CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Karen Morley
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Elisabeth Flickenschildt



Date et Lieu de naissance : 16 mars 1905 (Hambourg, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 26 octobre 1977 (Guderhandviertel, Allemagne)
Nom Réel : Elisabeth Ida Marie Flickenschildt

ACTRICE
Image
1938 La fille de la steppe (die barmherzige lüge) de Werner Klingler avec Hilde Krahl & Ernst von Klipstein
Image
1943 Lumière dans la nuit (romanze in moll) de Helmut Käutner avec Marianne Hoppe & Ferdinand Marian
Image
1958 Mademoiselle Scampolo (Scampolo) de Alfred Weidenmann avec Romy Schneider & Paul Hubschmid
Image
1963 La môme aux dollars (dog eat dog) de Ray Nazzaro & Albert Zugsmith avec Jayne Mansfield & Pinkas Braun

Fille d’un capitaine, Elisabeth Ida Marie Flickenschildt voit le jour à Hambourg, ville de l’Empire Allemand, le 16 mars 1905. Après avoir obtenu son baccalauréat, la jeune fille entreprend une carrière de styliste de mode. Parallèlement, elle suit des cours de comédie au Schauspielschule de Hambourg. En 1931, elle décroche un premier rôle: celui de la jeune paysanne Armgard dans «Guillaume Tell». Par la suite, Elisabeth Flickenschildt délaisse le monde de la mode et s’investit entièrement dans la comédie, notamment au Théâtre Thalia puis au Deutches Schauspielhaus de sa ville natale. Rapidement, elle s’impose dans plusieurs rôles importants. Elle est desormais une personalité très demandée de la scène germanique. À la même époque, elle rencontre Gustav Gründgens qui devient son metteur en scène préféré. Elle lui restera fidèle (professionnellement) jusqu’à la mort de celui-ci en 1963.

En 1935, elle fait ses débuts devant les caméras de Carl Lamac dans «Großreinemachen». Les années qui suivent, Elisabeth trouve un certain équilibre en alternant les grandes prestations sur scène et des rôles de composition marquants au cinéma, notamment dans: «Jeunesse» (1937) de Veit Harlan, «Ein mädchen geht an land» (1938) de Werner Hochbaum (un des rares premiers rôles de sa carrière) et «La lutte héroïque» (1939) de Hans Steinhoff. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Elisabeth Flickenschildt apparaît dans de grands films populaires et patriotiques. Elle y donne la réplique aux plus grandes stars de la UFA, parmi lesquelles: Hans Albers dans «Der trenck Pandur» (1940) de Herbert Selpin, Emil Jannings dans «Le Président Krüger» (1941) et Ewald Balser dans «La vie ardente de Rembrandt» (1941) deux films de Hans Steinhoff et Otto Gebühr dans «Le grand roi» de Veit Harlan. Après le conflit, soupçonnée de faux témoignage par les services de l’épuration anti-nazie, elle est brièvement incarcérée. Après avoir retrouvé sa liberté, elle se consacre essentiellement au théâtre.

Dans les années cinquante et soixante, Elisabeth Flickenschildt revient au cinéma pour de beaux rôles secondaires dans d’innombrables productions à succès. Elle est alors la partenaire d’acteurs de la nouvelle génération comme: Romy Schneider, Horst Buchholz et Paul Hubschmid. Elle apparaît également dans quelques adaptations d’Edgar Wallace. En 1960, elle incarne Marthe Schwerdtlein dans une adaptation du «Faust» de Goethe aux côtés de son ami Gustav Gründgens. Trois ans plus tard, sa magistrale prestation dans «Le grand jeu de l’amour» de Paul Weidenmann lui vaut un prix d’interprétation décerné par l’Académie du Cinéma Germanique.

Au cours des années soixante-dix, Elisabeth se retire peu à peu de la vie artistique. De temps en temps, elle effectue quelques courtes prestations au cinéma ou à la télévision. En 1971, elle publie son autobiographie intitulée «Kind mit roten Haaren: Ein leben wie ein traum», que l’on pourrait traduire par «L’enfant aux cheveux roux: Une vie comme un rêve». En 1976, elle effectue une ultime apparition dans «Nuit d’or», une production franco-allemande avec Charles Vanel. Elisabeth Flickenschildt décède des suite d’un grave accident de voiture, le 26 octobre 1977 à Guderhandviertel, en Basse-Saxe (Allemagne). La ville de Berlin, reconnaissante de son immense talent, lui offre, à titre posthume, le nom d’une de ses rues dans le quartier de Pulvermühle.

© Philippe PELLETIER

copyright
1935Nettoyage de printemps ( großreinemachen ) de Carl Lamac avec Wolf Albach-Retty
Jozi la petite contrebandière ( der ahnungslose engel ) de Franz Seitz avec O.E. Hasse
1936Du kannst nicht treu sein – de Franz Seitz avec Ottot Fassler
1937Son propre enfant ? ( streit um den knaben Jo ) de Erich Waschneck avec Lil Dagover
La cruche cassée ( der zerbrochene krug ) de Gustav Ucicky avec Emil Jannings
Starke herzen / Starke herzen im sturm – de Herbert Maisch avec René Deltgen
Tango notturno – de Fritz Kirchhoff avec Pola Negri
Heiratsschwindler / Die rote Mütze / Abenteuer eines gewissen Herrn Haeselich / Romane eines heiratsschwindlers – de Herbert Selpin avec Harald Paulsen
La muselière ( der maulkorb ) de Erich Engel avec Paul Henckels
Jeunesse ( jugend ) de Veit Harlan avec Werner Hinz
1938Ein mädchen geht an land – de Werner Hochbaum avec Carl Kuhlmann
La chair est faible / Ecartement du droit chemin ( der schritt vom wege / Effi Briest ) de Gustav Gründgens avec Käthe Haack
La fille de la steppe ( die barmherzige lüge ) de Werner Klingler avec Paul Dahlke
1939La lutte héroïque ( Robert Koch, der bekämpfer des todes / Robert Koch ) de Hans Steinhoff avec Werner Krauss
La peau chagrin ( die unheimlichen wünsche ) de Heinz Hilpert avec Hans Holt
1940Grandison, le félon ( der fuchs von Glenarvon / der wolf von Glenarvon ) de Max W. Kimmich avec Ferdinand Marian
Trenck, der Pandur – de Herbert Selpin avec Hans Albers
1941Le président Kruger ( Ohm Krüger ) de Hans Steinhoff avec Gisela Ulrich
La vie ardente de Rembrandt ( Ewiger Rembrandt / Rembrandt ) de Hans Steinhoff avec Ewald Balser
1942Le grand roi ( der große könig ) de Veit Harlan avec Paul Wegener
Entre ciel et terre ( zwischen himmel und erde ) de Harald Braun avec Gisela Uhlen
Histoires d’amour ( liebesgeschichten ) de Victor Tourjansky avec Willy Fritsch
1943Lumière dans la nuit ( romanze in moll ) de Helmut Käutner avec Marianne Hoppe
Jeune fille sans famille ( altes herz wird wieder jung ) de Erich Engel avec Maria Landrock
Die beiden schwestern – de Erich Waschneck avec Erich Ponto
La famille Buchholz ( familie Buchholz ) de Carl Froelich avec Henny Porten
Neigungsehe – de Carl Froelich avec Grethe Weiser
1944Seinerzeit zu meiner zeit – de Boleslaw Barlog avec Paul Klinger
Philharmoniker – de Paul Verhoeven avec Theodor Loos
Meine herren söhne – de Robert A. Stemmle avec Claude Farell
Der mann, dem man den namen stahl – de Wolfgang Staudte avec Axel von Ambesser
1945Ein toller tag – de O.F. Schuh avec Paul Hartmann
Shiva und die galgenblume – de Hans Steinhoff avec O.W. Fischer
1948Un grand amour ( ein große liebe ) de Hans Bertram avec Gustav Waldau
1949Madonna in ketten – de Gerhardt Lamprecht avec Karin Hardt
1950Roi pour une nuit ( könig für eine nacht ) de Paul May avec Annelies Reinhold
Pikanterie ( eine seltene geliebte ) de Alfred Braun avec Curd Jürgens
1952Toxi – de Robert A. Stemmle avec Paul Bilt
Der tag vor der hochzeit / Große schwächen : Kleine sünden – de Rolf Thiele avec Paul Dahlke
1953Hokuspokus – de Kurt Hoffmann avec Hans Nielsen
Nuit sans morale ( die nacht ohne moral / die nacht mit der witwe ) de Ferdinand Dörfler avec Beppo Brem
Hochzeitsglocken – de Georg Wildhagen avec Marianne Hold
Das ideale brautpaar – de Robert A. Stemmle avec Hans Reiser
1954Espion Wronski ( rittmeister Wronski ) de Ulrrich Erfurth avec Volker von Collande
La mouche espagnole ( die spanische fliege ) de Carl Boese avec Elena Luber
1955Le fils sans racines ( sohne ohne heimat ) de Hans Deppe avec Werner Krauss
Pour l’amour d’une reine ( herrscher öhne kröne ) de Harald Braun avec Odile Versois
1957L’ange des pauvres / Un petit coin de paradis ( Robinson soll nicht sterben ) de Josef von Báky avec Romy Schneider
1958Nous les enfants prodiges / Nous les prodiges ( wir wunderkinder ) de Kurt Hoffmann avec Robert Graf
Mademoiselle Scampolo ( Scampolo ) de Alfred Weidenmann avec Paul Hubschmid
Résurrection ( aufertehung / resurrezione ) de Rolf Hansen avec Horst Buchholz
Epouse-moi chéri / Une gamine précoce ( Stefanie ) de Josef von Báky avec Carlos Thompson
1959À bout de nerfs / Labyrinthe ( labyrinth / labyrinth der leidenschaften / neurose ) de Rolf Thiele avec Peter van Eyck
1960La main maudite / Scotland Yard contre le masque ( die bande des schreckens ) de Harald Reinl avec Joachim Fuchsberger
Faust – de Peter Gorski avec Friedrich G. Beckhaus
Die brücke des Schicksals – de Michael Kehlmann avec Hannes Messemer
Agatha, laß das morden sein ! – de Dietrich Haugk avec Klausjürgen Wussow
La profession de madame Warren ( frau Warrens gewerbe ) de Ákos Ráthonyi avec O.E. Hasse
1961Trahison sur commande ( the counterfeit traitor ) de George Seaton avec William Holden
Agence matrimoniale Aurora ( eheinstitut Aurora /matrimonial agency Aurora ) de Wolfgang Schleif avec Eva Bartok
1962Médecin pour femmes ( Dr. Sibelius / frauenartz Dr. Sibelius ) de Rudolf Jugert avec Lex Barker
Le requin harponne Scotland Yard ( das gasthaus an der themse ) de Alfred Vohrer avec Klaus Kinski
Tête à tête sur l’oreiller / Bataille de polochons / L’aspirant soupirant ( das schwarz-weiß- rote himmelbett ) de Rolf Thiele avec Thomas Fritsch
1963Ferien vom ich – de Hans Grimm avec Geneviève Cluny
Das indische tuch – de Alfred Vohrer avec Corny Collins
Le grand jeu de l’amour ( das große liebesspiel ) de Alfred Weidenmann avec Paul Hubschmid
    Prix d’Or du cinéma d’interprétation féminine aux prix du cinéma germanique, Allemagne

La môme aux dollars ( dog eat dog / la morte vestita di dollari / einer frißt den anderen / when strangers meet ) de Ray Nazzaro & Albert Zugsmith avec Cameron Mitchell
1964Le fantôme de Soho ( das phantom von Soho ) de Franz Josef Gottlieb avec Dieter Borsche
Lausbubengeschichten / Ludwig Thomas Lausbubengeschichten – de Helmut Käutner avec Käthe Braun
Les D.M. killers ( D.M. killer ) de Rolf Thiele avec Curd Jürgens
1965Un milliard dans un billard ( diamantenbilliard ) de Nicolas Gessner avec Claude Rich
Tante Frieda – Neue Lausbubengeschichten – de Werner Jacobs avec Michael Hinz
1966Onkel Filser – Allerneuste Lausbubengeschichten – de Werner Jacobs avec Michl Lang
1967Der lügner und die nonne – de Rolf Thiele avec Robert Hoffmann
Wenn Ludwig ins manöver zieht – de Werner Jacobs avec Chantal Goya
1969Ludwig auf freiersfüßen – de Franz Seitz avec Hans Kraus
Dr. med. Fabian – Lachen ist die beste medizin – de Harald Reinl avec Hans-Joachim Kulenkampff
1971Käpt’n rauhbein aus St. Pauli – de Rolf Olsen avec Heinz Reincke
1973Als mutter streikte – de Eberhardt Schröder avec Peter Hall
1974Undine 74 – de Rolf Thiele avec Herbert Fux
1975Mitgift – de Michael Verhoeven avec Ron Ely
1976Nuit d’or – de Serge Moati avec Charles Vanel
Fiche créée le 29 mai 2005 | Modifiée le 11 juin 2017 | Cette fiche a été vue 6741 fois
PREVIOUSVictor Fleming || Elisabeth Flickenschildt || Hugo FlinkNEXT