CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Erich von Stroheim
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Catherine Fonteney



Date et Lieu de naissance : 23 juin 1879 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 29 avril 1966 (Dijon, France)
Nom Réel : Marie Alexandrine Catherine Corriol

ACTRICE
Image
1932 Poil de carotte – de Julien Duvivier avec Harry Baur, Robert Lynen & Christiane Dor
Image
1941 Andorra ou les hommes d’Airain – de Emile Couzinet avec Jany Holt, Jean Chevrier & Germaine Dermoz
Image
1942 L’ange gardien – de Jacques de Casembroot avec Lucien Baroux, Carlettina & Roger Duchesne
Image
1951 Sous le ciel de Paris / Sous le ciel de Paris – de Julien Duvivier avec Brigitte Auber & Paul Frankeur

Catherine Fonteney, de son vrai nom Marie Alexandrine Catherine Corriol (reconnue Fontaine en 1881), est née le 23 juin 1879 à Paris. Comme tous les comédiens de sa génération, elle fait son apprentissage du métier sur la scène. Mais, si elle débute au théâtre dès 1911, c’est à la Comédie-Française que, durant presque trois décennies, sa carrière va se développer. Entrée dans la Maison de Molière, en 1919, comme pensionnaire, elle en devient le 382ème sociétaire en 1930, avant d’être admise à l’honorariat en 1946. Durant toutes ces années, Catherine Fonteney incarne, avec la troupe du Français, de petits rôles dans de grands classiques, comme ceux de Lucrèce dans «L’amour médecin» (1920) de Molière, dans une mise en scène de Georges Berr, ou de la gouvernante dans «Fantasio» (1925) de Musset, avec Pierre Fresnay ou encore de la duègne dans «Cyrano de Bergerac» (1938) de Rostand, dans une mise en scène de Pierre Dux. Elle ne dédaigne pas pour autant le boulevard, et on peut aussi la voir dans «Le passé» (1921) de Georges de Porto-Riche ou dans «La reprise» (1924) de Maurice Donnay.

Catherine Fonteney aborde très tôt le cinéma, avec «L’assommoir» (1909) de Albert Capellani, et elle participe aussi à des films de Louis Feuillade, comme «L’illustre Mâchefer» (1913), de André Antoine («Mademoiselle de La Seiglière» en 1920, d’après Jules Sandeau) ou bien de Marcel L’Herbier, qui la dirige, en 1926, dans «Le diable au cœur». Le visage un peu chevalin, un air sévère et une distinction pincée que l’âge accentue, Catherine Fonteney joue, au théâtre comme au cinéma, les pimbêches et les pécores, que son style de jeu boursouflé et sa diction ampoulée rendent parfois peu supportables. Il faut ainsi la voir, frisant la caricature, en mère autoritaire et courroucée de Berlioz dans «La symphonie fantastique» (1941), de Christian-Jaque ou en Mme Lepic outrancière dans le «Poil de Carotte» (1932) de Julien Duvivier. Elle est plus convaincante en incarnant, par deux fois, la mère de Simone Berriau dans deux films de Max Ophüls, «Divine» en 1935 et «La tendre ennemie» en 1936. L’air collet-monté de Catherine Fonteney lui vaut d’incarner à l’écran de nombreuses aristocrates. Elle incarne la baronne de Vernet dans «Madame de La Seiglière» (1920) de André Antoine, Madame de Saint-Leu dans «L’entraîneuse» (1939) de Albert Valentin, ou bien la princesse de Blamont-Chauvry dans «La duchesse de Langeais» (1941) de Jacques de Baroncelli. Elle est aussi Mme de Roussière dans «Mahila la métisse» (1942) de Walter Kapps, la princesse de Chalais dans «Le diable boiteux» (1948) de et avec Sacha Guitry ou encore Hortense de Beauminet dans «La demoiselle et son revenant» (1951) de Marc Allégret.

Si, on le voit, Catherine Fonteney a parfois fréquenté des réalisateurs de talent, comme Julien Duvivier, Sacha Guitry ou Raymond Bernard, elle s’est aussi, et bien souvent, égarée dans le cinéma routinier et poussiéreux des Emile Couzinet pour «Le brigand gentilhomme», en 1942, avec Ginette Leclerc; Jean Choux «Une femme sans importance» en 1937; André Haguet «Procès au Vatican», en 1951; ou autres Jean Stelli «Les amoureux de Marianne», en 1953. Elle termine sa carrière sur un rôle inhabituel, plus mesuré, dans le beau film de Henri Colpi, «Une si longue absence» en 1960, avec Alida Valli. Catherine Fonteney qui, sur le tard, s’identifiait peut-être aux douairières étriquées qu’elle interprétait, disait à qui voulait l’entendre, selon Edwige Feuillère, tout le bien qu’elle pensait de son teint de porcelaine. Elle est décédée le 29 avril 1966 à Dijon.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1909 CM L’assommoir – de Albert Capellani avec Jacques Grétillat
CM Les caprices de Marion – de ? avec Paul Franck
CM Le drame des Charmettes – de ? avec Henri Etiévant
CM L’évasion de La Valette / L’évasion de Monsieur de La Valette – de ? avec Armand Numès
1910 CM Ferragus – de André Calmettes avec Jean Dax
CM L’intrigante / L’institutrice – de Albert Capellani avec Georges Coquet
CM L’heureux accident / L’accident – de Georges Denola avec Georges Tréville
1911 CM Le feu au couvent – de Gaston Benoît & Georges Monca avec Armand Lurville
1913 CM L’illustre Mâchefer – de Louis Feuillade avec Marcel Lévesque
CM L’aiglon – de Emile Chautard avec Paul Guidé
CM La famille Boléro – de Georges Monca avec Charles Prince
CM Les millions de la bonne – de Louis Feuillade avec Georges Melchior
1914 CM L’indépendance de la Belgique en 1830 – de Emile Chautard avec Camille Bardou
CM Le nid – de Léon Poirier avec Marcel André
CM La carotte – de ? avec Charles Lamy
CM L’amour passé – de Léon Poirier avec Marcel André
1917 CM Madame Cicéron, avocate – de Félix Léonnec avec André Lefaur
1919Perdue – de Georges Monca avec René Alexandre
1920Mademoiselle de la Seiglière – de André Antoine avec Charles Granval
1921Le crime de Lord Arthur Savile – de René Hervil avec André Nox
Fromont jeune et Risler aîné – de Henry Krauss avec Jean Angelo
    Film en 2 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
1922Molière, sa vie son œuvre – de Jacques de Féraudy avec Pierre Fresnay
Romain Kalbris – de Georges Monca avec Max Charlier
1923Le secret de Polichinelle – de René Hervil avec Gabriel Signoret
1924Nantas – de E.B. Donatien avec Lucienne Legrand
1926Le diable au cœur – de Marcel L’Herbier avec Jaque Catelain
1932Poil de carotte – de Julien Duvivier avec Harry Baur
1933Les précieuses ridicules – de Léonce Perret avec Marcelle Gabarre
1934Poliche – de Abel Gance avec Constant Rémy
La chanson de l’adieu – de Albert Valentin & Géza von Bolváry avec Jean Servais
Le prince de minuit – de René Guissart avec Henri Garat
CM L’ai-je bien gagné ? – de Pierre-Jean Ducis avec Robert Lepers
CM Un soir à la Comédie Française – de Léonce Perret avec Madeleine Renaud
1935Divine – de Max Ophüls avec Yvette Lebon
Promesses – de René Delacroix avec Madeleine Robinson
Les beaux jours – de Marc Allégret avec Simone Simon
La tendre ennemie – de Max Ophüls avec Simone Berriau
1936L’homme de nulle part / Feu Mathias Pascal – de Pierre Chenal avec Pierre Blanchar
Une femme sans importance – de Jean Choux avec Pierre Blanchar
1938La route enchantée – de Pierre Caron avec Charles Trénet
Le cœur ébloui – de Jean Vallée avec Max Dearly
Grand-père – de Robert Péguy avec Jean Chevrier
1939Le héros de la Marne / La famille Lefrançois / Jean Lefrançois, le héros de la Marne – de André Hugon avec Raimu
L’entraîneuse – de Albert Valentin avec Michèle Morgan
1941La symphonie fantastique – de Christian-Jaque avec Jean-Louis Barrault
Andorra ou les hommes d’Airain – de Emile Couzinet avec Jany Holt
La duchesse de Langeais – de Jacques de Baroncelli avec Edwige Feuillère
1942Forte tête – de Léon Mathot avec René Dary
L’ange gardien – de Jacques de Casembroot avec Lucien Baroux
La femme perdue – de Jean Choux avec Roger Duchesne
Le brigand gentilhomme – de Émile Couzinet avec Gaston Modot
Mahlia la métisse – de Walter Kapps avec Jean Servais
1943Au bonheur des dames – de André Cayatte avec Albert Préjean
La rabouilleuse – de Fernand Rivers avec Fernand Gravey
Le bal des passants – de Guillaume Radot avec Emile Drain
1944Le guardian – de Jean de Marguenat avec Tino Rossi
1945L’ange qu’on m’a donné – de Jean Choux avec Jean Chevrier
1947L’inconnu d’un soir – de Hervé Bromberger & Max Neufeld avec Claude Dauphin
1948Le diable boiteux – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
1949Le jugement de dieu – de Raymond Bernard avec Jean-Claude Pascal
1950Caroline chérie – de Richard Pottier avec Martine Carol
Bel amour / Le calvaire d’une mère – de François Campaux avec Gisèle Pascal
1951Sous le ciel de Paris / Sous le ciel de Paris coule la Seine – de Julien Duvivier avec Paul Frankeur
La demoiselle et son revenant – de Marc Allégret avec Henri Vilbert
Procès au Vatican / La vie de Sainte Thérèse de Lisieux – de André Haguet avec Suzanne Flon
1953Les amoureux de Marianne – de Jean Stelli avec Gaby Morlay
1958Drôles de phénomènes – de Robert Vernay avec Sophie Desmarets
1959J’irai cracher sur vos tombes – de Michel Gast avec Christian Marquand
1960Une aussi longue absence – de Henri Colpi avec Alida Valli
Fiche créée le 31 mai 2009 | Modifiée le 18 août 2017 | Cette fiche a été vue 3430 fois
PREVIOUSGabrielle Fontan || Catherine Fonteney || Bryan ForbesNEXT