CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Peret
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Carlota Bilbao



Date et Lieu de naissance : 2 mars 1918 (Chihuahua, Chihuahua, Mexique)
Date et Lieu de décès : 26 octobre 2016 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Carlota Bilbao Caballé

ACTRICE
Image
1947 Dos cuentos para dos – de Luis Lucia avec Tony Leblanc, Eduardo Fajardo, José Isbert & Félix Fernández
Image
1955 Marcelin, pain et vin (Marcelino pan y vino) de Ladislao Vajda avec Pablito Calvo & Rafael Rivelles
Image
1961 Ma nuit de noces (mi noche de bodas) de Tulio Demicheli avec Luis Aguilar & Concha Velasco
Image
1963 Comme s’il en pleuvait (tela de araña) de José Luis Monter avec José Nieto & Eddie Constantine

Carlota Bilbao Caballé dont le nom de scène sera Carlotita Bilbao puis Carlota Bilbao, naît le 2 mars 1918, à Chihuahua, capitale de l’état mexicain du même nom, qui reçut dès le XVIème siècle de très nombreux colons-fermiers d’origine basque, comme le nom patronymique de notre artiste le laisse corroborer. Arrivée, dit-on, très jeune en Espagne, la petite Carlota, dotée d’une jolie voix, fait d’abord ses preuves dans des opérettes et des revues, et se produit même au Brésil (Rio de Janeiro) à la fin des années 1920. L’on peut d’ailleurs encore écouter à partir d’un 78 tours l’un de ses succès où, accompagnée de Roberto López, elle reprenait au début des années 40, la chanson «Tout va très bien, Mme la Marquise» rendue célèbre par Ray Ventura et sa bande en 1936, et transformée, outre-Pyrénées, en «Il n’y a rien de nouveau, Mme la Baronne»!

Côté grand écran, Carlota Bilbao débute dans «Cancionera», un drame andalou adapté d’une pièce des frères Álvarez, réalisé par un technicien du cinéma devenu réalisateur Julián Torremocha, et sorti en 1941 à Madrid. Durant la même décennie Carlota est de la distribution d’une dizaine de films, avec des rôles secondaires ou en tête d’affiche comme dans «Dos cuentos para dos» (1947) où elle joue le rôle de deux femmes se ressemblant étonnement et désorientant complètement un certain Jorge joué par le tout jeune mais déjà tellement talentueux Tony Leblanc. Et elle n’est rien moins que la reine d’Espagne Isabelle II, dans «El marqués de Salamanca» (1948) de Edgar Neville, avec dans le rôle titre Alfredo Mayo, pour ne citer que ces films.

Dans les années cinquante, toujours très active en interprétant de nombreuses comédies avec sa Compagnie théâtrale qu’elle codirige avec Julio Arroyo, Carlota Bilbao a encore une dizaine de rôles au cinéma y compris dans des coproductions internationales comme «Educando a Papá» (1954), à la distribution mexicano-espagnole, de et avec le Mexicain Fernando Soler, le père de l’histoire; et dans «Marcelin, pain et vin» (1955) du réalisateur hongrois Ladislao Vajda, présent en Espagne depuis de nombreuses années, avec le célèbre petit acteur Pablito Calvo, entouré des plus grands de l’époque dont Rafael Rivelles, Juan Calvo, José Nieto. Puis Carlota qui est déjà soixantenaire, se fait plus rare, apparaissant encore dans la première et curieuse réalisation de l’ancien acteur Juan Logar, «El perfil de Satanás» (1968) avec également Eduardo Fajardo, le grand méchant des «chorizo western». Enfin en 1978, Rafael Gil dans l’une de ses derniers films, lui donne le rôle de la mère d’un Jésuite, joué par José Sancho, qui va perdre la foi et abandonné le sacerdoce pour se marier, comme l’indique le titre «La boda del señor cura».

Puis l’artiste qui n’a pas eu d’enfants, termine en toute discrétion sa longue vie terrestre dans un appartement madrilène, en bénéficiant de l’assistance à domicile de la Fondation de l’AISGE, un organisme qui gère en Espagne les droits de propriété intellectuelle des acteurs, doubleurs, danseurs et directeurs de scène dont les prestations ont été fixées sur un support audiovisuel. C’est d’ailleurs cette fondation qui annonce son décès, des suites d’une pneumonie, survenu le 26 octobre 2016, à Madrid. Carlota Bilbao avait quatre-vingt dix huit ans.

© Caroline HANOTTE

copyright
1939Cancionera – de Julián Torremocha avec Antonio Burgos
1942El frente de los suspiros – de Juan de Orduña avec Alfredo Mayo
1943Cristina Guzmán – de Gonzalo Delgrás avec Marta Santaolalla
1947Dos cuentos para dos – de Luis Lucia avec Tony Leblanc
Noche de reyes – de Luis Lucia avec Félix Fernández
1948El marqués de Salamanca – de Edgar Neville avec Alfredo Mayo
María de los Reyes – de Antonio Guzmán Merino avec Amparo Rivelles
Filigrana – de Luis Marquina avec Fernando Aguirre
39 cartas de amor – de Francisco Rovira Beleta avec Antonio Riquelme
1950Tres ladrones en la casa / Amarás a tu prójimo – de Raúl Cancio avec Ángel de Andrés
La septième page ( séptima página ) de Ladislao Vajda avec Luis Prendes
1954Educando a papá – de Fernando Soler avec Beatriz Aguirre
1955Marcelin, pain et vin ( Marcelino pan y vino ) de Ladislao Vajda avec Rafael Rivelles
Suspenso en comunismo – de Eduardo Manzanos Brochero avec Alfredo Mayo
1956Un abrigo a cuadros – de Alfredo Hurtado avec Juan Calvo
1957El misterios del rosario / The redeemer / El redentor – de Joseph Breen & Fernando Palacios avec Luis Álvarez
1958Le faux célibataire ( una mujer para Marcelo / gli zitelloni ) de Giorgio Bianchi avec Vittorio De Sica
Carta al cielo – de Arturo Ruiz Castillo avec Rafael Bardem
1959Le temps du Charleston ( y después del cuplé ) de Ernesto Arancibia avec Manuel Alexandre
L’amour que je t’ai donné ( el amor que yo te di ) de Tulio Demicheli avec Arturo de Córdova
1960La rana verde – de José Maria Forn avec Mario Morales
1961Ma nuit de noces ( mi noche de bodas / el gallo giro en España ) de Tulio Demicheli avec Luis Aguilar
Les religieuses / Le chant du berceau ( canción de cuna ) de José María Elorrieta avec Soledad Miranda
1962La guerre des mômes ( la banda de los ocho / la pandilla y su perro ) de Tulio Demicheli avec Mari Loli Cobos
1963Comme s’il en pleuvait / Toile d’araignée ( tela de araña ) de José Luis Monter avec Eddie Constantine
1964El pecador y la bruja – de Julio Buchs avec Antonio Garisa
Le petit andalou ( la vida nueva de Pedrito de Andía ) de Rafael Gil avec Joselito
1966La femme perdue ( la mujer perdida ) de Tulio Demicheli avec Sara Montiel
Frère toréador ( fray torero ) de José Luis Sáenz de Heredia avec Paco Camino
1968El perfil de Satanás – de Juan Logar avec Manuel Gil
1978La boda del señor cura – de Rafael Gil avec José Sancho
Fiche créée le 30 octobre 2016 | Modifiée le 29 novembre 2016 | Cette fiche a été vue 678 fois
PREVIOUSTheodore Bikel || Carlota Bilbao || Mariví BilbaoNEXT