CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gaston Orbal
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Edith Piaf



Date et Lieu de naissance : 19 décembre 1915 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 10 octobre 1963 (Plascassier, France)
Nom Réel : Edith Giovanna Gassion

ACTRICE
Image
1941 Montmartre sur Seine – de Georges Lacombe avec Jean-Louis Barrault, Roger Duchesne & Henri Vidal
Image
1945 Étoile sans lumière – de Marcel Blistène avec Yves Montand, Marcel Herrand & Jules Berry
Image
1947 Neuf garçons, un cœur – de Georges Freeland avec Les Compagnons de la Chanson & Lucien Baroux
Image
1958 Les amants de demain – de Marcel Blistène avec Michel Auclair, Armand Mestral & Olivier Hussenot

Edith Piaf de son vrai nom Edith Giovanna Gassion serait née le 19 décembre 1915 sur un trottoir de Belleville mais sa naissance fut déclarée à l’hôpital Tenon de Paris. Sa mère est chanteuse, son père, acrobate de rue est bientôt mobilisé. L’enfant est confié à sa grand-mère maternelle puis paternelle. Elle mène ensuite une vie de saltimbanque avec son père. En 1936, alors qu’Edith chante dans la rue, elle est entendue par Louis Leplée, directeur d’un cabaret des Champs-Élysées qui l’embauche aussitôt et la fait appeler «La môme Piaf». Le succès est immédiat. En 1937, après l’assassinat de son protecteur, Edith rencontre Raymond Asso, un homme au riche passé dont celui de soldat de la Légion Etrangère. Il lui écrit les paroles de plusieurs complaintes mises en musique par Marguerite Monnot et la fait se produire dans des grandes salles parisiennes où elle triomphe avec «Elle fréquentait la rue de Pigalle» et «Mon légionnaire». Devenue Edith Piaf, désormais véritable coqueluche du tout Paris mondain et intellectuel, elle s’amourache de Paul Meurisse. Jean Cocteau écrit pour eux la pièce «Le bel indifférent».

En 1936, Edith Piaf apparaît pour la première fois au cinéma dans «La garçonne» (1936) de Jean de Limur. Mais, de plus en plus célèbre comme chanteuse dans les cabarets, c’est sous l’occupation qu’elle débute véritablement aux côtés de Henri Vidal dans «Montmartre-sur-Seine» (1941) de Georges Lacombe. À la libération, elle est de nouveau en vedette dans «Étoile sans lumière» de Marcel Blistène, où elle est la doublure vocale d’une actrice du début du parlant. Elle impose dans la distribution son nouveau compagnon Yves Montand. Deux ans plus tard, elle donne sa chance aux «Compagnons de la chanson», dans «Neuf garçons, un cœur» de Georges Friedland. Elle a encore un vrai rôle dans «Les amants de demain» (1959) où elle tue son mari interprété par Armand Mestral. Pour le reste de sa filmographie, elle se contente le plus souvent d’apparaître pour une chanson comme dans «Si Versailles m’était conté» (1954) de Sacha Guitry, où elle entonne le chant révolutionnaire «Ah, ça ira!», et «French Cancan» (1955) de Jean Renoir. Ses succès musicaux servent aussi d’accompagnement à un grand nombre de films étrangers qui évoquent la France parfois seulement en filigrane.

En effet, Edith Piaf est, dès la fin des années quarante, l’ambassadrice de la chanson française même quand elle interprète «La foule », adaptée d’une œuvre de l’Argentin Ángel Cabral. Piaf découvre aussi de nombreux talents avec qui elle a souvent des relations sentimentales passionnées: Charles Aznavour, Charles Dumont, Gilbert Bécaud, Georges Moustaki, Eddie Constantine. Elle vit une grande histoire d’amour avec le boxeur Marcel Cerdan, disparu en 1949. Elle épouse, en 1952, le compositeur Jacques Pills puis, dix ans plus tard, le jeune chanteur grec Théo Sarapo. Mais Edith Piaf, déjà de santé fragile, se donnant toujours intensément, abuse de l’alcool et de la morphine pour calmer ses douleurs. Elle s’éteint prématurément le 10 octobre 1963, à Plascassier sur la côte d’Azur. Une foule immense l’accompagne jusqu’à sa dernière demeure au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

Tout semble avoir été dit sur Edith Piaf. Elle a inspiré, inspire et inspirera encore de nombreux cinéastes. Bien avant sa disparition elle était déjà une légende. Mais plutôt qu’essayer de la raconter, ne faut-il pas mieux l’écouter chanter?

© Caroline HANOTTE

copyright
1936La garçonne – de Jean de Limur avec Marie Bell
1941Montmartre sur Seine – de Georges Lacombe avec Jean-Louis Barrault
    + chansons
1942Le chant de l’exilé – de André Hugon avec Tino Rossi
    Seulement chansons
1945Étoile sans lumière – de Marcel Blistène avec Yves Montand
1946 DA La boite à musique ( make mine music ) de Bob Cormack, Clyde Geronimi, Joe Grant, Jack Kinney, Hamilton Luske & Joshua Meador
    Seulement voix dans la version française
1947Neuf garçons, un cœur – de Georges Freeland avec Lucien Baroux
    + chansons
1950Le grand alibi / Le trac ( stage fright ) de Alfred Hitchcock avec Marlene Dietrich
    Seulement auteur compositeur des chansons – Non créditée
1951Paris chante toujours ! – de Pierre Montazel avec André Dassary
    + chansons
1952 DA Little Beau Pepé – de Chuck Jones
    Seulement chansons
1953Boum sur Paris – de Maurice de Canonge avec Marcel Mouloudji
    + chansons
DA Duck ! Rabbit, duck ! – de Chuck Jones
    Seulement chansons
1954Sabrina ( Sabrina fair ) de Billy Wilder avec Humphrey Bogart
    Seulement chansons
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Claudette Colbert
    + chansons
1955Les héros sont fatigués – de Yves Ciampi avec Maria Félix
    Seulement chansons
French Cancan – de Jean Renoir avec Jean Gabin
    + chansons
1956Música de siempre – de Tito Davison avec Amália Rodrigues
    + chansons
1957 CM Le bel indifférent – de Jacques Demy avec Angelo Bellini
1958Les amants de demain – de Marcel Blistène avec Michel Auclair
1963Casablanca, nid d’espions – de Henri Decoin avec Franco Fabrizi
    Seulement chansons
Fiche créée le 5 février 2007 | Modifiée le 26 février 2009 | Cette fiche a été vue 7093 fois
PREVIOUSIsabelle Pia || Edith Piaf || Maurice PialatNEXT