CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Herbert Mundin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Ethel Waters



Date et Lieu de naissance : 31 octobre 1896 (Chester, Pennsylvanie, USA)
Date et Lieu de décès : 1er septembre 1977 (Chatsworth, Californie USA)
Nom Réel : Ethel Waters

ACTRICE
Image
1942 Six destins (tales of Manhattan) de Julien Duvivier avec Paul Robeson, Charles Laughton & Rita Hayworth
Image
1943 Un petit coin aux cieux (cabin in the sky) de Vincente Minnelli avec Louis Armstrong & Lena Horne
Image
1949 L’héritage de la chair (Pinky) de Elia Kazan avec Jeanne Crain & Ethel Barrymore
Image
1959 Le bruit et la fureur (the sound and the fury) de Martin Ritt avec Yul Brynner & Joanne Woodward

Qui n’a pas entendu Ethel Waters chanter «Stormy weather», l’immortelle chanson d’Harold Arlen et Ted Koehler, est passé à côté d’une émotion intense. Cette femme a tous les dons: sens infaillible du tempo, registre large, voix chaude et bien timbrée. Née le 31 octobre 1896 à Chester, en Pennsylvanie, Ethel Waters a une enfance misérable, allant des taudis d’une ville aux bidonvilles d’une autre. Douée naturellement pour le chant et la danse, même si elle n’apprit jamais à lire la musique, et dotée d’un joli «coup de rein» («hip shimmy shake»), elle débute à Baltimore et participe aux tournées d’un spectacle particulier qui, en ces temps de ségrégation, était réservé aux seuls noirs. Puis elle devient membre d’un cirque itinérant, avant de se faire engager dans un club d’Atlanta, où chante déjà Bessie Smith. Pour ne pas lui faire trop d’ombre, elle évite le blues et chante des ballades populaires. Mais sa version raffinée de «St Louis blues», un standard du blues, popularisé par Louis Armstrong, la met au premier plan. Au début des années 20, celle qu’on surnomme «Sweet Mama Stringbean», en raison de sa haute stature et de sa taille fine, se produit dans les boîtes d’Harlem puis, plus tard, au fameux «Cotton Club».

Ethel waters est aussi une des premières artistes noires à enregistrer des disques, d’abord avec Cardinal Records, puis Black Swan, rachetée plus tard par Paramount. À Broadway, aussi on peut l’applaudir dans des musicals «noirs» comme «Africana» (1927), sur une musique de Donald Heyward, «Rhapsody in black» (1931) de Lew Leslie ou encore le célèbre «Cabin in the sky» (1940), mis en scène par George Balanchine, qu’elle reprendra au cinéma. Dans «As thousand cheer» (1933), de Irving Berlin, elle est la première artiste noire à participer à un spectacle joué par des blancs.

Au cinéma, où Ethel Waters débute en 1929, elle interprète la mère du jeune Sammy Davis Jr. qui, dans «Rufus Jones for President» (1933), devient Président des Etats-Unis; elle y chante le fameux standard «Am I blue?», fredonnée de sa voix rauque par Lauren Bacall dans «Le port de l’angoisse» (1944). Dans «Cairo» (1942) de W.S. Van Dyke, elle incarne la domestique de Jeanette MacDonald, que Robert Taylor soupçonne d’être une espionne. En duo avec sa maîtresse, elle chante «Il bacio» et l’air «Chi mi frena», extrait de «Lucia di Lammermoor», de Donizetti. Et puis, c’est l’apogée de sa carrière, avec le film de Vincente Minnelli, «Un petit coin aux cieux» (1943), joué par des acteurs noirs aussi prestigieux que Eddie Rochester Anderson, Lena Horne, Louis Armstrong ou Duke Ellington Elle y incarne Petunia Jackson, femme d’un joueur invétéré et tué dans une rixe, mais ramené à la vie pour faire le bonheur des siens. Ethel Waters y entonne des airs célèbres: outre la chanson qui a donné son titre au film, il y a «Li’l black sheep», , «Happiness is a thing called Joe» ou encore «Taking a chance on love».

«L’héritage de la chai » (1949) de Elia Kazan, où elle incarne la grand-mère de Jeanne Crain, lui vaut une nomination aux oscars. Puis, au début des années 50, Ethel Waters se tourne vers la télévision, tournant en vedette la série «Beulah» (1950/51) ou un épisode de «Route 66» (1961). À la même époque, devenue une croyante fervente, elle chante des «negro spirituals» pour le célèbre évangéliste Billy Graham, qu’elle accompagne dans ses tournées. Ethel Waters meurt d’une maladie cardiaque le 1er septembre 1977 à Chatsworth, en Californie.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1929Le spectacle continue / La revue en folie ( on with the show ) de Alan Crosland avec Joe E. Brown
    + chansons
1933 CM Rufus Jones for president – de Roy Mack avec Sammy Davis Jr.
    + chansons
1934Gift of gab – de Karl Freund avec Edmund Lowe
    + chansons
CM Bubbling over – de Leigh Jason avec Hamtree Harrington
    + chansons
1939 CM Let my people live – de Edgar G. Ulmer avec Rex Ingram
1942Six destins / Histoires de Manhattan ( tales of Manhattan ) de Julien Duvivier avec Rita Hayworth
Cairo – de W.S. Van Dyke avec Robert Young
    + chansons
1943Un petit coin aux cieux ( cabin in the sky ) de Vincente Minnelli avec Louis Armstrong
    + chansons
Le cabaret des étoiles ( stage door canteen ) de Frank Borzage avec Jean Hersholt
    + chansons
1947Nouvelle Orléans ( New Orleans ) de Arthur Lubin avec Louis Armstrong
    Seulement chansons
1949L’héritage de la chair / Pinky, la négresse blanche ( Pinky ) de Elia Kazan avec Jeanne Crain
1952L’invitée à la noce ( the member of the wedding ) de Fred Zinnemann avec Brandon De Wilde
    + chansons
1957Carib gold – de Harold Young avec Cicely Tyson
    + chansons
1958Cœur rebel ( the heart is a rebel ) de Dick Ross avec John Milford
1959Le bruit et la fureur ( the sound and the fury ) de Martin Ritt avec Yul Brynner
1975Hollywood, Hollywood ( that’s entertainment, part II ) de Gene Kelly avec Fred Astaire
    Seulement chansons
Fiche créée le 12 juin 2010 | Modifiée le 8 février 2016 | Cette fiche a été vue 2736 fois
PREVIOUSRémi Waterhouse || Ethel Waters || Alberta WatsonNEXT