CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Elsie Ferguson
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Elina Labourdette



Date et Lieu de naissance : 21 mai 1919 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 30 septembre 2014 (Le Mesnil-le-Roi, France)
Nom Réel : Elina Janine Alice Henri-Labourdette

ACTRICE
Image
1944 Les dames du Bois de Boulogne – de Robert Bresson avec Paul Bernard & Maria Casares
Image
1951 Monsieur Fabre – de Henri Diamant-Berger avec Pierre Fresnay, André Randall & Olivier Hussenot
Image
1953 La vierge du Rhin – de Gilles Grangier avec Jean Gabin, Andrée Clément & Nadia Gray
Image
1960 Vacances en enfer – de Jean Kerchbron avec Georges Poujouly, Catherine Sola & Michel Subor

Elina Labourdette, de son vrai nom Elina Janine Alice Henri-Labourdette, est née dans le XVIe arrondissement de Paris, le 21 mai 1919. Toute petite, elle se consacre à la danse, chez Volimine, puis, devenue adolescente, opte pour la comédie et s’inscrit au Cours René Simon, tout en prenant des leçons auprès de Eve Francis, la femme de Louis Delluc. Elina Labourdette figure la Parisienne, telle que l’imagine Hollywood, habillée par Cardin et coiffée par Alexandre. C’est une femme racée, à la grâce native et au charme espiègle, que ravit un sourire radieux.

Le théâtre a ses premières faveurs et Elina Labourdette ne tarde pas à rejoindre la prestigieuse Compagnie Renaud-Barrault. On peut dès lors l’applaudir, au théâtre Marigny, dans «La répétition ou l’amour puni» (1950), d’Anouilh, ou dans «Malatesta», de Montherlant, la même année. L’année suivante, elle est dirigée, au théâtre des Célestins, par le grand Louis Jouvet dans «Les fourberies de Scapin», de Molière et la voilà dans «La main passe», de Feydeau, en 1954, au théâtre Antoine.

Au cinéma, un rôle l’inscrit tout de suite dans nos mémoires, celui d’Agnès dans «Les dames du bois de Boulogne» (1944), de Robert Bresson, cette fragile danseuse en collant noir qui, manipulée par Maria Casares, doit séduire le libertin Paul Bernard. Mais, comme Elina Labourdette a un port altier et des façons de reine, on lui donne des rôles d’aristocrates. Elle est ainsi la comtesse de La Porte, qui s’intéresse aux travaux de «Monsieur Fabre» (1951), alias Pierre Fresnay, mais aussi Florence Borch de Martelie, sensible au talent de pianiste de Daniel Gélin dans «Edouard et Caroline» (1951) de Jacques Becker ou encore Mme de Saint-Aigne dans «Snobs» (1961), de Jean-Pierre Mocky. Ses bonnes manières lui valent des rôles assez policés, comme cette jeune Véra qui, élevée dans un pensionnat de Hong Kong, ignore tout du passé trouble de sa mère dans «Le drame de Shanghai» (1938), de Georg Wilhelm Pabst, ou comme cette hôtesse de l’air qui, dans «Les aventuriers de l’air» (1950) de René Jayet, essaie de tirer Yves Furet, un ancien pilote, du mauvais pas ou encore cette comédienne qui, comme ses camarades, se trouve bloquée à Aden lors d’une tournée dans «C’est arrivé à Aden» (1956) de Michel Boisrond. C’est aussi cette ancienne danseuse étoile, qui, pendant la guerre, se cache, avec son mari cardiaque - Michel Vitold - dans une vallée des Pyrénées dans «Vacances en enfer» (1960) de Jean Kerchbron ou Mme Desnoyers, qui, dans «Lola» (1960), de Jacques Demy, côtoie l’ami d’enfance de Anouk Aimée. Mais il arrive à Elina Labourdette de s’égarer. Dans «Les trafiquants de la mer» (1947) de Willy Rozier, elle est mêlée à un trafic d’opium, dans «Tapage nocturne» (1951) de Marc-Gilbert Sauvajon, elle incarne une secrétaire, qui tue un libidineux Lucien Baroux, prêt à abuser d’elle, et elle n’hésite pas, dans «La vierge du Rhin» (1953) de Gilles Grangier, à méditer le meurtre de Jean Gabin, mari gênant revenu d’entre les morts.

À la télévision, on voit Elina Labourdette dans un épisode des «Cinq dernières minutes» (1960), elle a aussi incarné la baronne Hulot dans «La cousine Bette» (1964) d’après Balzac, et la maîtresse de ce dernier, Laure de Berny, dans «Un grand amour de Balzac» (1973), ainsi que Mme de Lamartine dans «Julie Charles» (1974), de Jean Kerchbron. Elina Labourdette était mariée au journaliste et écrivain Louis Pauwels. Elle décède le 30 septembre 2014 au Mesnil-le-Roi, dans les Yvelines.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1937Prison sans barreaux – de Léonide Moguy avec Roger Duchesne
1938Le drame de Shanghai – de Georg Wilhelm Pabst avec Valéry Inkijinoff
1940Le pavillon brûle – de Jacques de Baroncelli avec Pierre Renoir
1942Des jeunes filles dans la nuit – de René Le Hénaff avec Fernand Ledoux
1944Les dames du Bois de Boulogne – de Robert Bresson avec Paul Bernard
1947Les trafiquants de la mer – de Willy Rozier avec Jacques Dumesnil
1950Les aventuriers de l’air – de René Jayet avec Yves Furet
Le château de verre – de René Clément avec Jean Marais
Edouard et Caroline – de Jacques Becker avec Daniel Gélin
1951Monsieur Fabre – de Henri Diamant-Berger avec Pierre Fresnay
Tapage nocturne – de Marc-Gilbert Sauvageon avec Raymond Rouleau
1952Ouvert contre X / L’enquête est ouverte – de Richard Pottier avec Robert Dalban
Mon mari est merveilleux – de André Hunebelle avec Fernand Gravey
1953La vierge du Rhin – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
1954Deux anglais à Paris / A Paris tous les deux ( to Paris with love ) de Robert Hamer avec Alec Guinness
1955Papa, maman, ma femme et moi – de Jean-Paul Le Chanois avec Robert Lamoureux
1956Elena et les hommes – de Jean Renoir avec Ingrid Bergman
C’est arrivé à Aden – de Michel Boisrond avec Jean Bretonnière
1957La nuit des suspectes / Huit femmes en noir – de Victor Merenda avec Yves Massard
La vérité sur les femmes ( the truth about women ) de Muriel Box avec Laurence Harvey
1960Lola – de Jacques Demy avec Anouk Aimée
Vacances en enfer – de Jean Kerchbron avec Georges Poujouly
1961Les parisiennes – de Marc Allégret, Claude Barma, Michel Boisrond & Jacques Poitrenaud avec Catherine Deneuve
    Segment « Sophie » de Marc Allégret
Snobs ! – de Jean-Pierre Mocky avec Francis Blanche
Le couteau dans la plaie / La troisième dimension ( five miles to midnight ) de Anatole Litvak avec Anthony Perkins
1962Le glaive et la balance – de André Cayatte avec Renato Salvatori
1967Au pan coupé – de Guy Gilles avec Bernard Verley
1968Les jeunes loups – de Marcel Carné avec Maurice Garrel
1970Clair de terre – de Guy Gilles avec Annie Girardot
2011 CM Le dernier Kodachrome – de Jacques Burtin avec Joseph Morder
Fiche créée le 1 octobre 2014 | Modifiée le 3 octobre 2014 | Cette fiche a été vue 1532 fois
PREVIOUSMarta Labarr || Elina Labourdette || Georges LacombeNEXT