CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Assi Dayan
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Damia



Date et Lieu de naissance : 5 décembre 1889 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 30 janvier 1978 (La Celle-Saint-Cloud, France)
Nom Réel : Louise Marie Damien

ACTRICE
Image
1930 Tu m’oublieras – de Henri Diamant-Berger avec Colette Darfeuil, Armand Bernard & Marcel Vallée
Image
1931 Sola – de Henri Diamant-Berger avec Henri Rollan, Ginette Maddie & Marguerite Moreno
Image
1932 La tête d’un homme – de Julien Duvivier avec Harry Baur, Valéry Inkijinoff & Gina Manès
Image
1955 Goubbiah… mon amour – de Robert Darène avec Jean Marais, Kerima, Delia Scala & Charles Moulin

Louise Marie Damien voit le jour à Paris le 5 décembre 1889. On l’a dit fille d’une concierge parisienne et d’un sergent de ville. Elle quitte son foyer très jeune pour devenir figurante au théâtre du Chatelet avant de passer aux cafés-concerts et faire la connaissance de Robert Hollard, dit Roberty, compositeur de chansons. Il a déjà lancé une jeune femme, Marguerite Boul’ch, qui donne, elle aussi, dans les chansons réalistes et dont il en a fait son épouse. Elle se produira sur scène sous le nom de Fréhel. Mais Roberty fait plus que donner des conseils et dans l’intimité, Louise Damien devenue Damia remplacera bientôt Marguerite… Après la première guerre mondiale la notoriété de la chanteuse est immense. Elle subjugue ses admirateurs avec sa voix aux modulations extrêmes et à l’accent roulant tandis que sa longue silhouette vêtue de noir se détache sur scène.

Damia apparaît au cinéma encore muet, en 1927, grâce à Abel Gance qui met en scène la vie de «Napoléon» avec Albert Dieudonné dans le rôle titre. La chanteuse doit tout simplement incarner «La Marseillaise». Mais quelles saisissantes prises de vue et l’on imagine la comédienne en farouche guerrière de pierre descendre de l’Arc de Triomphe, pour entonner le chant révolutionnaire, symbole d’une nouvelle France. Fort de ce succès, Damia est sollicitée par Henri Diamant-Berger et retrouve le cinéma avec l’avènement du parlant. En 1930, elle est dans «Tu m’oublieras» une cantatrice vieillissante qui confie sa fille, Colette Darfeuil, à deux compositeurs qui firent son succès trente ans auparavant. La chanson «Tu m’oublieras» qu’elle interprète dans le film est un triomphe. Puis toujours plus mélodramatique, elle est, en 1931, «Sola», une femme déchue qui se produit dans des bars à matelots à Singapour. Il y a des sales types, des mères maquerelles, la fumée des cigarettes et la voix de Damia. On a envie de pleurer et on adore, tandis qu’on aperçoit Pierre Larquey et Marguerite Moreno ! Damia joue ensuite un petit rôle dans l’adaptation par Julien Duvivier d’un roman de Georges Simenon, «La tête d’un homme» (1932) avec Harry Baur en inspecteur Maigret. Elle est une femme du peuple dans «Les perles de la couronne» (1937) de Sacha Guitry qui interprète aussi un triple personnage à travers les siècles, de même que Jacqueline Delubac, tandis qu’Henri IV est joué par Aimé Simon-Girard.

Damia essaie bien de passer à des chansons «un peu moins» tristes comme «La guinguette a fermé ses volets» mais ce sont ses vieux succès que le public lui redemande même dans les années cinquante où elle fait l’Olympia et une tournée au Japon. Côté cinéma, elle apparaît encore dans des rôles de pauvresses dans «Goubbiah… mon amour» (1955) de Robert Darène avec Jean Marais en pêcheur dalmate et Delia Scala en Gitane, et dans «Notre Dame de Paris» (1956) de Jean Delannoy avec Anthony Quinn en Quasimodo et Gina Lollobrigida en Esmeralda. Puis elle prend sa retraite. Mais Jean Eustache lui rendra hommage en illustrant de ses chansons «La maman et la putain», un film «très nouvelle vague» de 1972, avec Bernadette Lafont et Jean-Pierre Léaud.

Cette grande artiste, surnommée «la tragédienne de la chanson», s’éteint à près de quatre-vingt dix ans, le 30 janvier 1978, dans une maison de retraite de la région parisienne. Très Chère Damia, si ta guinguette a définitivement fermée ses volets, nous, on ne t’oubliera pas!

© Caroline HANOTTE

copyright
1927Napoléon / Napoléon Bonaparte / Napoléon vu par Abel Gance – de Abel Gance avec Albert Dieudonné
1930Tu m’oublieras – de Henri Diamant-Berger avec Marcel Vallée
1931Sola – de Henri Diamant-Berger avec Marguerite Moreno
1932La tête d’un homme – de Julien Duvivier avec Harry Baur
1933 CM La mauvaise prière – de Maurice Cloche
    Chanson filmée
1936 CM Radio – de Maurice Cloche avec Pierre Larquey
1937Les perles de la couronne – de Sacha Guitry & Christian-Jaque avec Germaine Aussey
1955Goubbiah… mon amour / Goubbiah – de Robert Darène avec Jean Marais
1956Notre Dame de Paris – de Jean Delannoy avec Anthony Quinn
1972La maman et la putain – de Jean Eustache avec Jean-Pierre Léaud
    Seulement chansons
Fiche créée le 8 novembre 2006 | Modifiée le 9 novembre 2006 | Cette fiche a été vue 7033 fois
PREVIOUSLucien Dalsace || Damia || Damiano DamianiNEXT