CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Victor Jory
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gisela May



Date et Lieu de naissance : 31 mai 1924 (Wetzlar, Allemagne)
Date et Lieu de décès : 2 décembre 2016 (Berlin, Allemagne)
Nom Réel : Gisela May

ACTRICE
Image
1954 Hotelboy Ed Martin – de Karl-Heinz Bieber & Ernst Kahler avec Ulrich Thein & Katharina Matz
Image
1954 Sommerliebe – de Franz Barrenstein avec Lothar Blumhagen, Ricarda Benndorf & Maria Besendahl
Image
1959 Die entscheidung des Dr. Ahrendt – de Frank Vogel avec Johannes Arpe, Rudolf Ulrich & Willi Schrade
Image
1978 Fleur Lafontaine – de Horst Seemann avec Angelica Domröse, Hilmar Thate, Eberhard Esche & Fred Düren

Gisela May est née à Wetzlar, en Allemagne, le 31 mai 1924. Elle intègre la troupe du prestigieux Deutsches Theater au début des années 50 et y joue par exemple «Minna von Barnhelm» de Gotthold Ephraim Lessing en 1952, «Le roi Lear» de Shakespeare en 1957 ou encore «Woyzeck» de Georg Büchner en 1958. Elle passe en 1962 au «Berliner Ensemble», où elle reste trente ans. Elle s’y impose notamment comme une des plus célèbres interprètes de Berthold Brecht et devient particulièrement associée à la pièce «Mère Courage», qu’elle joue à de nombreuses reprises durant sa carrière.

Ne s’interdisant pas la fantaisie, Gisela May est, au début des années 70, la vedette de la comédie musicale «Hello Dolly» au Metropol Theater. L’actrice travaille également pour le petit écran et, parmi les téléfilms auxquels elle participe, on peut citer, entre autres, «Esther» (1962) de Robert Trösch, «Orpheus steigt heirab» (1965) de Hubert Hoelzke d’après la pièce de théâtre de Tennessee Williams, «Das letzte wort» (1971) de Wolfgang Luderer, «Frau Jenny Treibel» (1975) de Hartwig Albiro, «Die Marquise» (1977) de Hubert Hoelzke tiré d’une pièce de Noel Coward, «Zwei Ärtzinnen» (1983) de Klaus Grabowsky,… Elle incarne en outre la mère de l’héroïne Adelheid Möbius, incarnée par Evelyn Hamann, dans la populaire série «Adelheid und ihre Mörder» (1993-2007). Gisela May est aussi très connue comme chanteuse, à travers des disques, des récitals et des shows télévisés. Dans ce domaine, on ne s’étonnera pas de trouver Brecht et Kurt Weill à son répertoire mais elle ne se prive pas d’aborder d’autres univers, comme ceux de Jacques Brel ou de Mikis Theodorakis.

Terminons par évoquer le parcours cinématographique de cette grande figure du spectacle allemand, qui débute au Septième Art en figurant au générique de «La hache de Wandsbek» (1951), réalisé par Falk Harnack. Durant une dizaine d’années, elle fréquente plus ou moins régulièrement les plateaux de tournage. Elle est alors la figure centrale de «Un vieil amour» (1959) de Frank Beyer, dans lequel elle incarne une présidente de coopérative agricole qui se consacre trop à son travail, provoquant de ce fait de graves tensions dans son couple. Parmi ses autres films, on peut citer «Treffpunkt Aimée» de Horst Reinecke (1956), «Die schönste» (1957), de Ernesto Remani et Walter Beck ou «Schritt für Schritt» (1960) de János Veiczi, ainsi que plusieurs courts-métrages de la série «Das Stacheltier» comme «Die Nacht des Grauens» (1954), «Immer Kavalier» (1957), «Frau Klein wird qualifiziert» (1960) ou «Gisela May singt und spricht Kurt Tucholsky» (1962). À partir du début des années 60, Gisela May travaille peu pour le grand écran. Citons toutefois ses rôles de mère de Angelica Domröse dans «Fleur Lafontaine» (1978), de Horst Seemann, et de Jean-Pierre Léaud dans la production hongroise «Csak egy mozi» (1985) de Pál Sándor. Mentionnons enfin sa brillante prestation, aux côtés de l’ancienne star de l’époque nazie, Ilse Werner, dans «Die Hallo-Sisters» (1990) de Ottokar Runze.

Côté vie privée, Gisela May épouse, en 1956, le journaliste et réalisateur de documentaires Georg Honigmann, le père de la romancière et artiste-peintre Barbara Honigmann. Après le divorce, en 1965, elle devient la compagne du philosophe Wolfgang Harich. L’actrice passe les dernières années de sa vie dans une maison de retraite berlinoise. Elle meurt le 2 décembre 2016, à l’âge de 92 ans.

© Marlène PILAETE

copyright
1951La hache de Wandsbek ( das beil von Wandsbek ) de Falk Harnack avec Claus Holm
1953 CM Das stacheltier : Die nacht des grauens – de Richard Groschopp avec Horst Drinda
1954Hotelboy Ed Martin – de Karl-Heinz Bieber & Ernst Kahler avec Ulrich Thein
Sommerliebe – de Franz Barrenstein avec Lothar Blumhagen
1955 CM Das stacheltier : Frisch Gesellen, seid zur Hand! – de Heinz Thiel avec Eckart Friedrichson
1956Treffpunkt Aimée – de Horst Reinecke avec Günther Simon
CM Das stacheltier : Die glocke von Coruptica – de Richard Groschopp avec Wolf von Beneckendorff
1957Die schönste – de Ernesto Remani & Walter Beck avec Willy A. Kleinau
CM Das stacheltier : Immer kavalier – de Gottfried Kolditz avec Ebba-Elsbeth Hartig
1958Tilman Riemenschneider – de Helmut Spieß avec Emil Stöhr
1959Un vieil amour ( eine alte liebe ) de Frank Beyer avec Erich Franz
Die entscheidung des Dr. Ahrendt / Unsere Kraft – de Frank Vogel avec Johannes Arpe
CM Das stacheltier : Frau Klein wird qualifiziert – de Ernst Kahler avec Fritz Links
1960Schritt für schritt – de János Veiczi avec Raimund Schelcher
Das leben beginnt – de Heiner Carow avec Erik Veldre
CM Das stacheltier : Die frau seiner träume – de Otto Tausig avec Ruth Baldor
1961Das filmmagazin Nr. 1 – de Herwart Grosse, Hans-Joachim Hildebrandt, Hubert Hoelzke, Gottfried Kolditz, Lutz Köhlert & Heinz Thiel avec Fritz Links
1963 CM Das stacheltier : Gisela May singt und spricht Kurt Tucholsky – de Georg Honigmann
1967 CM Saatfrüchte sollen nicht vermahlen werden – de Kurt Tetzlaff avec Käthe Kollwitz
1978Fleur Lafontaine – de Horst Seemann avec Angelica Domröse
1983 DO Sag nein – de Stefan Aust avec Harry Belafonte
    Seulement apparition
1985Csak egy mozi – de Pál Sándor avec Jean-Pierre Léaud
1990Die Hallo-Sisters – de Ottokar Runze avec Harald Juhnke
    Prix d’Or du cinéma d’interprétation féminine aux prix du cinéma germanique, Allemagne
1991O Tzonys Keln, kyria mou – de Thanassis Scroubelos avec Christos Tsagas
Fiche créée le 2 décembre 2016 | Modifiée le 2 février 2017 | Cette fiche a été vue 700 fois
PREVIOUSEva May || Gisela May || Katharina MaybergNEXT