un communiste idéaliste. Les deux jeunes gens vont s’aimer. Mais Luisa est démasquée, emprisonnée et exécutée. Son amoureux lors d’une dispute violente avec ses compagnons est criblé de balles par les siens. Le film sort le 25 mai 1942 à Madrid, mais il est aussitôt interdit de projection. Le réalisateur peut néanmoins continuer à filmer le couple vedette de la maison de production CIFESA: Ana Mariscal dans «Siempre mujeres» (1942) et Alfredo Mayo dans «Arribada forzosa» (1943) et «Su última noche» (1945).

Puis Carlos Arévalo disparaît du monde du cinéma pendant une douzaine d’années. Il y revient en 1957 pour «Hospital general» avec Gérard Tichy et «Ángeles sin cielo» avec Renato Baldini et Marujita Díaz. En 1959, c’est un film d’espionnage «Misión en Marruecos» avec Lex Baxter et Fernando Rey mais aussi des acteurs qui lui sont fidèles, Silvia Morgan et Alfredo Mayo; et la version espagnole du film de Sirio Marcellini «Los dos rivales». En 1960, il co-réalise avec José Luis Monter son premier film en couleur et sa seule comédie «Un americano en Toledo» avec Georges Rivière et José Isbert. Ce sera son dernier passage derrière une caméra.

Le réalisateur arrivé par hasard au cinéma, ne va plus se consacrer qu’à la sculpture. Il meurt dans la plus grande discrétion en 1989. Mais quel est le cinéphile qui ne rêve pas de visionner le «Rouge et noir» de Carlos Arévalo pour mieux comprendre les causes de son interdiction en 1942?

© Caroline HANOTTE

copyright
1939 CM Ya viene el cortejo... – de Carlos Arévalo
    + scénario
1941¡ Harka ! – de Carlos Arévalo avec Alfredo Mayo
    + scénario & directeur de production
1942Rojo y negro – de Carlos Arévalo avec Conchita Montenegro
    + sujet & scénario
Siempre mujeres – de Carlos Arévalo avec Enrique Guitart
    + sujet & scénario
1943Arribada forzosa – de Carlos Arévalo avec Silvia Morgan
    + sujet & scénario
1945Su última noche – de Carlos Arévalo avec Paola Barbara
1957Hospital general – de Carlos Arévalo avec Gérard Tichy
    + scénario
Ángeles sin cielo / Gioventù disperata / Il ragazzo dal cuore di fango – de Sergio Corbucci & Carlos Arévalo avec Francisco Bernal
    Seulement réalisation de la version espagnole
1959Mission in Morocco / Misión en Marruecos – de Anthony Squire & Carlos Arévalo avec Lex Barker
    + sujet & scénario
Los dos rivales / Meravigliosa – de Sirio Marcellini & Carlos Arévalo avec Silvia Morgan
    Seulement réalisation de la version espagnole
1960Un Americano en Toledo – de José Luis Monter & Carlos Arévalo avec Georges Rivière
    Seulement réalisation de la version espagnole
Fiche créée le 15 juillet 2006 | Modifiée le 22 novembre 2007 | Cette fiche a été vue 5178 fois
PREVIOUSEmile Ardolino || Carlos Arévalo || Imperio ArgentinaNEXT