CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lise Topart
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Charles Trénet



Date et Lieu de naissance : 18 mai 1913 (Narbonne, France)
Date et Lieu de décès : 18 février 2001 (Créteil, France)
Nom Réel : Louis Charles Augustin Georges Trénet

ACTEUR

Charles Trénet naît le 18 mai 1913 dans la belle cité languedocienne de Narbonne. Son père Lucien Trénet notaire et violoniste amateur de talent est mobilisé pendant la première guerre mondiale. Ses parents divorcent en 1920. Charles et son frère aîné Antoine sont confiés à la garde de leur père installé à Perpignan. À l’âge de quinze ans, Charles Trénet rejoint sa mère Marie-Louise à Berlin où elle vit avec le réalisateur et scénariste Benno Vichy. L’adolescent y découvre pendant près d’une année l’extraordinaire ambiance artistique de la république de Weimar.

En 1930, alors qu’il prépare à Paris les «Arts Déco» il commence une carrière cinématographique comme accessoiriste sur le plateau de «Chacun sa chance» de Hans Steinhoff et René Pujol avec Jean Gabin. En 1932, Benno Vigny de retour à Paris projette de réaliser le film musical «Bariole» avec Janine Crispin. Charles Trénet, qui n’a pas vingt ans mais a déjà écrit des poèmes et différents articles, se charge de composer les chansons et la musique. La même année, il rencontre un jeune pianiste, Johnny Hess, et forme avec lui le duo «Charles et Johnny» qui devient bientôt célèbre grâce à des interprétations légères et rythmées bien différentes du répertoire de Fréhel ou Damia et même du chanteur de charme Jean Sablon. Après son service militaire durant lequel il a composé «Y’a d’la joie» pour Maurice Chevalier, Charles Trénet reprend une carrière en solo. En 1938, alors qu’il passe en première partie de Lys Gauty, coiffé d’un chapeau mou, arborant un élégant complet à la boutonnière fleurie, il entonne, en roulant des yeux, des œuvres terriblement entraînantes: le «fou chantant» est né. Deux films, sans grande prétention mais dont il a réalisé l’accompagnement musical, et où il est l’acteur principal, voire même le scénariste, lui permettent au même moment de mieux conquérir encore la France entière.

Pendant la guerre Charles Trénet est accusé par des journalistes français collaborationnistes d’avoir des ancêtres juifs et il doit «prouver son ascendance aryenne». Mais il reprend très vite son activité de music-hall et participe même à des tournées en Allemagne avec d’autres chanteurs comme Edith Piaf. Il tourne également quatre films dont il a écrit la musique. De cette époque naît la très belle romance «Douce France». À la libération, Charles Trénet, qui compose toujours autant, entame une carrière Outre-Atlantique et se fait connaître dans les deux Amériques. «La mer» dans sa version anglaise devient un succès planétaire et le thème, jusqu’à nos jours, de nombreuses œuvres cinématographiques. Dans les années cinquante, tout en se produisant sur scène Trénet participe encore à quelques films où il joue son propre rôle de chanteur. Il apparaît discrètement dans un dernier long métrage en 1965.

Mais l’époque yéyé le met au placard tandis que ses fréquentations essentiellement masculines et souvent bien juvéniles lui apportent de désagréables tracasseries. Les décennies suivantes, l’artiste se limite à quelques salles de spectacles dont le prestigieux Olympia. Charles Trénet écrit encore des grands succès hors du temps comme «Fidèle» et il est redécouvert par les nouvelles générations. Il donne un dernier récital à quatre-vingt cinq ans. Cet extraordinaire artiste s’éteint des suites d’une attaque cérébrale à l’hôpital de Créteil en région parisienne le 18 février 2001, mais il est désormais un monument du patrimoine artistique français.

© Caroline HANOTTE

copyright
1930Chacun sa chance – de Hans Steinhoff & René Pujol avec Jean Gabin
    Seulement accessoiriste
1932Bariole – de Benno Vigny avec Janine Crispin
    Seulement musique
CM Paris Music-Hall numéro 6 – de Kurt Gerron
1938La route enchantée – de Pierre Caron avec Marguerite Moreno
    + scénario & musique
Je chante – de Christian Stengel avec Janine Darcey
    + musique
1941Romance de Paris – de Jean Boyer avec Sylvie
    + musique
1942Frédérica – de Jean Boyer avec Elvire Popesco
    + musique
1943Adieu Léonard / La bourse ou la vie – de Pierre Prévert avec Simone Signoret
    + musique
La cavalcade des heures – de Yvan Noé avec Gaby Morlay
    + musique
1951Bouquet de joie – de Maurice Cam avec Tilda Thamar
    + musique
1954 An jedem finger zehn – de Erik Ode avec Hans Albers
1957Printemps à Paris – de Jean-Claude Roy avec Mona Goya
C’est arrivé à trente-six chandelles – de Henri Diamant-Berger avec Jane Sourza
1964Solo de noche vienes – de Sergio Véjar avec Elsa Aguirre
    Seulement thème musical
1965L’or du duc – de Jacques Baratier avec Danielle Darrieux
    + musique
1968Baisers volés – de François Truffaut avec Delphine Seyrig
    Seulement chansons & musique
1971Smic Smac Smoc – de Claude Lelouch avec Catherine Allégret
    Seulement chansons – Non crédité
1976L’argent de poche – de François Truffaut avec Jean-François Stévenin
    Seulement chansons & musique
1991Toto le héros – de Jaco van Dormael avec Michel Bouquet
    Seulement chansons & musique
Fiche créée le 22 juin 2007 | Modifiée le 14 septembre 2014 | Cette fiche a été vue 4578 fois
PREVIOUSGuy Tréjan || Charles Trénet || Luis TrenkerNEXT