CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Kon Ichikawa
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Franck Villard



Date et Lieu de naissance : 24 mars 1917 (Saint-Jean-d’Angély, France)
Date et Lieu de décès : 19 septembre 1980 (Genève, Suisse)
Nom Réel : François Etienne Drouineau

ACTEUR
Image
1944 La boîte aux rêves – de Yves Allégret avec Viviane Romance, Marguerite Pierry & Robert Pizani
Image
1950 Les amants de Bras-Mort – de Marcello Pagliero avec Nicole Courcel, Henri Genès & Philippe Nicaud
Image
1955 Les indiscrètes – de Raoul André avec Nicole Berger, Louise Carletti, Dany Carrel & Raymond Cordy
Image
1961 Bandes de lâches (una branco di vigliacchi) de Fabrizio Taglioni avec Pascale Petit & Roger Moore

Franck (ou Frank) Villard, de son vrai nom François Etienne Drouineau, naît le 24 mars 1917 à Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Inférieure (Maritime depuis 1941). Après avoir terminé ses études, il suit une formation de peintre et de décorateur. Enrôlé durant la Seconde Guerre Mondiale, il réussit à se faire rapatrier en simulant des troubles épileptiques. Fin 1940, il se retrouve à Nice, sur le plateau du film «Cartacalha» de Léon Mathot, où il officie en tant qu’assistant-décorateur. Viviane Romance remarque le beau jeune homme et parvient à lui faire décrocher un petit rôle dans ce même film. Il a à nouveau Viviane Romance comme partenaire dans «Feu sacré» (1942). Les rôles ne tardent pas à se faire plus conséquents, des réalisateurs comme Yves Allégret et Jean Stelli le dirigent. Il est excellent face à Danièle Delorme dans «Gigi» (1948) ou dans «Manèges» (1949), où il interprète l’amant de Simone Signoret.

Rapidement, Franck Villard devient l’un des jeunes premiers les plus côtés du cinéma français. Sa haute taille, sa fine moustache et son physique de beau mâle viril lui font endosser des rôles de séducteurs et de bellâtres, ce dont il s’acquitte fort consciencieusement. Il partage l’affiche avec des actrices comptant parmi les plus reconnues de l’écran français: Arletty, Gaby Morlay ou encore Edwige Feuillère. Il est un militaire autrichien de la Seconde Guerre Mondiale dans «Fusillé à l’aube» (1950) de André Haguet, puis un romancier dans «La maison du silence» (1952) de Georg Wilhelm Pabst. De même, dans «Le garçon sauvage» (1951) de Jean Delannoy, il interprète un petit maquereau louche et veule, aux côtés de Dora Doll et Madeleine Robinson, puis en journaliste dans «Huis clos» (1954) de Jacqueline Audry, d’après Jean-Paul Sartre. Son profil ténébreux lui fait également camper les mauvais garçons dans des drames policiers. Sa notoriété, alors au sommet, dépasse les frontières hexagonales, et il tourne quelques films en Italie et en Espagne, sous la direction de Riccardo Freda, Fernando Cerchio et Luis César Amadori. Parallèlement au cinéma, Franck Villard mène une activité théâtrale, notamment avec «La rose mauve de Valentine» de Françoise Sagan, mis en scène de Yves Robert.

Néanmoins, la filmographie de Franck Villard, bien qu’honorable, se révèle chiche en chefs-d’œuvre impérissables et l’acteur figure dans beaucoup de films mineurs. S’il ne confirme pas tout à fait les espoirs mis en lui au départ, faute peut-être de grands metteurs en scène, il apparaît néanmoins dans des œuvres d’honnête facture. Ainsi, on le voit en faux-monnayeur minable dans «Le cave se rebiffe» (1961) et en gérant de boîte de nuit dans «Le gentleman d’Epsom» (1962), deux comédies signées Gilles Grangier et dialoguées par Michel Audiard, avec Jean Gabin en vedette. Après quelques rôles secondaires chez Gérard Oury et Gene Kelly, sa carrière s’interrompt brutalement à la fin des années soixante.

Après une longue pause, il apparaît brièvement dans la version intégrale d’«Apocalypse Now» (1979), baptisée «Apocalypse Now Redux», chef-d’œuvre démesuré et tourmenté de Francis Ford Coppola, avec Martin Sheen et Marlon Brando. Reconverti dans la télévision, il incarne le maréchal de Mac-Mahon dans «A une voix près… ou La naissance de la IIIème République» réalisé par Alexandre Astruc. Franck Villard succombe à une crise cardiaque le 19 septembre 1980, à Genève, alors qu’il y interprète, au théâtre, «Platonov» d’Anton Tchekhov.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1941Le dernier des six – de Georges Lacombe avec Michèle Alfa
1942Cartacalha / Cartacalha, reine des gitans – de Léon Mathot avec Maximilienne
Feu sacré – de Maurice Cloche avec Viviane Romance
1944La boîte aux rêves – de Yves Allégret avec Marguerite Pierry
Fausse identité – de André Chotin avec Raymond Bussières
1945Le mystérieux monsieur Sylvain – de Jean Stelli avec Simone Renant
Le mariage de Ramuntcho – de Max de Vaucorbeil avec Mona Dol
1946L’ennemi sans visage – de Maurice Cammage & Robert-Paul Dagan avec Louise Carletti
CM Vivre seul – de Max Joly avec Jacqueline Caurat
1947Le signal rouge – de Ernest Neubach avec Erich von Stroheim
Le cavalier de Croix-Mort / Une aventure de Vidocq – de Lucien Gasnier-Raymond avec Madeleine Robinson
1948Les souvenirs ne sont pas à vendre – de Robert Hennion avec Colette Darfeuil
Gigi – de Jacqueline Audry avec Gaby Morlay
1949Vient de paraître – de Jacques Houssin avec Blanchette Brunoy
Manèges – de Yves Allégret avec Simone Signoret
L’ingénue libertine / Minne / Minne, l’ingénue libertine – de Jacqueline Audry avec Danièle Delorme
1950Fusillé à l’aube – de André Haguet avec Renée Saint-Cyr
Les amants de Bras-Mort /Les requins du fleuve – de Marcello Pagliero avec Nicole Courcel
La belle image – de Claude Heymann avec Françoise Christophe
1951Avalanche – de Raymond Segard avec Gaby Sylvia
Le garçon sauvage – de Jean Delannoy avec Dora Doll
Le cap de l’espérance – de Raymond Bernard avec Edwige Feuillère
Jep le traboucaire – de Jean Faurez avec Claudine Dupuis
    Inachevé
1952Wanda, la pécheresse / Le prix du péché ( Wanda la peccatrice ) de Duilio Coletti avec Giulietta Masina
Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo De Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Viviane Romance
    Segment « La luxure » de Yves Allégret
La maison du silence ( la conciencia acusa / la voce del silenzio ) de Georg Wilhelm Pabst avec Jean Marais
1953Mandat d’amener – de Pierre Louis avec Micheline Francey
Le secret d’Hélène Marimon ( il segreto di Elena / il tradimento di Elena Marimon ) de Henri Calef avec Isa Miranda
Nuits andalouses ( noches andaluzas ) de Maurice Cloche & Ricardo Blasco avec Geneviève Page
1954Huis clos – de Jacqueline Audry avec Arletty
Boulevard du crime – de René Gaveau avec Maria Mauban
1955Les indiscrètes – de Raoul André avec Nicole Berger
La chasse aux maris / Jeunes filles d’aujourd’hui ( raggazze d’oggi ) de Luigi Zampa avec Françoise Rosay
Je plaide non coupable / Crime passionnel – de Edmond T. Gréville avec Betty Stockfeld
1956Alerte au deuxième bureau – de Jean Stelli avec Geneviève Kervine
Soupçons – de Pierre Billon avec Anne Vernon
Le château des amants maudits ( Beatrice Cenci ) de Riccardo Freda avec Micheline Presle
1957Deuxième bureau contre inconnu – de Jean Stelli avec Barbara Laage
Les mystères de Paris ( i misteri di Parigi ) de Fernando Cerchio avec Yvette Lebon
Sylviane de mes nuits – de Marcel Blistène avec Giselle Pascal
1958La Violetera ( la bella fioraia di Madrid ) de Luis César Amadori avec Sara Montiel
Rapt au deuxième bureau – de Jean Stelli avec Dalida
La main chaude – de Gérard Oury avec Macha Méril
1959Enigme aux Folies-Bergère – de Jean Mitry avec Bella Darvi
Détournement de mineurs – de Walter Kapps avec Nathalie Nattier
1960Deuxième bureau contre terroristes – de Jean Stelli avec Dominique Wilms
Le trésor des hommes bleus / Caravane pour Zagota ( el secreto de los hombres azules ) de Edmond Agabra avec Odile Versois
1961Une dame aux camélias / Cet amour défendu ( la bella Lola ) de Alfonzo Balcázar avec Sara Montiel
Le cave se rebiffe – de Gilles Grangier avec Martine Carol
Le crime ne paie pas – de Gérard Oury avec Danielle Darrieux
Gigot, le clochard de Belleville ( Gigot ) de Gene Kelly avec Jackie Gleason
Bandes de lâches ( una branco di vigliacchi ) de Fabrizio Taglioni avec Pascale Petit
1962Le gentleman d’Epsom / Les grands seigneurs – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
1963Le cave est piégé / La chasse à l’homme ( no tenas a la ley ) de Víctor Merenda avec Dany Carrel
Mata-Hari / Mata Hari agent H-21 – de Jean-Louis Richard avec Jeanne Moreau
1964Les bons vivants / Un grand seigneur – de Gilles Grangier & Georges Lautner avec Mireille Darc
    Segment « La fermeture » de Gilles Grangier
Quand passe les faisans / Quand passe les escrocs – de Edouard Molinaro avec Claire Maurier
1966Soleil noir – de Denys de La Patellière avec Michèle Mercier
1970Comptes à rebours – de Roger Pigaut avec Charles Vanel
1978Apocalypse now – de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando
Fiche créée le 1 décembre 2009 | Modifiée le 9 février 2016 | Cette fiche a été vue 7703 fois
PREVIOUSMarthe Villalonga || Franck Villard || Julio VillarrealNEXT