CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Roland Toutain
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Fernand Sardou



Date et Lieu de naissance : 18 septembre 1910 (Avignon, France)
Date et Lieu de décès : 31 janvier 1976 (Toulon, France)
Nom Réel : Fernand Emile Sardou

ACTEUR

Fernand Sardou naît le 18 septembre 1910 en gare d’Avignon alors que ses parents se rendaient en train à Toulon. Le père, Valentin Sardou, est chanteur humoriste. Il se produit dans une salle de café concert ouverte par un cousin éloigné, le Toulonnais Félix Mayol, et où Raimu y fait ses débuts parisiens. La maman dite Sardounette, danseuse et partenaire de Valentin, est originaire d’Avignon. Le petit Fernand est élevé à Toulon par sa grand-mère paternelle. À la fin des années vingt, il rejoint ses parents à Taza, au Maroc alors sous protectorat française, où ils tiennent un petit cabaret qui fait bientôt faillite. Après son service militaire, Fernand Sardou part en tournée au Brésil avec la troupe d’Andrée Turcy, une Toulonnaise, célèbre artiste de café concert. Fernand perd ses parents au milieu des années trente et regagne la métropole. Installé à Paris il court les cachets. En 1938 il apparaît dans un premier film à l’accent du midi, « Le moulin du soleil » (1938) de Marc Didier, avec Orane Demazis et Jean Aquistapace. Puis c’est «Bifur trois» (1939) de Maurice Cam, avec Raymond Aimos. Dans ce film, sorti seulement en 1944, de nombreux Marseillais sont de la distribution dont Milly Mathis que Fernand Sardou retrouve dans «Grand-père» (1939) de Robert Péguy, avec Pierre Larquey dans le rôle-titre. Après l’armistice de 1940, notre comédien est en zone dite libre où il joue le pêcheur toulonnais Auguste dans «Les cadets de l’Océan» de Jean Dréville avec Blanchette Brunoy mais aussi Jean Pâqui, Marcel Mouloudji, Robert Rollis, Daniel Gélin.

En 1945 Fernand Sardou épouse Jacqueline Labbé, dite Jackie Rollin, une jeune danseuse de music-hall de neuf ans sa cadette, elle aussi enfant de la balle. Deux ans plus tard naît le seul et unique enfant du couple, Michel Sardou, le futur chanteur. Dans la même décennie, Fernand Sardou connaît enfin le succès en interprétant «Aujourd’hui peut-être ou alors demain» (1946) de Marcel Sicard et Paul Durant, une chanson qui le classe définitivement dans la catégorie du bon-vivant méridional adepte du pastis et du jeu de boule. Il participe alors à de nombreux spectacles et opérettes notamment «Méditerranée» (1955) avec Tino Rossi. En 1960 il décide d’ouvrir, avec sa femme, un cabaret à Paris. L’aventure se termine cinq ans plus tard en ayant permis à Michel Sardou d’y travailler comme serveur et d’y interpréter ses premières chansons.

Fernand Sardou c’est aussi l’acteur méridional incontournable du cinéma français avec une soixantaine de films. Souvent dirigé par des méridionaux comme Maurice de Canonge, Marcel Pagnol, Carlo Rim et Henri Verneuil, les réalisateurs «du nord» ne l’oublient pas même si, souvent, c’est pour lui donner des rôles de truands marseillais! Les téléspectateurs peuvent aussi le retrouver à partir des années soixante dans des feuilletons comme «Comment ne pas épouser un milliardaire» (1966) avec Jean-Claude Pascal. En 1974, l’année de la naissance de son premier petit-fils Romain Sardou, futur écrivain, il est du feuilleton, «un curé de choc» avec Blanchette Brunoy, puis il interprète le principal rôle d’«Adieu Amédée» (1975) aux côtés de son épouse et de Rellys. Mais le 31 janvier 1976, Fernand Sardou décède d’une crise cardiaque dans les coulisses du théâtre municipal de Toulon où il répétait une opérette, et où avait débuté dans le métier son grand-père Baptistin Sardou, un ancien charpentier de marine, devenu décorateur puis mime.

© Caroline HANOTTE

copyright
1938Le moulin dans le soleil – de Marc Didier avec Orane Demazis
1939Bifur trois – de Maurice Cam avec Milly Mathis
Grand-père – de Robert Péguy avec Josseline Gaël
1942Les cadets de l’océan – de Jean Dréville avec Blanchette Brunoy
1946Miroir – de Raymond Lamy avec Jean Gabin
Le voleur se portent bien – de Jean Loubignac avec André Alerme
    + dialogues & scénario
1948Si ça peut vous faire plaisir / L’aventure de Gonfaron – de Jacques Daniel-Norman avec Mona Dol
1950Cœur-sur-mer – de Jacques Daniel-Norman avec André Claveau
Porte d’Orient – de Jacques Daroy avec Tilda Thamar
Meurtres – de Richard Pottier avec Jeanne Moreau
Dakota 308 – de Jacques Daniel-Norman avec Suzy Carrier
1951Jamais deux sans trois – de André Berthomieu avec Roger Nicolas
Le garçon sauvage – de Jean Delannoy avec Madeleine Robinson
Ma femme, ma vache et moi – de Jean Devaivre avec Irène Corday
La table aux crevés – de Henri Verneuil avec Henri Vilbert
Au pays du soleil – de Maurice de Canonge avec Jacqueline Pierreux
1952Manon des sources – de Marcel Pagnol avec Raymond Pellegrin
Le fruit défendu – de Henri Verneuil avec Françoise Arnoul
L’appel du destin – de Georges Lacombe avec Jean Marais
Le boulanger de Valorgue – de Henri Verneuil avec Madeleine Sylvain
1953Quand tu liras cette lettre – de Jean-Pierre Melville avec Juliette Gréco
Virgile – de Carlo Rim avec Saturnin Fabre
La route Napoléon – de Jean Delannoy avec Pierre Fresnay
1954Escalier de service – de Carlo Rim avec Jean Richard
Les lettres de mon moulin – de Marcel Pagnol avec Roger Crouzet
    Segment « L’élixir du père Gaucher »
Sur le banc – de Robert Vernay avec Raymond Souplex
Du rififi chez les hommes – de Jules Dassin avec Jean Servais
1955Mémoires d’un flic – de Pierre Foucaud avec Suzy Prim
M’sieur la Caille – de André Pergament avec Jeanne Moreau
Quatre jours à Paris – de André Berthomieu avec Geneviève Kervine
Le printemps, l’automne et l’amour – de Gilles Grangier avec Fernandel
Marguerite de la nuit – de Claude Autant-Lara avec Michèle Morgan
1956L’irrésistible Catherine – de André Pergament avec Michel Auclair
La fille Elisa / Elisa – de Roger Richebé avec Dany Carrel
À la Jamaïque – de André Berthomieu avec Darry Cowl
Que les hommes sont bêtes – de Roger Richebé avec François Périer
L’amour descend du ciel – de Maurice Cam avec Darry Cowl
La terreur de ces dames / Ce cochon de Morin – de Jean Boyer avec Noël Roquevert
1957Les espions – de Henri-Georges Clouzot avec Martita Hunt
Filous et compagnie – de Tony Saytor avec Roland Lesaffre
Echec au porteur – de Gilles Grangier avec Paul Meurisse
Brigades des mœurs – de Maurice Boutel avec Dalida
Une parisienne – de Michel Boisrond avec Brigitte Bardot
1958La moucharde – de Guy Lefranc avec Dany Carrel
Suivez-moi jeune homme – de Guy Lefranc avec Daniel Gélin
Un drôle de dimanche – de Marc Allégret avec Jean Carmet
Fripouillard et compagnie ( i tartassati ) de Steno avec Totò
DO Pastorale d’hiver – de Edouard Logereau
1959Bouche cousue – de Jean Boyer avec Darry Cowl
Le train de huit heures quarante-sept – de Jacques Pinoteau avec Jean Richard
Business – de Maurice Bartel avec Pauline Carton
Le déjeuner sur l’herbe – de Jean Renoir avec Paul Meurisse
1961Cadavres en vacances / Pas si folles les guêpes – de Jacqueline Audry avec Jeanne Fusier-Gir
Les grands chemins – de Christian Marquand avec Robert Hossein
1962Le livre de San Michele ( Axel Munthe der arzt von San Michele ) de Giorgio Capitani & Rudolf Jugert avec Valentina Cortese
CM Vol dans les plumes – de Claude Vernick avec Jean-Marie Proslier
1963La bande à Bobo – de Tony Saytor avec Gaby Morlay
D’où vient-tu Johnny ? – de Noël Howard avec Johnny Hallyday
Dis-moi qui tuer ? – de Etienne Périer avec Michèle Morgan
Les durs à cuire / Comment supprimer son prochain sans perdre l’appétit – de Jacques Pinoteau avec Roger Pierre
1964La bonne occase – de Michel Drach avec Francis Blanche
Le gendarme de Saint-Tropez – de Jean Girault avec Louis De Funès
1965L’or du duc – de Jacques Baratier avec Claude Rich
L’auberge de la Seigneurie – de Georges Mathiot
1969L’ardoise – de Claude Bernard-Aubert avec Salvatore Adamo
Le petit théâtre de Jean Renoir – de Jean Renoir avec Françoise Arnoul
    Segment « Le roi d’Yvetot »
1970Le soldat Laforêt – de Guy Cavagnac avec Catherine Rouvel
Sur un arbre perché – de Serge Korber avec Geraldine Chaplin
1972Na ! – de Jacques Martin avec Henri Crémieux
Trop jolies pour être honnêtes / Quatre souris pour un hold-up – de Richard Balducci avec Jane Birkin
1973Dédé la tendresse – de Jean-Louis van Belle avec Paul Frankeur
1975Les grands moyens – de Hubert Cornfield avec Hélène Dieudonné
CM Jésus est né en Provence – de Marc Mopty avec Christian Barbier
Fiche créée le 28 avril 2008 | Modifiée le 12 janvier 2010 | Cette fiche a été vue 5735 fois
PREVIOUSMartine Sarcey || Fernand Sardou || Jackie SardouNEXT