CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jorge Dória
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Eleanor Powell



Date et Lieu de naissance : 21 novembre 1912 (Springfield, Massachusetts, USA)
Date et Lieu de décès : 11 février 1982 (Beverly Hills, Californie, USA)
Nom Réel : Eleanor Torrey Powell

ACTRICE
Image
1936 L’amiral mène la danse (born to dance) de Roy Del Ruth avec James Stewart & Virginia Bruce
Image
1937 Rosalie – de W.S. Van Dyke avec Nelson Eddy, Frank Morgan, Edna May Oliver & Ilona Massey
Image
1939 Broadway qui danse (Broadway melody of 1940) de Norman Taurog avec Fred Astaire & George Murphy
Image
1943 Mademoiselle ma femme (I dood it) de Vincente Minnelli avec Red Skelton, Thurston Hall & Lena Horne

La reine des claquettes, connue pour ses étourdissants solos de «tap dance», où l’énergie et la grâce s’appuient sur une technique impeccable. Et pourtant, Eleanor Powell, née le 21 novembre 1912 à Springfield, dans le Massachusetts, ne s’est guère entraînée à cette forme de danse, mais plutôt, dès l’enfance, au ballet classique. Mais, à la fin des années 1920, elle se produit à New York, et c’est bien assez, avec le plus éminent danseur de claquettes de tous les temps, le grand Bill Bojangles Robinson. Et dès lors, c’est bien son staccato de claquettes, façon rafale de mitraillette, qui la fait connaître à Broadway, dans des revues comme «Follow thru» (1929), avec Katherine Cornell, «Fine and Dandy» (1930), sur une musique de Hans Spialek ou «Hot- cha!» (1932), produit par le légendaire Florenz Ziegfeld.

Louis B. Mayer la remarque et lui fait signer un contrat. Eleanor Powell débute dans la comédie musicale de George White, «George White’s scandals» (1935), avec Alice Faye, où elle fredonne «It’s an old souther custom». Car elle sait aussi chanter et, même si on la double parfois, susurre encore, dans «L’amiral mène la danse» (1936) de Roy Del Ruth, des succès de Cole Porter, comme «Rap tap on wood» ou «Hey babe hey», qu’elle chante et danse avec le jeune James Stewart. L’année suivante, elle retrouve Cole Porter pour «Rosalie», de W.S. Van Dyke, où elle joue des claquettes pour Nelson Eddy. Dans «Broadway qui danse» (1939), de Norman Taurog, elle danse sur «All ashore», une mélodie de Roger Edens, et met ses pas dans ceux du grand Fred Astaire pour une «Jukebox dance» endiablée.

À la fin des années 1930 et durant la décennie suivante, Eleanor Powell ne fait plus, avant de se retirer des écrans, qu’une poignée de musicals. Elle y croise d’improbables partenaires, comme Robert Young qui, sous l’aile autoritaire de Louis B. Mayer, doit rentabiliser son contrat avec la firme du lion en poussant la chansonnette dans des bluettes maison. Dans «Honolulu» (1938) de Edward Buzzell, elle rend hommage à Bill Bojangles Robinson dans des numéros comme «Old folks at home» ou «Old black Joe», avant de chanter «Oh! Lady be good», de Gershwin, avec Robert Young et Ann Sothern, dans «Divorce en musique» (1941) de Norman Z McLeod. Composés sur le modèle des revues, ces films alternent les numéros musicaux avec des sketchs souvent consternants où des acteurs grimaçants, comme Red Skelton, ne font plus rire personne; c’est lui qui assure le contrepoint comique de films comme «Croisière mouvementée» (1942) de Edward Buzzell ou «Mademoiselle ma femme» (1943) de Vincente Minnelli.

Après ce film, elle n’apparaît plus que dans des cameos, rejoignant par exemple les stars de «La parade aux étoiles» (1943) de George Sidney, prétexte au défilé prestigieux des étoiles de la MGM, ou dansant au bras de Van Johnson dans «Duchess of Idaho» (1950) de Robert Z. Leonard, avec Esther Williams. Mariée à Glenn Ford, Eleanor Powell se consacre à sa famille, mais aussi à Dieu. Fervente chrétienne, elle devient en effet un membre éminent de l’«Unity Church» et participe, en 1953, à une série télévisée destinée à l’édification de la jeunesse. Beaucoup plus tard, elle apparaît dans certains des documentaires nostalgiques consacrés alors à la glorification d’Hollywood et des comédies musicales d’antan: «Hollywood, Hollywood» (1975), signé Gene Kelly ou un film hommage à Fred Astaire, réalisé en 1981 par Marty Pasetta. Eleanor Powell s’éteint d’un cancer, le 11 février 1982, à Beverley Hills.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1930Queen high – de Fred C. Newmeyer avec Charles Ruggles
1934 CM No contest ! – de Joseph Henabery avec Charles Lawrence
1935George White’s 1935 scandals / George White’s scandals – de George White avec Ned Sparks
    + chansons
Broadway melody 1936 ( Broadway melody of 1936 ) de Roy Del Ruth avec Robert Taylor
    + chansons
1936L’amiral mène la danse ( born to dance ) de Roy Del Ruth avec James Stewart
    + chansons
CM Screen snapshots serie 15 n°. 12 – de Ralph Staub
    Seulement apparition
1937Le règne de la joie ( Broadway melody of 1938 ) de Roy Del Ruth avec George Murphy
    + chansons
Rosalie – de W.S. Van Dyke avec Nelson Eddy
    + chansons
DO The Candid Camera Story [very candid] of the Metro-Goldwyn-Mayer Pictures 1937 convention – de ? avec Louis B. Mayer
    Seulement apparition
1938Honolulu – de Edward Buzzell avec Robert Young
    + chansons
1939Broadway qui danse ( Broadway melody of 1940 ) de Norman Taurog avec Fred Astaire
    + chansons
CM Screen snapshots series 18, No. 8 – de Ralph Staub avec Don Ameche
    Seulement apparition
1941Divorce en musique ( Lady be good ) de Norman Z. McLeod avec Lionel Barrymore
    + chansons
1942Croisière mouvementée / Au large de Porto Rico ( ship ahoy ) de Edward Buzzell avec Frank Sinatra
    + chansons
1943Mademoiselle ma femme ( I dood it / by hook or by crook ) de Vincente Minnelli avec Red Skelton
    + chansons & chorégraphie
Parade aux étoiles ( thousands cheer ) de George Sidney avec Gene Kelly
    + chansons
1944Sensations ( sensation of 1945 / swing circus ) de Andrew L. Stone avec C. Aubrey Smith
1947 CM Screen snapshots : Famous Hollywood mothers – de Ralph Staub avec Rosalind Russell
    Seulement apparition
1948 CM Screen snapshots : Hollywood holiday – de Ralph Staub avec Sonny Tufts
    Seulement apparition
1950Jamais deux sans toi ( duchess of Idaho ) de Robert Z. Leonard avec Van Johnson
    Seulement apparition
1955 CM Have faith in our children – de ? avec Glenn Ford
    Seulement apparition
1974Il était une fois à Hollywood ( that’s entertainment ! ) de Jack Haley Jr. avec Bing Crosby
    Seulement chansons
1975Hollywood, Hollywood ( that’s entertainment, part II ) de Gene Kelly avec Fred Astaire
    Seulement chansons
Fiche créée le 24 février 2011 | Modifiée le 17 août 2015 | Cette fiche a été vue 3261 fois
PREVIOUSDick Powell || Eleanor Powell || William PowellNEXT