CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Willy Birgel
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Eartha Kitt



Date et Lieu de naissance : 26 janvier 1928 (North, Caroline du Sud, USA)
Date et Lieu de décès : 25 décembre 2008 (Weston, Connecticut, USA)
Nom Réel : Eartha Mae Keith

ACTRICE

Eartha Kitt voit le jour le 26 janvier 1928, dans une plantation de coton de la petite ville de North en Caroline du Sud. Elle est élevée par Anna Mae Riley qu’elle croit être sa mère. Après la mort de Anna Mae, elle est envoyée à neuf ans, à New York, pour vivre avec Mamie Reily, la sœur de celle-ci. Un lourd secret plane sur ses origines, adolescente, elle apprend que sa tante est en réalité sa mère biologique et qu’elle serait naît des suites du viol de sa mère par William Keith-Fields le fils de la plantation. À quinze ans, elle quitte son école de Harlem pour travailler dans une usine de Brooklyn.

Au milieu des années quarante, Eartha Kitt intègre la troupe de danse de Katherine Dunham. En septembre 1945, elle fait ses débuts à Broadway dans la comédie musicale «Carib song». L’année suivante, toujours avec la compagnie de Katherine Dunham, elle se produit au Théâtre Belasco, dans «Bal Negre» puis par en tournée à travers l’Europe avec la revue. À Paris, elle chante et danse dans des cabarets et fait la connaissance de Orson Welles. Le cinéaste la surnomme «La femme la plus excitante du monde» et l’engage pour lui donner la réplique dans «Faust», une pièce qu’il présente en France, en Belgique et en Allemagne. De retour aux USA en 1951, elle chante avec succès au «Blue Angel» de New York et signe un contrat avec Leonard Sillman pour son spectacle musical «New faces of 1952» qui se joue au Théâtre Royale à guichets fermés pendant un an. Après Broadway et une tournée triomphale dans les grandes villes américaines, la pièce est portée à l’écran par Harry Horner en 1954. Désormais célèbre, la jeune artiste fait cavalier seul pour un tour de chant à travers les Etats-Unis qui accroit considérablement sa notoriété et lui rapporte plusieurs disques d’or. En décembre 1954, elle revient à Broadway pour être la vedette de «Mrs. Patterson» puis de «Shinbone Alley» (1957) et «Jolly’s progress» (1959).

Pour le cinéma, Eartha Kitt tient son premier grand rôle, en 1957, dans «La marque du faucon», aux côtés de Sidney Poitier. En 1958, elle partage l’affiches avec d’autres grandes figures du jazz, Nat King Cole, Cab Calloway et Ella Fitzgerald, dans «St. Louis Blues» et avec Sammy Davis Jr. dans «Anna Lacusta». Malgré ses prestations remarquables, le Septième Art ne lui offrira plus guère de rôles à la mesure de son talent, ne lui proposant que des rôles secondaires dans des productions insignifiantes. Citons sa performance en Catwoman dans trois épisodes de la série télévisée «Batman» (1967-68), qui contribuera largement à son image de femme-chat. En 1968, sa prise de position contre la guerre du Vietnam, lors d’un diner à la Maison Blanche, lui vaut une mise à l’écart par la classe politique en place. Après un long passage à vide, Eartha Kitt reprend sa place parmi les stars de la scène en donnant une série de concerts au Carnegie Hall. Puis, elle se produit dans des night-clubs internationaux et joue deux pièces à Londres. En 1978, elle confirme son statut de vedette incontestable de la scène américaine en jouant triomphalement à Broadway «Timbuktu!», couronnée par une nomination au Tony Awards.

Actrice, Chanteuse, danseuse, mais aussi romancière, notamment avec la publication de ses mémoires «Alone with me», Eartha Kitt poursuit sa carrière avec succès jusqu’à l’aube du vingt-et-unième siècle. Elle est même sacrée Reine du Disco en 1983 avec son tube «Where is my man». La Perle noire meurt le 25 décembre 2008, à son domicile du Connecticut, emportée par un cancer du colon.

© Philippe PELLETIER

copyright
1948Casbah – de John Berry avec Tony Martin
    Seulement apparition
1954New faces – de Harry Horner avec Robert Clary
    Seulement apparition & chansons
1957La marque du faucon ( mark of the hawk / accused ) de Michael Audley avec Earl Cameron
1958St. Louis Blues – de Allen Reisner avec Cab Calloway
    + chansons
Anna Lucasta – de Arnold Laven avec Sammy Davis Jr.
1961Saint of Devil’s Island / Seventy times seven – de Douglas Cox avec Lance Fuller
1964Synanon ( get off my back ) de Richard Quine avec Chuck Connors
1965La case de l’oncle Tom ( onkel Toms hütte / uncle Tom’s cabin ) de Géza von Radványi avec O.W. Fischer
    + chansons
1970Up the chastity belt / The chastity belt / Naughty knights – de Bob Kellett avec Bill Fraser
    + chansons
1975Friday Foster – de Arthur Marks avec Yaphet Kotto
1981 DO All by myself ( all by myself : The Eartha Kitt sotory ) de Christian Blackwood avec Michael Smith
    Seulement apparition
1985The serpent warriors – de Niels Rasmussen & John Howard avec Clint Walker
1986The pink Chiquitas – de Anthony Currie avec Frank Stallone
1987Dragonard ( Dragonard Hill ) de Gérard Kikoïne avec Oliver Reed
Le maître de Dragonard Hill ( master of Dragonard Hill ) de Gérard Kikoïne avec Herbert Lom
1988Erik le viking ( Erik the viking ) de Terry Jones avec Tim Robbins
1989Miss Daisy et son chauffeur ( driving Miss Daisy ) de Bruce Beresford avec Morgan Freeman
    Seulement chansons
Living doll – de George Dugdale & Peter Mackenzie Litten aevc Gary Martin
1990Ernest à la chasse aux monstres ( Ernest scared stupid ) de John R. Cherry III avec Jim Varney
1992Boomerang – de Reginald Hudlin avec Eddie Murphy
1993Aventure fatale ( fatal instinct / triple indemnity ) de Carl Reiner avec Armand Assante
1994Un homme sans importance ( a man of no importance ) de Suri Krishnamma avec Albert Finney
    Seulement chansons
Désespérément vôtre / Joyeux Noël ( mixed nuts / lifesavers ) de Nora Ephron avec Steve Martin
    Seulement chansons
DO Dégrafées, déboutonnées, dézippées ( unzipped ) de Douglas Keeve avec Faye Dunaway
    Seulement apparition
1995Harriet la petite espionne ( Harriet the spy ) de Bronwen Hughes avec Gregory Smith
    + chansons
1996Rites of winter – de Peter Langham avec Jesse Dienstag
    Seulement chansons
Thank god he met lizzie / The wedding party – de Cherie Nowlan avec Richard Roxburgh
    Seulement chansons
1997Ill gotten gains – de Joel B. Marsden avec Djimon Hounsou
1998I woke up early the day I died / Ed Wood’s I woke up early the day I died / I awoke early the day I died – de Aris Iliopulos avec Billy Zane
    Seulement apparition
1999 DA Kuzco, l’empereur mégalo ( the emperor’s new groove ) de Mark Dindal
    Seulement voix
    Annie pour sa performance de la voix féminine dans un film d’animation aux Annie Awards, USA
2000Mein bruder, der vampir – de Sven Taddicken avec Hinnerk Schönemann
    Seulement chansons
2001Standard time – de Robert Cary avec Andrew McCarthy
    Seulement apparition
Laurel Canyon – de Lisa Cholodenko avec Christian Bale
    Seulement chansons
DO The making and meaning of « We are family » / We are family – de Danny Schechter avec Macaulay Culkin
    Seulement apparition
2002La morsure du lézard ( holes ) de Andrew Davis avec Jon Voight
Friday 3 / Encore un drôle de vendredi ( Friday after next ) de Marcus Raboy avec Ice Cube
    Seulement chansons
Tout peut arriver ( something’s gotta give ) de Nancy Meyers avec Jack Nicholson
    Seulement chansons
Standart time ( anything but love ) de Robert Cary avec Andrew McCarthy
    Seulement apparition
DO The sweatbox – de John-Paul Davidson & Trudie Styler avec Sting
    Seulement apparition
2003Elfe ( Elf ) de Jon Favreau avec James Caan
    Seulement chansons
2004On the one ( preaching to the choir ) de Charles Randolph-Wright avec Adewale Akinnuoye-Agbaje
2006An then came love – de Richard Schenkman avec Kevin Daniels
Fiche créée le 26 décembre 2008 | Modifiée le 11 février 2017 | Cette fiche a été vue 3630 fois
PREVIOUSJames Kirkwood || Eartha Kitt || John KitzmillerNEXT