CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Mary Miles Minter
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Carrie Snodgress



Date et Lieu de naissance : 27 octobre 1946 (Barrington,Illinois, USA)
Date et Lieu de décès : 1er avril 2004 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Caroline Snodgress

ACTRICE

Caroline Snodgress voit le jour le 27 octobre 1946 à Park Ridge à une quinze de kilomètres de Chicago, capitale de l’état de l’Illinois. D’abord étudiante à la Northern Illinois University, elle poursuit ses études à l’école d’art dramatique du Goodman Theatre de Chicago où elle se distingue. Dès le début des années soixante, elle travaille pour des productions télévisées comme le célèbre feuilleton «Le Virginien», tout en se produisant sur différentes scènes américaines sous son diminutif de Carrie.

En 1969, Carrie Snodgress apparaît furtivement aux côtés de Jack Nicholson dans «Easy Rider» de Dennis Hopper. Puis en 1970, la jeune actrice se retrouve face à James Caan dans le film de Jack Smight, «Rabbit, run». Mais c’est, toujours la même année, le «Journal intime d’une femme mariée» de Frank Perry qui lui apporte la notoriété. Elle incarne Tina Balser, une jeune épouse qui s’ennuie dans son appartement new-yorkais tandis que le mari, interprété par Richard Benjamin, ne pense qu’à sa réussite sociale. Mais l’arrivée d’un écrivain, Frank Langella, va changer les règles du jeu. Pour sa prestation époustouflante, Carrie gagne deux «Golden Globe», deux «Laurels d’or». Elle est même nommée aux Oscars. Mais alors que tous les espoirs lui sont permis, l’actrice n’écoute que son cœur et abandonne le devant de la scène pour suivre dans ses tournées Neil Young, une grand star de la pop music. Ils vont bientôt avoir un fils Zeke qui malheureusement va naître avec une paralysie cérébrale. Mais le couple se sépare en 1975. Carrie vit également un temps avec le compositeur de musique de films Jack Nitzsche.

En 1978, Carrie Snodgress reprend le chemin des studios pour interpréter, dans «Furie» du réalisateur Brian De Palma, un second rôle aux côtés de Kirk Douglas et John Cassavetes. La même année, elle apparaît dans le mélodrame «Love’s dark ride» de Delbert Mann, où un jeune publiciste de renom devient aveugle à la suite d’un accident avec une arme à feu. Il va réapprendre à vivre grâce à une chanteur de night-club. Puis après quelques films, elle retrouve les planches et Broadway pour «A coupla white chicks sitting around talking» (1981). La pièce est un succès mais cela ne permet cependant par à la comédienne de retrouver une véritable place correspondant à son talent. Clint Eastwood néanmoins lui offre en 1985 un des ses meilleurs rôles dans «Pale Rider, le solitaire» où il est à la fois réalisateur et acteur vedette.

Pendant les années quatre-vingt-dix, Carrie Snodgress participe à plusieurs productions pour le cinéma et la télévision. Elle est notamment Stefania Comaneci, la maman de «Nadia» (1984), jeune prodige roumaine, championne de gymnastique. Mais il y aura aussi des titres plus connus comme «Blue sky» (1992) de Tony Richardson, la série «X-files» (1993) et «White man» (1995) avec John Travolta et Harry Belafonte. Malheureusement jamais plus l’actrice réussira à retrouver son statut de vedette du début des années soixante-dix et devra souvent se contenter de rôles secondaires d’un intérêt parfois limité. Elle apparaît une dernière fois, au cinéma dans un film d’horreur «The forsaken» en 2001, et en 2004 à la télévision pour «Volonté de fer» avec Anjelica Houston. Mais hospitalisée en mars 2004, au Centre Medical Universitaire de Los Angeles, en Californie, pour subir une transplantation du foie, Carrie Snodgress meurt le 1er avril 2004, victime d’une insuffisance cardiaque et rénale.

© Caroline HANOTTE & Philippe PELLETIER

copyright
1969Easy rider – de Dennis Hopper avec Jack Nicholson
1970Rabbit, run – de Jack Smight avec James Caan
Journal intime d’une femme mariée ( diary of a mad housewife ) de Frank Perry avec Frank Langella
    Golden Globe de la meilleure actrice de cinéma catégorie musical ou comédie, USA

    Golden Globe du meilleur espoir féminin, USA

    Laurel d’Or de la meilleure interprétation dramatique féminine, USA

    Laurel d’Or de la star féminine de l’année, USA
1978Furie ( the fury ) de Brian De Palma avec Kirk Douglas
Love’s dark ride – de Delbert Mann avec Cliff Potts
1979The attic – de James Edwards avec Ray Milland
1981Trick or treats – de Gary Graver avec David Carradine
1982Homework ( growing pains / short people ) de James Beshears avec Michael Morgan
1983A night in heaven – de John G. Avildsen avec Christopher Atkins
1984 Rémission pour un voyou ( L.A. Bad / rainy day friends ) de Gary Kent avec Esai Morales
1985Pale Rider, le cavalier solitaire ( Pale Rider ) de Clint Eastwood avec Michael Moriaty
1986La loi de Murphy ( Murphy’s law ) de Jack Lee Thompson avec Charles Bronson
1987Blueberry Hill – de Strathford Hamilton avec Richard Haines
1989Chill factor – de David L. Stanton avec Patrick Wayne
Across the tracks – de Sandy Tung avec Brad Pitt
1992Blue sky – de Tony Richardson avec Tommy Lee Jones
1993The ballad of Little Jo – de Maggie Greenwald avec Ian McKellen
8 seconds ( the Lane Frost story ) de John G. Avildsen avec James Rebhorn
1995White man ( white man’s burden ) de Desmond Nakano avec Harry Belafonte
1997Sex crimes ( wild things / wildthings ) de John McNaughton avec Kevin Bacon
1998Stranger in the kingdom – de Jay Craven avec Martin Sheen
1999Ed Gein, le boucher ( in the light of the moon / Ed Gein ) de Chuck Parello avec Steve Railsback
2000Bartleby – de Jonathan Parker avec Crispin Glover
2001The forsaken / The forsaken : Desert vampires – de J.S. Cardone avec Kerr Smith
Fiche créée le 4 octobre 2006 | Modifiée le 13 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 5248 fois
PREVIOUSPaul L. Smith || Carrie Snodgress || Kristina SöderbaumNEXT