CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Inge Keller
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Claude Farell



Date et Lieu de naissance : 7 mai 1918 (Vienne, Empire Austro-Hongrois)
Date et Lieu de décès : 17 mars 2008 (Saint-Jean-le-Priche, France)
Nom Réel : Ludowika Paula Koller

ACTRICE

Claude Farell naît Ludowika Paula Koller, à Vienne le 7 mai 1918, à quelques mois de la fin de règne du dernier Empereur austro-hongrois Charles 1er. Issue d’une famille aisée de la bourgeoisie viennoise, Ludowika, réussit malgré le marasme économique qui a frappé l’Autriche après la première guerre mondiale, à fréquenter les meilleures écoles de la capitale et à suivre des cours de danse à l’Opéra. À la fin des années trente, elle décroche un contrat de danseuse à Bruxelles et perfectionne son français.

En 1940, en tournée à Berlin, elle est remarquée par Josef von Báky qui lui offre une petit rôle dans «Der kleinstadtpoet» et la rebaptise pour l’occasion Paulette Collar. Puis elle tourne dans un court métrage et apparaît aux côtés de Johannes Heesters dans «Je t’aimerai toujours» (1941) de Karl Anton. Toujours pendant la seconde guerre mondiale, elle se voit confier, sous le nom de Monika Burg, des rôles secondaires dans cinq autres productions dont «Titanic» film catastrophe relatant le naufrage, en 1912, du célèbre paquebot britannique, avec Sybille Schmitz et Hans Nielsen en vedettes. Après la guerre, l’actrice quitte l’Allemagne et entame une carrière internationale sous divers pseudonymes: Claude Farell, Catherine Farell, Pola Vivardi, Paulette Kolar ou Paulette von Suchan. Elle commence par la France et travaille notamment pour Yves Allégret dans «Dédée d’Anvers» (1947) avec Simone Signoret et Bernard Blier; pour Richard Pottier dans «La nuit blanche» (1948) avec Pierre Brasseur; pour Jean Delannoy dans «Le secret de Mayerling» (1948) avec Jean Marais et pour André Hunebelle dans «Méfiez-vous des blondes» (1950) avec Raymond Rouleau. Puis c’est l’Italie, où elle incarne la sœur de Alberto Sordi dans «Les inutiles / Les Vitelloni» de Federico Fellini. Puis en Angleterre, Leslie Arliss lui offre la vedette de «The woman’s angle» (1952) auprès de Edward Underdown et Lois Maxwell.

Au milieu des années cinquante, forte des ses succès internationaux, Claude Farell s’installe de nouveau en Allemagne et devient rapidement une vedette très populaire. Elle est, en autres, l’héroïne de: «Clivia» (1954) comédie musicale et romantique avec Peter Pasetti; «Amour, tango, mandoline » (1955) avec Willy Fritsch; «Le chemin du paradis» (1955) avec Adrian Hoven pour la version allemande et Georges Guétary pour la version française; «Lilli, une môme du tonnerre» (1958) avec Ann Smyrner, etc. Par la suite, Claude Farell retrouve la France où elle est dirigée par Robert Vernay («Monsieur Suzuki» - 1959) et Claude Autant-Lara («Le bois des amants» - 1960). Elle joue dans une adaptation d’un roman de Edgar Wallace «Le secret de la veuve noire» de Alfred Vohrer et participe à plusieurs productions télévisées dont «Les compagnons de Jéhu» (1966) célèbre feuilleton français tiré de l’œuvre de Alexandre Dumas père et réalisé par Michel Drach, avec Claude Giraud dans le rôle principal. En 1969, l’actrice fait son ultime apparition au cinéma dans «Mir hat es immer Spaß gemacht» de Will Tremper, entourée de Broderick Crawford, Klaus Kinski, Massimo Serato et José Luis de Vilallonga.

Après une dernière prestation dans un téléfilm allemand «Vor Gericht seh’n wir uns wieder» de Peter Weck, en 1978, Claude Farell abandonne sa carrière de comédienne et se retire en France. C’est dans un total anonymat qu’elle meurt, à près de quatre-vingt dix ans, le 17 mars 2008, à Saint-Jean-le-Priche, petite commune bourguignonne limitrophe de Mâcon, en Saône-et-Loire.

© Philippe PELLETIER

copyright
1940Le poète du village ( der kleinstadtpoet ) de Josef von Báky avec Paul Kemp
CM Eine stunde / Tobis-Studio Film Nr. 2: Eine stunde – de Peter Pewas avec Viktor Joesten
1941Je t’aimerai toujours ( immer nur du / man müßte klavier spielen können ) de Karl Anton avec Wilhelm Bendow
Deux dans une grande ville ( zwei in einer großen stadt ) de Volker von Collande avec Paul Henckels
1943Lache bajazzo – de Leopold Hainisch avec Paul Hörbiger
Titanic – de Herbert Selpin & Werner Klingler avec Theodor Loos
1944Meine herren söhne – de Robert A. Stemmle avec Erik Ode
1945Wir sehn uns wieder – de Philipp Lothar Mayring avec Günther Lüders
Die schenke zur ewigen liebe – de Alfred Weidenmann avec Paul Bildt
    Inachevé
1947Les requins de Gibraltar – de Emil Edwin Reinert avec Louis Salou
Dédée d’Anvers – de Yves Allégret avec Bernard Blier
1948La nuit blanche – de Richard Pottier avec Pierre Brasseur
Le secret de Mayerling / Mayerling – de Jean Delannoy avec Jean Marais
1949Drame au Vel’d’Hiv – de Maurice Cam avec Raymond Bussières
1950Méfiez-vous des blondes – de André Hunebelle avec Raymond Rouleau
Nuit de noces au paradis ( hochzeitsnacht im paradies ) de Géza von Bolváry avec Johannes Heesters
1951Ombres blanches ( weiße schatten ) de Helmut Käutner avec Hans Söhnker
Le mystère du Palace-Hôtel ( Palace Hôtel ) de Emil Berna & Leonard Steckel avec Paul Hubschmid
The woman’s angle – de Leslie Arliss avec Anthony Nicholls
1952Allô… Je t’aime ! – de André Berthomieu avec Robert Lamoureux
1953Les inutiles / Les Vitelloni ( i Vitelloni / Vitelloni ) de Federico Fellini avec Franco Interlenghi
Nuit sans morale ( die nacht ohne moral / die nacht mit der witwe ) de Ferdinand Dörfler avec Gustav Waldau
1954Clivia – de Karl Anton avec Paul Dahlke
Hotel Adlon – de Josef von Báky avec Werner Hinz
1955Amour, tango, mandoline / On n’aime qu’une fois ( liebe ist ja nur ein märchen ) de Arthur Maria Rabenalt avec Willy Fritsch
Le chemin du paradis ( die drei von der tankstelle ) de Hans Wolff avec Adrian Hoven
Le chemin du paradis – de Hans Wolff avec Georges Guétary
    Version française de « Die Drei von der tankstelle »
1956Espion Gimpel / L’espion de la dernière chance ( spion für Deutschland / meisterspion Gimpel ) de Werner Klingler avec Viktor Staal
Otto, le joli-coeur ( der schräge Otto ) de Géza von Cziffra avec Johannes Riemann
1958Lilli, une môme du tonnerre ( Lilli – Ein mädchen aus der großstadt ) de Hermann Leitner avec Rudolf Platte
1959Monsieur Suzuki – de Robert Vernay avec Ivan Desny
Le cercle vicieux – de Max Pécas avec Claude Titre
1960Le bois des amants – de Claude Autant-Lara avec Laurent Terzieff
Die gejagten – de Max Michel avec Pierre Dudan
1961Der hochtourist – de Ulrich Erfurth avec Harry Hardt
1963Le secret de la veuve noire ( das geheimnis der schwarzen witwe ) de Franz Josef Gottlieb avec O.W. Fischer
1967La vengeance du scorpion d’or ( im banne des unheimlichen ) de Alfred Vohrer avec Joachim Fuchsberger
1969Mir hat es immer spaß gemacht / Wie kommt ein so reizendes mädchen wie zu diesem gewerbe ? – de Will Tremper avec Broderick Crawford
Fiche créée le 28 mars 2008 | Modifiée le 12 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 5626 fois
PREVIOUSClaude Faraldo || Claude Farell || James FarentinoNEXT