CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de River Phoenix
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gaston Norès



Date et Lieu de naissance : 13 juillet 1894 (Malines, Belgique)
Date et Lieu de décès : 15 décembre 1958 (Bezons, France)
Nom Réel : Gaston Navez

ACTEUR
Image
1922 René Kervan, la dette de sang – de Gérard Bourgeois avec Francine Mussey, Maud Garden & Irma Perrot
Image
1923 Tao, le fantôme noir – de Gaston Ravel avec Joë Hamman, Mary Harald, Andrée Brabant & André Deed
Image
1926 Le berceau de dieu – de Fred Leroy-Granville avec Stacia Napierkowska, Léon Mathot & Musidora
Image
1926 Le berceau de dieu – de Fred Leroy-Granville avec Stacia Napierkowska, Léon Mathot & Musidora

Fils de François Navez et de son épouse Jeanne (née Franckx), Gaston Norès voit le jour le 13 juillet 1894 à Malines, Mechelen en néerlandais, ville flamande de la province d’Anvers. Il grandit dans une famille bourgeoise, apparentée au peintre belge François-Joseph Navez (1789-1869). Après ses études, il fait un passage par le Conservatoire avant d’intégrer la troupe d’opérettes de Charles Montchamont. Cette compagnie donne des spectacles dans l’Europe entière, on le voit notamment en Prince Danilo dans «La veuve joyeuse» de Franz Lehar. Un début de carrière interrompu par la guerre en 1914. Le jeune comédien s’engage dans le 2ème Grenadier Belge et part servir au front. Après quatre ans de combats, il revient gazé et couvert de décorations. Le 18 septembre 1918 à Fécamp, il épouse Marie Bazille, une jeune Française de vingt ans originaire de cette ville.

La voix abimée par les gaz, Gaston Norès est dans l’impossibilité de reprendre son parcours d’artiste lyrique, il pense alors abandonner son métier, mais des amis lui conseillent de se tourner alors vers le cinéma qui, à l’époque, est encore muet. C’est sous la direction de Gérard Bourgeois qu’il fait ses débuts à l’écran dans «René Kervan» (1922), un film en deux parties où il interprète le rôle-titre, celui d’un jeune lieutenant de vaisseau qui va venger la mort de sa fiancée. Le film est un succès, Gaston Norès est beau, grand et bien bâti, il est alors un des jeunes premiers les plus en vu. Il enchaîne avec «Pax Domine» (1923) de René Leprince avec les belles Claude France et Blanche Montel pour partenaires, et surtout «Tao» (1923), un sérial en dix épisodes de Gaston Ravel où il joue le fiancé de Andrée Brabant.

Jusqu’à la fin du cinéma muet, Gaston Norès est à l’affiche d’une demie douzaine de productions, parmi lesquelles: «Le berceau de dieu» (1926) de Fred LeRoy Granville avec Léon Mathot, «Miss Helyett» (1927) de Georges Monca et Maurice Kéroul avec Marie Glory, et «Palaces» (1927) de Jean Durand avec Huguette Duflos. Avec l’arrivée du parlant, il tourne encore un court-métrage auprès de Martine de Breteuil en 1930. Il a trente-cinq ans passé, ne peut plus jouer les séducteurs et son fort accent Belge ne passe pas l’obstacle de la parole. Il décide alors de s’orienter vers le financement de films et s’associe avec un industriel Français pour fonder une société de production. Le tournage des «Frères de la cloche» avec Andrex a été brutalement arrêté pendant la guerre. Les allemands ont saisi et détruit les négatifs. Il a tenté de produire un autre film sur le vaudou. Il a personnellement assisté à une cérémonie de ce style en Mauritanie sur le tournage de «Kithnou» en 1924. Il souhaite que Jean Renoir tienne le rôle principal et réalise le film. Renoir n’est pas contre du tout, l’affaire semble bien engagée mais le film ne s’est pas fait...

Gaston Norès a d’autres activités. Il veut lancer «La pâte à bar Gaston Norès»! Une pâte qu’il a inventée et qui doit nettoyer le zinc des bars! Il a fait dessiner par un bureau d’étude un très joli flacon digne d’un grand parfum. C’est un échec! Après les années fastes du cinéma, l’argent commence à cruellement manquer, il devient contremaître et travaille dans une usine avec son épouse. L’éloignement de sa vie artistique l’a rendu extrêmement malheureux et dépendant à l’alcool. Le matin du 15 décembre 1958, alors qu’il s’apprête à accompagner son épouse au marché, sur le perron de sa maison de Bezons, il lui a simplement dit qu’il ne se sentait pas bien et il est tombé mort dans les bras de sa femme.

© Pascal DONALD & Nicolas NAVEZ, son arrière petit-fils.

copyright
1922René Kervan, la dette de sang,– de Gérard Bourgeois avec Francine Mussey
    Film en 2 parties
    1 : 1ère partie : L’homme de proie
    2 : 2ème partie : Le vengeur
1923Pax domine – de René Leprince avec Blanche Montel
Amour et vendetta / La fille du lion – de René Norbert avec Liane de Beauvais
Tao, le fantôme noir – de Gaston Ravel avec Joë Hamman
    Sérial en 10 épisodes
    1 : Le secret du bronze
    2 : Une trame subtile
    3 : Sous le masque
    4 : Histoire d’un vol
    5 : Les mésaventures de Bilboquet
    6 : L’étau se resserre
    7 : De Paris à Dakar
    8 : Haines et amours
    9 : Le mariage de Raymonde
    10 : Dans l’ombre du temple
1924Paul et Virginie – de Robert Péguy avec Simone Jacquemin
Kithnou – de Robert Péguy & Henri Étiévant avec Jeanine Guichard
1926Le berceau de dieu / Les ombres du passé – de Fred Leroy-Granville avec Gina Relly
Phi-Phi – de Georges Pallu avec Georges Gauthier
CM Va promener le chien – de Gauthier Debere avec Madeleine Guitty
1927Miss Helyett – de Georges Monca & Maurice Kéroul avec Marie Glory
Palaces – de Jean Durand avec Huguette Duflos
1930 CM Les papillons de nuit – de Maurice Kéroul avec Martine de Breteuil
1936 CM Les frères Delacloche – de Maurice Kéroul & Jean Mugeli avec Suzanne Dehelly
    Seulement scénario & direction artistique
Fiche créée le 30 mars 2013 | Modifiée le 26 mars 2017 | Cette fiche a été vue 2851 fois
PREVIOUSPierre Nord || Gaston Norès || Assia NorisNEXT