CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Armin Mueller-Stahl
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Georges Wilson



Date et Lieu de naissance : 16 octobre 1921 (Champigny-sur-Marne, France)
Date et Lieu de décès : 3 février 2010 (Rambouillet, France)
Nom Réel : Georges Willson

ACTEUR
Image
1960 Une aussi longue absence – de Henri Colpi avec Alida Valli, Charles Blavette & Catherine Fonteney
Image
1962 Le désordre (il disordine) de Franco Brusati avec Curd Jürgens, Louis Jourdan & Sami Frey
Image
1981 Itinéraire bis – de Christian Drillaud avec Rufus, Claire Maurier, André Marcon & Isabelle Sadoyan
Image
1988 La Vouivre – de Georges Wilson avec Lambert Wilson, Jean Carmet, Suzanne Flon & Jacques Dufilho

Georges Wilson, de son vrai nom Willson, naît le 16 octobre 1921 à Champigny-sur-Marne, au Sud de Paris. Né d’une mère d’origine irlandaise (d’où son patronyme anglophone) et d’un père pianiste décédé alors que Georges est à peine adolescent, il entreprend d’abord de perpétuer la tradition paternelle en épousant une carrière musicale. Mais c’est finalement l’appel de la scène qui est le plus fort. En 1945, il rejoint l’école de la Rue Blanche, où Pierre Renoir lui enseigne l’art dramatique. Deux ans après, il rejoint la compagnie Grenier-Hussenot, où il restera jusqu’en 1950. C’est à cette même époque qu’il débute au théâtre, notamment dans «Cymbeline» de Shakespeare.

C’est en 1952 que sa carrière théâtrale prend un tournant décisif: il rencontre le metteur en scène Jean Vilar qui l’engage au Théâtre National Populaire. L’acteur rencontre Gérard Philipe et se produit alors au Festival d’Avignon et joue les classiques: «Lorenzaccio» de Alfred de Musset, «Dom Juan» de Molière, ou «La tragédie du roi Richard II» de Shakespeare, amorçant un prestigieux parcours théâtral. Les années cinquante sont aussi pour lui l’occasion d’aborder le cinéma: on peut le voir dans «Les hussards» (1955) ou dans «Une aussi longue absence» (1960), où sa composition de clochard ne passe pas inaperçue. Mais sa grande passion reste les planches: il signe de très nombreuses mises en scène. En 1957, il devient professeur chez Charles Dullin, et le restera jusqu’à sa mort.

Parallèlement à sa carrière théâtrale fulgurante, Georges Wilson devient un habitué du grand écran. D’une forte carrure, le nez busqué, le visage taillé à coups de serpe, il sera un surprenant capitaine Haddock dans «Tintin et le mystère de la Toison d’or» (1961). On peut aussi noter sa belle interprétation dans «Chair de poule» (1963) où il campe un mari trompé, victime d’une terrible machination. 1963 est une année importante pour lui puisqu’il succède à Jean Vilar au TNP. À l’écran, il n’a jamais la vedette, mais sa silhouette massive sert magistralement ses personnages, en leur insufflant une incontestable dimension. Georges Wilson est également un visage familier de la télévision. Les années soixante-dix sont marquées par son départ du TNP, qu’il quitte en 1972. Il poursuit sa carrière de metteur en scène et de comédien, au Festival d’Avignon mais surtout au Théâtre de l’Œuvre. Au cinéma, fidèle aux seconds rôles, il apparaît dans «Le mouton enragé» (1973) avec Jean-Louis Trintignant, «La gifle» (1974) aux côtés de Lino Ventura, ou dans «L’apprenti salaud» (1976) de Robert Lamoureux. Il fait sensation dans un rôle de caïd dans «Le bar du téléphone» (1980). En 1988, il surprend en passant derrière la caméra, à 67 ans, pour son unique film, «La Vouivre», œuvre semi-fantastique où il dirige son fils, l’acteur Lambert Wilson.

Puis, Georges Wilson se fait plus rare sur les écrans, mais on peut le remarquer dans «Le château de ma mère» (1990) et dans «L’ennemi public N°1» (2008), second volet du diptyque consacré à Jacques Mesrine. Wilson, véritable colosse de la scène, reste avant tout un immense homme de théâtre, ayant consacré sa vie au monde de l’art dramatique, auquel il voue une passion viscérale et qu’il a durablement marqué en servant les plus grands auteurs. Une carrière exceptionnelle récompensée, en 2001, par un Molière du meilleur second rôle pour «La chatte sur un toit brûlant». Georges Wilson, symbole du théâtre français, décède le 3 février 2010, de causes naturelles, à Rambouillet en région parisienne.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1947 CM Le mystérieux colonel Barclay – de Jacques Wilfrid avec Bernard Charlan
CM Matricule 1 / Monsieur Placide s’évade – de Jacques Wilfrid avec Bernard Charlan
1950Maître après dieu – de Louis Daquin avec Pierre Brasseur
1952Lettre ouverte / Lettre ouverte à un mari / Jaloux comme un tigre – de Alex Joffé avec Geneviève Page
1953La môme vert-de-gris – de Bernard Borderie avec Dominique Wilms
1954Le rouge et le noir – de Claude Autant-Lara avec Gérard Philipe
1955Les hussards – de Alex Joffé avec Bourvil
1956Bonjour toubib – de Louis Cuny avec Noël-Noël
CM Le Théâtre National Populaire – de Georges Franju avec Jean Vilar
1959La jument verte – de Claude Autant-Lara avec Sandra Milo
Le dialogue des carmélites – de Raymond Leopold Bruckberger & Philippe Agostini avec Jeanne Moreau
Maigret et l’affaire Saint-Fiacre – de Jean Delannoy avec Valentine Tessier
    Scènes coupées au montage
1960Le farceur – de Philippe de Broca avec Anouk Aimée
Terrain vague – de Marcel Carné avec Claudine Auger
Une aussi longue absence – de Henri Colpi avec Alida Valli
Le caïd – de Bernard Borderie avec Fernandel
CM Vivant sous le même ciel – de Jacques de Casembroot
    Seulement voix & narration
1961Tintin et le mystère de la Toison d’or – de Jean-Jacques Vierne avec Charles Vanel
Le fédéral / Mission ultra secrète ( il federale ) de Luciano Salce avec Stefania Sandrelli
Carillons sans joie – de Charles Brabant avec Dany Carrel
Léviathan / La nuit du péché – de Léonard Keigel avec Louis Jourdan
Cartouche – de Philippe de Broca avec Odile Versois
La bataille de Naples ( le quattro giornate di Napoli ) de Nanni Loy avec Lea Massari
CM Vous connaissez la Vendée ? – de Edouard Logereau
    Seulement voix & narration
1962Le jour le plus long ( the longest day ) de Bernhard Wicki, Ken Annakin, Andrew Marton & Gerd Oswald avec John Wayne
Le désordre ( il disordine ) de Franco Brusati avec Curd Jürgens
    Prix Golden Gate du meilleur second rôle masculin au festival international du cinéma de San Francisco, USA

Les sept péchés capitaux – de Philippe de Broca, Claude Chabrol, Jacques Demy, Sylvain Dhomme, Max Douy, Jean-Luc Godard, Eugène Ionesco, Edouard Molinaro & Roger Vadim avec Marcelle Arnold
    Segment « La gourmandise » de Philippe de Broca
Le Diable et les dix commandements – de Julien Duvivier avec Danielle Darrieux
    Segment « Tes pères et mères honoreras »
Mandrin / Mandrin, bandit gentilhomme – de Jean-Paul Le Chanois avec Dany Robin
Mélodie en sous-sol – de Henri Verneuil avec Jean Gabin
    Scènes coupées au montage
1963Dragées au poivre – de Jacques Baratier avec Simone Signoret
L’ennui et sa diversion, l’érotisme / L’ennui / L’érotisme ( la noia ) de Damiano Damiani avec Bette Davis
Faites sauter la banque ! – de Jean Girault avec Louis De Funès
Chair de poule – de Julien Duvivier avec Robert Hossein
1964Lucky Joe – de Michel Deville avec Eddie Constantine
1965Un monde nouveau / Un monde jeune ( un mondo nuovo ) de Vittorio De Sica avec Isa Miranda
1966La belle et le cavalier ( c’era una volta ) de Francesco Rosi avec Sophia Loren
Martin soldat – de Michel Deville avec Robert Hirsch
    Scènes coupées au montage
1967L’étranger ( lo straniero / amare per vivere ) de Luchino Visconti avec Marcello Mastroianni
1968Liens d’amour et de sang ( Beatrice Cenci ) de Lucio Fulci avec Tomas Milian
1970Max et les ferrailleurs – de Claude Sautet avec Romy Schneider
1971Blanche – de Walerian Borowczyk avec Michel Simon
Les maffiosi ( la violenza quinto potere ) de Florestano Vancini avec Enrico Maria Salerno
Nous sommes tous en liberté provisoire ( l’istruttoria è chiusa : dimentichi ( tante sbarre ) / l’istruttoria è chiusa: dimentichi ) de Damiano Damiani avec Franco Nero
1972La longue nuit de l’exorcisme ( non si sevizia un paperino / don’t tortue a duckling / don’t torture the duckling ) de Lucio Fulci avec Irene Papas
Le général dort debout ( il generale dorme in piedi ) de Francesco Massaro avec Mariangela Melato
La grosse tête ( sono stato io ! ) de Alberto Lattuada avec Giancarlo Giannini
DO Jean Villar, une belle vie – de Jacques Rutman avec Maria Casarès
    Seulement apparition
1973Les trois mousquetaires ( the three musketeers / the three musketeers : The queen’s diamonds ) de Richard Lester avec Raquel Welch
...E di Saul e dei sicari sulle vie di Damasco – de Gianni Toti avec Alessandro Haber
Le mouton enragé – de Michel Deville avec Jean-Louis Trintignant
1974Les Chinois à Paris – de Jean Yanne avec Michel Serrault
La gifle – de Claude Pinoteau avec Lino Ventura
L’età della pace – de Fabio Carpi avec O.E. Hasse
1975 TV Léopold le bien-aimé – de Georges Wilson avec Véronique Jannot
    + adaptation
1976L’apprenti salaud – de Michel Deville avec Robert Lamoureux
DO Sur les traces de Balint – de Eric Duvivier avec Nadine Alari
    Seulement apparition
1977Tendre poulet – de Philippe de Broca avec Annie Girardot
1978Les ringards – de Robert Pouret avec Mireille Darc
Lady O ( Lady Oscar / berusaiyu no bara ) de Jacques Demy avec Catriona MacColl
1979Au bout du bout du banc – de Peter Kassovitz avec Jane Birkin
Quarantaine ( cserepek ) de István Gaál avec Bella Tanay
1980Asphalte – de Denis Amar avec Carole Laure
Le bar du Téléphone – de Claude Barrois avec François Périer
Le cheval d’orgueil – de Claude Chabrol avec Jacques Dufilho
    Seulement voix & narration
1981Nu de femme ( nudo di donna ) de Nino Manfredi avec Jean-Pierre Cassel
Les fruits de la passion ( shina ningyo ) de Shuji Terayama avec Klaus Kinski
    Seulement voix & narration
Itinéraire bis – de Christian Drillaud avec Claire Maurier
DO Les pièges de la mer – de Jacques Gagné avec Jacques-Yves Cousteau
    Seulement voix & narration
1982L’honneur d’un capitaine – de Pierre Schoendoerffer avec Nicole Garcia
DO Les pièges de la mer – de Jacques Gagné
    Seulement voix & narration
DO Du grand large aux Grands Lacs – de Jacques Gagné & Jacques-Yves Cousteau avec Jacques-Yves Cousteau
    Seulement voix & narration
TV Emmenez-moi au théâtre : Chêne et lapins angora – de Georges Wilson avec Macha Méril
1985Tangos, l’exil de Gardel ( tangos, el exilio de Gardel ) de Fernando E. Solanas avec Marie Laforêt
1987 DA Gandahar – de René Laloux
    Seulement voix
1988La Vouivre – de Georges Wilson avec Lambert Wilson
    Seulement adaptation, scénario & réalisation
1989La passion de Bernadette – de Jean Delannoy avec Emmanuelle Riva
1990La tribu – de Yves Boisset avec Catherine Wilkening
Le château de ma mère – de Yves Robert avec Nathalie Roussel
1991Mayrig – de Henri Verneuil avec Claudia Cardinale
1993Cache cash – de Claude Pinoteau avec Jean Carmet
1994Marie de Nazareth – de Jean Delannoy avec Jean-Marc Bory
    Seulement voix & narration
1996Marquise – de Véra Belmont avec Sophie Marceau
1999Les destinées sentimentales – de Olivier Assayas avec Isabelle Huppert
2004Je ne suis pas là pour être aimé – de Stéphane Brizé avec Patrick Chesnais
2008Mesrine : L’ennemi public N°1 – de Jean-François Richet avec Vincent Cassel
Fiche créée le 27 janvier 2009 | Modifiée le 2 novembre 2017 | Cette fiche a été vue 5574 fois
PREVIOUSElizabeth Wilson || Georges Wilson || Lois WilsonNEXT