CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lupita Tovar
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Elga Andersen



Date et Lieu de naissance : 10 février 1934 (Dortmund, Allemagne)
Date et Lieu de décès : 7 décembre 1994 (New York, New York, USA)
Nom Réel : Adelheid Anneliese Helga Hymmen

ACTRICE
Image
1960 Le monocle noir – de Georges Lautner avec Paul Meurisse, Bernard Blier & Pierre Blanchar
Image
1962 L’empire de la nuit – de Pierre Grimblat avec Eddie Constantine, Geneviève Grad & Michel de Ré
Image
1963 Du grisbi pour Hong Kong (ein sarg aus Hongkong) de Manfred R. Kochler avec Heinz Drache & Willy Birgel
Image
1967 Capitaine Singrid (capitão Singrid) de Jean Leduc avec Robert Woods, Giorgia Moll & Marc Michel

La très belle Elga Andersen naquit à Dortmund sous le patronyme d’Elga Hymen le 10 février 1934. Elle sera donc encore une petite fille lorsque la tourmente meurtrière embrasera son pays. Une tourmente dont son père ne reviendra jamais. Elga reste seule avec sa mère dans un pays ruiné, fustigé et couvert de honte. Le père d’Elga ayant cessé de donner des nouvelles aux tout derniers jours du conflit, les deux femmes espèreront toujours son retour, nourrissant le rêve fou qu’il est encore vivant et prisonnier quelque part. La petite Elga surmonte les épreuves et les frayeurs de son temps et nourrit deux obsessions antagonistes. Elle rêve comme toutes les petites filles d’être danseuse mais se croit également laide à faire peur. Sa mère adorée va bien se garder de détromper sa fille sur ce dernier point et puisqu’il vaut mieux être ravissante pour danser, pourquoi Elga ne s’attèlerait-elle pas plutôt à l’étude des langues étrangères où elle se révèle douée? Ainsi fut fait et Elga fut un jour la fière propriétaire d’un diplôme de traductrice! Malheureusement, l’avisée maman commit une erreur, elle demanda à sa brillante fille ce qui lui ferait plaisir pour fêter ses résultats. Elga choisit un séjour à Paris!

À peine débarquée, elle est très vite à court de ressources, elle partage une chambre avec une amie qui gagne sa vie en posant pour les photographes et est complètement estomaquée lorsqu’elle lui propose de faire comme elle. Quinze jours plus tard, elle devient l’égérie d’une marque de lessive puis vante les mérites nourriciers des bons œufs frais! Quelques photos de mode plus tard, elle est repérée par le cinéma et commence à tourner pour André Hunebelle dans «Les collégiennes» (1956). En 1958, devenue Elga Andersen, elle est de l’aventure de «Bonjour tristesse» dirigée par Otto Preminger et de celle d’«Ascenseur pour l’échafaud» où cette fois Louis Malle préside à la funeste destinée de son personnage. Son pays natal ayant eu vent de cette réussite patriotique à l’étranger, la belle Elga accepte le pont d’or qui lui est fait pour rentrer au pays tourner des films en vedette qui n’eurent d’ailleurs aucun autre intérêt que sa blonde présence.

La carrière de la belle aurait pu s’enliser complètement si en 1960 elle n’avait pas pris conscience de son potentiel et enfin traité son métier et sa carrière au sérieux. C’est à Marcel Camus qu’elle doit cette révélation lorsqu’il emmène Elga Andersen et son équipe à Bahia pour «Les pionniers» (1960). Elga y est une chanteuse de cabaret parachutée au Brésil et répondant au fier patronyme de Bibi-Pigalle. Si le film de Camus n’a pas le succès espéré, Elga devient avec son film suivant une incontournable du cinéma Français, car «Le monocle noir» (1960) porté par ce bon Paul Meurisse est un triomphe colossal.

Elga Andersen reste donc définitivement à Paris, devient l’éphémère épouse d’un architecte coté et mène une carrière de blonde éblouissante qui s’internationalise de plus en plus. Après la France et l’Allemagne, bientôt l’Italie et l’Amérique font appel à ses services. Sa carrière décline irrésistiblement et elle déserte complètement les écrans dès le début des années soixante-dix. Elle épouse, en 1978, le producteur Américain Peter Gimbel et s’installe avec lui à New-York. Elle cesse définitivement d’être une actrice après avoir participé à plusieurs épisodes de la série «Aux frontières du possible». Veuve en 1987 , elle décède à New-York après une longue lutte acharnée et vaine contre le cancer le 7 décembre 1994.

© Céline COLASSIN

copyright
1956Les collégiennes – de André Hunebelle avec Catherine Deneuve
1957La polka des menottes – de Raoul André avec Francis Blanche
Les lavandières du Portugal – de Pierre Gaspard-Huit avec Jean-Claude Pascal
Ist mama nicht fabelhaft ? – de Peter Beauvais avec Paul Klinger
1958Ascenseur pour l’échafaud – de Louis Malle avec Maurice Ronet
Enfants du cirque ( Solang’ die sterne glüh’n / zirkuskinder ) de Franz Antel avec Hans Moser
Bonjour tristesse – de Otto Preminger avec David Niven
Soucis de millionnaire ( so ein millionär hat’s schwer ) de Géza von Cziffa avec Peter Alexander
1959Ces sacrées romaines / Les bacchanales de Tibère ( i baccanali di Tiberio ) de Giorgio Simonelli avec Walter Chiari
1960Les pionniers ( os bandeirantes / Rio Negro ) de Marcel Camus avec Raymond Loyer
La mort a les yeux bleus / Mourir d’amour – de Dany Fog avec Bruno Cremer
Le monocle noir – de Georges Lautner avec Pierre Blanchar
1961Le scorpion – de Serge Hanin avec Daniel Sorano
1962L’œil du monocle – de Georges Lautner avec Paul Meurisse
L’empire de la nuit – de Pierre Grimblat avec Eddie Constantine
1963À toi de faire mignonne / L’agent fédéral Lemmy Caution – de Bernard Borderie avec Eddie Constantine
Du grisbi pour Hong Kong ( ein sarg aus Hongkong ) de Manfred R. Kochler avec Heinz Drache
Coast of Sheletons – de Robert Lynn avec Richard Todd
1964Papa playboy ( a global affair ) de Jack Arnold avec Bob Hope
Les D.M. killers ( D.M. killer ) de Rolf Thiele avec Curd Jürgens
1966Les dieux sauvages ( la battaglia dei Mods / siebzehn jahr, blondes haar ) de Franco Montemurro avec Eleonora Brown
CM Divertissement pour amoureux... et concierges – de Jean-Pierre Delamotte avec Jacques Perrin
1967Johnny Colt ( Starblack / Django – Schwarzer gott des todes ) de Giovanni Grimaldi avec Franco Lantieri
Capitaine Singrid ( capitão Singrid ) de Jean Leduc avec Robert Woods
1968Più tardi Claire / Più tardi, Claire, più tardi – de Brunello Rondi avec Gary Merrill
1970Le Mans – de Lee H. Katzin avec Steve McQueen
Sex power – de Henri Chapier avec Jane Birkin
1971Detenuto in attesa di giudizio / Why – de Nanni Loy avec Alberto Sordi
Homicide parfait au terme de la loi ( un omicidio perfetto a termine di legge / homicidio al limite de la ley ) de Tonino Ricci avec Philippe Leroy
1972Le serpent ( the serpent / night flight from Moscow ) de Henri Verneuil avec Henry Fonda
    Remerciements à Alain (Les Gens du Cinéma), pour les informations d’état-civil.
Fiche créée le 4 mai 2009 | Modifiée le 30 novembre 2016 | Cette fiche a été vue 6931 fois
PREVIOUSLuana Anders || Elga Andersen || Eddie Rochester AndersonNEXT