CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Coleen Gray
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gladys George



Date et Lieu de naissance : 13 septembre 1902 (Patten, Maine, USA)►
Date et Lieu de décès : 8 décembre 1954 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Gladys Patricia Claire Evans

ACTRICE
Image
1936 Héroïque mensonge (valiant is the world for Carrie) de Wesley Ruggles avec John Howard & Harry Carey
Image
1940 Quand la chair succombe (the way of all flesh) de Louis King avec Akim Tamiroff, William Henry & James Seay
Image
1944 Le troubadour de Broadway (minstrel man) de Joseph H. Lewis avec Benny Fields & Roscoe Karns
Image
1946 Telle mère telle fille (Millie’s daughter) de Sidney Salkow avec Paul Campbell, Gay Nelson & Ruth Donnelly

Gladys George est née le 13 septembre 1902 à Patten, village du Maine au nord des Etats-Unis. Fille de l’acteur britannique Sir Arthur Clare et de la comédienne américaine Alice Hazen Clare, elle débute sur scène dès l’age de trois ans en tournée avec ses parents, dans un vaudeville intitulé «The tree Clarisses». À 14 ans, elle remporte son premier succès à Broadway dans la production «Les fiançailles»; à l’age de 19 ans, avec sa personnalité bouillonnante, ses yeux de biche et ses cheveux blonds, elle entame une carrière au grand écran en fille coquette ou en jeune ingénue dans des comédies romantiques. Mais sa célébrité naissante est arrêtée pendant 13 années, suite à de graves brûlures lors d’un accident.

Gladys George reprend le chemin des studios en 1934, dans des rôles plus sophistiqués, comme dans «Héroïque mensonge» (1936) de Wesley Ruggles. Pour son rôle de prostituée au grand cœur, elle est nommée pour l’Oscar de la meilleure actrice. Dans le mélodrame «Madame X» (1937) de Sam Wood, exclue pour adultère par son mari, Madame Fleuriot, Gladys George, tombe dans les griffes de l’alcool et de la prostitution, vingt ans plus tard elle est accusée de meurtre, elle est défendue par son fils qui ne sait pas qu’elle est sa mère. Elle joue Madame du Barry, la maîtresse du roi Louis XV, dans le film historique «Marie-Antoinette» (1938) de W.S. Van Dyke. Dans «Quand la chair succombe» (1940) de Louis King, elle est l’épouse de Akim Tamiroff qui est envoyer à New York pour délivrer des titres de banque, sur place, il est menacer par un gang et se retrouve démuni, honteux d’affronter sa famille, il vit comme un vagabond, après plusieurs années, il décide de retrouver son foyer, sa famille qui le croyait mort.

Gladys George côtoie Humphrey Bogart dans «Le faucon Maltais» (1941) de John Huston, elle y est la veuve de Miles Archer, Jérôme Cowan, l’associé du détective Sam Spade, Bogart, qui enquête sur des meurtres liés à une statuette de faucon disparue à Malte au XVIème siècle et d’une valeur inestimable. Puis dans le conflit familial «Nobody’s darling» (1943) de Anthony Mann, elle forme avec Louis Calhern un couple d’acteurs célèbres qui font plus attention à leur carrière respective qu’à leur fille, Mary Lee, qui veut, elle aussi devenir comédienne. Sidney Salkow lui donne le rôle d’une mère protectrice dans le drame familial «Telle mère, telle fille» (1946), où elle campe une mère qui fait tout son possible pour empêcher sa fille rebelle, Gay Nelson, de commettre les mêmes erreurs tragiques qu’elle à fait dans sa jeunesse. On la voit ensuite jouer la mère alcoolique de Doris Day dans un film musical «Escale à Broadway» (1950).

Sa fin de carrière et beaucoup moins copieuse, Gladys George se retrouve reléguée sans déplaisir aux rôles de soutient comme celui de l’épouse d’un minable truand, John Garfield, dans «Menace dans la nuit» (1951) de John Berry. Elle fait une brève apparition en tant qu’infirmière corrompue dans «Histoire de détectives » (1951) de William Wyler. Coté vie privée, Gladys George, mariée et divorcée à quatre reprises, brûle la vie par les deux bouts, alcool, vie mondaine… Vite épuisée par ses excès, elle souffre alors de plusieurs problèmes de santé: cirrhose du foie, cancer de la gorge et problèmes de cœur. Bien qu’elle soit déclarée morte d’un accident vasculaire cérébral le 8 décembre 1954, il y a quelques soupçons sur son décès, elle aurait pris une dose excessive de somnifères pour mettre fin à sa triste histoire. Le doute s’installa, mais la page fut tournée.

© Gary RICHARDSON

copyright
1919Red hot dollars – de Jerome Storm avec Charles Ray
The woman in the suitcase – de Fred Niblo avec Rowland V. Lee
1920Below the surface – de Irvin Willat avec Hobart Bosworth
Homespun folks – de John Griffith Wray avec Lloyd Hughes
Chickens – de Jack Nelson avec Douglas MacLean
1921The easy road – de Tom Forman avec Thomas Meighan
The house that jazz built – de Pernhyrn Stanlaws avec Forrest Stanley
1934Straight is the way – de Paul Sloane avec Franchot Tone
1936Héroïque mensonge / L’autre mère ( valiant is the world for Carrie ) de Wesley Ruggles avec Harry Carey
1937On lui donna un fusil ( they gave him a gun ) de W.S. Van Dyke avec Spencer Tracy
La femme X ( Madame X ) de Sam Wood avec Warren William
    + chansons
Love is a headache – de Richard Thorpe avec Mickey Rooney
1938Marie-Antoinette ( Marie Antoinette ) de W.S. Van Dyke avec Tyrone Power
1939I’m from Missouri – de Theodore Reed avec Gene Lockhart
Le père prodique ( here I am a stranger ) de Roy Del Ruth avec Richard Dix
Les fantastiques années vingt ( the roaring twenties ) de Raoul Walsh avec James Cagney
    + chansons
Donnez-moi un enfant / Quand la vie commence ( a child is born ) de Lloyd Bacon avec Jeffrey Lynn
    + chansons
Destins dans la nuit / La maison sur la baie ( the house across the bay ) de Archie Mayo avec George Raft
1940Quand la chair succombe ( the way of all flesh ) de Louis King avec Akim Tamiroff
1941Une femme à poigne / La danseuse de Burma ( the lady from Cheyenne ) de Frank Lloyd avec Robert Preston
Hit the road – de Joe May avec Barton MacLane
Le faucon Maltais ( the maltese falcon ) de John Huston avec Humphrey Bogart
1942La boule de cristal ( the crystal ball ) de Elliott Nugent avec Ray Milland
La manière forte / L’engrenage ( the hard way ) de Vincent Sherman avec Dennis Morgan
    + chansons
1943Nobody’s darling – de Anthony Mann avec Louis Calhern
1944Vacances de Noël / Prends-moi dans tes bras ( Christmas holiday ) de Robert Siodmak avec Gene Kelly
Le troubadour de Broadway ( minstrel man ) de Joseph H. Lewis avec Benny Fields
1945Steppin’ in society – de Alexander Esway avec Edward Everett Horton
1946Les plus belles années de notre vie ( the best years of our lives ) de William Wyler avec Fredric March
Telle mère telle fille ( Millie’s daughter ) de Sidney Salkow avec Paul Campbell
1947L’honorable Big Jim ( alias a gentleman ) de Harry Beaumont avec Wallace Beery
1948Boulevard des passions ( Flamingo road ) de Michael Curtiz avec Joan Crawford
1950Le roi du tabac ( bright leaf ) de Michael Curtiz avec Gary Cooper
Les flics ne pleurent pas ( undercover girl ) de Joseph Pevney avec Scott Brady
Escale à Broadway / Rendez-vous à Broadway ( lullaby of Broadway ) de David Butler avec Gene Nelson
    + chansons
1951Menace dans la nuit ( he ran all the way ) de John Berry avec John Garfield
Histoire de détectives ( detective story ) de William Wyler avec Kirk Douglas
La ville d’argent / Terreur à Silver City ( Silver City / high vermilion ) de Byron Haskin avec Edmond O’Brien
1953It happens every Thursday – de Joseph Pevney avec John Forsythe
Fiche créée le 2 octobre 2012 | Modifiée le 12 septembre 2018 | Cette fiche a été vue 3149 fois
PREVIOUSChristopher George || Gladys George || Götz GeorgeNEXT