CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jicey Carina
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gaby André



Date et Lieu de naissance : 5 mars 1920 (Châlons-sur-Marne, France)
Date et Lieu de décès : 9 août 1972 (Rome, Italie)
Nom Réel : Gabrielle Louise Mathilde Andreu

ACTRICE
Image
1942 L’ange de la nuit – de André Berthomieu avec Jean-Louis Barrault, Michèle Alfa & Henri Vidal
Image
1950 Meurtre inachevé (highway 301) de Andrew L. Stone avec Steve Cochran & Virginia Grey
Image
1951 Le gantelet vert (the green glove) de Rudolph Maté avec Glenn Ford, Geraldine Brooks & Jany Holt
Image
1962 Le signe de Zorro (il segno di Zorro) de Mario Caiano avec Sean Flynn, Folco Lulli & Armando Calvo

Fille de François Andreu, électricien, et de son épouse Céline née Rouvière, Gaby André voit le jour le 5 mars 1920 sous le nom de Gabrielle Andreu à Châlons-sur-Marne, ville traversée par la Marne qui sera rebaptisée Châlons-en-Champagne en 1995. Devenue une très belle jeune fille, elle participe à des concours de beauté, en gagne quelques uns, suffisamment pour se faire remarquer par des gens du cinéma qui lui offre ses premières figurations dès 1936.

Sous le nom de Gaby Andreu, elle enchaîne les petits rôles, notamment sous la direction de Julien Duvivier, Georg Wilhelm Pabst, Marc Allégret ou Abel Gance. Parallèlement, elle perfectionne son jeu aux cours de théâtre dispensés par Solange Sicard. Dans «L’héritier des Mondésir» (1939) de Albert Valentin, elle apparaît au générique sous son vrai nom, elle y interprète Janine, la jolie postière, dont Fernandel est amoureux. Elle a tous les atouts pour devenir une vedette de premiers plan, mais est-ce par manque de chance, elle reste cantonnée dans l’interprétation de jeunes premières. Les rôles sans grand intérêt se succèdent jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. On la voit, entre-autres, rivalisant de beauté avec Viviane Romance dans «Cartacalha, reine des gitans» (1941) de Léon Mathot, donner la réplique à Tino Rossi dans «Le chant de l’exilé» (1942) ou à Noël-Noël dans «Adémaï bandit d’honneur». En 1945, pour René Le Hénaff, elle jour la Vierge Marie dans «Les gueux au paradis» où elle a comme partenaires Raimu et Fernandel. Pendant les sombres années de la guerre, on la dit très liée à l’écrivain-journaliste collaborationniste et antisémite Lucien Rebatet.

Après le conflit, l’actrice se fait oublier. Elle rencontre Eli Smith, un riche industriel américain et l’épouse en février 1947 avant de se voir proposer un contrat à Hollywood deux ans plus tard. Pour son premier rôle aux Etats-Unis, elle adopte le nom de Gaby André et partage l’affiche avec Deborah Kerr et Robert Walker dans «J’ai trois amours» (1949), une comédie romantique dirigée par Norman Taurog. L’année suivante, elle est distribuée dans le film policier «Meurtre inachevé» avec Steve Cochran et Virginia Grey, puis revient en France pour tourner dans un court-métrage de Orson Welles aux studios des Buttes-Chaumont. Toujours en 1950, elle retrouve Fernandel dans «Boniface somnambule» de Maurice Labro. En 1951, elle apparaît auprès de Glenn Ford et Geraldine brooks dans «Le gantelet vert» un thriller filmé à Monaco par Rudolph Maté. Son nouveau statut de starlette hollywoodienne lui permet d’être engagée à prix d’or dans des productions italiennes. Elle est alors la vedette avec Rossano Brazzi du mélodrame «L’injuste condamnation» (1952). Elle est ensuite la partenaire de Pierre Cressoy dans «Verdi» (1953), de Ettore Manni dans «L’hôtel du rendez-vous» (1954), de Mark Forrest et Broderick Crawford dans «La vengeance d’Hercule» (1959) ou de Sean Flynn dans «Le signe de Zorro» (1962).

De son mariage avec Eli Smith, Gaby André a eu une fille, la future comédienne Carole André née en mars 1953 à Paris. La mère et la fille se retrouveront d’ailleurs à l’affiche du film de Massimo Franciosa «Togli le gambe dal parabrezza» en 1968, une adaptation du roman de Giuseppe Berto «La ragazza va in Calabria». Atteinte d’un cancer depuis la fin des années soixante, Gaby meurt le 9 août 1972 à Rome en Italie où elle vivait depuis de nombreuses années.

© Pascal DONALD

copyright
1936Hélène – de Jean Benoît-Lévy & Marie Epstein avec Jean-Louis Barrault
L’homme du jour – de Julien Duvivier avec Maurice Chevalier
1937La plus belle fille du monde – de Dimitri Kirsanoff avec Georges Rollin
1938Entrée des artistes – de Marc Allégret avec Louis Jouvet
Le drame de Shanghai – de Georg Wilhelm Pabst avec Valéry Inkijinoff
J’étais une aventurière – de Raymond Bernard avec Jean Murat
Fort Dolores – de René Le Hénaff avec Philippe Hersent
La vierge folle – de Henri Diamant-Berger avec Victor Francen
1939L’esclave blanche – de Marc Sorkin avec John Lodge
La fin du jour – de Julien Duvivier avec Michel Simon
Paradis perdu – de Abel Gance avec Fernand Gravey
L’héritier des Mondésir – de Albert Valentin avec Fernandel
1940Parade en sept nuits – de Marc Allégret avec Jules Berry
Départ à zéro – de Maurice Cloche avec Maurice Baquet
1941L’étrange Suzy – de Pierre-Jean Ducis avec Albert Préjean
Cartacalha / Cartacalha, reine des gitans – de Léon Mathot avec Georges Flamant
La maison des sept jeunes filles – de Albert Valentin avec Jean Tissier
1942Le chant de l’exilé – de André Hugon avec Tino Rossi
L’ange de la nuit – de André Berthomieu avec Henri Vidal
1943Adémaï bandit d’honneur – de Gilles Grangier avec Noël-Noël
Un seul amour – de Pierre Blanchar avec Micheline Presle
1945120, rue de la Gare – de Jacques Daniel-Norman avec René Dary
Les gueux au paradis – de René Le Hénaff avec Raimu
Monsieur Grégoire s’évade – de Jacques Daniel-Norman avec Bernard Blier
Une femme coupée en morceaux – de Yvan Noé avec Claude Dauphin
1949J’ai trois amours ( please believe me ) de Norman Taurog avec Robert Walker
1950Meurtre inachevé / Le témoin de la dernière chance ( highway 301 / the big stickup ) de Andrew L. Stone avec Steve Cochran
Boniface somnambule – de Maurice Labro avec Andrex
CM Le miracle de Sainte Anne / La langouste qui ne pense à rien ( the miracle of St. Anne / the unthinking lobster) de Orson Welles avec Boris Vian
     Inachevé
1951Le gantelet vert ( the green glove / the gantelet / the white road ) de Rudolph Maté avec Glenn Ford
1952L’injuste condamnation ( ingiusta condanna / quelli che non muoiono ) de Giuseppe Masini avec Rossano Brazzi
1953Siamo ricchi e poveri – de Siro Marcellini avec Giacomo Rondinella
Prima di sera – de Piero Tellini avec Paolo Stoppa
Verdi / La vie passionnée de Verdi ( Giuseppe Verdi ) de Raffaello Matarazzo avec Pierre Cressoy
La campana di San Giusto – de Mario Amendola & Ruggero Maccari avec Andrea Checchi
1954L’hôtel du rendez-vous / Hôtel du rendez-vous ( tua per la vita ) de Sergio Grieco avec Gérard Landry
L’ange du péché ( l’angelo del peccato ) de Leonardo De Mitri & Vittorio Carpignano avec Roldano Lupi
1956Una voce una chitarra e un po’ di luna – de Giacomo Gentilomo avec Teddy Reno
Donatella – de Mario Monicelli avec Gabriele Ferzetti
1957La grande caccia / The big search / East of Kilimanjaro – de Arnold Belgard & Edoardo Capolino avec Marshall Thompson
The strange world of planet X / The cosmic monster / Cosmic monsters / The crawling horror / The crawling terror – de Gilbert Gunn avec Forrest Tucker
Incognito / Les femmes aiment çà – de Patrice Dally avec Eddie Constantine
1959La vengeance de Hercule ( la vendetta di Ercole / Goliath and the dragon ) de Vittorio Cottafavi avec Broderick Crawford
1962Le signe de Zorro ( il segno di Zorro ) de Mario Caiano avec Sean Flynn
1968Togli le gambe dal parabrezza – de Massimo Franciosa avec Carole André
1969La tarte volante ( la torta in cielo ) de Lino Del Fra avec Franco Fabrizi
Pussycat, Pussycat, I love you – de Rodney Amateau avec John Gavin
Fiche créée le 29 juin 2013 | Modifiée le 14 novembre 2015 | Cette fiche a été vue 2698 fois
PREVIOUSFern Andra || Gaby André || Gwili AndreNEXT