CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jocelyn Brando
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gérard Philipe



Date et Lieu de naissance : 4 décembre 1922 (Cannes, France)
Date et Lieu de décès : 25 novembre 1959 (Paris, France)
Nom Réel : Gérard Albert Philip

ACTEUR
Image
1951 Fanfan la Tulipe – de Christian-Jaque avec Gina Lollobrigida, Marcel Herrand & Noël Roquevert
Image
1953 Les orgueilleux – de Yves Allégret avec Michèle Morgan, Michèle Cordoue & Carlos López Moctezuma
Image
1954 Le rouge et le noir – de Claude Autant-Lara avec Danielle Darrieux, Antonella Lualdi & Jean Martinelli
Image
1959 La fièvre monte à El Pao (los ambiciosos) de Luis Buñuel avec Maria Félix, Jean Servais & Domingo Soler

Gérard Philipe naît Gérard Albert Philip, le 4 décembre 1922 à Cannes. Il fait ses débuts au théâtre en jouant à Nice, fin 1942, «Une grande fille toute simple» de André Roussin. Mais les Alliés ont débarqué en Afrique du Nord, les Allemands envahissent le Sud de la France et les Italiens occupent l’ancien comté de Nice. En 1943, l’apprenti comédien est figurant aux studios niçois de la Victorine pour «Les petites du quai aux fleurs» et «La boîte aux rêves». Ces deux films sortiront respectivement en 1944 et 1945. Toujours en 1943, Gérard joue à Paris, la pièce de Jean Giraudoux «Sodome et Gomorrhe». Fin 1944, le père du jeune comédien, Marcel Philip, membre actif du «Parti Populaire Français» antibolchévique et collaborationniste, notoirement compromis avec les occupants, est arrêté et encourt la peine de mort. Il réussit à s’enfuir et gagner l’Espagne.

Gérard Philipe triomphe sur scène en 1945 dans «Caligula» de Albert Camus. Côté cinéma, il devient une grande vedette, dès 1946, grâce à son interprétation du Prince Muichkine, dans «L’idiot», avec Edwige Feuillère. Les succès tant théâtraux que cinématographiques vont désormais se succéder. En 1947, il est le jeune amant de Micheline Presle dans «Le diable au corps» adapté du roman de Raymond Radiguet par Claude Autant-Lara. En 1948 il campe Fabrice del Dongo dans «La Chartreuse de Parme» avec Maria Casarès, d’après l’œuvre de Stendhal. Auteur qu’il retrouvera, en 1954, pour «Le rouge et le Noir» avec Danielle Darrieux. En 1949, il tourne dans le Cotentin «Une si jolie petite place» avec Madeleine Robinson. L’année suivante, c’est «La beauté du Diable» de René Clair, auprès de Michel Simon, et «La ronde» de Max Ophüls. En 1951, au festival d’Avignon créé par Jean Vilar, Gérard est extraordinaire dans «Le Cid» de Corneille, interprété avec la troupe du Théâtre National Populaire. Cette année est aussi celle de son mariage avec Nicole Fourcade, qui écrira des romans sous le nom de Anne Philippe. Ils auront deux enfants, Anne-Marie, future comédienne et Olivier. Mais Gérard est aussi un acteur engagé. Sympathisant communiste, il signe l’appel de Stockholm contre les armes nucléaires.

En 1951, l’acteur acquiert une notoriété internationale en devenant le héros bondissant d’un film de cape et d’épée «Fanfan La Tulipe» de Christian-Jaque avec Gina Lollobrigida et Noël Roquevert. Mais Gérard Philipe est surtout remarquable dans «Les orgueilleux» (1953), en Français déclassé qui se rachète, lors d’une épidémie au Mexique, en aidant Carlos López Moctezuma et en gagnant l’amour de Michèle Morgan. Amour qu’il va perdre dans «Les grandes manœuvres» (1955), chef d’œuvre de René Clair. En 1956, Gérard Philipe s’essaie à la mise en scène avec le cinéaste hollandais Joris Ivens et reconstitue les Flandres espagnoles pour «Les aventures de Till l’Espiègle».

En 1959, le comédien tourne sous la direction de Luis Buñuel: «La fièvre monte à El Pao», film avec Maria Félix, qui a pour cadre un pays imaginaire d’Amérique latine soumis à une dictature. Mais ce sera la dernière apparition à l’écran de celui qui est devenu en moins en quinze ans, grâce à des œuvres aussi belles que fascinantes, le héros romantique par excellence. Et ce, avant que n’arrivent la «Nouvelle Vague» et sa façon diamétralement opposée de concevoir le cinéma à la française. En effet, Gérard Philipe, souffrant d’un cancer, s’éteint à Paris le 25 novembre 1959, à l’âge de trente-six ans.

© Caroline HANOTTE

copyright
1943La boite aux rêves – de Yves Allégret avec Viviane Romance
Les petites du quai aux fleurs – de Marc Allégret avec Danièle Delorme
1946Le pays sans étoiles – de Georges Lacombe avec Jany Holt
L’idiot – de Georges Lampin avec Edwige Feuillère
Ouvert pour cause d’inventaire / Assieds-toi, veux-tu ? / Affaire classée – de Alain Resnais avec Danièle Delorme
    Film inédit & disparu
CM Schéma d’une indentification – de Alain Resnais avec François Chaumette
1947Le diable au corps – de Claude Autant-Lara avec Micheline Presle
CM Les drames du Bois de Boulogne – de Jean Loew avec Pierre Dudan
1948La chartreuse de Parme – de Christian-Jaque avec Maria Casarès
1949Une si jolie petite plage – de Yves Allégret avec Madeleine Robinson
Tous les chemins mènent à Rome – de Jean Boyer avec Marcelle Arnold
La beauté du diable – de René Clair avec Michel Simon
DO Visite à Picasso ( bezoek aan Picasso ) de Paul Haesaerts avec Pablo Picasso
    Seulement voix & narration
1950La ronde – de Max Ophüls avec Simone Signoret
1951Souvenirs perdus – de Christian-Jaque avec François Périer
Juliette ou la clé des songes – de Marcel Carné avec Suzanne Cloutier
Fanfan la Tulipe – de Christian-Jaque avec Gina Lollobrigida
CM Vedettes sans maquillage – de Jacques Guillon avec Michel Simon
    Seulement apparition
CM Avignon, bastion de Provence – de Jean Cuénet avec Jean Vilar
CM Saint-Louis ange de la paix – de Robert Darène
    Seulement voix & narration
1952Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo De Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Viviane Romance
Les belles de nuit – de René Clair avec Martine Carol
1953Les orgueilleux – de Yves Allégret avec Michèle Morgan
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Gaby Morlay
Les amants de la Villa Borghese ( Villa Borghese ) de Gianni Franciolini & Vittorio De Sica avec Micheline Presle
1954Monsieur Ripoix / Monsieur Ripoix et son némésis – de René Clément avec Valerie Hobson
    Etoile de Cristal du meilleur acteur aux prix de l’Académie du cinéma Français, France

    Prix Jussi du meilleur acteur étranger aux prix Jussi du cinéma finlandais, Finlande

Le rouge et le noir – de Claude Autant-Lara avec Danielle Darrieux
    Prix Jussi du meilleur acteur étranger aux prix Jussi du cinéma finlandais, Finlande
1955Les grandes manœuvres – de René Clair avec Brigitte Bardot
Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Jean Marais
La meilleure part – de Yves Allégret avec Jean Lefebvre
1956Les aventures de Till l’Espiègle – de Gérard Philipe & Joris Ivens avec Françoise Fabian
    + scénario
CM Le Théâtre National Populaire – de Georges Franju avec Jean Vilar
1957Montparnasse 19 / Les amants de Montparnasse – de Jacques Becker avec Lilli Palmer
Pot-Bouille – de Julien Duvivier avec Anouk Aimée
1958La vie à deux – de Clément Duhour avec Sophie Desmarets
Le joueur – de Claude Autant-Lara avec Liselotte Pulver
1959Les liaisons dangereuses / Les liaisons dangereuses 1960 – de Roger Vadim avec Jeanne Moreau
La fièvre monte à El Pao ( los ambiciosos ) de Luis Buñuel avec Maria Félix
Fiche créée le 8 mai 2006 | Modifiée le 23 août 2017 | Cette fiche a été vue 10061 fois
PREVIOUSMary Philbin || Gérard Philipe || Gunther PhilippNEXT