CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Una O’Connor
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gower Champion



Date et Lieu de naissance : 22 juin 1919 (Geneva, Illinois, USA)
Date et Lieu de décès : 25 août 1980 (New York, New York, USA)
Nom Réel : Gower Carlyle Champion

ACTEUR
Image
1946 La pluie qui chante (till the clouds roll by) de Richard Whorf avec Judy Garland & June Allyson
Image
1948 Ma vie est une chanson (words and music) de Norman Taurog avec Judy Garland, Lena Horne & Gene Kelly
Image
1952 Mon amour t’appelle (everything I have is yours) de Robert Z. Leonard avec Marge Champion
Image
1954 La chérie de Jupiter (Jupiter’s darling) de George Sidney avec Esther Williams & Howard Keel

Gower Champion est né à Geneva, dans l’Illinois, le 22 juin 1919. La grande passion de sa vie sera la danse, qu’il étudie très tôt, notamment auprès de Ernest Belcher, qui enseigna aussi son art à Fred Astaire, Cyd Charisse ou Shirley Temple. Il apprend aussi bien la danse classique que la danse «de société», et, dès l’âge de quinze ans, il se produit dans les night-clubs aux côtés de Jeanne Tyler. Ils se présentent comme «Gower et Jeanne, le plus jeune couple de danseurs d’Amérique».

Puis c’est la rencontre avec la fille de son professeur, Marjorie Belcher qui, sous le nom de Marge Champion, forme avec Gower, qu’elle épouse en 1947, l’un des plus fameux duos de danseurs du cinéma et des revues de Broadway. C’est en effet dans ce royaume du théâtre et du music-hall que, dès les années 50, Gower Champion révèle ses dons éclatants de chorégraphe et de danseur. Il signe, en effet, à Broadway, la chorégraphie de «Make a wish» (1951) avec Nanette Fabray et dirige nombre de revues à succès, dont il règle aussi les numéros musicaux: «Bye bye Birdie» (1960), qui remporte quatre Tony Awards et relate histoire d’une star du rock (clin d’œil à Elvis) s’apprêtant à intégrer l’armée, avec Dick Van Dyke, puis «Carnival» en 1961, qui tient plus de 700 représentations, c’est encore le triomphe de «Hello Dolly!» (1964), avec ses 10 Tony Awards et ses 3000 représentations (ou presque), avec Carol Channing ou le succès plus mesuré de «The happy time» en 1968, avec David Wayne. Le style de Gower Champion est dès lors fixé: c’est une danse fluide et inventive, qui enchaîne les figures dans un flot ininterrompu de mouvements gracieux. S’inspirant du chorégraphe Jack Cole, le père de la «jazz dance» (voir son exceptionnel numéro dans «La femme modèle», de Vincente Minnelli, en 1957), Gower Champion donne lui aussi une épure claire à ses numéros, avec des mouvements précis et vigoureux, qui se démarquent peut-être par leur exubérance musculaire et, toujours, par une merveilleuse spontanéité.

Le cinéma ne peut ignorer ce couple bondissant. C’est ainsi que Gower Champion (souvent avec Marge) joue, dans presque tous ses films, son propre rôle. Celui de danseur d’abord (mais aussi, il faut le dire, de chanteur et d’auteur des chansons), dans «Rhapsodie en bleu» (1945) de Irving Rapper, «La pluie qui chante» (1946) de Richard Whorf ou «Ma vie est une chanson» (1948) de Norman Taurog. Dans d’autres comédies musicales, où la mince intrigue n’est qu’un prétexte à l’insertion des numéros musicaux, il danse toujours, mais il a aussi un texte à défendre. C’est le cas dans le célèbre «Show boat» (1951) de George Sidney, où il incarne un danseur qui obtient une audition pour Kathryn Grayson; dans «Les rois de la couture» (1952) de Mervyn LeRoy, où il incarne (bien sûr!) un producteur de Broadway à la recherche de choristes; ou bien dans «Mon amour t’appelle» (1952) de Robert Z. Leonard ou encore dans «La chérie de Jupiter» (1954) de George Sidney, qui se passe dans l’Antiquité...

Gower Champion passe aussi à la réalisation: des téléfilms, comme «Accent on love» (1959) avec Louis Jourdan, un épisode de la série «Cindy’s fella» (1959) ou un autre de la série «Dow hour of great mysteries» (1960) avec Melville Cooper, mais aussi deux films de cinéma, «Mes 6 amours et mon chien» (1963) avec Debbie Reynolds et, plus inattendu, une parodie des films de gangsters, «Bank shot» (1974), avec George C. Scott. Il décède le 25 août 1980 à New-York d’une forme rare de cancer du sang.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1939 CM Projection room – de Roy Mack avec Jeanne Tyler
1940 CM The Dipsy Doodler – de Lloyd French avec Jeanne Tyler
1946La pluie qui chante ( till the clouds roll by ) de Richard Whorf avec Cyd Charisse
    + chansons
1948Ma vie est une chanson ( words and music ) de Norman Taurog avec Judy Garland
1950Monsieur Musique ( Mr. Music ) de Richard Haydn avec Ruth Hussey
    Seulement apparition & chorégraphie
1951Show Boat – de George Sidney avec Ava Gardner
    + chansons
1952Les rois de la couture ( lovely to look at ) de Mervyn LeRoy avec Kathryn Grayson
    + chansons
Mon amour t’appelle ( everything I have is yours ) de Robert Z. Leonard avec Marge Champion
    + chorégraphie
1953Donnez-lui une chance ( give a girl a break ) de Stanley Donen avec Debbie Reynolds
    + chorégraphie & chansons
1954La chérie de Jupiter ( Jupiter’s darling ) de George Sidney avec Esther Williams
    + chansons
Tout le plaisir est pour moi ( three for the show ) de H.C. Potter avec Betty Grable
    + chansons
1956 CM Once upon a honeymoon – de Gower Champion avec Virginia Gibson
    Seulement réalisation
TV Le choix de… ( screen directors Playhouse ) de Gower Champion avec Marge Champion
    Série – + réalisation de l’épisode « What day is it ? »
1957Une fille qui promet ( the girl most likely ) de Mitchell Leisen avec Jane Powell
    Seulement chorégraphie
1958 TV General Electric Theater – de Gower Champion avec Ronald Reagan
    Série – Seulement réalisation de l’épisode « No man can tame me »
TV Accent on love – de Gower Champion avec Louis Jourdan
    + réalisation
1959 TV The bell telephone hour – de Gower Champion avec Polly Bergen
    Série – + réalisation de l’épisode « The music of George Gershwin »
TV Startime / Ford startime / Lincoln-Mercury startime – de Gower Champion avec James Stewart
    Série – Seulement réalisation de l’épisode « Cindy’s fella »
1960 TV Dow hour of great mysteries – de Gower Champion avec Rex Harrison
    Série – Seulement réalisation de l’épisode « The dachet diamonds »
1962Mes six petits chenapans et mon chien ( my six lovers ) de Gower Champion avec Cliff Robertson
    Seulement réalisation
1963Bye bye Birdie – de George Sidney avec Janet Leigh
    Seulement chorégraphie
1966 TV Mary Martin at Eastertime – de Gower Champion avec Mary Martin
    Seulement réalisation
1969Hello, Dolly ! – de Gene Kelly avec Barbra Streisand
    Seulement chorégraphie
TV An evening with Julie Andrews and Harry Belafonte – de Gower Champion avec Julie Andrews
    Seulement réalisation & chorégraphie
1974Bank shot – de Gower Champion avec George C. Scott
    Seulement réalisation
1975Hollywood, Hollywood ( that’s entertainment, part II ) de Gene Kelly avec Fred Astaire
    Seulement chansons
Fiche créée le 8 août 2013 | Modifiée le 28 octobre 2014 | Cette fiche a été vue 1671 fois
PREVIOUSGeorges Chamarat || Gower Champion || Jean ChampionNEXT