CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Arthur Malet
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Edwige Feuillère



Date et Lieu de naissance : 29 octobre 1907 (Vesoul, France)
Date et Lieu de décès : 13 novembre 1998 (Boulogne-Billancourt, France)
Nom Réel : Edwige Louise Caroline Cunati

ACTRICE
Image
1937 Marthe Richard, espionne au service de la France – de Raymond Bernard avec Erich von Stroheim
Image
1941 La duchesse de Langeais – de Jacques de Baroncelli avec Pierre Richard-Willm, Aimé Clariond & Lise Delamare
Image
1947 L’aigle à deux têtes – de Jean Cocteau avec Jean Marais, Silvia Monfort & Jean Debucourt
Image
1954 Les fruits de l’été – de Raymond Bernard avec Henri Guisol, Etchika Choureau & Jeanne Fusier-Gir

Edwige Louise Caroline Cunati naît le 2 octobre 1907, dans la ville franc-comtoise de Vesoul. Son père est ingénieur d’origine italienne, la famille de sa mère vient de l’Alsace annexée en 1871 par l’Allemagne. Edwige étudie au conservatoire d’art dramatique de Dijon puis monte à Paris.

Elle commence sa carrière cinématographique sous le pseudonyme de Cora Lynn dans un film de Karl Anton «Le cordon Bleu» (1931) avec Marguerite Moreno. Mariée depuis peu au comédien et acteur de cinéma Pierre Feuillère, et bien que très vite séparée de son époux qui se suicidera une dizaine d’années plus tard, elle poursuit toute sa carrière sous le nom de Edwige Feuillère. Durant les années trente, la comédienne triomphe sur les planches en jouant notamment avec Pierre Richard-Willm «La dame aux camélias» de Alexandre Dumas fils. Elle est pensionnaire de la Comédie Française de 1931 à 1933. Le cinéma lui apporte une nouvelle opportunité de notoriété dans des films comme «Topaze» d’après Marcel Pagnol, en 1932, avec Louis Jouvet ou «Ces Messieurs de la Santé» avec Raimu (1933). En 1935 elle est, bien avant, Martine Carol, très dévêtue en «Lucrèce Borgia», tandis que Gabriel Gabrio interprète César. Elle tourne avec Erich von Stroheim «Marthe Richard» (1937). Elle incarne l’épouse de l’archiduc autrichien François-Ferdinand dans «De Mayerling à Sarajevo» (1939) de Max Ophüls.

Pendant l’occupation, Edwige Feuillère poursuit sa double carrière notamment avec «Mam’zelle Bonaparte» (1941) de Maurice Tourneur et «La Duchesse de Langeais» (1941) de Jacques de Baroncelli. Dans l’immédiate après guerre, elle est au théâtre puis au cinéma une émouvante Nastasia auprès de Gérard Philipe qui joue «L’idiot» (1946) d’après Dostoïevski. Elle triomphe en interprétant «L’aigle à deux têtes» (1947) de Jean Cocteau avec Jean Marais. C’est ce dernier film qui l’a fait découvrir au cinéaste britannique Terence Young qui veut absolument tourner avec elle. Il en résulte «Les ennemis amoureux» (1948) où Edwige réussit à prendre dans ses filets, un très sympathique jeune lord anglais joué par Stewart Granger. La comédienne qui a appris son texte phonétiquement y montre une fois de plus qu’elle peut jouer tout aussi bien la comédie que les œuvres dramatiques.

Edwige Feuillère qui ne se remariera jamais, ne vit plus que pour le théâtre. Elle tourne cependant une quinzaine de films entre 1950 et 1970. Elle est l’épouse de Jean Gabin qui perd la tête en face de Brigitte Bardot dans «En cas de malheur» (1958) de Claude Autant-Lara. En 1969, elle participe à un OSS 117 avec Luc Merenda. Patrick Chéreau la filme, en 1974, dans «La chair de l’orchidée» aux côtés de Simone Signoret et Bruno Cremer. Edwige écrit ses mémoires «Les feux de la mémoire». Elle publie aussi une biographie sur la Clairon, une sociétaire de la Comédie Française du XVIIIème siècle. Elle retrouve, à quatre-vingt huit ans, l’œuvre d’Honoré de Balzac pour le téléfilm «La duchesse de Langeais» (1995) de Jean-Daniel Verhaeghe avec Robin Renucci.

Décorée de la Légion d’honneur, commandeur des Arts et lettres, récompensée de plusieurs «Molière», Edwige Feuillère, la Grande Dame de la scène française s’éteint le 19 novembre 1998, à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt, des suites de complications cardiaques.

© Caroline HANOTTE

copyright
1931Le cordon bleu – de Karl Anton avec Lucien Baroux
Mam’zelle Nitouche – de Marc Allégret avec Raimu
La perle – de René Guissart avec André Berley
CM La fine combine – de André Chotin avec Fernandel
1932Topaze – de Louis J. Gasnier avec Louis Jouvet
Monsieur Albert – de Karl Anton avec Noël-Noël
Maquillage – de Karl Anton avec Saint-Granier
Une petite femme dans le train – de Karl Anton avec Léon Belières
CM Le beau rôle – de Roger Capellani avec Robert Arnoux
1933La voix du métal – de Youly Marca-Rosa avec Félix Oudart
Matricule 33 – de Karl Anton avec Camille Bert
Ces messieurs de la santé – de Pierre Colombier avec Pierre Stéphen
Les aventures du roi Pausole – de Alexis Granowsky avec André Berley
Toi que j’adore – de Géza von Bolváry & Albert Valentin avec Jean Murat
1934Le miroir aux alouettes – de Hans Steinhoff & Roger Le Bon avec Pierre Brasseur
1935Stradivarius – de Géza von Bolváry & Albert Valentin avec Pierre Richard-Willm
Golgotha / Ecce Homo – de Julien Duvivier avec Harry Baur
La route heureuse – de Georges Lacombe avec Claude Dauphin
Lucrèce Borgia – de Abel Gance avec Jacques Dumesnil
Barcarolle – de Gerhardt Lamprecht & Roger Le Bon avec Roger Karl
1936Mister Flow / Les amants traqués – de Robert Siodmak avec Vladimir Sokoloff
Amore – de Carlo Ludovico Bragaglia avec Gino Cervi
1937Marthe Richard / Marthe Richard, espionne au service de la France – de Raymond Bernard avec Erich von Stroheim
Feu ! – de Jacques de Baroncelli avec Victor Francen
La dame de Malacca – de Marc Allégret avec Jean Debucourt
1938J’étais une aventurière – de Raymond Bernard avec Jean Tissier
Sans lendemain / La duchesse de Tilsitt – de Max Ophüls avec Paul Azaïs
1939De Mayerling à Sarajevo – de Max Ophüls avec John Lodge
1940L’émigrante – de Léo Joannon avec Jean Chevrier
1941Mam’zelle Bonaparte – de Maurice Tourneur avec Raymond Rouleau
La duchesse de Langeais – de Jacques de Baroncelli avec Aimé Clariond
1942L’honorable Catherine – de Marcel L’Herbier avec André Luguet
1943Lucrèce – de Léo Joannon avec Louis Seigner
1945La part de l’ombre – de Jean Delannoy avec Jean-Louis Barrault
Tant que je vivrai – de Jacques de Baroncelli avec Ferruccio Tagliavini
1946L’idiot – de Georges Lampin avec Gérard Philipe
Il suffit d’une fois – de Andrée Feix avec Fernand Gravey
1947L’aigle à deux têtes – de Jean Cocteau avec Jean Marais
1948Les ennemis amoureux ( woman hater ) de Terence Young avec Stewart Granger
1949Julie de Carneilhan – de Jacques Manuel avec Jacques Dacqmine
1950Olivia – de Jacqueline Audry avec Simone Simon
Souvenirs perdus – de Christian-Jaque avec Yves Montand
1951Le cap de l’espérance – de Raymond Bernard avec Bernard Lajarrige
1952Adorables créatures – de Christian-Jaque avec Daniel Gélin
1953Le blé en herbe – de Claude Autant-Lara avec Louis de Funès
1954Les fruits de l’été – de Raymond Bernard avec Henri Guisol
1956Le septième commandement – de Raymond Bernard avec Maurice Teynac
1957Quand la femme s’en mêle / Sans attendre Godot – de Yves Allégret avec Alain Delon
1958La vie à deux – de Clément Duhour avec Robert Lamoureux
En cas de malheur – de Claude Autant-Lara avec Jean Gabin
1961Le crime ne paie pas – de Gérard Oury avec Gabriele Ferzetti
Les amours célèbres – de Michel Boisrond avec Jean Desailly
1964La bonne occase – de Michel Drach avec Francis Blanche
Aimez-vous les femmes ? – de Jean Léon avec Guy Bedos
1967Et si l’on faisait l’amour ? ( scusi, facciamo l’amore ? ) de Vittorio Caprioli avec Pierre Clémenti
1969OSS 117 prend des vacances / Tous les coups sont bons pour OSS 117 – de Pierre Kalfon avec Luc Merenda
1970Clair de terre – de Guy Gilles avec Annie Girardot
1974La chair de l’orchidée – de Patrice Chéreau avec Simone Signoret
1993 DO Edwige Feuillère en scène – de Serge Moati avec Guy Tréjan
    + textes
AUTRES PRIX :
      
    César d’honneur, France ( 1984 )
Fiche créée le 15 avril 2006 | Modifiée le 11 mars 2017 | Cette fiche a été vue 10579 fois
PREVIOUSLouis Feuillade || Edwige Feuillère || Jacques FeyderNEXT