CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Colleen Moore
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Françoise Giret



Date et Lieu de naissance : 4 juillet 1929 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 12 août 2003 (Paris, France)
Nom Réel : Denise Alice Giret

ACTRICE
Image
1960 Les lâches vivent d’espoir – de Claude Bernard-Aubert avec Gordon Heath, Aram Stephan & Claude Berri
Image
1964 Les barbouzes – de Georges Lautner avec Lino Ventura, Bernard Blier & Francis Blanche
Image
1970 Les assassins de l’ordre – de Marcel Carné avec Jacques Brel, Catherine Rouvel & Roland Lesaffre
Image
1975 Change pas de main – de Paul Vecchiali avec Myriam Mézières, Hélène Surgère & Howard Vernon

Bien que née le 4 juillet 1929 à Paris, Françoise Giret passe son enfance et son adolescence à Bruxelles où son père dirige une société de transports. Attirée par le théâtre, elle suit des cours et débute sur les scènes de la capitale belge avant d’intégrer les «Tréteaux de France» de Jean Danet dès 1957.

Au cinéma, Françoise Giret débute dans «Les lâches vivent d’espoir» (1960) de Claude Bernard-Aubert dont elle partage l’affiche avec Gordon Heath. Mais cette comédie dramatique où deux étudiants, l’un noir et l’autre blanche, confrontés aux préjugés racistes passe totalement inaperçue. Elle retrouve le réalisateur dans le film policier «À fleur de peau» (1961) dont la sortie demeure également discrète. Néanmoins, ces prestations lui permettent d’être remarquée, ce qui lui vaut d’obtenir le rôle furtif de la victime étranglée par Bernard Blier dans «Le septième juré» (1961) de Georges Lautner. Elle enchaîne avec le sketch «Ella» de Jacques Poitrenaud dans «Les parisiennes» (1961) avec Dany Saval et la maîtresse de Frédéric de Pasquale dans «La belle vie» (1962) de Robert Enrico. Mais peu à peu, elle est délaissée par le cinéma qui la sollicite épisodiquement pour des seconds rôles dans «Les barbouzes» (1964) de Georges Lautner, «Le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques» (1970) de Michel Audiard ou «Les assassins de l’ordre» (1970) de Marcel Carné. En 1974, elle a un second rôle plus conséquent dans «Les noces de porcelaine» (1974) de Roger Coggio. Dès lors, elle se trouve cantonnée dans des prestations mineures dans «La traque» (1975) de Michel Leroy ou «L’argent des autres» (1977) de Christian de Challonge.

Dès son retour en France, Françoise Giret arpente régulièrement les planches des théâtres parisiens. Elle est dirigée par Georges Vitaly dans «Monsieur chasse!» (1961) de Feydeau, avec Maurice Garrel, ou par André Barsacq dans «Le duel» (1967) de Tchékov avec Pierre Vaneck. Elle participe à la reprise de la pièce «Des souris et des hommes» (1962) de John Steinbeck avec Marc Cassot qui en assure la mise en scène. En 1968, elle crée la comédie musicale «My Fair Lady» inspirée de la pièce «Pygmalion» de George-Bernard Shaw à Bruxelles. À partir des années soixante-dix, elle joue essentiellement sur les scènes du théâtre subventionné devenant l’interprète fétiche de Philippe Adrien ou Bruno Besson. Elle est également sollicitée par Roger Planchon au Théâtre National Populaire de Villeurbanne, Jean-Michel Ribes au Festival d’Avignon ou Daniel Benoin à la Comédie de Saint-Etienne.

Pour la télévision, Françoise Giret apparaît dans plusieurs épisodes des séries «L’inspecteur Leclerc enquête» (1962), avec Philippe Nicaud dans le rôle-titre, et «Les cinq dernières minutes» (1967) avec Raymond Souplex. Elle est la partenaire de Danièle Lebrun, Jean-Pierre Cassel et Claude Brasseur dans une adaptation de la pièce «Le jeu de l’amour et du hasard» de Marivaux mise en scène par Marcel Bluwal. Elle intègre la distribution du feuilleton «Lagardère» d’après «Le bossu» de Paul Féval avec Jean Piat et participe à des pièces diffusées dans le cadre de l’émission «Au théâtre ce soir» de Pierre Sabbagh. Pour son dernier rôle, elle est dirigée dans le téléfilm «L’orange de Noël» (1996) de Jean-Louis Lorenzi avec Sophie Aubry. Divorcée du comédien belge Pierre Michaël, père de son fils unique François, Françoise Giret décède seule dans son appartement du 18ème arrondissement près de Pigalle, le 12 août 2003, avant d’être inhumée au Cimetière d’Arcueil dans le Val-de-Marne.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1960Les lâches vivent d’espoir – de Claude Bernard-Aubert avec Gordon Heath
1961Les parisiennes – de Marc Allégret, Claude Barma, Michel Boisrond & Jacques Poitrenaud avec Darry Cowl
    Segment « Ella » de Jacques Poitrenaud
À fleur de peau – de Claude Bernard-Aubert avec Paul Crauchet
Le septième juré – de Georges Lautner avec Bernard Blier
1962La belle vie – de Robert Enrico avec Frédéric de Pasquale
Le chevalier de Pardaillan – de Bernard Borderie avec Kirk Morris
1963Hardi, Pardaillan ! – de Bernard Borderie avec Gérard Barray
CM Un dimanche de mai – de Claude Goretta avec Serge Maillard
1964Les barbouzes – de Georges Lautner avec Lino Ventura
1968 DO Cités oubliées – de Jean-Jacques Flori & Françoise Levie
    Seulement voix & narration
1970Le cri du cormoran, le soir au-dessus des jonques – de Michel Audiard avec Paul Meurisse
Les assassins de l’ordre – de Marcel Carné avec Jacques Brel
1971 CM Le cœur renversé – de Maurice Frydland avec Pierre Santini
1972Les caïds – de Robert Enrico avec Serge Reggiani
1974Les noces de porcelaine – de Roger Coggio avec Paul Guers
La traque – de Serge Leroy avec Jean-Pierre Marielle
1975Change pas de main – de Paul Vecchiali avec Howard Vernon
1976 DO Sartre par lui-même – de Alexandre Astruc, Michel Contat & Guy Seligmann avec Jean-Paul Sartre
    Seulement voix & narration
1977L’argent des autres – de Christian de Chalonge avec Jean-Louis Trintignant
1999 DO Le défilé des toiles – de Gilles Brenta & Claude François
    Seulement commentaires
Fiche créée le 22 février 2012 | Modifiée le 4 février 2016 | Cette fiche a été vue 3422 fois
PREVIOUSJean Girault || Françoise Giret || Francis GirodNEXT