CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Yvonne Monlaur
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Claudine Dupuis



Date et Lieu de naissance : 1er mai 1924 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 26 mai 1991 (Lisieux, France)
Nom Réel : Andrée Esther Chaloum

ACTRICE

Andrée Esther Chaloum naît à Paris, le 1er mai 1924. La famille de son père vit en Afrique du Nord. Sa mère, une humble couturière de la butte Montmartre, va l’élever. Andrée commence très jeune l’apprentissage de la danse. Elle est embauchée dans le corps de ballet du théâtre du Châtelet, spécialisé dans les opérettes à grand spectacle. Pendant la guerre, la jeune fille, prend également des cours d’art dramatique auprès de Julien Bertheau et devient Claudine Dupuis.

Elle commence sa carrière cinématographique, en 1945, en interprétant Huguette de Hainaut dans un film retraçant, dans le Paris de Charles VII, la vie de notre grand poète et malandrin «François Villon» joué par Serge Reggiani. Claudine Dupuis poursuit avec «La ferme du pendu» et un Bourvil débutant. En 1946, la jeune femme joue au théâtre et apparaît au générique de «La foire aux chimères» avec Erich von Stroheim de retour en France, et de «Chemin sans loi» où Ginette Leclerc tente de revenir au cinéma. Le film belge de E.G. de Meyst «Les atouts de M. Wens» (1946), explore avec efficacité la veine policière, tout comme l’année suivante, le «Quai des Orfèvres» de Henri-Georges Clouzot avec Louis Jouvet. Toujours en 1947, c’est grâce au «Fort de la solitude» de Robert Vernay, que Claudine devient une vedette à part entière. Elle se produit aussi dans un film très musical avec Luis Mariano, «Cargaison clandestine», mis en scène par Alfred Rode.

Avec ce producteur-réalisateur qui s’est fait connaître avant-guerre, comme chef d’orchestre et a participé, avec ses musiciens tsiganes, à de nombreuses productions comme «Nuits moscovites» (1934) de Alexis Granowsky aux côtés de Annabella et Harry Baur, Claudine Dupuis va tourner sept films. De vingt ans son aîné, il devient d’ailleurs son mari en 1951. Notre actrice connaît désormais de beaux succès commerciaux y compris à l’étranger. D’un physique avantageux, elle est aussi capable de s’adapter à tous les genres et montre une gamme de talents variés. En Italie, elle travaille dans le registre dramatique: en 1950 «Plus fort que la haine» avec Rossano Brazzi qui lutte contre la maffia et «Les brigades volantes» avec Raf Vallone en bandit repenti; en 1956, elle est la partenaire de Gino Cervi pour un drame sanglant de la Renaissance «Le château des amants maudits», dirigé par Riccardo Freda. Elle côtoie aussi les comiques comme dans «Adorables démons» (1957) de Maurice Cloche avec le duo Jean PoiretMichel Serrault, pour ne citer que ce film. Claudine travaille en Allemagne: «Le bal des nations» (1953) avec Gustav Fröhlich. Elle est applaudie en Espagne en jouant Bianca, la sœur de «La mégère apprivoisée» (1955) adaptée par Antonio Román et en participant à deux films en 1958. Son mari la dirige une dernière fois en 1959 dans «Visa pour l’enfer» avec, dans un rôle de gitan, Achille Zavatta. En 1960, elle tourne pour Alfred Rode dans «Dossier 1413», auprès de Jean Danet, Henri Vilbert, Claude Mercutio et le tout jeune chanteur Johnny Hallyday.

Puis Claudine Dupuis qui a juste trente-sept ans et le même nombre de films à son actif, se retire complètement du monde du spectacle. Elle tient un temps un restaurant à ambiance russe dans le centre de Deauville. Puis elle s’installe définitivement sur la côte normande avec son mari qui la laissera veuve en 1979. Totalement oubliée du public, elle décède le 26 mai 1991, à l’hôpital de Lisieux.

© Caroline HANOTTE

copyright
1945François Villon – de André Zwoboda avec Serge Reggiani
La ferme du pendu – de Jean Dréville avec Charles Vanel
1946La foire aux chimères – de Pierre Chenal avec Erich von Stroheim
Chemins sans loi – de Guillaume Radot avec Jean Murat
Les atouts de monsieur Wens – de E.G. de Meyst avec Louis Salou
1947Quai des Orfèvres – de Henri-Georges Clouzot avec Louis Jouvet
Fort de la solitude / Ras el Gua, le fort de la solitude – de Robert Vernay avec Paul Bernard
Cargaison clandestine – de Alfred Rode avec Pierre Renoir
1948La maudite / Passeurs d’or ( de verdoemde ) de E. G. de Meyst, Norbert Benoît & Marcel Jauniaux avec Marcel Roels
Le crime des justes – de Jean Gehret avec Jean Debucourt
1949La maison du printemps – de Jacques Daroy avec Pierre Dudan
1950Plus fort que la haine ( gli inesorabili ) de Camillo Mastrocinque avec Rossano Brazzi
Brigades volantes ( il bivio ) de Fernando Cerchio avec Raf Vallone
1951Boite de nuit – de Alfred Rode avec Louis Seigner
Jep le traboucaire – de Jean Faurez avec Franck Villard
    Inachevé
Sergil chez les filles – de Jacques Daroy avec Paul Meurisse
1952Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo de Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Noël-Noël
Tourbillon – de Alfred Rode avec Jean Servais
1953La fille perdue – de Jean Gourguet avec Gérard Landry
Le bal des nations ( ball der nationen ) de Karl Ritter avec Gustav Fröhlich
1954C’est la vie parisienne – de Alfred Rode avec Noël Roquevert
Les pépées font la loi – de Raoul André avec Louis De Funès
1955La môme Pigalle – de Alfred Rode avec Jean Tissier
La mégère apprivoisée ( la fierecilla domada ) de Antonio Román avec Carmen Sevilla
Les pépées au service secret – de Raoul André avec Raymond Souplex
1956Le château des amants maudits ( Beatrice Cenci ) de Riccardo Freda avec Gino Cervi
Adorables démons – de Maurice Cloche avec Jean Poiret
1957Paris clandestin – de Walter Kapps avec Armand Mestral
Jeunesse romaine ( i dritti ) de Mario Amendola avec Alberto Sorrentino
La fille de feu – de Alfred Rode avec William Marshall
1958De l’or dans la vallée ( cuatro en la frontera ) de Antonio Santillán avec Frank Latimore
Rue de la peur ( los cobardes ) de Juan Carlos Thorry avec Yves Massard
Panique au music-hall / Rendez-vous impossible ( cita imposible ) de Antonio Santillán avec Philippe Lemaire
1959Visa pour l’enfer / Passeport pour l’enfer – de Alfred Rode avec Jean Gaven
1960Dossier 1413 / Les ballets roses – de Alfred Rode avec Jean Danet
Fiche créée le 3 mai 2006 | Modifiée le 17 décembre 2014 | Cette fiche a été vue 9451 fois
PREVIOUSJune Duprez || Claudine Dupuis || Jean-Michel DupuisNEXT